Euro : si c’était le chaos ?

, par  André Gerin , popularité : 2%

Une question jusqu’à présent taboue est désormais au cœur du débat en France et en Europe : faut-il sortir de l’Euro ?

Ce week-end, les ministres des finances de l’Europe se sont concertés afin de faire face à la crise financière. Ils ont ratifié le plan d’aide de 85 milliards d’euros à l’Irlande et réfléchi au risque d’un effet domino : après la Grèce, l’Irlande, la menace se précise sur le Portugal et l’Espagne. Puis qui d’autre ? Qui peut se prétendre à l’abri, tant la pieuvre financière a envahi l’ensemble des rouages économiques européens ?

Dans le même temps, après la grève générale massive au Portugal, mercredi dernier, de puissantes mobilisations populaires se sont manifestées, samedi et dimanche, en Irlande et en Italie, contre l’austérité.

Des interrogations sont devenues incontournables. L’Euro devait nous protéger, nous permettre de nous insérer dans la mondialisation, de tirer notre épingle du jeu, de faire front face aux Etats-Unis et au dollar, de résister à l’émergence de la Chine et de l’Inde.

C’est tout le contraire qui se produit. Nous avons pris de plein fouet la crise des subprimes américaines, tant nos banques ont été impliquées dans cette gabegie. Les Etats les ont renflouées à coup de milliards. Elles continuent pourtant leurs ravages. Et ce sont aux peuples à qui les gouvernements présentent la facture.

Soyons lucides : l’Euro sert à cela, à la domination des marchés financiers, à leur rapacité.
C’est au nom de leurs intérêts que nous nous voyons imposer des purges sociales, lesquelles ne sont pas évidemment les conditions d’une sortie de la crise, mais au contraire, l’enfoncement dans la régression.

Ce sont ainsi les sources de toute croissance que l’on tarit, en même temps que, dans la même logique, le dumping social conduit à toujours plus de délocalisations, aux fermetures d’entreprises et à la désindustrialisation de notre pays.

La question qui prévaut aujourd’hui est la suivante : comment permettre aux peuples de reconquérir leur souveraineté ?

Pour cela, l’urgence n’est pas de rassurer les marchés mais de combattre ces incendiaires qui crient au feu.

L’Euro a été conçu pour eux. Il faut en sortir afin de s’extirper de la spirale du chaos qui est appelée à toucher tous les pays de l’Union européenne, les uns après les autres.

Il importe que nous retrouvions notre souveraineté économique et monétaire et que nous travaillions à une véritable coopération européenne, qui permette à chaque pays de développer ses atouts et non de les sacrifier sur l’autel de la finance.

La France doit sortir de l’Euro car la monnaie unique est devenue un boulet.

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).