Une belle capacité de résistance de l’opinion communiste

, par  Jean-Louis Cailloux , popularité : 2%

Après le vote

Des perspectives nouvelles pour le rassemblement de toutes celles et ceux qui souhaitent travailler pour que notre parti joue, sans s’effacer, dans les luttes et les élections, son rôle pour un rassemblement transformateur.


De la même façon qu’ils ont joué un rôle pour la désignation de Ségolène Royal en 2007, puis pour DSK et aujourd’hui Hulot, les médias ont joué un grand rôle dans la nomination de Mélenchon comme candidat du Front de Gauche.

Il suffit de constater qu’A. Chassaigne n’a jamais figuré sur un plateau de télé ni dans les enquêtes de popularité ni des intentions de votes [1]. La direction du PCF y a mis du sien [2] dans la censure et a au final joué sur le fait que pour un communiste, se prononcer contre le choix public du CN, de l’Humanité et du secrétaire national, ce n’est pas vraiment facile.

Notons un retour d’attention de Pierre Laurent et de l’Humanité vis a vis d’A. Chassaigne au lendemain du scrutin !

JL. Mélenchon portera les couleurs du Front de Gauche à la Présidentielle de 2012, dans une situation où aucun accord électoral n’est encore signé sur les législatives et avec un programme partagé souvent ambigu auquel Mélenchon ne se réfère d’ailleurs jamais.

C’est dans ces conditions que les communistes auront à décider collectivement et individuellement de leur engagement dans la prochaine période.

1) La décision de consultation pluraliste exigée par les communistes est un progrès de fonctionnement démocratique du PCF qui a permis une clarification et de nouveaux éléments apparaissent dans les résultats de la consultation :

ils indiquent une belle capacité de résistance de l’opinion communiste en face de cette pression médiatique interne et externe.

Ainsi si JL. Mélenchon a été choisi à 63 % par la conférence nationale (plus de 600 personnes), il ne l’est qu’à 59,12 % par les adhérents du PCF. 40,88% ont fait un autre choix, 36,82% pour André Chassaigne et 4,06 pour E. Dang Tran) [3].

La tentative d’un score très fort a échoué et un rassemblement très nouveau des communistes pour l’avenir du Parti a peut-être commencé dans cette bataille.

Les résultats de la consultation des communistes, s’ils valident la candidature JL. Mélenchon, constituent donc un revers aussi bien pour des dirigeants qui avaient tout mis en œuvre pour obtenir un plébiscite, que pour ceux qui veulent métamorphoser le parti en autre chose.

Le résultat ouvre des perspectives pour le rassemblement de toutes celles et ceux, qui au delà du vote qui vient d’avoir lieu souhaitent travailler pour que notre parti joue sans s’effacer, dans les luttes et pour les élections, son rôle pour un rassemblement transformateur. Pour travailler aussi aux transformations profondes et à la démocratisation du parti dont le besoin est confirmé par ce qui vient de se passer.

Dans ce domaine, les Assemblées nationales et le dernier mode de scrutin « ouvert » sont des acquis démocratiques, qui devraient êtres complétés par un nouveau mode de désignation des délégations dans les congrès et pour les appels "ouverts" aux postes de responsabilité.

Dans le proche avenir, les embûches ne vont pas manquer car JL. Mélenchon ne s’en cache pas, pour lui le FdG n’est qu’une étape vers la dilution du PCF dans un nouveau parti dont il ambitionne de prendre la tête. Il trouvera des alliés dans le ralliement de groupe comme la « Fase » ou « militants » [4].

Nous allons le voir dans la suite des négociations sur les législatives et dans les tentatives du PG de prendre l’ascendant au travers du « présidentiable ».

Le débat doit continuer sur la conception du Front de gauche et sur la démarche qu’il doit porter dans les mois à venir. Il faut terminer le travail sur les orientations politiques et la conception de la campagne, ainsi que sur le programme populaire et partagé qui comporte bien des ambiguïtés mais aussi pour finaliser l’accord sur les législatives dans le respect de ce que représente chacune des organisations et permettant a chaque formation d’être visible dans les candidatures.

L’ensemble des communistes doit veiller à ce que la Présidentielle ne constitue pas, comme certains s‘en réjouissent déjà dans les médias, une nouvelle étape dans l’effacement du PCF. Invitons-nous sur tous les fronts de luttes avec l’apport original et la mise en débat de nos propositions communistes.

Pour reprendre quelques conclusions d’A. Chassaigne :


« Cette unité des communistes, avec leur capacité de conviction et d’action, est la seule garantie d’en finir avec le mal vie pour construire un avenir libéré des forces de l’argent.

Visons essentiellement l’implication populaire qui doit être un axe déterminant de notre campagne pour construire et expérimenter les contenus dans des luttes de transformation sociale et écologique. 

Pesons dès aujourd’hui, concrètement, sur les orientations de la gauche dans son ensemble, sans attendre le rapport des forces issues des élections.

Soyons donc audacieux pour sortir du formatage de la politique spectacle !

Plus que jamais, notre Parti, avec la richesse et l’expérience de ses militants, doit être au cœur de cette implication populaire ».

Quel qu’ait pu être notre choix pour la désignation du candidat du Front de gauche, entrons et participons sans retenue à la bataille qui s’engage en trouvant des formes appropriées pour chacun.

Notes :

[1] Un membre du CN qui n’était pas favorable à A. Chassaigne me rapportait que Hortefeux affirmait que l’Elysée décide donc de la ligne des médias, sondages compris et qu’il a été décidé de ne pas parler d’A. Chassaigne mais d’offrir à JL. Mélenchon de très nombreuses tribunes.

[2] Le plébiscite voulu par Jean-Luc Mélenchon, Marie George Buffet et Pierre Laurent n’a pas eu lieu ! Ils ont pourtant fait ce qui était en leur pouvoir de direction : appel de Pierre Laurent (une page dans l’Huma), appel de « 3 députés »..., tribune venimeuse de Bob Injey contre André Chassaigne, interview de Jacques Chabalier dans Communistes, et censure de toute tribune favorable à André Chassaigne.

[3] On notera qu’A. Chassaigne arrive en tête dans les bases solides du PCF, Les deux départements gérés par le PCF : le Val-de-Marne et l’Allier. Mais aussi dans le Puy-de-Dôme, le Nord, le Pas-de-Calais, la Somme, le Rhône, la Haute-Garonne, la Seine-Maritime. Notons ensuite les Ardennes, le Var, le Cantal, les Charente-Maritime, l’Eure, la Haute-Garonne, la Lozère, le Maine-et-Loire, la Marne, la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, l’Orne, la Saône-et-Loire, la Mayenne, la Marne, la Haute-Marne, la Meurthe et Moselle…

Citons aussi l’Aisne, l’Ille-et-Vilaine, la Loire, la Loire-Atlantique, la Haute-Saône et le Tarn, où Mélenchon obtient moins de 50% des voix.

Une étude de R Martelli montre que c’est dans les fédérations où le PCF a le plus grand nombre d’adhérents, que Mélenchon a eu le moins de succès et a un maximum dans les FD les plus petites.
- Dans les 5 FD ayant le plus d’effectifs le rapport est de 54,4% - 42% - 3,6%
- Dans les 20 FD ayant le plus d’effectifs le rapport est de 57% - 38,6% - 3,7%
- Dans les 20 FD ayant le moins d’effectifs le rapport est de 41% - 54,1% - 4,4%

[4] Il est bon de se souvenir des effectifs approximatifs de chacune des formations politiques en France.

PCF 130.000 69.000 cotisants
Parti de gauche 8000
Gauche unitaire 1000
Fase 900 votants a leur consultation pour rejoindre le FdG
NPA 5000
EELVerts 10.000 6841
PS 200.000 64.000 cotisants
UMP 150.000
FN 75.000
Modem 50.000

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).