« Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre. »

, par  Danielle Bleitrach , popularité : 2%
JPEG - 24.5 ko

Ce qui va se passer en Syrie est gravissisme. Notons qu’il s’agit d’un acte qui n’a pas d’objectif défini en particulier. Il ne s’agit en aucun cas d’aider des révolutionnaires, un peuple syrien épris de liberté à renverser un tyran. Il est probable que le tyran en question restera en place comme Saddam a été maintenu là par Bush père, après la première guerre du Golfe. L’opération est destinée à détruire un peu plus un pays et à accroître partout la débilité et la partition du Moyen orient, quitte à ce que surgisse de ce champ de ruines les pires monstruosités, les mercenaires drainés de partout, changeant de camp au gré des caprices des despotes locaux.

Tout le monde le sait et nul ne se fait d’illusion sur la vertu d’Obama, de Cameron, de Fabius, sans parler de l’ordure fossoyeur du peuple juif et des espérances israélo-palestinienne qui a nom Benjamin Netanahyou, tout le monde sait ce qu’ils valent, ce sont les mêmes qui ont aidé Saddam Hussein à utiliser le gaz sarin contre les iraniens, et qui quelques années après, ont fait de leur exécutant un "nouvel Hitler", ont inventé un crime au Koweit assorti de campagnes bidon sur les bébés en couveuses tués par les irakiens… Tout le monde sait ce qu’il en est, existe-t-il encore quelques naïfs pour croire à la vocation humanitaire de cette expédition ? Non, la plupart savent ce qu’il en est et ils disent faites vite que l’on soit débarrassé de ces gens là.

La servitude volontaire que nous acceptons a fait que « Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre ».

Demain probablement, sans attendre même l’expertise de l’ONU dont ils n’ont que faire, sans le moindre mandat, ils vont bombarder ce qui est déjà un chaudron des sorcières. Il s’agit d’un acte gravissime dans lequel les marchands d’armes qui dirigent nos "démocraties" accompagné du chœur des pleureuses de la presse dans lequel ils ont des intérêts, vont faire de la guerre l’unique solution à tous les problèmes. La guerre selon eux ne sera pas le corps à corps dangereux, mais le bombardement de civil, stratégie, ne l’oublions pas, inaugurée par Hitler durant la seconde guerre mondiale poussée à son paroxysme à Hiroshima.

La guerre ne sera pas légale, on retourne aux croisades, la guerre est juste puisque les médias aux ordres le répètent sans la moindre consultation du peuple invité à devenir spectateur de jeux vidéos.

L’objectif n’est pas la paix, la fin d’une tyrannie comme on nous vend cette folie onéreuse, ce gouffre financier meurtrier, au moment même où l’on attaque notre protection sociale, nos retraites. Non il s’agit de satisfaire les caprices d’une tragique bande de malfaiteurs, marchands d’armes, despotes capricieux financiers de toutes les grandes compagnies de fanatiques, contrebandiers, trafiquants de drogue qui se puissent imaginer. Quelle autre expédition malienne nous vendra-t-on pour nous débarrasser de ces gens-là, quel chef ancien stipendié de la CIA exécutera-t-on dans une opération digne d’un film de série B.

Les peuples ont perdu cette bataille que l’on appelle le printemps arabe, ils l’ont perdu faute d’unité, faute de perspectives politiques, déchirés par les combats de chefs. Une fois de plus, le capital utilise sa propre crise pour empêcher l’émergence de toute solution, pour diviser, individualiser, pour faire se déchirer entre elles les victimes. Le racisme, l’antisémitisme, l’amour des tyrans, le narcissisme chauvin des micro-identités font le travail du capital. Est-ce que pour autant le capital est capable d’avoir un projet de domination qui offre un minimum de sécurité, de survie, de participation à son accumulation ? Point du tout, il est dans un état de faiblesse tel qu’il n’a plus d’autre issue que l’exploitation à outrance et la guerre.

L’opération qui va se dérouler en Syrie et demain ailleurs, n’est pas la manifestation de la force du capital, elle est course désespérée après une hégémonie perdue et manifestation de son incapacité à être autre chose que destructeur.

Danielle Bleitrach

Voir en ligne : Sur le blog de Danielle Bleitrach, Histoire et société

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).