Quand Bernard Tapie torpillait l’usine Wonder de Lisieux en moins d’un an

, par  auteurs à lire , popularité : 3%

L’affairiste B. Tapie, décédé récemment, a été loué, encensé par tous les médias capitalistes pendant plusieurs jours, jusqu’à la nausée ; l’idéologie dominante a joué à fond cette carte, nous montrant que cet escroc, qui a profité sans vergogne et avec cynisme de toutes les possibilités de s’enrichir sur le dos de la misère des travailleurs, était en quelque sorte un modèle à suivre. Alors, s’il faut respecter les morts, cela n’empêche pas de rétablir la vérité, car les médias au service du capital ont largement dépassé les bornes. Mitterrand et le PS lui avaient donné tous les moyens d’exprimer son cynisme en lui offrant sur un plateau une émission de propagande sur le service public télévisé, pronant une exploitation éhontée de l’homme par l’homme, c’est-à-dire le capitalisme. C’est à cette occasion qu’il avait déclaré : « Mais moi j’assume, je suis un vrai capitaliste qui vit comme un capitaliste. Moi j’ai droit au profit, je me le donne ce droit. Ca veut dire que j’ai le droit d’avoir un jet, je l’ai gagné ! ». Et bien le texte qui suit nous raconte comment il l’avait gagné ce jet, avec, entre autres, le (tor)pillage de l’usine Wonder ; à Lisieux, les ouvriers de l’usine de piles sont passés de l’espoir au chômage en à peine 10 mois.
PB


Quand Bernard Tapie torpillait l’usine Wonder de Lisieux en moins d’un an

Bernard Tapie n’aura pas laissé que de bons souvenirs sur son passage. Au lendemain de sa mort, à Lisieux, il reste de l’homme d’affaire la friche Wonder. La fabrique de piles électriques fut déboulonnée moins d’un an après sa reprise. En 1984, Tapie est un businessman à qui rien ne résiste, la star des repreneurs. On le surnomme même Zorro dans le milieu économique. C’est dire s’il suscite l’espoir des près de 250 salariés de l’usine Wonder de Lisieux, en crise depuis deux ans. « Quand on a vu Tapie arriver, jeune, 38 ans, dynamique. On s’est dit "ca y est, il va tout modifier ça va être génial" » raconte Gisèle Delamare, ancienne salariée de Wonder.

Annoncé en sauveur, Bernard Tapie a suscité l’espoir puis la colère des ouvriers de l’usine Wonder de Lisieux. • © BEP/LA PROVENCE MAXPPP

Wonder, au départ, est une entreprise fondée à Paris en 1914 par la famille Courtecuisse. Elle fabrique des piles salines, et fournit notamment les armées françaises et anglaises durant la Première guerre mondiale. Le succès arrive avec la démocratisation des transistors. La fabrication s’implante en Normandie, où trois usines sortent de terre, à Louviers, Vernon et Lisieux. Wonder détient alors plus de 37% du marché, loin devant Mazda pour ne citer qu’eux. D’autres fabriques Wonder s’implanteront plus tard dans la région, notamment à Dieppe et à Caudebec-lès-Elbeuf.

Un empire énergétique naît... pour quelques décennies seulement. Au début des années 70, l’avènement des piles alcalines rend obsolète la technologie française. Dépassée par la concurrence internationale, Wonder dévisse, les plans sociaux arrivent. A Lisieux, 25% des salariés prennent la porte entre 1982 et 1984. Alors, quand Bernard Tapie débarque avec son énergie et ses grands sabots, tous croient en un rebond. « Il nous a dit qu’il ne pensait non pas rattraper les concurrents, mais les dépasser » selon Patrick Lepeltier, ancien salarié de Wonder.

Mais l’entrepreneur n’est pas là pour faire dans le social. Son crédo, c’est l’achat-revente et le bénéfice. Rapidement, il entreprend une profonde restructuration de Wonder. Pour le grand public, cela prend la forme d’une publicité mythique dans laquelle Bernard Tapie apparait et scande qu’il "marche à la Wonder".

Bernard Tapie a investi de sa personne pour promouvoir la marque Wonder. • © PASCAL GEORGE / AFP

Derrière le clinquant du spot réalisé par Jacques Séguéla, il y a le revers social. En France, 600 salariés se retrouvent sur le carreau. A Lisieux, l’usine ferme, tout simplement. Les 244 employés de la fabrique ont beau manifester durant une semaine, rien n’y fait. Sur les cadavres de ces salariés, Tapie, lui, jubile. L’action de Wonder a pris 560% en quelques mois !

Liquidation éclair et plus-value record

Le scénario de Lisieux se reproduit un an plus tard à Saint-Ouen, le siège historique de la marque de piles, où 270 licenciements sont annoncés en septembre 1985. Bernard Tapie ne fait pas le sale boulot, il le laisse à Gilbert Bréton, son bras droit chez Wonder, qui se retrouve séquestré durant 24 heures. Sans résultat pour les salariés là non plus. Quatre ans plus tard, en 1988, le businessman français se lance dans la politique et revend Saft-Mazda-Wonder à l’américain Ralston Energy Systems, père d’Energizer. Bernard Tapie récupèrera dans l’affaire 480 millions de francs, soit une plus-value de 73 millions d’euros !

La dernière usine Wonder persistante, à Louviers, met la clé sous la porte en 1994. Aujourd’hui, on trouve encore quelques piles électriques de la marque française en Afrique noire. Quant à l’usine de Lisieux, elle est longtemps restée une friche industrielle, jusqu’à l’année dernière. Comme un pied de nez à la vie de Bernard Tapie, le tribunal y a établi ses quartiers. La nouvelle cité judiciaire a été inaugurée en septembre 2020.

Boris Letondeur
Sur le site de FR3-Région Normandie

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).