Il est content de lui, François !

, par  Jean Ortiz , popularité : 5%

Il était allé se prosterner jadis devant la City ; hier, il s’est déshabillé définitivement devant le "dieu marché", inflexible proxénète. "J’ai quitté mes habits, Monsieur, ce qui est une manière d’apostasie", écrivit Anatole France. Je ne sais pas si un jour le "delorien" Hollande porta des fringues de gauche, ce qui est sûr c’est qu’hier, lors de sa conférence de presse, il a fait pitié. C’était répugnant, pornographique, affligeant, déshonorant, de battre ainsi sa coulpe pour exhiber sa trahison, ses renoncements, sa conversion au sarkomerkozisme.

El il était content de lui, François, content de nous avoir pris pour des cons, nous le peuple de gauche, une nouvelle fois dindon de la farce. Content du naufrage, des conséquences prévisibles, du massacre social à la tronçonneuse, du retour de Sarkozy sur du velours...

Il veut laisser une trace, François... C’est fait. Il va falloir beaucoup de serpillères pour éponger. Capitaine du Titanic, il se flatte de tenir la barre vers la catastrophe annoncée, et de l’assumer avec un petit sourire condescendant.

Il n’a pas arrêté, François, de faire la danse du ventre devant "l’entreprise", et de la draguer, de la caresser dans le sens du profit. Pour mieux combattre le chômage, il le fait grimper !

Et il était content, François, de ne consacrer que cynisme aux travailleurs, aux syndicalistes, de mettre sur le même plan les casseurs du Trocadéro et les syndicalistes victimes de la répression patronale et gouvernementale.

El il était content, François, comme hier les bourgeois de Calais, de sa "servitude volontaire"... Il est "sérieux" François, il diminue les dépenses publiques pour alimenter le festin du capital. Les profits, les plus-values, c’est bien connu, "sont les emplois de demain".

Et il était content, le repenti François, comme un jeune séminariste récitant sans lapsus la Bible pour obtenir un sésame au royaume des décideurs efficaces, responsables...

Ah, il en a fait, François, pour montrer que pour le "socialiste" qu’il prétend être, il n’y a plus aucun tabou social : pas d’amnistie sociale, pas de quartier pour les pauvres, les salariés, les retraités... Il a même feint de découvrir la poudre : on vit plus longtemps, il faudra donc suer du burnous jusqu’au bout, une lapalissade de comptoir, un vieux disque qui gratte.

Au hasard d’une phrase, il a même évoqué les "extrêmes". Plus rien ne le retient, François.

Hier après-midi, il était "à l’offensive", François, "en mouvement", mais pour tenter d’enterrer définitivement les idéaux de la gauche. Le libéral est nu et moche. Même si on le savait déjà, nous ne pouvons compter que sur ce peuple de gauche qu’il a voulu désarmer.

Jean Ortiz

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).