Montée des extrêmes-droites religieuses et non-religieuses

, par  Mireille Popelin , popularité : 2%

C’est le récit d’une immersion de six mois dans le milieu de l’extrême-droite catholique de deux journalistes. Et c’est effrayant. Ce qui m’a le plus épouvantée, ce sont les écoles avec des enseignants sans formation initiale et encore moins continue, qui peuvent être de simples parents d’élèves. En histoire, ils apprennent que Pétain est un sauveur (le président préféré de Dieudonné), que Dreyfus était coupable, que les camps de la mort sont une pure invention, qu’il faut se préparer à une guerre civile pour "bouter" hors de France les "étrangers en priorité les musulmans, les juifs et tous ceux qui dépravent notre culture".

La seule loi pour ces extrémistes est la loi divine, et le seul ayant le pouvoir d’incarner cette loi divine, c’est... le roi !

Dies Irae (Jour de colère)

Un groupe extrémiste, Dies Irae (Jour de colère) avec site sur le net / il se définit comme "enraciné, patriote, et alter-européen". Il a pour président Fabrice Sorlin, ancien candidat frontiste aux législatives en 2007. Les adhérents, anciens du FN ou autres, gravitent tous dans les milieux d’extrême-droite. Leur formation ? Séances de foi chrétienne et entraînements militaires.

Ils ont en commun la haine de la révolution, des idées des Lumières, de toutes les idées progressistes de la gauche (Bien commun, partage), la haine des francs-maçons, des laïques.

C’est une contre révolution qu’ils préparent : ils étaient tous dans les manifestations contre le mariage pour tous : cette extrême droite s’allie à la droite classique.

Contre :
- l’émancipation du peuple (qu’il méprise, au fond),
- la souveraineté du peuple (puisque Dieu dit la loi et le roi la fait appliquer),
- la démocratie,
- les droits sociaux (seule la religion peut atténuer les souffrances du peuple par ses organisations caritatives).

Des élèves de 5e sont fiers d’être fachos, s’en vantent et profèrent propos haineux, racistes, violents, comme vous n’en avez sans doute jamais entendus ! (Moi non plus).

Ils chantent des chansons antisémites (accrochez-vous) :

Si tu es juif,
Si tu es radin ,
Sache qu’il existe
Au sud de Berlin
Un camp magique
Appelé Auschwitz.
Tu peux y prendre des douches gratuites,
Voici un camp pour toi,
Mon petit youpin !

L’abbé François prend des crises de colère et frappe les élèves à coups de règles, les humilie. Mais les enfants acceptent, ils sont soumis et ces "valeurs" fascistes en feront de bons petits soldats, prêts à prendre les armes contre la République honnie, les Juifs, les Arabes, les laïques, la gauche pourrie et même la droite trop molle.

Montée des extrêmes-droites religieuses ou non religieuses

L’extrémisme religieux musulman (l’islamisme) a des ressemblances frappantes avec l’extrémisme chrétien (catholique et protestant). Ils ont surtout tous deux :

une haine des juifs

Et l’on ne peut qu’être frappé par cette haine particulière qui revient très souvent au cours des crises, cet antisémitisme qui a des siècles et ressurgit encore et encore !

On le croyait disparu mais il revient sous la forme d’un "humoriste" qui l’utilise et satisfait ainsi, et l’extrême droite chrétienne et l’extrême droite islamiste !

Et l’extrémisme juif ?

Pour cela, le livre de Caroline Fourest "Tirs croisés" est fort utile. Il analyse les trois intégrismes, juif, chrétien et musulmans (On peut regretter que cette femme invitée à la fête de l’Huma en ait été chassée par des islamistes ! On voit que la liberté d’expression ne s’exerce pas pour celles et ceux qui dénoncent l’extrémisme musulman).

Sur l’intégrisme juif, elle distingue deux groupes ; les orthodoxes et les ultra-orthodoxes "qui menacent Israël de l’intérieur".

Les Haredim ne reconnaissent pas l’État israélien. "Le Tout Puissant nous a interdit de créer un État. Si nous créons un État, nous deviendrons des athéistes". C’est la théorie du rabbin Weiss. Ces ultra-orthodoxes sont donc antisionistes !

Pour ces ultras, les sionistes socialistes et laïques (l’horreur trois fois) doivent être combattus. Ils vivent recroquevillés autour de leurs synagogues, faisant la loi dans leurs quartiers, interdisant certains commerces, imposant le shabbat etc. Les hommes prient et étudient la Thora, ils ne travaillent pas, vivant d’allocations que leur donne l’État providence d’Israël... Ils ne font même pas de service militaire ! Aides et dispenses accordées pour avoir la paix sociale. Ce sont leurs femmes qui travaillent !

Mais certains juifs orthodoxes ont accepté de participer au processus électoral. Et ils exercent un chantage électoral perpétuel, paralysant le vote des Israéliens progressistes (voir le film Kadosh d’Amos Gitaï).

Les juifs religieux contrôlent la vie des juifs en matière d’éducation, contre l’ouverture des commerces le samedi, ligne d’autobus réservée aux haredim, hommes à l’avant, femmes à l’arrière ! En somme, un apartheid pour les juifs organisé... par les juifs !

Ces ultras font volontairement beaucoup d’enfants pour avoir un État totalement régi par la loi religieuse, la halakha juive. Ils bloquent le processus de paix, ils sont les colons qui occupent le territoire des Palestiniens.

L’assassinat de Yitzhak Rabin prouve la nuisance de ces ultra-orthodoxes.

Dans tous ces intégrismes, juif, chrétien et musulman

On trouve :
- le refus de l’égalité homme-femme,
- le refus de la démocratie,
- le refus de la souveraineté du peuple,
- la haine des homosexuels, des francs-maçons, des athées, des laïques,
- la haine des communistes qui sont pour eux, le diable.

Ces extrêmes droites renaissent en force en ce moment, et cohabitent dans notre pays

Pas toujours en harmonie, communauté contre communauté. Il faut analyser ce réel (Marx), l’analyser pour mieux combattre ces extrémismes sans faiblesse, sans indulgence pour l’un ni l’autre ! En communiste et non en communautariste.

Est-ce un hasard ? Je ne le crois pas. Le dimanche 26 janvier, une manifestation est organisée à Paris baptisée "Jour de colère". Tiens comme le nom de Dies Irae, ce groupe d’extrême-droite ? On trouve comme participants les bonnets rouges, l’Agrif (respect de l’identité française), tous ceux qui étaient contre le mariage pour tous et bien sûr devinez ? Dieudonné. Ce collectif a un seul slogan, il est anti-Hollande, il prétend être apolitique ?

Il est temps que la gauche, la vraie reprenne l’initiative !

Et organise sa riposte, avec ses revendications, avec ses représentants syndicaux, ceux qui ne dissimulent pas leur identité, qui ne se trompent pas de cible, refusent l’amalgame du "sans clivages" et ont un ennemi :

Le capitalisme

Mireille Popelin

A partir du livre :

"Voyage au cœur d’une France fasciste et catholique intégriste" de Matthieu Maye et Rémi Langeux, édition Cherche midi (18 €).

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).