Très cher camarade chef... Un peu d’humour

, par  Fabrice Selingant , popularité : 3%

Un peu d’humour, après avoir subi de longues journées de jeu de massacre dans beaucoup de conférences de section et de congrès départementaux...

Très cher camarade chef,

J’ai, comme tu me l’avais demandé, voté pour la nouvelle règle des trois tiers afin que la base soit asséchée et les sommets arrosés, que les permanents aient ce que l’activité de base n’aura plus, que les militants finançant le buffet, et le banquet, se voient aussi privés d’entrée.

Comme tu me l’as toi-même dit -divine auto-dérision-, si le mannequin se prive de manger pour garder la ligne, le permanent garde la ligne pour pouvoir manger.

Tu connais mon obéissance aux consignes données. Tu sais à quel point j’ai toujours tordu le coup à tous ces petits cons qui osaient contrevenir, leur barrant le passage, d’arguments dans un sens et d’argument contraire, usant sans vergogne de toutes les déformations de sens, manipulant tous les procédés malhonnêtes, utilisant tous les styles de la feinte camaraderie pour mieux les surprendre, les piéger, à l’insulte virulente afin de les décontenancer, variant les invectives : activistes, jeunes cons, rouges-bruns, gauchistes, staliniens, anarchistes, provocateurs, mais jamais soc’dém, car pour mon propre compte ce serait trop crédible...

Alors, tu sais à quel point, j’ai aussi suivi, à toutes les époques, toutes les lignes décidées d’en haut. Tu sais comment j’aime nos chefs et leur parole sainte. J’ai - sans lire le moindre texte - toujours été d’accord avec eux, et cela, avant même qu’ils ne formulent la moindre idée. Tu sais que pour une place dans l’ombre des puissants, je suis encore prêt à beaucoup. J’ai, tu le sais bien, su plier dans un sens, pour ensuite, plier dans l’autre, subir les repassages pour que les marques de plis ne puissent plus se voir au repliage suivant.

Parce que de nos jours être aussi soumis, aussi servile et aussi vil n’est chose facile pour personne ; qu’être vassal demande la reconnaissance du suzerain féal sans qui la féodalité ne saurait être, je vous demande l’hommage.

Alors aujourd’hui, très très cher camarade chef, ayant une fois de plus bien servi l’appareil, je demande la juste reconnaissance qui ne sera que la reconnaissance de mon immense mérite avec une carte de membre d’honneur du Front de Gauche.

Votre dévoué...

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).