Faire jouer au marché un rôle décisif dans la distribution des ressources La "décision" de 2013 du PCC

, par  pam , popularité : 2%

Sur le site "Théorie Chine : ressources pour comprendre la Chine", on trouve de nombreux textes qui éclairent le sens des réformes et de leur approfondissement récent. Les communistes français peuvent le lire les yeux grands ouverts, pour comprendre le point de vue des camarades chinois dans une situation, une histoire... très loin de nos repères habituels, ce qui n’exclut pas de s’interroger bien sûr.

Quelques extraits significatifs...

Un premier texte de Li Keqiang, portant sur Des questions sur l’approfondissement de la réforme du régime économique éclaire le rapport vécu par les chinois entre développement et réforme, et sans doute l’acquis politique majeur pour le PCC de ce succès visible des réformes et de son impact positif, majeur et continu sur la vie concrète des chinois. On peut d’autant mieux le comprendre que l’échec premier des dirigeants français est bien la régression sociale qu’ils imposent à la moitié du peuple et leur incapacité à permettre le "développement"...

I. Le développement dépend de la réforme


Les réalités essentielles de Chine montrent que le développement reste le point clé de la résolution de tout problème. Il faut persévérer dans la concentration de tous nos efforts sur l’édification économique, promouvoir le développement durable et sain de la société économique. La pratique prouve que le développement dépend de la réforme.

Tout au long des 36 années passées, le développement économique et social de la Chine a connu des progrès remarquables, ce qui a dépendu de la réforme. La Chine est passée de la dixième à la deuxième place mondiale en termes d’incréments économiques, entrant dans les économies à revenu élevé et intermédiaire alors qu’elle était auparavant une économie à revenu faible. Sa puissance globale a été considérablement renforcée et sa position dans le monde s’est élevée. En regardant la réforme depuis ces 36 ans, nous avons insisté sur la libération de la pensée et le souci d’objectivité, la progression avec l’époque, la recherche de la vérité dans la pratique. Nous avons brisé sans cesse les restrictions de l’économie planifiée, nous avons établi par étapes et perfectionné l’économie de marché socialiste, nous avons promu le développement durable de la société économique. La scène fondamentale est caractérisée par l’élément suivant : quand le développement affronte des obstacles institutionnels, une lueur d’espoir apparaît quand on balaie les obstacles et quand on renforce le dynamisme par la réforme.Certains disent que la réforme et l’ouverture de la Chine étaient une obligation. Ils ont raison dans un certain sens. Au début de la réforme et de l’ouverture, les paysans de Fengyang dans la province de l’Anhui ont pris les premiers la charge forfaitaire en raison de la pauvreté et de la famine de la région. Les gens et les terres ont été totalement changés grâce à la réforme. Les besoins élémentaires du quotidien ont été satisfaits rapidement. Notre Parti, tout en respectant l’esprit d’initiative des masses populaires, a popularisé à temps cette réforme dans les régions rurales du pays, avant de réaliser la réforme dans les villes et les autres secteurs, ce qui a libéré les forces productives de la société et amélioré la vie du peuple. La pratique prouve que si nous dépendons de la réforme, insistons pour briser les obstacles irrationnels institutionnels, libérons sans cesse les dividendes de la réforme, nous pouvons mobiliser l’enthousiasme du peuple dans l’innovation, le peuple chinois travailleur et intelligent peut créer une énorme richesse sociale et mettre en avant le développement économique et social du pays.

L’an dernier, nous avons fait face à une situation compliquée et avons connu un démarrage prometteur tout en dépendant de la réforme. En 2013, face à la situation intérieure et extérieure caractérisée par une grande complexité, la tendance de plus en plus forte à la baisse de l’activité et le chevauchement de multiples contradictions, l’économie chinoise a non seulement évité un atterrissage brutal, mais aussi constaté une tendance au mieux marquée par la croissance stable, l’augmentation de l’emploi, les prix faibles et l’amélioration des revenus. Ces résultats meilleurs que prévu ont attiré l’attention du monde. Ces performances sont principalement dues à la réforme.

La Chine a promu toutes les réformes mettant l’accent sur la simplification des structures administratives et la décentralisation du pouvoir de décision. Elle a annulé et décentralisé par groupe 416 formalités administratives, réformé le système d’enregistrement des entreprises, élargi le remplacement de la taxe sur les affaires par la TVA à titre d’essai, libéré largement le contrôle des taux d’intérêt sur les prêts, promu la réforme du système de financement portant sur les chemins de fer, mis en place la zone pilote de libre-échange de Shanghai, etc. Ces mesures, notamment la décentralisation du pouvoir au marché et à la société, ont stimulé l’enthousiasme de la société pour l’investissement et la création d’entreprise et renforcé la confiance des acteurs du marché pour le développement.

Ce texte se poursuit par une description précise des objectifs des réformes en cours, qui ne peuvent pas se comprendre pour nous, seulement dans l’expression du "rôle décisif du marché dans la distribution des ressource".

Dans un autre texte, Faire jouer au marché un rôle décisif dans la distribution des ressources, après avoir longuement expliqué qu’il faut donner au marché un rôle décisif dans la distribution des ressources, critiquant fortement les interventions de l’état, considérées comme non efficace et provoquant des surcapacités et des conservatismes, lLin Zhaomu précise les rapports entre le marché et le gouvernement, et cette partie éclaire bien la conception d’un état socialiste à la chinoise "maitrisant" le libre développement du marché...

Visiblement, la direction du PCC fait une analyse négative du rôle de l’état dans l’investissement et le contrôle administratif des investissements, tout en mesurant la nécessité de l’intervention de l’état pour la justice sociale et économique, mais n’évoque le rôle potentiellement négatif du marché qu’à travers ses excès et ses fraudeurs... Notre expérience nous montre au contraire à quel point le libre développement du marché produit des acteurs économiques qui sont totalement dédiés au développement inégal...

III. Connaître les rapports entre le rôle du marché et celui du gouvernement de manière globale

Afin de développer l’économie de marché socialiste, il faut faire jouer non seulement au marché le rôle décisif dans la distribution des ressources, mais aussi au gouvernement les fonctions économiques et le rôle important. La Décision a demandé de mieux faire jouer le rôle du gouvernement, « un contrôle macroéconomique scientifique et une administration gouvernementale efficace sont les exigences inhérentes à la mise en valeur de la supériorité du système d’économie de marché socialiste ».

Dans les pays occidentaux développés, l’économie de marché mûre fait l’objet de l’intervention gouvernementale. Par contre, l’économie de marché n’a jamais connu de développement plein. Le point de départ de la réforme du système économique chinois est l’économie planifiée marquée par l’intervention excessive par le gouvernement. Le problème clé à résoudre à travers la réforme et l’ouverture en temps actuel consiste à faire jouer le rôle institutionnel du marché de manière plus poussée, à résoudre l’intervention excessive, mauvaise et le manque de contrôle par le gouvernement. C’est pourquoi le Parti a proposé de faire jouer au marché le rôle décisif dans la distribution des ressources. Cela ne signifie pas que le marché est omnipotent, ni que le gouvernement donne libre cours au marché. La Décision a souligné de « maintenir le cap de la réforme de l’économie de marché socialiste », ce qui prouve que la réforme de marchéisation insiste sur une mise en marché dans la direction socialiste à la chinoise. Le marché joue un rôle décisif dans la distribution des ressources au lieu d’un rôle global. L’économie de marché est une économie de droit et une économie où règnent moral et honnêteté. Faire jouer le rôle du gouvernement correspondant à celui du marché peut rassurer le développement sain de l’économie de marché.

La direction correcte et puissante du Parti et le contrôle efficace et actif du gouvernement composent les supériorités originales de l’économie de marché socialiste chinois. Depuis la réforme et l’ouverture il y a 35 ans, la Chine a fait des progrès extraordinaires dans le développement économique et social, ce qui dépend de notre Parti et notre gouvernement qui ont joué un rôle dans la promotion de la réforme, de l’ouverture et du développement, ainsi que dans la sauvegarde de la stabilité de l’environnement du développement. Durant cette évolution, la Chine a obtenu de riches expériences dans le macro-contrôle et la gouvernance, dont la plus important est de prendre pour l’orientation la stratégie et la planification du développement d’Etat, d’utiliser les mesures de la politique macro-économique, de réajuster la demande et le niveau d’approvisionnement globaux, de prévenir les risques systémiques budgétaires et financiers et d’éviter les fluctuations périodiques amples dans l’économie. En même temps, les acteurs du marché se heurtent probablement aux intérêts sociaux dans le but de maximiser ses propres intérêts. Le gouvernement doit renforcer son contrôle au marché, sauvegarder l’ordre du marché, protéger l’environnement et les droits et intérêts des travailleurs et des consommateurs, notamment la sécurité et la santé. Il doit également mettre en vigueur des règles et des systèmes économiques contre le monopole et la concurrence déloyale afin d’assurer la concurrence loyale et les intérêts des consommateurs. Le plus important c’est que le gouvernement doit, lorsque le marché ne peut pas bien résoudre les problèmes tels que l’approvisionnement des produits publics et l’équité de la distribution des revenus, intensifier et optimiser les services publics, rendre les services publics fondamentaux accessibles à tous sans distinction, sauvegarder et régler l’ordre de la première distribution mise en forme par le marché, réaliser un réajustement raisonnable de la redistribution des revenus par la taxation, la sécurité sociale et le transfert de paiement et de prévenir le fossé excessif entre les revenus afin de favoriser la prospérité commune, d’assurer l’équité, la justice et la stabilité sociale.

Le plan du document Des questions sur l’approfondissement de la réforme du régime économique est illustratif des préoccupations du PCC :

  • I. Le développement dépend de la réforme
  • II. Il faut agir avec courage et intelligence
  • III. La réforme doit bénéficier aux masses populaires.
  • IV. Accélérer la transformation des fonctions du gouvernement
    — 1. Annuler et décentraliser les formalités administratives.
    — 2. Toute formalité maintenue est publiée dans la société. La transparence des activités du gouvernement est le propulseur de la réforme du système des formalités administratives et la surveillance de la restriction des formalités. .
    — 3. Renforcer et améliorer le contrôle. En simplifiant les structures administratives et en décentralisant les pouvoirs de décision, il faut renforcer le contrôle sur le marché.
  • V. Approfondir la réforme du régime financier et budgétaire
    — 1. Promouvoir la publication du budget. Les recettes budgétaires du gouvernement proviennent du peuple. Le public a droit de surveiller les dépenses et les résultats.
    — 2. Promouvoir la réforme du régime fiscal. Le point clé actuel réside dans l’élargissement du remplacement de la taxe sur les affaires par la TVA.
    — 3. Délimiter les pouvoirs et les responsabilités de dépense. Depuis longtemps, entre le gouvernement central et les autorités locales, entre les autorités locales à divers échelons, la délimitation des pouvoirs et des responsabilités de dépense n’est pas assez claire, ni rationnelle, ni régulée
  • VI. Améliorer le système du marché financier
    — 1. Assouplir les conditions d’accès au marché. Malgré ses caractéristiques particulières, le secteur financier est essentiellement un secteur concurrentiel, qui encourage l’amélioration des services par la concurrence et qui optimise la distribution des ressources par le marché.
    — 2. Promouvoir la libéralisation des taux d’intérêt. La libération des taux d’intérêt consiste à donner le pouvoir de décision du prix des fonds au marché.
    — 3. Établir un système d’assurance-dépôts. Le système d’assurance-dépôts est une mesure importante pour garantir les intérêts des déposants dans le cadre de l’économie de marché
  • VII. Mettre en place un nouveau système économique ouvert
    — 1. Réformer le système de gestion des investissements extérieurs, y compris l’utilisation des capitaux étrangers et les investissements à l’étranger. Les réserves de devises de Chine représentent aujourd’hui 3 900 milliards de dollars.
    — 2. Étendre l’ouverture des régions intérieures et frontalières.
    — 3. Insister sur le développement coordonné du commerce multilatéral et de la zone de libre-échange.
  • VIII. Pousser en avant la restructuration en s’appuyant sur la réforme
    — 1. Établir un mécanisme permanent visant à stimuler la demande intérieure. Le plus grand potentiel de la réalisation du développement durable réside dans la demande intérieure.
    — 2. Procéder à une planification générale sur la réforme de l’intégration urbaine-rurale. Le dualisme ville/campagne est une manifestation évidente et l’origine importante de la structure économique irrationnelle.
    — 3. Chercher à établir un mécanisme de développement équilibré entre les régions. La solution du déséquilibre entre les régions est la tâche primordiale de la restructuration et la voie nécessaire pour stimuler un grand potentiel de développement.
    — 4. Accélérer l’optimisation et la montée en gamme industrielles par l’innovation. La force motrice de la restructuration réside dans l’innovation.

Voir en ligne : sur le site "théorie en chine"

Sites favoris Tous les sites

4 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).