J’ai rêvé d’un autre agglomération l’utopie, le réformisme et le pragmatisme...

, par  pam , popularité : 1%

Ci-dessous une intervention au conseil de métropole de Lyon. Elle a déclenché l’ire de Gérard Collomb qui a ressorti la vieille rengaine du stalinisme pour diaboliser toute perspective de changement de société.

J’espère que cette intervention illustre qu’on peut être élu, agir dans l’institution, et porter l’exigence de la rupture, du changement de société...

pam

Monsieur le président, permettez-moi de prendre du recul sur les nombreuses actions évoquées dans ce rapport, actions concernant l’énergie, la mobilité, la biodiversité dont nous nous félicitons, mais qui nous poussent à penser la métropole dans le long terme, en ces temps de débats incertains sur l’avenir de la France, de tensions sociales exacerbées par les inégalités et les restructurations d’un capitalisme désormais destructeur, en ces temps d’inquiétude sur l’avenir de la planète, de la paix.

J’ai rêvé d’une autre agglomération Lyonnaise. [1]

J’ai rêvé d’une agglomération apaisée, libérée des trafics de transit routier et marchandises, dans une France libérée des exigences du cout-termisme, équilibrant le coût du stock et du transport pour mettre l’essentiel du trafic marchandise sur le rail...

J’ai rêvé d’une agglomération réconciliée entre Est et Ouest, cessant enfin son étalement urbain vers l’Est, inventant une nouvelle densification urbaine respectueuse de son histoire à l’Ouest, et préservant vraiment sa trame verte et ses quartiers à faible densité à l’Est...

J’ai rêvé d’une agglomération trouvant le chemin de sa réindustrialisation en inventant un nouvel équilibre entre logement, emploi, commerces et transport dans tous ses quartiers, en valorisant ses savoir-faire humains dans un nouveau modèle économique coopératif faisant pièce aux experts de la "spécialisation compétitive" dans la concurrence "libre et non faussée".

J’ai rêvé d’une agglomération fière de ses communes, de leur diversité et de leur vie démocratique et culturelle, fière de leur histoire, et même si le jeu de mot est joli, cessant de croire qu’il n’y a qu’Only Lyon...

J’ai rêvé d’une agglomération au coeur de sa région, dans l’équilibre et la coopération avec ses grandes voisines régionales, offrant des accès rails cadencés et de qualité avec toutes ses villes voisines pour sortir enfin de la fracture périphérique.

J’ai rêvé d’une agglomération qui mette un frein au creusement des inégalités, par le haut en combattant l’arrogance de la richesse, par le bas en organisant les droits de tous pour faire reculer pauvreté et exclusion.

Oui, j’ai rêvé d’une autre agglomération Lyonnaise, loin de cette principauté de Monaco que vous avez honoré ce 8 décembre

Mais les communistes ne sont pas des rêveurs, et c’est pourquoi avec d’autres, je cherche chaque occasion de faire avancer un dossier dans le contexte institutionnel, politique et économique qui n’est vraiment pas favorable à ce rêve... C’est pourquoi je cherche des liens avec tous, quelques soient leurs approches politiques, pour mieux comprendre, mieux être utile, et c’est ce que nous faisons pour la plupart sur les nombreuses actions évoquées dans ce rapport annuel du développement durable.

Mais je cherche aussi inlassablement ce qui fera bouger ce contexte politique, ce qui fera émerger des forces sociales nouvelles, populaires, progressistes, indépendantes de ce système et de son incroyable résilience, de l’incroyable inertie de sa logique qui se reproduit dans chaque rupture, qui sait que tout change pour que rien ne change, qui sait au fonds que la seule chose durable, c’est la règle de la concurrence au cœur de ce système, autrement dit, la loi du plus fort.

Car pour les communistes, l’utopie est vitale, la certitude que l’homme n’est pas fait pour cette guerre de tous contre tous qu’est le capitalisme, une utopie qui est l’opium du militant, le soupir du révolté opprimé, pour paraphraser une formule célèbre, mais une utopie qui s’enracine dans l’exigence scientifique de comprendre le monde pour le transformer, une exigence très concrète et pragmatique qui regarde toujours le réel tel qu’il est.

Et le réel, ce sont ces luttes de classes dont Marx montre qu’elles sont le vrai moteur de l’histoire. Oh, c’est un mot qui choque, mais vous savez, ce n’est finalement qu’ajouter aux intérêts économiques et sociaux que tout le monde connait, l’idée que ces intérêts s’organisent en couches sociales et leur donne une existence historique dont les plus avancés prennent conscience, ce que fait le grand spéculateur Warren Buffet qui nous dit "la guerre de classe existe, c’est un fait, et c’est ma classe, celle des riches, qui la mène et qui est en train de la gagner..."

En quelque sorte, les riches savent que pour rester riches, il faut être dur avec les pauvres, et leur faire de temps en temps la charité... Au contraire, trop de pauvres croient que pour ne pas rester pauvres, il faut être gentil avec les riches... jusqu’à a ce que la colère monte, que la solidarité avec les "arracheurs de chemise" submerge l’inconscient populaire et se tourne contre ceux qui rient des "sans-dents".

Sans ce lien entre le concret et l’utopie d’une autre société, le développement durable n’est qu’une réforme comme une autre. C’est ce lien qui fait l’originalité et la force du courant révolutionnaire, et c’est son absence qui fait du courant réformiste un conservatisme de fait. Car les réformes les plus vertueuses, les plus durables, ne sont rien quand elles s’inscrivent dans un système qui digère toujours le nouveau pour se perpétuer lui-même, et le capitalisme vert et ses lobbies économiques nous le montrent. Une réforme qui ne fait pas grandir l’utopie révolutionnaire n’est pas une réforme, c’est au mieux un coup d’épée dans l’eau, au pire une trahison.

Oui, j’ai rêvé d’une autre agglomération, d’un autre monde, d’un autre développement, durable certes, mais surtout tourné vers la libération humaine, la sortie de cette préhistoire de la guerre de tous contre tous. Vous le savez, dans révolution, il y a rêve et évolution, autrement dit, l’utopie et l’action. C’est ce qui manque à ce rapport, l’utopie du changement de société.

Voir en ligne : source sur le blog de pam

[1j’ai commencé en anglais "i had à dream" en soulignant qu’il n’y avait pas de raison de multiplier les anglicismes pour le marketing territorial, alors que l’anglais est aussi une langue litterraire dont fait partie ce discours célèbre. ..

Brèves Toutes les brèves

  • Quelle gauche reconstruire ?

    Décidément,
    Depuis des années, l’orientation du parti communiste tourne et retourne autour d’une seule question, la (...)

  • La fin des partis ?

    Suite de "tout change pour que rien ne change"
    Les partis politiques seraient donc dépassés... Ils seraient (...)

  • Un candidat PCF ?

    Il y a une circonscription où le PCF présente un candidat, au milieu des quelques cas de candidats PCF-FI, ou des (...)

  • Pierre Laurent, la dérive...

    Pierre Laurent vient de diffuser une lettre aux salariés de l’énergie pour se différencier du programme anti-nucléaire (...)

  • Fanon, les communistes...

    Des jeunes peuvent facilement découvrir cette magnifique chanson de Ferré "les anarchistes"... Ils n’auront jamais (...)

  • JLM, la mer et l’énergie...

    Le soutien à Jean-Luc Mélenchon doit avoir les yeux grands ouverts sur les risques d’une bataille personnelle qui se (...)

  • D’ou vient Macron....

    Centriste Année Voix %inscrits %exprimés Lecanuet 1965 3 777 119 13,06 % 15,57 % Poher 1969 5 268 651 17,85 % 23,31 (...)

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).