Réponse à l’appel des cent du 1er Mai

, par  Gilbert Remond , popularité : 1%

Un représentant du mouvement "ensemble" a sollicité récemment des signatures auprès de camarades de notre parti en faveur de l’appel des cents du premier mai ( a ne pas confondre avec celui du mouvement de la paix) .

Cet appel selon ses promoteurs a été lancé "pour agréger le plus largement possible des acteurs du mouvement social, des militants politiques, syndicaux, associatifs, des acteurs culturels". Il s’agit selon ces derniers de dire stop aux divisions comme je le suppose ils ont été capable de le faire brillamment lors des régionales où les mêmes nous avaient déjà sommé de courir derrière leur conception unitaire alors que tout avait déjà été réglé avec les verts sur notre dos.L’unité nous commençons a en avoir une grande expérience avec eux. C’ est leur marotte surtout, quand il s’agit de cacher le pot aux roses.

Un pot aux roses qui en dehors de la pâleur de leur programme contient beaucoup d’ambitions personnelles et une volonté a toute épreuve de nous lier a leur panache pour mieux utiliser nos ressources militantes.

Leur conception de l’unité c’est comme dans la chanson de Brassens : "tous derrière et lui devant" .

Les dernière élections régionales en Rhône Alpes ont été de ce point de vue un modèle du genre, que certains camarades ont oublié avec une facilité déconcertante puisqu’ils sont prêt à remettre le couvert avec les mêmes et nous demandent de les suivre dans leurs agapes masochistes.

Réponse à une demande de signature de "l’appel des cent du 1er mai"

Alors on repart pour une nouvelle sociale démocratie ? A la vue de tous ces noms, on peut en effet se demander si notre destin ne s’apparente pas a celui de Sisyphe, nous fixant pour tache fatale et indéfinie celle de remonter sur nos épaules l’énorme boulet que sont les prétendants au pouvoir, au sommet de l’état pour ensuite les voir nous ramener en bas de la pente sociale préparer l’éternel retour des mêmes. Quand accepterons nous d’assumer notre identité ? A quand un appel des usines et des bureaux pour une candidature qui porte les revendications des travailleurs et du mouvement social, tout en fixant une rupture claire avec le capitalisme, seul moyen politique de les satisfaire ?

Qui sont les têtes de liste de cet appel ? Sophie Béroue ? Je l’ai écouté sur la loi du travail. Je l’ai entendu développer une vision universitaire du syndicalisme c’est a dire, sans les syndicalistes, sans les luttes quotidiennes des petit riens qui préparent les grandes résistances. Perrin-Gilbert ne vaut guère mieux : exPS, ex Vert, futur je ne sais ex quoi ? L’auteur du courrier demandant notre signature ? grand utilisateur des militants communistes pour des causes en perditions ( je ne vous fait pas de dessin sur l’histoire des dernières municipales ni sur celle des dernières régionales) et tous le reste qui jusqu’à hier ne voyait son avenir que dans les traces du PS et qui pour un nombre certains en avait la carte ?

Ne peut-on proposer quelque chose de plus en phase avec l’esprit du temps et des luttes qu’il forge ? Les faits sont têtus disait Lénine, le peuple depuis longtemps à la tête ailleurs. Il ne veut plus de ces gens et je crains des déconvenues à venir comme nous n’en avons encore peu connu.... Qui profitera de cette déshérence ? Mélenchon dans le meilleurs des cas mais je crains que lui aussi ne soit usé et que ses gesticulations citoyennes aient fait long feu. Il m’est en tout cas apparu bien pâle lors de sa dernière prestation à paroles et des actes, bien pâle en regards des défis du jours. D’autres sont a l’affut qui n’en espèrent pas tant.. mais en effet discutons, discutons.

Pourtant dans l’immédiat il y a notre activité. Il y a la manif du 14 à Paris dont il faut assurer le succès ! Qui y va ? Martinez à un rendez vous le 17 avec la ministre. Le nombre des manifestants pèsera inévitablement lourd dans le rapport des forces nécessaire aux futurs négociations . Il y a la votation citoyenne pour le retrait de la loi Kohnnry quel écho lui donnons nous ?

Le sort des législatives se joue maintenant dans cette bataille de Titans qui oppose les peuples a leurs capitalistes . N’en doutons pas une victoire de la classe ouvrière de France aura un écho assourdissant qui sonnera durablement le patronat mondial.

Alors" les nombreuses forces et énergies citoyenne"," les modes d’interventions politiques novateurs"," les corpus de propositions" toutes ces phrases creuses pour apaiser des consciences sous perfusion..........tout cela ne nous sort pas de ce que nous connaissons depuis que nous voyons la gauche se défaire sous le choc des faits, ceux de ses compromissions avec les institutions ( constitution républicaine et union européenne) qui ne sont rien d’autres que les structures mis en place pour servir le capital. Néanmoins merci pour l’info, il était utile de connaitre ce texte.

Gilbert

JPEG - 67.1 ko

Bonjour,
Je te contacte pour solliciter ta signature pour cet "appel des 100" national dont nous voudrions faire une déclinaison locale de 100 signataires du Rhône.

Comme au niveau national, il s’agit d’agréger le plus largement possible des acteurs du mouvement social, des militants politiques, syndicaux, associatifs, des acteurs culturels, etc, souhaitant affirmer la nécessité de préparer ensemble une alternative à gauche pour les échéances de 2017. Alternative à la droite et l’extrême droite et au social libéralisme de Valls Macron Hollande. Il s’agit de dire : STOP, Assez de divisions ! unissons nous sur un programme de rupture pour changer cette société !

« l’appel des 100 » du 1° mai : Ensemble, favoriser l’irruption citoyenne pour construire l’alternative !

Nous vivons une situation inédite : un capitalisme en crise et pourtant présenté dans le discours dominant comme seul système viable ; une Europe basée sur le libéralisme et éloignée des citoyens ; une crise écologique qui ne trouve pas de solutions à la hauteur ; le développement des tensions internationales et de politiques migratoires mortifères ; une crise globale de la vie politique marquée notamment par la forte montée de l’extrême droite… Cette situation appelle des réponses nouvelles, le refus de tout fatalisme. Nous sommes convaincus de la disponibilité de nombreuses forces et énergies citoyennes pour construire d’autres possibles par la mobilisation populaire.
Nous voulons contribuer à la transformation de notre société, par la remise en cause du productivisme et du consumérisme, par la redistribution des richesses mises au service du progrès social, y compris au plan international et européen, à rebours des politiques menées actuellement et sous les quinquennats précédents, sous l’aiguillon des organisations patronales et plus particulièrement du Medef, des marchés financiers et des institutions européennes. Nous refusons les logiques de « guerre au terrorisme » et du tout sécuritaire, le recul des droits et libertés publiques, la recherche de boucs émissaires qui stigmatise des pans entiers de la population. Nous considérons que l’indispensable transformation de notre société passe par la mobilisation la plus large aux plans politique et social, par des modes d’intervention politique novateurs qui favorisent l’intervention citoyenne et la participation de toutes et tous aux décisions qui les concernent. La puissante mobilisation contre le projet de loi Travail et la mise en échec de la constitutionnalisation de la déchéance de nationalité démontrent la profondeur de l’aspiration à une autre politique et les importantes disponibilités pour l’engagement citoyen. Il y a débat à gauche sur la stratégie à l’orée des présidentielles, certains pensent que la réponse est dans une primaire, d’autres font d’autres choix : candidature déclarée, recherches de modalités nouvelles... Quel que soit le choix de chacun aujourd’hui, il faut de toutes façons un démarche qui permette de débattre largement et sans exclusive et de sortir du fonctionnement politique habituel afin de mettre dans le paysage des propositions d’urgence susceptibles de rassembler et de redonner de l’espoir. Nous pensons que le rassemblement des forces de progrès, dans les domaines politique, syndical, associatif, culturel et intellectuel est indispensable pour créer les conditions de la mobilisation populaire. Nous affirmons donc notre volonté commune d’œuvrer à ce rassemblement, pour l’inscrire dans la durée et favoriser l’irruption citoyenne dans
le débat public. Dans ce sens, nous voulons co-organiser des débats en territoire, ouvert à toutes et à tous sans exclusive, pour construire et adopter un corpus de propositions de mesures d’urgences qui contribueraient à améliorer significativement et rapidement les conditions de vie de toutes et tous. Ces mesures d’urgences devraient être pleinement intégrées dans les propositions des candidat-e-s aux élections présidentielles et législatives de 2017. Elles constitueraient notre bien commun pour mener une campagne et construire des candidatures d’unité lors de ces échéances électorales.

Parmi les 100 premiers signataires :
- des responsables politiques ou élu-es du PCF (comme Cécile
Cukierman, sénatrice, conseillère régionale Rhône-Alpes/Auvergne ; Marie Pierre Vieu, exécutif national ; Ian Brossat, Adjoint à la Maire de Paris ; Olivier Dartigolles, porte-parole), d’Ensemble ! (comme les porte-parole Clémentine Autain, Jean-François Pellissier, Myriam Martin), d’Europe Ecologie Les Verts (comme Julien Bayou, porte-parole ; Sergio Coronado, député ; Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement de Paris ; Karima Delli, députée européenne), "frondeurs" du PS (comme Gérard Filoche, bureau national ; Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice, bureau national ; Guillaume Balas, député européen ; Fanélie Carrey-Conte, députée), de République et Socialisme (comme Marianne Journiac, secrétaire nationale), d’Ecologie Sociale (comme Francine Bavay), ou encore Marie-Christine Vergiat, députée européenne - Front de Gauche ; Isabelle Attard, députée ; Nöel Mamère, député écologiste ; ou à Lyon Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er arrondissement - des militants altermondialistes (comme Christophe Aguiton ; Ben Lefetey ; Aurélie Trouvé, économiste, conseil scientifique - ATTAC ; Gus Massiah ; Jean-Marie Harribey, économiste, conseil scientifique - Attac ; Pierre Khalfa, Fondation Copernic ; Willy Pelletier, Fondation Copernic) - des syndicalistes (comme Gérard Aschieri, Annick Coupé, Raymond Vacheron, Dominique Jobard, Claude Martin, Thierry Lescant) - des militant-es féministes (comme Caroline de Haas, Christiane Marty, Esther Fouchier)
- des responsables associatifs (comme Jean Pierre Dubois, militant droits de l’Homme, Dominique Noguères, avocate, militante des droits de l’Homme, Pierre Ménard, responsable - Convergence nationale Rail ; Loïc Pen, urgentiste, comité de défense de l’hôpital ; Michel Jallamion, responsable - Convergence services publics)
- des universitaires, acteurs culturels (comme Sophie Beroud, politiste ; Philippe Marlière, politiste ; Alexis Cukier, philosophe ; Gérard Mordillat, auteur, cinéaste ; Roland Gori, psychanalyste) ...

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).