Aubagne : désignation des candidats aux cantonales...

Démocratie ou centralisation bureaucratique ?

, par  Paul Barbazange , popularité : 4%

La question politique posée par la désignation des candidats présentés par le parti communiste dans le canton d’Aubagne-Est (Banlieue Est de Marseille) dépassent largement les limites des communes concernées et des Bouches du Rhône.

Les médias dominants (La Provence 26-01) s’en sont fait écho à leur façon, poursuivant leurs objectifs anticommunistes depuis plusieurs jours. La section d’Aubagne s’est exprimée publiquement vendredi 28 lors de ses vœux. Nous pouvons donc faire le point.

Cette situation peut contribuer à éclairer certains des enjeux de classe nationaux.

Dans un premier temps le maire PC d’Aubagne propose un tandem de premier tour formé par sa première adjointe communiste et un adjoint PS et non des moindres (culture et finances).

Dans un département où le président socialiste du conseil général a, en pleine lutte pour les retraites, appelé à la reprise du travail sur le port cela ne passe pas inaperçu.

Ensuite la section propose d’adjoindre à la première adjointe un salarié de l’entreprise Fralib en lutte, cette option reste sans suite. Une réunion de section propose alors un nouveau tandem avec le candidat de Fralib, appuyé d’ailleurs par ses camarades et la présidente départementale du Secours Populaire. Cette proposition est adoptée par la section d’Aubagne à 95 % ; elle s’inscrit par la volonté même de ses auteurs dans le cadre d’un Front de Gauche clairement anticapitaliste. Cette proposition affichant avant tout une réelle volonté de rassemblement des militants anticapitalistes recevait l’appui des entreprises en lutte, des travailleurs et de leurs organisations.

Elle a été refusée d’une petite majorité en Conseil Départemental.

Vu de l’extérieur, de loin géographiquement, dirons-nous, cela choque. Quelles que soient les dérives ”Union pour l’union” avec le PS ou le Front de Gauche, il apparaît à tout communiste qu’il y a des limites à ne pas franchir faute de risquer incompréhension totale, disparition politique rapide (y compris aux prochaines municipales !) et pour le moins une abstention massive dans les couches salariées confrontées aux dures luttes sociales.

Nous en sommes là. C’est aux communistes d’Aubagne, attentifs aux possibilités de rassemblement des progressistes du canton de définir leur stratégie. A eux seuls.

Je prends à titre personnel la responsabilité de proposer quelques pistes de réflexion :

- Une fois de plus nous constatons deux axes opposés pour la construction du rassemblement des communistes d’abord, et des révolutionnaires anti-capitalistes au sens large ensuite : soit on reste dans une pratique d’union de la gauche “relookée” ou non, soit on travaille politiquement avec les salariés en lutte que ce soient ceux du pays, des Bouches du Rhône ou ceux de Fralib (dont la lutte a à juste raison suscité de multiples articles ces derniers mois dans l’Huma et l’Humanité Dimanche : ils résistent pour sauvegarder leurs emplois et à la fermeture du site face à l’une des plus grosses transnationales : Unilever.)

- Nous constatons aussi et c’est tout aussi grave : La croyance à un certain niveau (départemental ici) que des directions communistes peuvent espérer “faire” sans les militants de terrain, contre l’avis des cellules et des sections. Nous avons eu à Béziers la candidature du secrétaire fédéral contre le candidat désigné par la section, avec création d’une section illégale dans ce but. Aujourd’hui elle n’existe plus et le secrétaire départemental est dans un autre département... Les Bouches du Rhône. L’expérience cumulée depuis le congrès de Martigues ne suffit pas ! Encore...

Enfin, cela montre combien les enjeux sont du même type à toutes les élections : des cantonales au présidentielle.La question majeure reste le rapport du moment électoral et de ses caractères spécifiques avec les mouvements de lutte possibles. Les choix dans un domaine ayant d’importantes conséquences dans les autres.

Ne restons pas neutres, travaillons au rassemblement de la force communiste pour pouvoir œuvrer, à notre place, au rassemblement des exploités.

Paul Barbazange, membre du CN.

Je suis intervenu lors d ’un précédent CN sur les graves risques que porterait la désignation de candidatures entretenant les confusions dès le premier tour bien au delà du canton directement concerné.

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).