Marche citoyenne le 5 Mai à Paris

Pas de raccourci, pas de résignation, ce sont les luttes de classes qui ouvrent les issues politiques !... Le PCF se renforcera en étant une force d’opposition populaire

, par  pam , popularité : 2%

La manifestation du 5 Mai se prépare dans une grande diversité de mots d’ordres et de motivations. Entre l’appel initial de Jean-Luc Mélenchon au coup de balai, l’appel du PCF pour une marche contre l’austérité, celui des écologistes pour la "bifurcation écologiste" [1], celui de l’agroalimentaire pour le soutien aux FRALIB, celui pour l’égalité civile et civique de toutes et tous et le thème général de la marche citoyenne pour une 6eme république, il existe une grande diversité de raisons affichées de manifester, et de motivations.

Certains, comme Eva Joly, pensent qu’une réforme institutionnelle serait suffisante pour un changement de société qui reste dans le cadre du capitalisme. D’autres espèrent qu’un changement d’institution serait le déclencheur d’une révolution sociale... Certains veulent tout de suite donner le plus grand contenu social à la manifestation et même parfois poser la question du socialisme.

Les communistes seront nombreux dans cette marche à porter des revendications sociales avec les Fralib, contre l’austérité, pour la défense des salaires et des services publics... [2]

Pour notre part, il est clair que nous aurions préféré un mot d’ordre général plus nettement marqué vers la rupture avec le capitalisme, une revalorisation décisive des salaires, un plan d’urgence pour l’emploi, le logement, la santé...

Et surtout, une conception d’une manifestation qui soit un lien national entre toutes les luttes d’entreprises qui sont toutes en difficulté devant le mur du patronat et du gouvernement. Car les grèves se heurtent sous un gouvernement socialiste au mur de l’argent, avec le symbole des grévistes d’Aulnay qui tiennent depuis 3 mois et dont le mouvement, avec la solidarité de fait de centaines d’autres travailleurs de l’usine, arrivent à bloquer un des plus grands sites industriels de France. Mais c’est aussi le lien avec la lutte exceptionnelle des FRALIB dont la capacité de diriger leur propre entreprise est impressionnante et qui butte désormais seulement sur le gouvernement qui semble vouloir laisser pourrir la situation après avoir trahi les travailleurs de Florange ou Pétroplus.

Sans doute le PCF aurait du répondre à Jean-Luc Mélenchon. Oui pour un évènement social et politique le 5 Mai, mais organisons le devant les sites industriels symboles des luttes de classe aujourd’hui, Petroplus, Aulnay, Florange, Kem’One, Fralib... le sens politique aurait été tout de suite plus fort et plus porteur d’un rapport de force réel contre le gouvernement, et la régionalisation aurait permis une mobilisation plus en profondeur..

Cela dit, pour être utile à tous ceux qui manifesteront dimanche dans l’objectif d’un changement de société, il est urgent de poser la question des conditions de l’union la plus large possible du peuple de France, qui se jouera au lendemain de la manifestation.

Car le peuple a l’expérience des grandes manifestations et des grands meetings et sait que ce ne peut être au mieux que des "démonstrations" de la capacité de mobilisation, de la colère et de la détermination, mais que cela ne bloque pas l’exploitation capitaliste, la précarité et la pauvreté et que donc, le patronat peut se satisfaire de ces journées de mobilisation, voire même s’en servir avec quelques provocations pour dénoncer ensuite les casseurs, les extrémistes et renvoyer dos à dos FG et FN pour mettre en valeur les gens raisonnables du PS, du centre et de l’UMP..

La vérité est qu’il n’y a pas de raccourci dans les luttes de classe. Si nous n’arrivons pas à organiser la solidarité nationalement avec les PSA, PetroPlus, Fralib, Kem’One, Florange, nous ne pouvons pas prétendre tenir tête au patronat et à son gouvernement au plan national !

Il ne doit y avoir aucune résignation non plus. Il faut des manifestations les plus fortes possibles, et si les médias ont titré sur l’échec de la CGT pour ce 1er Mai, c’est bien pour cacher le fait que malgré les craintes, les manifestations ont été réussies, bien que sous la pluie le plus souvent.

I faut dire et répéter la vérité à tous ceux qui cherchent, le chemin le plus court vers l’issue politique passe par l’organisation concrète, l’organisation de la lutte, de la solidarité avec les luttes, l’organisation syndicale, et enfin l’organisation politique sans laquelle le système dominant "joue" avec les conflits sociaux pour les isoler, les enterrer, les réprimer sans risques ou les laisser crever...

Le gouvernement assume de plus en plus ouvertement une orientation résolument tournée vers les intérêts du patronat et la répression contre les luttes sociales. Le refus du gouvernement de l’amnistie sociale est tout un symbole. Mais l’annonce du gouvernement du reclassement des salariés de Pétroplus quelques minutes seulement après l’annonce du tribunal de commerce prononçant la liquidation définitive est encore plus illustrative. La haine de classe de ce gouvernement s’exprime aussi contre les grévistes de PSA Aulnay, faisant tout pour les faire plier, les écraser sous le poids de tout l’état et des médias. Et le cas de FRALIB montre jusqu’où est capable d’aller ce gouvernement socialiste-verts. Les FRALIB ont gagné trois fois au tribunal, ils ont imposé à une multinationale la reprise du site et des machines, ils sont capables de redémarrer l’usine, il ne manque que la décision de l’état de retirer la marque Elephant a groupe UNILEVER, marque Française inventée dans la région... Et le gouvernement fait la sourde oreille et refuse de faire appliquer une décision de justice !

Le PCF doit faire entendre sa voix dans cette manifestation diverse et ailleurs. Les médias ne l’aideront pas. Ils ne parlent que de "la manifestation de Jean-Luc Mélenchon". Mais les communistes savent qu’ils ne peuvent pas attendre une solution médiatique. Leur bataille se gagne sur le terrain, avec les travailleurs, dans les quartiers populaires.

Le PCF doit trouver une expression politique forte d’une stratégie d’opposition de gauche au gouvernement, une opposition populaire portant une rupture avec le capitalisme pour une société qui réponde en priorité aux urgences sociales, l’emploi stable et les salaires, le logement accessible et de qualité, la santé pour tous, l’école pour tous...

Franchement, le plus simple serait de défiler sous ce mot d’ordre clair "Pour le socialisme à la Française " !

[1dont les décroissants dénonçant la course à la surconsommation dans un pays avec des millions de travailleurs pauvres...

[2à noter qu’on verra si les coûts de transport seront partagés par le Front de Gauche comme pour les présidentielles...

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).