Le Venezuela obtient l’appui de l’ONU pour la souveraineté et le dialogue

, par  Danielle Bleitrach , popularité : 7%

Je me souviens de Fidel disant qu’il y avait plus d’honneur dans les petits pays des Caraïbes que dans certains grands pays d’Amérique. Il notait aussi l’attitude des Africains qui malgré leur pauvreté avaient toujours résisté aux pressions contre Cuba de la part des Etats-Unis. Tous ces pays sous la menace des Etats-Unis, de la France et d’autres gangsters de la même espèce, témoignent en effet d’un courage que je leur envie. Que l’on ne me raconte pas de niaiseries, rien n’empêcherait que nous allions ne serait-ce qu’à une centaine, dire notre amitié à l’ambassade du Venezuela, à ce personnel diplomatique qui tient bon. Nous sommes, en attendant, bien contents d’avoir des pays comme la Russie et la Chine pour tenir bon, cela calmera peut-être nos ardeurs et celle de certains membres de la direction du PCF à jouer les défenseurs des droits de l’hommisme face à ceux qui tiennent bon (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Le ferme refus des positions américaines de la Russie et de la Chine, ainsi que le soutien des pays d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes, ont conforté une position majoritaire contre les ingérences étrangères au Venezuela.

Le ferme refus des positions américaines par la Russie et la Chine, ainsi que le soutien des pays d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes, ont conforté une position majoritaire contre les ingérences étrangères au Venezuela.

Publié le 26 janvier 2019

Lors de la réunion extraordinaire convoquée par les États-Unis Au Conseil de sécurité, 19 pays sur 35 ont rejeté l’ingérence étrangère au Venezuela.

Le gouvernement vénézuélien a obtenu samedi le soutien de sa souveraineté devant le Conseil de sécurité des Nations Unies (ONU), où 19 pays sur 35 ont exprimé leur opposition à l’ingérence dans les affaires intérieures de la nation sud-américaine et leur appui à un processus de dialogue entre les acteurs nationaux.

La réunion extraordinaire de haut niveau au sein de cet organe a été convoquée à la demande du secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, afin de rechercher un consensus international pour légitimer le coup d’état en cours au Venezuela et la reconnaissance de l’imposition d’un « gouvernement fantoche ».

Cependant, la représentation des États-Unis, de ses gouvernements alliés dans le soi-disant groupe de Lima et d’une partie de l’Union européenne (UE) n’a pas atteint ses objectifs au sein du Conseil de sécurité, où la plupart des pays de tous les continents ont exigé le respect de la souveraineté vénézuélienne.

De cette manière, le ferme refus de la position américaine des grandes puissances dotées du droit de veto, la Russie et la Chine, ainsi que le soutien des pays d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes, ont conforté une position majoritaire contre l’ingérence étrangère au Venezuela.

Le monde a opté pour la démocratie

La Russie était l’une des 19 nations qui ont soutenu le dialogue entre les Vénézuéliens au sujet de l’ingérence. L’ambassadeur de Russie à l’agence, Vasili Nebenzia, a déclaré que « la véritable menace à la paix réside dans les États-Unis et leur volonté de participer au coup d’Etat ».

Avis également appuyé par la Bolivie, qui a dénoncé devant le Conseil que le véritable intérêt de la session convoquée par Mike Pompeo contre le Venezuela réside dans ses ressources naturelles et dans les divergences idéologiques et politiques avec le gouvernement bolivarien. « Quel pays est meilleur après une intervention américaine ? », s’est interrogé le représentant bolivien, Sacha Llorenti.

La représentation diplomatique de la Chine a également apporté son soutien. « Nous soutenons les efforts du gouvernement vénézuélien pour défendre la souveraineté et la stabilité du pays (et) nous nous opposons à l’ingérence dans les affaires du Venezuela », a déclaré le diplomate Ma Zhaoxu. « La situation au Venezuela est interne et ne menace pas la paix internationale », a-t-il ajouté.

Pour sa part, l’ambassadeur permanent de Cuba, Anayansi Rodriguez, a déclaré que les agressions contre le gouvernement vénézuélien constituaient une tentative désespérée d’appliquer « une politique infructueuse de changement de régime », qui a été contrecarrée à plusieurs reprises « par la résistance inébranlable de la population vénézuélienne et sa volonté de défendre la souveraineté nationale ».

Alina R. Duarte@AlinaTelesur

Autres phrases à l’appui de la souveraineté du Venezuela

« La situation au Venezuela est un problème interne et ne constitue pas une menace pour la paix et la sécurité internationales » Guinée équatoriale.

« Ils devraient promouvoir des moyens permettant de créer un environnement favorable au dialogue et à la coopération, qui facilite la résolution des difficultés du peuple vénézuélien » Afrique du Sud.

« Pour répondre pacifiquement à la situation au Venezuela, le dialogue des parties est nécessaire et la Dominique offre ses bons offices pour faciliter ce processus » Dominique.

« Nous exigeons le respect de la constitutionnalité du président Nicolás Maduro au Venezuela » Nicaragua.

« C’est le peuple du Venezuela qui doit choisir son propre parcours sans aucune ingérence » Mexique.

« Les dirigeants des Caraïbes resteront attachés à la situation au Venezuela. Nous appelons à un dialogue pacifique et rejetons toute ingérence dans les affaires intérieures de ce pays » La Barbade.

« La pire solution pour le Venezuela est de renforcer son isolement international » Uruguay.

« La solution pacifique des conflits, le respect intégral de la non-intervention et de la souveraineté, et non le recours ou la menace du recours à la force, constituent le meilleur moyen de surmonter les difficultés » El Salvador.

Voir en ligne : Sur le blog de Danielle Bleitrach

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).