Cantonales : états des lieux.

, par  Jean-Louis Cailloux , popularité : 2%
]

Nous publions une analyse détaillée des résultats des cantonales réalisée par le camarade Jean-Louis Cailloux.

Ce travail minutieux ne peut qu’être utile à la réflexion des communistes.

Des analyses sont faites sur les résultats du FN, du PS, des verts et de l’UMP
Cette note s’attache au PCF et au FdG.

1) Les élus en 2011

Nous avons là une avancée à ne pas bouder, car c’est une inversion de tendance.

Au second tour sous le label "Le Front de gauche", le PCF progresse légèrement en % et totalise 113 élus contre 104 sortants et le PG 5.

Dans le Nord, le PCF est passé de 5 à 7 cantons. Un siège a été gagné en Haute-Garonne et un autre dans les Hautes-Pyrénées. Un canton de Nîmes face au FN a été remporté. L’Allier reste communiste comme le Val-de-Marne où les trois élus du Front de gauche, en duel face à des écolos, l’ont emporté. En Seine-Saint Denis. Le PCF l’a aussi emporté contre le PS à Aubervilliers et contre les Verts à Saint-Denis et Montreuil (ou le PCF était également derrière la candidate vert au premier tour à cause de la présence d’un candidat communiste lié à la Fase.

2) une grille de lecture politique

Il est important d’avoir pour chaque scrutin, national ou local, un classement des candidats par nuance politique précise et des suffrages correspondants.
Ce classement donne des éléments d’analyse et de comparaison des scrutins électoraux en France sur la durée. C’est ce qui permet de constater le recul du PCF depuis 1981 par exemple.

Cette grille des nuances politiques doit être mise à jour pour tenir compte de la création de nouvelles formations politiques. Elle doit par exemple prendre en compte la création du Parti de Gauche ou de la gauche unitaire.

Par contre elle n’a pas à prendre en compte les alliances électorales entre partis politiques. Comment classer par exemple les accords PS Verts ?

Il est donc important de conserver la nuance « Communiste » présente dans les grilles d’analyse du parti communiste lui-même qui hélas ne produit plus d’analyses ou au ministère de l’Intérieur. Même dans le cadre d’un « Front » être candidat PCF ou candidat PG, ou GU ou Fase, ce n’est pas tout à fait la même chose. Le Front permet sur une base commune d’avoir des candidats communs mais il faut aussi assumer nos différences.

Mélenchon avec son PG qui se fixe comme objectif de faire disparaître le PCF du paysage au profit d’un nouveau parti voulait substituer aux partis, le label général « Front de gauche ». Il peut y avoir des appuis pour cette démarche au sein du PCF ! Nous savons pourquoi.

3) L’état des lieux

Voyons l’état des lieux avec tous les aspects :
a) les candidats PCF du FdG,
b) les candidats Front de Gauche avec d’autres formations.

Au premier tour des élections cantonales de 2011, sur les 2026 cantons à pouvoir, nous pouvons agréger les candidats se réclamant du Front de gauche dont le total atteint 1661 candidats.

Ils sont répartis comme suit :

PCF 1349 candidats + 21 candidats PCR (PC Réunionnais) et 20 MPM (PC Martiniquais) soit 1390 candidats recueillant 724 911 voix et 7,91% (contre 957.223 en 2004 et 7,79%).

Observons en lien avec l’abstention – 232.312 voix et + 0,13% sur 2004.

PG : 264 Candidats avec 92.337 voix et 1,02%.

Gauche Unitaire : 26 candidats, environ 15.000 voix, soit 0,15%.

Il faudrait aussi agréger :

- des candidatures FdG issus du NPA qui obtiennent 0,11%,
- 2 candidats FdG issus de la Fase,
- ou encore d’autres formations comme « République et socialisme » ex MRC, et quelques formations ou associations politiques locales (comme l’ADS), GUP 1 candidat,
- 14 candidats divers qui avaient un label « Front de Gauche ». Mais nous ne savons pas les retrouver facilement dans les classements extrême gauches ou divers gauches.

Au total un calcul trouvé sur un site donne un score FdG de 9,1%.

4) L’évolution du nombre de candidats communistes

L’évolution du nombre de candidats communistes comme instrument de mesure de son implantation politique nationale réelle :

- En 1979 le PCF obtenait 22,46%% et 558 élus
- En 1982 le PCF obtenait 15,88%% et 198 élus
- En 1985 le PCF obtenait 12,52% et 149 élus
- En 1988 le PCF obtenait 13,30% et 140 élus
- En 1991 le PCF obtenait 9,48% et 101 élus
- En 1994 le PCF obtenait 11,39% et 139 élus
- En 1998 le PCF obtenait 10% et 143 élus.
- En 2001 le PCF présentait 1639 candidats et obtenait 9,8% et 126 élus.
- En 2004 le PCF présentait 1670 candidats en métropole et 31 dans les DOM soit 1701 candidats et recueillait 957.223 et 7,79% et 108 élus.
- En 2008 sur les 2020 cantons renouvelables, le PCF n’avait réussi à présenter que 1163 candidats en France, 1257 avec les Dom et avait recueilli 8,82% et 117 élus. 2008 marquait un important recul de candidatures – 476 candidats sur 2001. C’est ce qui avait permis à Roger Martelli d’avancer l’idée du déclin inexorable du PCF.
- En 2011 le PCF présente 1349 candidats + 21 candidats PCR (PC Réunionnais) et 20 MPM (PC Martiniquais) soit 1390 candidats recueillant 724.911 voix et 7,91%.

En 2011, le Front de gauche présente au total 1661 candidats et obtient 113 élus :

a) le PCF présente 1390 candidats, c’est mieux que les 1163 de 2008, mais c’est loin des 1701 candidats du PCF en 2004.
Ce n’est donc pas sur ce plan de la présence, un bon résultat pour le PCF puisque cela laisse 636 Cantons sans candidat.
Le PCF devait mieux faire.

b) Ce label Front de gauche n’est pas parvenu à présenter plus de candidats que le PCF en avait présenté seul en 2004.

c) Comparaison sur le même série d’élections cantonales.
- 1998 : le PCF obtenait 10% et 143 élus.
- 2004 : Le PCF présentait 1257 candidats et obtenait 7,79% et 108 élus.
- 2011 : Le PCF présente 1390 candidats et recueille 7,91% et 113 élus.

5) Fait notable : le décrochage ouvrier et employé dans les candidatures

Autres données que l’on trouve sur le site Source : Sciences Po-CEVIPOF, l’origine sociale des candidats de l’ensemble des partis politiques.

On constate une chute vertigineuse des candidatures ouvrières et employés :

- 2004 : 448 candidats ouvriers et 922 employés
- 2008 : 140 candidats ouvriers et 556 employés
- 2011 : 193 candidats ouvriers et 719 employés

Cela est très indicatif, si nous relions cette chute, avec la montée des abstentions et le vote des catégories ouvrières et employés pour le FN.
À l’opposé nous voyons une montée des candidatures issues du patronat et des catégories libérales et d’encadrement qui lui sont associés.

Jean-Louis Cailloux

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).