Mélenchon ou le piège présidentiel pour les communistes

, par  pam , popularité : 2%
]

Une rencontre de communistes du Rhône était organisée ce mardi soir par la fédération avec Pierre Laurent. Le conseil départemental prévu avait été élargi à la demande du réseau. La salle était bondée avec une forte délégation de la JC.

La discussion a confirmé ce que pressentait beaucoup de communistes. Pour la direction nationale du PCF, la décision est prise. Une candidature communiste aux présidentielles n’est pas acceptable pour les "partenaires" du Front de Gauche, et il faudrait donc que les communistes acceptent de s’effacer aux présidentielles en compensant par leur influence sur le "programme partagé" et les législatives.

Toute la difficulté pour Pierre Laurent est de savoir comment convaincre les communistes... !

C’est ainsi que le piège se referme sur la stratégie de "mutation", "rénovation", "refondation", "métamorphose"... du PCF, toutes formules qui reposent toutes sur ce qui en est en fait le principe : le point de vue communiste "historique" est dépassé, plombé par l’histoire du socialisme réel, inadapté au monde moderne, à la révolution informationnelle, inaudible pour les électeurs...

L’argument se décline pour les présidentielles et fait peur à de nombreux communistes. "On ne recommencera pas la triste expérience de 2007 pour se retrouver contraint à présenter en catastrophe un candidat communiste et faire 2%..." Pas la peine d’ailleurs de démontrer ce présupposé : un candidat communiste ne peut pas faire un bon résultat, on vous le dit, c’est un principe...

Les cantonales semblent indiquer le contraire avec 9 conseillers généraux communistes gagnés en 2011 confirmant celles de 2008 ? On dira que c’est la stratégie Front de Gauche et on les mélangera avec les 5 élus PG dans des groupes politiques qui seront "Front de Gauche"..

Les succès électoraux des PC au Portugal, en Grèce, en Russie, en Bohème-Moravie semblent indiquer qu’un autre stratégie est possible ? On accuse ces partis de sectarisme, voire pire, on coupe les ponts avec eux, et on privilégie les partis "de gauche", malgré les déboires de IU en Espagne, de Synapsismos en Grèce, ou la dérive de ce qui en reste en Italie.

On vous le dit et le répète... Le PCF ne peut plus faire de bons résultats électoraux sans trouver des alliances ! Argument incroyable quand on pense au près de 60% des Français qui se sont abstenus aux cantonales. Comment croire que la bonne réponse serait d’ajouter au PCF ces grandes forces que sont le PG et la Gauche Unitaire (!!!) pour que le peuple se mettre à y croire ? Le PG représente aux cantonales de l’ordre 0,4% des inscrits ! Et il est présenté comme le renfort décisif pour bousculer l’abstention populaire ! Surprenant que tant de communistes se laissent convaincre par de telles balivernes...

Et donc, puisqu’on ne peut pas tout seul redonner confiance au peuple dans le PCF, on suppose que Mélenchon va y arriver... hum, dis comme ça, je m’interroge. Mélenchon va redonner au peuple confiance dans le PCF ? Non bien sûr.

On voulait sans doute dire "redonner au peuple confiance dans la possibilité de résister au capitalisme avec succès"... Ah bon ? le PG et la Gauche Unitaire ont montré dans la bataille des retraites qu’elles étaient l’apport essentiel pour construire efficacement la résistance ? Non, ce n’était pas ça non plus !

Peut-être que Mélenchon va redonner confiance au peuple dans la possibilité d’une issue politique d’une vraie gauche, la gauche de la gauche ? Certains pensent sans doute que le peuple est stupide et sans mémoire, mais comment Mélenchon va peser sur un parti socialiste qui va se présenter comme le rempart face au FN et à Sarkozy, appelant au vote utile, et faisant même pression "au nom de 2002" pour un candidat unique de la gauche. Le PCF à 16% en 81 n’a pas résisté aux institutions dominés par le PS... Cette idée de "faire pression" sur le PS ne tire aucune des leçons de l’histoire. Le rapport des forces ne se construit pas au gouvernement mais dans les luttes de classes !

Alors, a quoi peut bien servir Mélenchon, si ce n’est ni pour redonner de la force au PCF, ni pour redonner de la force au mouvement social, ni pour ouvrir une issue politique ?

Certains disent carrément que cette élection est mauvaise, que les communistes sont contre la présidentialisation, donc ne devrait même pas avoir de candidat, et même qu’on ne doit pas défendre tel ou tel candidat puisqu’on est contre la présidentialisation...

Dans le même registre, Pierre Laurent répète que l’essentiel est le programme... Les communistes doivent donc y consacrer tous leurs efforts, car ils peuvent le marquer de leur empreinte. Pierre Laurent répète aussi qu’il faut absolument un "paquet" des présidentielles et des législatives. On apprend au passage que le PG réclamerait 50% des candidats... Pour un parti qui fait au mieux 10% des voix du PCF aux cantonales... surprenant ! On peut supposer que le PG annonce 50% pour obtenir la moitié et que Pierre Laurent l’annonce pour pouvoir dire demain en négociant 25% qu’il a été très efficace. Mais au nom de quoi ?

En fait, tout est bon pour arriver à la conclusion que la candidature Mélenchon est la seule solution possible pour les communistes. Et tout repose sur cette certitude... Le PCF ne peut plus progresser par lui-même !

On arrive alors à l’argument décisif de Pierre Laurent. Toute autre décision serait inacceptable pour nos "partenaires". La phrase est terrible. Renversez-la... Mélenchon laisserait tomber en disant "Le PG ne peut pas avoir de candidat, ce serait inacceptable pour les communistes"... Si le PG ne le dit pas, c’est qu’il a des assurances. Le PG peut avoir un candidat car ce serait acceptable pour les communistes... Il faut dire en fait "ce sera acceptable..."

Et pourquoi les communistes peuvent-ils accepter cet oukase du PG ? parce qu’ils n’ont pas de candidat susceptibles de les mobiliser ? Certes non, même si les débats internes au PCF sont vifs... La grande majorité des présents à l’assemblée sont d’une manière ou d’une autre pour un candidat communiste, certains dans le cadre du FG, d’autres non, mais c’est une toute petite minorité qui se prononce pour la candidature du PG... Non, Mélenchon peut imposer ses règles car la direction nationale du PCF se bat pour lui, ne bougeant pas le petit doigt pour Chassaigne [1] et faisant tout pour imposer Mélenchon aux communistes ! Pierre Laurent a craché le morceau en évoquant le prochain conseil national, la conférence et le vote des communistes...

C’est un coup en trois temps
- le conseil national va redire qu’une candidature communiste est très risquée, que les communistes doivent faire attention et privilégier le rassemblement, le "paquet" cadeau programme, présidentielles, législatives...
- Tous les moyens seront utilisés pour masquer les propositions et argumentations de Chassaigne et Gerin... La conférence nationale sera préparée comme pour le congrès par le filtre classique qui assure la conformité des participants aux objectifs de la direction. Tout sera fait pour que la décision soit prise pour Mélenchon. [2]
- Chassaigne, comme il l’a confirmé, se pliera à cette décision et se retirera, et donc les communistes devront voter entre Mélenchon, et peut-être Gerin s’il se maintient. [3]

Reprenons : le PCF tout seul ne peut pas s’en sortir seul. Il lui faut des alliances électorales, et la direction a trouvé l’aide du PG (0,4% des inscrits) et de la GU... (0,0% des inscrits...). Mais l’alliance électorale ne suffit pas, c’est un Front politique durable, Plus de groupes communistes mais des élus communistes noyés dans des groupes "Front de Gauche", une stratégie qui ressemble étrangement à toutes les expériences de partis communistes se transformant en force de gauche.

Et c’est là que le piège se refermera sur les communistes, car quel sera le score de Mélenchon aux présidentielles ? Nous avons l’expérience de ces candidatures "médiatiques" à un an des élections... de Bayrou à Chevènement, nous avons l’expérience... Pour quel résultat au final ? Peu importe les sondages [4], le rouleau compresseur des présidentielles ne peut être combattu par une bataille médiatique, et plus le PCF tarde, plus sa direction le presse pour imposer le choix de Mélenchon, moins il s’organise pour faire le lien entre les luttes et son candidat !

Et quand on se retrouvera avec un groupe "Front de Gauche" au parlement dont ne sera pas ce qu’il vote, comme au parlement européen ou les deux élus PG ont voté pour la guerre en Libye avec les 4 élus PCF absents [5]

Tous les communistes ou presque sont d’accord sur un point. Les élections présidentielles au suffrage universel sont un outil contre la souveraineté populaire. Elles sont l’élection la plus dure pour les communistes. Leur vote n’est utile que si le peuple prend conscience qu’il "n’est pas de sauveur suprême" alors même qu’on lui demande de choisir un président seul, dont tout découlerait. Le vote communiste aux présidentielles suppose donc un effort de conscience politique énorme. Choisir non un président, mais un parti dont le score sera un point d’appui pour aller dans la rue, occuper les usines, légitimer le besoin de révolution... Un vote qui ne promet pas la solution miracle, mais au contraire qui est un coup de canon pour marquer le début de la contre-offensive...

Mais c’est justement parce que cette bataille est très difficile qu’elle est essentielle pour les communistes. Les voies gagnées aux cantonales par un élu de terrain connu et reconnu sont importantes. Elles démontrent que le PCF existe, peut s’organiser, se renforcer. Mais elles ne pèsent pas sur le rapport des forces dans la société. Au contraire, toute voix communiste gagnée aux présidentielles est une balle contre la bourgeoisie !

Pierre Laurent a conclu la soirée en faisant appel à l’histoire communiste. Visiblement, le programme partagé, la dynamique du Front de Gauche, l’européanisme du PGE ne suffisent pas à motiver les troupes. Pierre Laurent cache sa stratégie derrière la résistance et même Marchais... ! [6]. Chiche, trouvons un candidat communiste capable de porter comme Marchais les intérêts du monde du travail dans la bataille politique. Souvenez-vous "au dessus de 4 millions, je prends tout"... Voilà un programme communiste simple et lisible !

[1et bien sûr, non seulement ne fait rien pour Gerin, mais fait même tout pour cacher sa candidature et ses propositions !

[2aux communistes qui veulent être entendus de donner des mandats clairs à leurs délégués à la conférence !

[3Bien sûr, une part dépend de Chassaigne qui pourrait décider de s’en remettre au vote des communistes, mais pour l’instant, il a dit le contraire...

[4mauvais pour Mélenchon d’ailleurs

[5Mélenchon se défend en disant que les élus PCF étaient pour aussi, bonjour l’ambiance dans le groupe !

[6cela dit, c’est déjà mieux que de le laisser à Mélenchon !

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).