Les Tunisiens à BHL : « Assassin ! Dégage ! »

, par  auteurs à lire , popularité : 2%

Le ministère des Affaires étrangères tunisien a demandé à ses services l’ouverture d’une enquête urgente sur la visite en Tunisie de l’intellectuel français Bernard Henri Lévy.

Par Zohra Abid

Joint au téléphone par Kapitalis, Mongi Hamdi, chef de la diplomatie tunisienne, a déclaré que son département n’a pas été informé de cette visite pour le moins bizarre, ajoutant qu’il n’en avait lui-même aucune idée.

« Normalement, il s’agit d’une personnalité connue et nos protocoles doivent être informés. Nous devons connaitre la partie qui a invité secrètement cet homme. Nous allons mener notre enquête et réagir en conséquence. Inviter secrètement une personnalité comme Bernard Henri Lévy n’est pas un acte anodin », nous a déclaré M. Hamdi, ajoutant qu’il assume la responsabilité de ses propos. Ambiance...

JPEG - 43 ko

Accueilli aux cris de « Assassin ! Dégage ! », les forces de l’ordre ont du faire appel à des renforts des troupes spécialisées dans l’escorte des personnalités pour réussir à l’exfiltrer de l’aéroport par une porte dérobée.

Tollé général

Par ailleurs, un groupe d’avocats appelle le procureur de la république à ouvrir une enquête sur le parti ou la partie qui a invité l’intellectuel sioniste Bernard Henri Lévy en Tunisie.

Cette visite est une menace à la sécurité du pays, estiment ces avocats, qui accusent le philosophe [1] français, sur la base de ses engagements antérieurs en Irak, en Syrie et en Libye, de mener des actions visant à déstabiliser le monde arabe et à y semer les graines de l’anarchie au profit de l’État d’Israël, dont il est l’un des plus fervents et inconditionnels défenseurs en France.

Me Abdelaziz Essid a, sur sa page Facebook, demandé l’ouverture immédiate d’une enquête pour connaître le nom du parti ou de la personnalité ayant invité le philosophe [2] en Tunisie et pour quel but.

Depuis le début du printemps arabe, Bernard Henri Lévy a toujours affiché son soutien aux groupes islamistes armés. Et ses interventions ont souvent été suivies, comme en Libye, par le déclenchement d’affrontements armés.

Mohamed Chawki Abid, ingénieur économiste, a commenté, lui aussi, sur sa page Facebook, la visite en Tunisie de Bernard Henri Lévy. « Je suis agréablement surpris par la réaction solidaire des avocats tunisiens et des facebookers contre l’arrivée de Bernard-Henry Lévy à Tunis. Je note également qu’un grand nombre de Tunisiens découvre aujourd’hui l’ingénierie perverse de BHL dans la mise en effervescence des pays du printemps arabe », écrit-il.

« Je ne veux accuser personne, mais j’exhorte notre procureur de la république de faire le nécessaire quant à la demande expresse du collectif d’avocats pour identifier la ou les personnes (physiques ou morales) ayant invité BHL à venir en Tunisie. Ce faisant, le peuple tunisien saura qui est l’allié du sionisme dans notre pays », conclut M. Abid.

Interrogé à propos de cette visite, un dirigeant de Nida Tounes, vainqueur des législatives du 26 octobre 2014, a indiqué à Kapitalis que son parti a appris l’arrivée du philosophe français à Tunis par la voie des médias et qu’il n’y est associé d’aucune manière.

Selon certaines sources, M. Lévy serait l’invité du président du parti islamiste Ennahdha Rached Ghannouchi.

Rappelons aussi que les deux hommes – qui n’ont, apparemment, rien en commun – s’étaient déjà rencontrés, en août 2013, à Paris. Et qu’ils ont un ami commun, le dirigeant islamiste libyen – et ancien combattant d’Al-Qaïda – Abdelhakim Belhaj.

Tout cela est louche, trop louche, au regard des Tunisiens, qui ont réussi leur transition démocratique sans aucune ingérence étrangère et sont en passe de réussir leur seconde alternance démocratique en 3 ans.

Par Zohra Abid de Kapitalis

Source : Kapitalis (journal tunisien en ligne)

[1Je suis très sceptique sur la qualité de philosophe de ce salopard milliardaire... signé PB.

[2Ibidem.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).