Congrès : un compte-rendu de Caroline Andréani, membre du CN

, par  Caroline Andréani , popularité : 2%

35e congrès : un congrès curieusement intéressant !

En avril dernier, lorsque la direction nationale a imposé le lancement d’un « congrès d’étape » à marche forcée, j’étais de celles et ceux qui pensaient que ce congrès arrivait trop vite après les élections régionales et qu’il ne permettrait pas aux communistes de réfléchir et de débattre comme il l’aurait fallu. Un appel signé par sept secrétaires fédéraux en demandait le report, demande qui est restée lettre morte.

Curieusement, ce 35e congrès a été très intéressant. Par bien des aspects, les débats ont échappé à la direction nationale, qui a été clairement mise en cause sur la stratégie du Front de gauche.

Évidemment, tout était réglé d’avance, l’adoption d’un texte d’orientation et de « transformation », tout comme l’élection de Pierre Laurent comme secrétaire national en remplacement de Marie-George Buffet.

Mais soit que les délégations aient été moins filtrées que dans un congrès normal, soit que le mécontentement dans les fédérations soit arrivé à un niveau où même les secrétaires fédéraux ne sont plus capables de l’étouffer, on a entendu dans ce congrès des critiques et des mises en cause radicales des orientations de la direction nationale.

Première critique, la mise en cause de la stratégie du Front de gauche. Elle est venue de plusieurs fédérations, de manière récurrente, tout au long du congrès.

D’abord, plusieurs fédérations ont pointé la perte d’élus communistes au profit de membres du Parti de gauche ou de la Gauche unitaire, non représentatifs, parfois même totalement inconnus dans la région où ils ont été élus. Ces candidatures ont été imposées aux communistes dans le cadre de négociations régionales ou nationales. Certaines fédérations ont ainsi perdu le seul élu régional qu’elles avaient, au profit des partenaires du Front de gauche, avec les conséquences politiques et les conséquences financières que l’on devine.

Deuxième critique très souvent formulée, le risque que le Front de gauche se transforme en un nouveau parti politique. Pierre Laurent a eu beau monter au créneau, la déclaration de Marie-George Buffet à l’issue de la réunion du 9 juin avec le PG et la GU a dessillé de nombreux camarades. Les critiques se sont faites tellement fortes que la direction a pris l’engagement de refuser les adhésions directes au Front de gauche, et la constitution de la fameuse association des Partisans du Front de Gauche. Respectera-t-elle ses engagements, c’est une autre histoire... Le tour de passe-passe de Pierre Laurent lors de la discussion sur la résolution, expliquant qu’il n’y a avait pas besoin d’écrire que le Pcf refusait les adhésions directes au Front de Gauche puisque tout le monde en était d’accord, n’est pas pour rassurer sur ses intentions.

Enfin, l’attitude de Jean-Luc Mélenchon a été régulièrement mise en cause : dans leur grande majorité, les communistes refusent de faire la campagne présidentielle d’un candidat auto-proclamé. L’idée avancée par la direction nationale d’une candidature du Front de gauche qui ne soit pas forcément communiste n’est pas passée. La fédération du Nord a proposé un amendement sur l’élection présidentielle qui prenne acte de la volonté des communistes de désigner un candidat issu de leurs rangs le plus tôt possible. Pierre Laurent est intervenu pour empêcher que cet amendement soit retenu.

Plusieurs délégués, sous l’égide de Daniel Cirera, ont déposé une contribution alternative qui demandait une analyse critique des résultats du Front de gauche et une discussion approfondie sur la stratégie. Elle a recueilli plus d’une centaine de voix.

Jacky Hénin a présenté sa candidature comme secrétaire national afin de lancer un débat dans le congrès. Sa candidature a suscité des discussions parfois houleuses dans la commission des candidatures, qui ne l’a pas retenue. Moyennant quoi, malgré une approche politique différente manifeste entre Jacky Hénin et Pierre Laurent, aucun débat de fonds n’a pu avoir lieu dans le congrès.

Le congrès a permis l’élection de Pierre Laurent, qui a obtenu 81% des suffrages, contre 19% de blancs et nuls, et une soixantaine de camarades qui n’ont pas pris part au vote. Ce n’est donc pas une victoire écrasante.

L’ampleur de la mise en cause de la stratégie du Front de Gauche, souvent comparée à celle des collectifs anti-libéraux, est très symptomatique d’un manque de crédibilité de la direction nationale. Ce manque de crédibilité est pour le moment estompé par l’élection d’un nouveau secrétaire national. Gageons que si Pierre Laurent continue sur les brisées de Marie-George Buffet, s’il n’entame pas un virage dans les orientations politiques et la stratégie qui prenne en compte les aspirations profondes des communistes, cela se terminera comme en 2007, par du découragement et de nouveaux départs.

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).