Grèce : la résistance s’organise :

Le discours de Zoe Konstantopulou contre le 3ème mémorandum « Messieurs du gouvernement, vous n’avez pas le droit de placer sur les épaules du pays un nouvel emprunt, en acceptant le paiement d’une dette illégale »

, par  auteurs à lire , popularité : 8%
JPEG - 76.6 ko

Mesdames et Messieurs les députés, chers collègues,

Pour commencer, je voudrais attirer votre attention sur le fait que le projet de loi introduit devant le Parlement – ‘introduit’, ici, est à prendre aussi bien au sens propre qu’au sens figuré [ndlt : en grec : "eisagomeno" signifie "introduit", mais aussi "importé de l’étranger"] – est inconstitutionnel pour les motifs invoqués dans les exceptions d’inconstitutionnalité déposées par Syriza le 7 novembre 2012, que j’ai eu l’honneur de présenter et dont je soumets une copie aux Actes de la Chambre ; le 14 novembre 2013, que j’ai eu l’honneur de présenter et dont je soumets une copie aux Actes de la Chambre ; le 30 mars 2014, motifs que j’ai eu l’honneur de présenter pour le compte du groupe parlementaire du Syriza et dont je soumets une copie aux Actes de la Chambre, mais aussi pour les raisons invoquées par le Premier Ministre de Grèce, Alexis Tsipras lors de son discours du 14 décembre 2010, discours dont je dépose une copie aux Actes de la Chambre, ainsi que lors du discours du Premier Ministre, monsieur Alexis Tsipras, prononcé lors de la séance d’adoption du Deuxième Mémorandum de la Loi 4046 de 2012, dont je remets une copie aux Actes de la Chambre, pour les raisons évoquées par le Premier Ministre, M. Alexis Tsipras, lors de son allocution du 23 février 2012, dont je soumets une copie aux Actes de la Chambre, pour les raisons évoquées par le Premier Ministre, M. Alexis Tsipras, lors de son discours prononcé à l’occasion du vote de ratification du Programme à Moyen Terme, dont je soumets une copie aux Actes de la Chambre, lors des débats sur les mesures d’urgence d’application des Lois 4046, 4093 et 4127, dont je soumets une copie aux Actes de la Chambre, de la loi 4224 de 2013 dont je remets une copie aux Actes de la Chambre, et enfin de la Loi 4254 de 2014 dont je remets une copie aux Actes de la Chambre.

Mesdames et messieurs les députés, chers collègues, nous sommes non pas ce que nous disons, mais ce que nous faisons.

Nous sommes chaque mot de la Constitution, s’il ne nous passe pas par la tête de violer les plus sacrées des garanties constitutionnelles protégeant la démocratie, la liberté, la dignité, les droits, le fonctionnement parlementaire, l’indépendance nationale, la souveraineté populaire.

Nous sommes les défenseurs de la démocratie du peuple, de la société et de la souveraineté populaire et du principe selon lequel tout pouvoir tire sa source du peuple et s’exerce pour le peuple, comme le prévoit la Constitution, si ce pouvoir que nous avons reçu du peuple, nous le lui rendons, et si nous honorons le verdict populaire tel qu’il s’est exprimé avec 37 % de la confiance au programme social anti-mémorandum du Syriza, mais aussi avec le monumental 61,3 % du NON aux chantages et aux mémorandums lors du référendum du 5 juillet.

« Nous serons originaux », a déclaré le Premier Ministre, et il a empli de sentiments de joie, d’élévation et de dignité chacune et chacun de nous, et il a gonflé les voiles de l’espoir pour les jeunes générations. Nous faisons preuve d’originalité, si nous restons effectivement cohérents, après les élections, avec tout ce que nous avons dit pendant la campagne et non si, petit à petit, ou au contraire avec une rapidité déconcertante, nous nous muons en défenseurs de tout ce que nous avons combattu avec constance depuis des années.

Il n’y a rien d’original, pour un gouvernement, à ramener des mémorandums en soutenant que c’est là la seule et unique voie de salut pour le pays ; cela, tous les gouvernants précédents l’ont déjà fait.

Il n’y a rien d’original, pour un gouvernement qui amène avec lui des mémorandums, à viser à ce que leurs clauses échappent si possible au débat ; cela, tous les gouvernants précédents l’ont déjà fait.

Il n’y a rien d’original à présenter les mémorandums sous la forme de textes de centaines de pages, en un seul, deux ou trois articles, afin que leurs dispositions particulières ne soient pas soumises au vote ; cela, tous les gouvernants précédents l’ont déjà fait.

Il n’y a rien d’original à déposer à la dernière minute de monstrueux amendements, longs de plusieurs pages, qui constituent à eux seuls de véritables projets de lois ; cela, tous les gouvernements précédents l’ont déjà fait.

Il n’y a rien d’original à voir les promoteurs des dispositions législatives les plus assassines pour la société taxer quiconque les combat de populisme et d’irresponsabilité ; cela, tous les gouvernements précédents l’ont déjà fait.

Il n’y a rien d’original pour un gouvernement qui promeut les mémorandums à accuser quiconque leur résiste d’immaturité politique et d’infantilisme, de se conduire comme des gamins et de s’adonner à des jeux d’enfants – combien de fois M. Samaras n’a-t-il pas qualifié notre groupe parlementaire de « conseil de classe » et notre Président, Alexis Tsipras, de « représentant des élèves au Conseil » ? Cette rhétorique est d’ailleurs chère à nos démolisseurs venus de l’étranger, telle Mme Lagarde qui, après le « the game is over » de M. Tusk [1], déclarait : « il est temps que les adultes prennent la parole », sous-entendant ainsi que le Premier Ministre de Grèce, voire le peuple grec lui-même, est mineur.

Il n’y a rien d’original, enfin, à ce que ceux-là même qui apportent les mémorandums s’efforcent de rejeter sur ceux qui résistent, l’accusation de trahison et de collaboration avec l’ennemi. Combien de fois n’a-t-on entendu M. Samaras et M. Venizelos [2] évoquer une « cinquième phalange », lorsqu’ils s’adressaient tantôt à nous – alors que nous étions le 1er parti d’opposition –, tantôt, pour M. Venizelos, au sein même de son propre parti ?

Et malheureusement, nous n’avons pas fait preuve d’originalité avec cette dernière tactique, pas originale du tout, mais la plus vulgaire de toutes. Adoptée désormais ouvertement, elle le fut d’abord à mots couverts et sournoisement, puis par la suite, sans vergogne, et elle a atteint son paroxysme avec l’attaque dirigée directement contre tous ceux, parmi les députés du Syriza, qui persistent à défendre nos positions, inscrites dans notre programme, nos engagements communs, nos principes communs et nos annonces de campagne, par leur diabolisation en tant que collaborateurs de Schaüble ou que braqueurs de banques.

Ce qui est véritablement original, pour toute l’Europe, c’est de voir le premier gouvernement de gauche – avec pour colonne vertébrale un parti de gauche -, sorti vainqueur des élections avec pour mandat de débarrasser le pays des mémorandums, remettre le mandat populaire dans les mains de la Troïka, avec les clefs du pays et du Parlement, les biens et richesses nationaux et la souveraineté nationale, et s’efforcer en même temps d’éliminer, comme de vulgaires obstacles ou des poids morts, les ministres, représentants parlementaires, membres de la Présidence du Parlement, présidents de commissions du parlement qui tentent d’empêcher cela.

Mesdames et messieurs les députés, camarades du Syriza, il ne vous suffit pas de dire « nous n’adoptons pas le mémorandum », quand vous adoptez, soutenez et votez la suppression des tous derniers remparts garantissant le fonctionnement parlementaire, et la façon dont cela s’est fait, ces derniers jours, fut vraiment terrifiante ; je vous confesse que j’ai eu honte, quand j’ai entendu M. Mardas [3] adopter le stratagème que lui avait suggéré M. Venizelos : rebaptiser ce projet de loi – qui consistait en la ratification d’un accord – en prétendu « projet de loi relatif au régime des retraites ». Ainsi, nous ne votons pas un mémorandum ? Nous votons donc un projet de loi portant sur les retraites ?…

Il ne vous suffit pas de dire « le mémorandum n’est pas notre choix », quand vous choisissez d’adopter, sans discussion préalable, des dispositions inconstitutionnelles, a fortiori des dispositions portant sur des réductions des pensions de retraite.

Il ne vous suffit pas de dire « le Syriz a des principes, des organes, des procédures », quand rien de cela n’est respecté et quand vous savez pertinemment qu’hier déjà, sans décision d’aucun des organes de Syriza en la matière, quatre des membres du groupe parlementaire Syrisa, s’associant avec les forces du mémorandum, ont tenté – qui plus est, en apposant de façon mensongère la signature d’un cinquième membre, M. Mitropoulos – de contourner la Présidente du Parlement, elle-même membre du Syriza, et les quatre présidents des commissions compétentes pour débattre de ce projet de loi. Si cela n’est pas une tentative de coup parlementaire, alors je ne saurais comment le qualifier.

Il ne vous suffit pas de dire que Syriza a des principes, il ne vous suffit pas de dire que Syriza a des principes, des organes, des procédures quand, sans décision d’aucun des organes de Syriza, et au mépris de toutes les décisions des organes collections, des députés, rapporteurs, représentants parlementaires de SYRIZA se présentent et prennent position au nom du parti de façon absolument contraire à nos positions collégialement définies, et il ne suffit aucunement que cela corresponde à la volonté du gouvernement car notre parti, Syriza, a des positions claires sur les relations entre parti, groupe parlementaire, gouvernement, sur les rapports entre gouvernement et Parlement, etc., et sur le rôle de garant que remplissent les organes dans le contrôle du pouvoir. Ces positions ont été présentées lors de l’allocution de notre Président le 28 juin 2013 à la Chanée, avec pour axe principal le renforcement du rôle de contrôle du Parlement face au pouvoir exécutif, allocution dont je soumets la copie aux Actes de la Chambre, et que je vous remercie de bien vouloir enregistrer.

Mesdames et messieurs les députés, nous sommes non pas ce que nous disons, mais ce que nous faisons. Et aujourd’hui je veux être ce que je crois être le plus apte à faire, peut-être parce que c’est ce à quoi j’ai choisi de consacrer ma vie : la défense des êtres victimes d’attaques, d’injustices, de ceux dont l’existence même, les droits, la dignité ou la liberté sont menacés ; la défense de principes et de valeurs quand ceux-ci sont bafoués, la défense de la vérité quand elle est écornée et déformée, la défense de mes camarades quand ils subissent des attaques cannibales, de Panaghiotis Lafazanis [4], Nadia Valavani [5], Yanis Varoufakis [6], Tassos Koronakis [7], de chacun et chacune de ceux qui ont subi cette impitoyable attaque ; la défense du peuple, la défense des biens publics sur lesquels louchent, à l’instant où je vous parle, les vautours du totalitarisme européen ; la défense de la richesse publique, la défense de l’intérêt public qui lui aussi est bafoué, et à ce titre, l’intervention de l’ex ministre des Finances, M. Varoufakis, est significative, relativement à la suppression de procédures qui permettraient de lutter efficacement contre l’évasion fiscale.

Aujourd’hui, je ne défendrai plus le Premier Ministre, car il m’a lui-même convaincue que je dois cesser de le faire, lorsqu’il a qualifié publiquement de « surréaliste », c’est-à-dire d’une forme de fantasme, de folie, de quelque chose de cet acabit, comme le soutiennent certaines publications, le fait que j’affirme le soutenir tout en refusant de voter ce que lui-même a été contraint de signer par le chantage. Il a ajouté qu’il n’est pas un gamin et qu’il dispose d’autres moyens de défense.

Bien sûr, le Premier Ministre a mésestimé le fait que, en soutenant sa personne, je ne soutiens pas seulement le camarade et l’ami cher, le chef du parti auquel j’appartiens, mais aussi le Premier Ministre du pays et le capital politique du premier Premier Ministre de gauche, du plus jeune aussi, un capital politique dont je pensais et pense encore qu’il n’avait personnellement aucun droit de le réduire à néant, car ce capital politique représente les attentes et l’espoir d’un peuple tout entier pour quelque chose de différent, pour une lueur, pour le progrès, la cohérence, la dignité.

Je suis meurtrie et attristée par le choix d’Alexis Tsipras d’ajouter son nom à la liste des premiers ministres des mémorandums, par son choix de laisser jeter en pâture aux chiens, ceux de ses camarades qui ont exprimé leur désaccord avec lui, son choix de ne pas accepter d’être soutenu par la Présidente du Parlement à qui il avait personnellement accordé sa confiance, en pleine connaissance de ce que je fais et dis, et du fait que je ferais preuve d’originalité en respectant tout ce que j’avais déclaré avant les élections, chose que j’ai toujours cru qu’il le ferait lui-même, et d’accepter le soutien – comme ils prétendent le soutenir – depuis si longtemps, depuis de si longs mois, mais de façon particulièrement intense ces dernières semaines, des représentants du plus ancien, du plus corrompu des régimes collusifs, mais aussi des nouvelles recrues des aspirants à la collusion, de Monsieur Kouris [propriétaire du journal Avriani], de l’"avrianisme" à l’ancienne à M. Periodista [bloggeur] aux accointances notoires, qui feignent de soutenir le Premier Ministre, par la diabolisation et la prise à partie, la psychiatrisation et les attaques cannibales contre des membres de Syriza et moi-même en tant que Présidente du Parlement. Face à ceux-là, je me défendrai moi-même, mon parcours, ma dignité, mon existence, nonobstant le fait que ceux qui, par leur fonction institutionnelle, avaient le devoir de le faire, quand bien même je ne le leur aurais pas demandé à maintes reprises au cours des derniers mois, ne l’ont pas fait.

Messieurs du gouvernement, vous n’avez pas le droit – et c’est la dernière occasion pour vous d’endosser cette responsabilité – de placer sur les épaules du pays un nouvel emprunt, en acceptant le paiement d’une dette illégale. Le Premier Ministre de Grèce, au lendemain du chantage, nous a demandé, à nous tous qui croyions qu’il existait des alternatives, de lui soumettre des propositions. Un mois s’est écoulé depuis lors.

J’avais alors déclaré clairement que je croyais qu’il existait des alternatives.

J’avais dit, alors, que le Parlement avait créé des alternatives : il a créé la Commission de Vérité sur la Dette Publique qui effectue un audit de la dette, obligation de tout pays placé sous mémorandum, conformément au règlement 472 en vertu duquel le présent projet de loi est introduit. Et personne n’a daigné me dire pour quelle raison l’avis de cette Commission, qui aboutit à la conclusion que cette dette est illégale, odieuse, et insoutenable n’a pas été placé au premier plan, n’est pas devenu la bannière de la revendication du gouvernement.

Personne ne m’a expliqué pourquoi, alors que l’avis de la commission et le fonctionnement même de cette commission sont salués par les organes compétents de l’ONU, le gouvernement fait comme si tout cela n’existait pas.

Personne ne m’a répondu, pour quelle raison, alors qu’il est fait mention de cet avis dans le rapport récent de la Commission Nationale des Droits de l’Homme, qui souligne que le peuple grec ne peut supporter encore d’autres mesures d’austérité qui constituent une violation des droits de l’homme, on ne le mentionne même pas, on ne s’y réfère nulle part.

Personne ne m’a expliqué pour quelle raison, alors que depuis le 25 juin, la Conférence des Présidents, sur requête de 55 députés de Syriza, a décidé de débattre de cet avis en assemblée plénière, discussion qui permettrait d’ouvrir un nouveau débat au niveau international – nous avons de très nombreux alliés dans le monde entier –, cela constituerait en soi un évènement mobilisateur de forces pour le soutien du gouvernement en vue d’une meilleure solution que cette abomination, personne ne m’a répondu pour quelle raison, jusqu’à aujourd’hui, le gouvernement n’a pas demandé, n’a pas suggéré une date de débats.

Je l’ai également demandé dans ma dernière lettre au Premier Ministre, le 31 juillet 2015, où je répondais à sa requête de fermer le parlement jusqu’au 16 août 2015, date à laquelle le parlement aurait été fermé ; si je n’avais été convaincue par les assurances du Premier Ministre que rien ne serait débattu au Parlement, j’aurais fait pression afin qu’avant-hier, le Parlement débatte de cet avis-là [ndlt : de la Commission de Vérité sur la Dette] et non pas du Troisième Mémorandum.

Je n’ai pas de réponse quant à la raison pour laquelle, alors qu’il existe un avis de la Commission du Bureau de la Comptabilité Générale portant sur une exigence de la Grèce atteignant, selon les calculs les plus modérés, la somme de 340 milliards d’euros [au titre des réparations de Guerre], et c’est une commission créée par M. Staïkouras [ndlt : ministre adjoint des finances du gouvernement Samaras], il ne s’agit pas de la commission créée par le gouvernement Syriza-ANEL,

Personne ne me dit pourquoi cette exigence n’a pas été inscrite au budget,

Personne ne m’a expliqué les raisons du rejet de ma requête demandant que ma lettre, qui dénonçait une violation du fonctionnement démocratique, soit communiquée à mes homologues et Premiers Ministres ; elle a été implicitement rejetée, puis elle a été rejetée par écrit par le Président de la République, lequel, en contradiction avec ce que prévoient les institutions, a déclaré que mon avis concernant la violation du fonctionnement démocratique constitue mon point de vue strictement personnel.

Mais c’est le Président de la République, et non la Présidente du Parlement, qui a écrit deux essais sur les violations de la légalité démocratique par les mémorandums…

Tout cela, et bien d’autres choses encore, comme le recours aux forums compétents, aussi bien du Conseil de l’Europe que de l’Europe et de l’ONU, ont constitué des propositions alternatives, et je n’ai obtenu aucune réponse quant aux motifs pour lesquels elles ont été rejetées.

Je n’ai toujours pas de réponse, et je ne veux pas croire que la raison en soit l’attachement obsessionnel à ce qu’avait dit, selon moi de façon tout à fait sommaire, l’actuel ministre de l’Économie, M. Stathakis, à savoir que seulement 5% de la dette serait prétendument odieuse ; les conclusions des commissions établissent qu’il n’en est rien et que nous sommes en droit de réclamer l’annulation totale de la dette ; je ne veux pas croire ce que j’ai entendu de la propre voix du ministre, à savoir que nous ne parlons finalement plus de chantage, mais de décision stratégique du gouvernement et d’un véritable choix.

Mesdames et messieurs les députés, chers collègues, il s’agit bien ici du Troisième Mémorandum, ce que nous ne sommes en rien habilités à voter, et quiconque vote pour cela sait pertinemment, pour toutes les raisons que je vous ai exposées, pour toutes nos références, mais surtout pour toute sa relation vécue avec les mouvements de revendication de protection des biens publics, Skouries, Elliniko, les aéroports qui sont bradés, a fortiori irrévocablement, les organismes portuaires, et chaque beauté, chaque coin de notre terre, avec la DEH, l’ADMIE, chacune et chacun de nous sait pertinemment pourquoi nous n’avons pas le droit de voter ce mémorandum.

Mesdames et messieurs les députés, le jour se levant, j’aimerais que nous puissions tous dire qu’il ne s’agissait que d’un cauchemar, que nous nous sommes réveillés et que rien de tout ce que nous avons vécu de si traumatisant et douloureux n’était réel. Malheureusement, il n’en va pas ainsi. Mais cela nous intime l’obligation de nous battre, non pas pour donner raison au(x) cauchemar(s), mais pour ce pour quoi, à travers le temps, nous nous sommes toujours battus : pour que les rêves prennent leur revanche.

Traduit du grec par Marie-Laure Veilhan

Voir en ligne : Sur le site du CADTM

Zoe Konstantopoulou

Avocate et femme politique grecque. Députée du parti de la gauche radicale Syriza, qui a gagné les élections législatives du 25 janvier 2015 en Grèce, a été élue le 6 février 2015 présidente du parlement. Elle est, à trente-huit ans, la plus jeune présidente de la Vouli et la deuxième femme seulement à exercer cette fonction.

[1Donald Tusk est président du Conseil européen depuis le 1ᵉʳ décembre 2014.

[2Venizelos est un des dirigeants du PASOK.

[3Mardas est membre du gouvernement d’Alexis Tsipras. Il provient de la droite (hors Syriza).

[4Panaghiotis Lafazanis, est un des leaders de la plate-forme de gauche dans Syriza, ministre de l‘énergie démissionné par Alexis Tsipras car il s’est opposé à l’accord du 13 juillet 2015. P. Lafazanis conduit l’Unité populaire qui réunit depuis le 21 août 2015 les 25 députés qui ont quitté Syriza, la plate-forme de gauche et d’autres forces de la gauche radicale.

[5Nadia Valavani, vice-ministre des finances, a démissionné du gouvernement le 15 juillet car elle était opposée à l’accord du 13 juillet 2015. Nadia Valavani est connue pour son action courageuse dans la résistance à la dictature des colonels (1967-1974).

[6Yanis Varoufakis ex ministre des finances du gouvernement Tsipras.

[7Tassos Koronakis, ex secrétaire général de Syriza.

Sites favoris Tous les sites

4 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).