Brignoles : rompre avec les fausses solutions qui aggravent le mal Déclaration du PRCF

, par  auteurs à lire , popularité : 2%

Coup de tonnerre dans un ciel serein ? Certainement pas. Lente et inexorable détérioration de la situation politique ? Sûrement. Mais comment en arrive-t-on dans une petite ville de France dont le maire est membre du PCF, à voter à 40% des suffrages exprimés pour un parti d’extrême droite ?

D’abord les faits : 69% des électeurs ne sont pas allés voter.

Cela ramène le score du FN à de plus justes proportions sans diminuer en rien – au contraire – la gravité de la crise politique explosive qui travaille en profondeur notre pays.

Mais surtout cela pointe le mécanisme suivant, qui se reproduit partout en Europe : la droite complexée, c’est-à-dire le PS (PSOE en Espagne, Parti Travailliste au Royaume-Uni, SPD en Allemagne, Parti démocrate en Italie, PASOK en Grèce…) réussit péniblement à battre la droite décomplexée UMP. L’électorat espère (un peu) que les pires excès du sarkozisme hystérique seront corrigés ou du moins, qu’il y aura une pause dans les attaques contre le peuple. Le PS met en œuvre sa politique, c’est à dire avec un style différent, plus bonhomme, (on peut désormais s’approcher du Président même si on est un adversaire politique), la même politique que l’UMP, parfois en pire sur le fond. Résultat l’électorat qui attendait des changements ou du moins un frémissement d’inversion de la politique économique et sociale, nationale et internationale est meurtrie, blessée, indignée, rageuse, désespérée, révoltée, résignée, voire toutes ces attitudes politiques à la fois. Et que font-ils ces électeurs bernés et en colère ? Ils s’abstiennent. Ecoeurés par la trahison, le mensonge, la veulerie, la lâcheté des dirigeants du P »S ». A ce propos saluons la quasi honnêteté politique de Valls qui proposait dès 2009 :


« Il faut transformer de fond en comble le fonctionnement du PS, nous dépasser, tout changer : le nom, parce que le mot socialisme est sans doute dépassé ; il renvoie à des conceptions du XIX° siècle ».

Mais cette dérive droitière du PS a été anticipé, c’est terrible à dire, par les directions successives du PCF : quel principe fondateur du communisme nos grands idéologues « mutants » n’ont-ils pas abandonné depuis 30 ans pour coller au PS, lequel en a aussitôt profité pour « coller » à la droite dite centriste, laquelle… n’a cessé de se rapprocher du FN dans un glissement continu vers la droite du spectre politique français.

En revanche le mot capitalisme lui est bien d’actualité d’autant que le gouvernement PS est devenu une succursale, une annexe, une filiale du MEDEF.

Parallèlement à ce processus politique l’électorat du FN reste stable, donc s’agrandit en proportion de l’abstention de l’électorat de gauche. Sans compter les mécontents et excédés qui utilisent le vote FN comme défouloir.

Là encore pourquoi se tourner vers une extrême droite notoirement rescapée de Vichy et des guerres coloniales ? Parce que vers qui se tourner ? Mais le Front de Gauche nous disent des amis…Ah oui ? Mais alors pourquoi les électeurs ne le font-ils pas ? 14% au PCF-PS pris ensemble à Brignoles !… Poser la question c’est y répondre si l’on veut faire preuve d’un minimum de lucidité et de cohérence politique.

Réponse : Euro, UE, OTAN.

Chaque ouvrier, employé, petit commerçant, fonctionnaire, pêcheur, petit patron, cadre, professeur…en a fait l’expérience très concrète, l’euro les a plombés, c’est un carcan qui brise les protections sociales, c’est un outil de vie chère, c’est un outil d’asservissement et de casse de la souveraineté populaire. L’euro prive le peuple de France de choisir l’avenir qu’il veut, c’est un outil de la dictature du grand capital supranational.

L’UE est honnie chaque jour davantage par notre peuple qui en comprend la finalité : briser le pôle de résistance et d’espace démocratique qu’est la nation et du coup briser la démocratie (même bourgeoise, c’est déjà trop pour l’oligarchie capitaliste !) et briser les conquêtes sociales. L’UE, tous le monde l’a compris sauf Pierre Laurent et J.-L. Mélenchon, qui a encore expliqué ce matin sur France-Inter que sortir de l’euro serait une catastrophe, comme si l’euro n’était pas déjà l’une des causes centrales de la catastrophe présente ! Et proclamer comme le fait encore la Front de Gauche « nous voulons une Europe sociale » c’est vouloir un crocodile végétarien. La Le Pen, qui n’est pas idiote, a bien compris qu’il fallait utiliser à ses fins le rejet profond de l’UE en le dévoyant dans un sens xénophobe et raciste.

La posture belliciste et ridicule de la politique étrangère du PS avec ses campagnes africaines et proche-orientales, après l’aventurisme impérialiste et contre-productif de Sarkozy, a de quoi refroidir les ardeurs du plus fanatique des partisans du PS…L’alignement sur l’impérialisme US, et l’OTAN, son outil de domination, ne peut que provoquer ce haut-le-cœur de l’électorat progressiste. C’est pourquoi nous pouvons, nous devons rassembler largement contre l’ennemi principal et pour cela constituer un Front Antifasciste, Progressiste et Patriotique.

Voila pourquoi nous proposons la sortie de l’euro, de l’UE et de l’OTAN par la voie progressiste, avant que l’oligarchie ne mette en place une sortie de l’euro par le porte de droite, avec plusieurs euros ou d’autres montages qui ne feraient qu’aggraver le mal. Ces trois sorties mises en œuvre par notre peuple impliqueront un processus, une dynamique politique qui, en provoquant de larges affrontements de classes à l’initiative du camp progressiste, peut rapidement déboucher sur la quatrième sortie, la sortie révolutionnaire hors du capitalisme et la construction du socialisme au rythme que le peuple fixera.

Sans cela, le PS et ses satellites nous mènent au pire, alimentant toutes les frustrations et les haines qui seront canalisées par l’extrême-droite et par la droite pour le plus grand malheur de la classe ouvrière, de notre peuple et de la nation républicaine.

Le 7 octobre 2013

Lu sur Initiative communiste, journal du PRCF

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).