Eliminer les gaspilleurs en chef ! Consommation et décroissance : mais qui gaspille ?

, par  Marie-Christine Eigeldinger , popularité : 2%

Lors d’un débat sur le texte Unir les communistes, un camarade est intervenu sur le gaspillage, largement commenté dans les médias et qui culpabilisent une partie de la population. Regrettant, ainsi, que le texte ne pointe pas la décroissance. Je souhaite faire connaître aux communistes la position de la Fédération Nationale Agroalimentaire CGT qui pointe les responsabilités et nous donne des arguments :

le gouvernement a annoncé un plan de lutte contre le gaspillage alimentaire. Son objectif est de le réduire de moitié d’ici 2025 en favorisant la vente des produits à l’unité, en recyclant ces produits pour l’alimentation animale, voire en en faisant profiter les plus démunis. La terminologie même utilisée laisse pour le moins à désirer. Si combattre le gaspillage est une évidence, il ne faut pas pour autant se tromper de cible en culpabilisant les consommateurs, ériger cette lutte en remède contre la faim et la pauvreté ou cantonner des milliers d’êtres humains dans un statut d’assistés d’une charité même organisée par l’Etat.

Les premiers gaspilleurs ne sont pas égratignés, ils s’en tireraient même bien, avec quelques efforts publicitaires « socialement corrects et responsables ». Les groupes de l’agroalimentaire et de la grande distribution ne sont-ils pas concernés, au premier chef, du fait de leur stratégie. Pour ne prendre que quelques exemples :

- Le packaging en plusieurs lots pour faire vendre plus est propice aux stratégies patronales qui visent à atteindre leurs objectifs de chiffre d’affaires et de marges bénéficiaires. Et lorsqu’en plus il s’agit de produits frais avec des dates limite de consommation (DLC), il ne faut pas s’étonner qu’il y ait des pertes.

- L’organisation du travail en flux tendus entraîne par exemple un remplissage des rayons, non en fonction des capacités de vente, mais pour éviter toute absence de la marque choyée. Les invendus, et donc les pertes, peuvent être importants en fonction des DLC. Le gaspillage provient également des pertes de matières premières issues d’un disfonctionnement des machines ou de leur inefficience ou de produits finis qui ne répondent pas aux divers critères de qualité, poids ou emballage défectueux qui grèvent les coûts de production et dont on ne parle jamais. Il est plus facile de faire pression sur les salaires que d’investir dans une maintenance permanente dans les usines pour régler, maintenir ou moderniser l’outil de production.

- Source de gaspillage financier, les budgets publicité/promotion atteignent, dans les grands groupes agroalimentaires et de la grande distribution des sommes équivalentes à la masse salariale, ce qui est scandaleux. Dans le même temps, où restructurations et plans de sabordage démultiplient les charrettes de licenciements, des sommes folles sont dépensées, gaspillées dans des campagnes publicitaires souvent au niveau culturel et moral plus que douteux. Les innovations portent pour une part importante, sur les emballages. Rien ou presque n’est fait quant à la qualité des produits. L’objectif est de vendre avec des marges toujours plus grandes.

La concurrence que se livrent les grands groupes, sur un secteur dont l’objectif unique devrait être de répondre aux besoins alimentaires et nutritionnels de la population, en quantité et en qualité, engendre des gâchis énormes dont personne ne parle au nom du « libre marché » et de la propriété privée. Sans parler du gâchis humain qu’entraînent les restructurations et les licenciements ou les rachats-fusions qui aboutissent à digérer un concurrent en octroyant aux directions et actionnaires intégrés des sommes sans aucune correspondance économique ou sociale.

Enfin le plus grand gaspillage n’est-il pas dans l’exploitation renforcée des travailleurs de nos professions. Le niveau des salaires, les conditions de travail déplorables, les économies de bout de chandelle sur les investissements sont le lot quotidien de centaines de milliers de salariés. Dans le même temps, au bas mot, dans le groupe Unilever, pour ne prendre que celui-là, chaque salarié rapporte au capital 5.224 € par mois, gaspillés en salaires mirobolants pour les dirigeants d’entreprises, en stock options, en dividendes aux actionnaires, en privilèges monarchiques. N’est-ce pas là le plus grand gaspillage à combattre, à éliminer.

Les gaspillages énormes engendrés par le système lui-même doivent être combattus, ce qui permettrait de s’attaquer aux causes réelles de la faim et de la pauvreté.

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

  • Formons nos cellules !

    La discussion de congrès sur l’organisation du parti communiste doit bien sur traduire les débats sur sa stratégie, (...)

  • La Chine et un marxiste à Paris

    Notre camarade Jean-Claude Delaunay, économiste marxiste qui vit actuellement en Chine, va publier prochainement un (...)

  • Hommage à Jean Salem

    Le Cercle Universitaire d’Études Marxistes à tous ses amis,
    C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris (...)

  • CUEM : Calendrier 2017-2018

    Cercle universitaire d’études marxistes
    « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde, il s’agit (...)

  • Voix sans Voile

    Cher-e-s camarades,
    Je vous annonce la sortie prochaine de mon livre, intitulé "Voix sans Voile", préfacé par PIERRE (...)

  • Viols à Solférino ?

    A quand les bordels dans les couloirs de Solferino pour « les migrants » ?
    C’est une insulte d’abord pour ces (...)

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).