Oui, il faut arrêter de déconner !

, par  pam , popularité : 1%

François Ruffin, journaliste connu, entre autres pour son livre coup de poing "La guerre des classes" interpelle Sandrine Rousseau (EELV) et Fabien Roussel (PCF-FG) pour qu’ils "arrêtent de déconner" et s’unissent enfin pour faire face à la vague marine annoncée dans le Nord-Pas de Calais.

Son interpellation doit être lue avec attention.

Car pour l’instant, j’ai honte. Honte d’appartenir à cette « gauche de gauche » aux sempiternelles divisions, aux querelles de chapelle, hermétiques pour les citoyens, sans intérêt, juste décourageantes. Et ça me décourage moi-même, de critiquer le Front national (parce que c’est pas bien), le Parti socialiste (parce qu’ils ont trahi), la droite (parce qu’elle est de droite), mais de n’avoir rien de sérieux, rien d’un peu rassembleur à opposer.

Tous ceux qui tentent de résister au à l’austérité, d’organiser le mouvement populaire, d’ouvrir une perspective de changement de société ne peuvent que constater effectivement leur émiettement et le sentiment populaire de plus en plus dominant qu’il n’y a rien à attendre de la politique.

C’est pourquoi j’ai tenté d’éclairer, en commentant son article, pourquoi son appel reste dans l’illusion électorale, l’illusion de sommet, qui ne peut porter de solution.

Je comprends bien sûr cette envie d’un truc qui viendrait résoudre ce problème d’unité qui semble être un problème d’organisations qui n’arrive pas à s’entendre, et qui ..."déconnent"... Mais l’expérience italienne montre que ca ne résoud pas forcément le problème !

Il y a une liste "unitaire" en Midi Pyrénnées, mais pour faire quoi et comment ? Il suffit de demander aux militants du Tarn, de l’Herault, de la Haute-garonne... dont les votes et les débats ont été écartés sans ménagement au profit d’accords de sommets entre personnalités. Je suis sûr d’avance du résultat !

Car l’élection est bien "un piège à con" si on en attend la solution à nos problèmes. L’élection n’est qu’un moment parmi d’autres pour que le peuple progresse dans son organisation et sa capacité d’action. Les élus éventuels n’en sont que la traduction, et peuvent alors renforcer le progrès d’organisation et d’action en menant des politiques points d’appuis.

De fait, il y a crise de la "gauche radicale" et notamment du mouvement communiste, pour des raisons de fonds, car la contestation du capitalisme est écartelé entre ceux qui pensent que l’Europe est la solution et ceux qui pensent qu’elle est le problème, ceux qui pensent que la technique et ses grandes organisations sont le problème et que le marché court est la solution et ceux qui pensent que le marché, long ou court, est le problème !, ceux qui pensent que la république et la souveraineté nationale sont des contraintes dépassées, et ceux qui pensent au contraire que ce sont les atouts des peuples,ceux qui pensent qu’il faut rêver global et agir local, et ceux qui pensent que la révolution ne peut être que globale...

Ca n’empêche pas de mener des luttes (certaines) en commun, mais on ne peut pas par exemple en Rhône-Alpes faire une liste qui mélange ceux qui défendent le TGV Turin et ceux qui le combattent !

Il est difficile d’associer ceux qui défendent les tarifs de rachat de l’électricité, payée par tous dont les pauvres, au profit des propriétaires, et ceux qui défendent la péréquation tarifaire comme garante du service public !

Non, tenter de faire croire au peuple que le problème de l’unité est résolue par un accord électoral, c’est déconner...

J’aurai pu évoquer la régionalisation de l’AFPA, la régionalisation des agents des lycées, la régionalisation des transports qui défait la SNCF, la territorialisation des réseaux d’énergie qui défait EDF... tous dossiers qui ont été soutenus par les élus EELV, (et malheureusement par de trop nombreux élus PCF..., mais pas tous !)

J’aurai pu conclure que la seule voie de progrès possible pour le monde du travail et les quartiers populaires face au FN, c’est de reconstruire, non pas une gauche radicale, une gauche de la gauche fourre-tout, un arc-en-ciel à l’italienne qui a conduit à son élimination totale, mais un parti communiste, un parti, c’est à dire une organisation de combat, qui se forge d’abord dans les luttes, la résistance, qui affiche clairement son choix de classe, défendre non pas "les gens", mais la "classe ouvrière", dans sa diversité mais dans l’objectif de son unité, un parti communiste, qui pousse la critique du capitalisme jusqu’à l’exigence d’une "révolution" pour une société qui ne sera plus capitaliste, car elle ne sera plus dirigée par les capitalistes, même si le capitalisme y sera toujours présent, mais qu’il faut bien nommer clairement, le socialisme.

Une anecdote pour illustrer cette réalité. Lors d’un conseil de la métropole de Lyon délibérant sur la création de l’institut franco-chinois, je suis intervenu pour souligner l’enjeu de ce développement chinois dont le cout social et environnemental est considérablement plus faible que celui du développement européen (travail des enfants, colonialisme... ) ou d’Amérique du Nord (esclavage, extermination amérindiens...). J’avais pris soin d’évoquer les drames de ce développement que les communistes chinois discutent eux-mêmes... Les réactions indignées sont d’abord venus de ceux que François veut unir dans la gauche de la gauche...

Voir en ligne : L’article de François Ruffin sur Fakir

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).