Le KKE est sorti plus fort des élections, dans les régions où bat le cœur du peuple et de ses luttes

, popularité : 2%

Le meilleur résultat d’un parti communiste pour ces élections européennes... qui passe de 5% à plus de 9%. Plus de 4 fois le score du PCF.

Peut-être faut-il regarder comment ils font ?


Le Parti Communiste de Grèce a enregistré des résultats importants aux élections européennes du 9 juin, recueillant 9,25% des suffrages exprimés au niveau national. Plus important encore, le KKE est sorti beaucoup plus fort dans les régions ouvrières et populaires.

  • Le KKE a obtenu 11% en Attique, c’est-à-dire dans la région qui comprend Athènes, le Pirée et d’ autres régions entourant la capitale grecque, où vit et travaille une grande partie de la classe ouvrière du pays. En Attique, le KKE est à nouveau arrivé en troisième place, avec des scores élevés allant de 10% à 22,88% dans les quartiers et les municipalités populaires. 
  • Le KKE s’est imposé en tête avec un score de 50% dans les villages où vivent les travailleurs de ’LARCO’, cette grande unité industrielle, qui luttent pour leur survie, ainsi que dans les villages de résiniers du nord de l’Eubée, où le slogan ’Seul le peuple sauve le peuple’ est né.
  • Le KKE est arrivé en deuxième position dans l’ensemble de la région de l’Égée du Nord, tandis que sur l’île d’Ikaria, le KKE est arrivé en tête avec 41 % des voix.
  • En Thessalie, le KKE a dépassé 10% en arrivant en tête où en obtenant un score accru dans divers circonscriptions électorales, comme à Agia, près de la ville de Larissa, où d’importantes mobilisations des paysans ont eu lieu au cours de la période précédente.
  • Le KKE a enregistré une poussée dans les villages de Chalkidique, où les travailleurs des mines continuent à se battre ayant le Parti à leurs côtés.
  • Une progression du KKE a également été enregistrée dans les villes de l’Épire, de la Grèce occidentale, de Crète, etc.
     

Dans une déclaration sur le résultat des élections européennes, dimanche soir, le Secrétaire Général du Comité Central du KKE, Dimitris Koutsoumbas, a fait remarquer :

’Nous remercions et saluons les centaines de milliers de personnes qui ont répondu à l’appel du KKE et ont voté pour notre parti aujourd’hui dans toute la Grèce.

Nous saluons le peuple et la jeunesse des grands centres urbains, en particulier de la plus grande région du pays, l’Attique, où le KKE est arrivé en troisième place par une large marge.

Globalement, le KKE a enregistré une nouvelle progression significative par rapport aux élections européennes de 2019 et par rapport aux élections législatives de 2023, où le score du Parti a été également augmenté.

Cela confirme le lien du KKE avec des forces populaires plus larges et prouve que le vote pour le KKE exprime des liens plus solides, qui ont été noués dans les grandes luttes de la période précédente, et dans notre effort permanent de communication directe, de dialogue et de discussion avec le peuple, sous diverses formes, tous les jours de l’année, et pas seulement avant les élections, sur les lieux de travail et dans les quartiers.

Certains processus positifs qui se déroulent depuis longtemps et qui ont été reflétés aux élections législatives et au sein du mouvement ouvrier et populaire, se confirment.

Un courant de remise en cause de la politique dominante, actuellement mise en œuvre par le gouvernement de la Nouvelle Démocratie, se stabilise et se renforce. Un plus grand nombre de forces ouvrières et populaires se désengagent des partis bourgeois et se rangent aux côtés du KKE, tandis que le prestige du parti s’accroît.

Bien sûr, le rapport politique reste négatif pour le peuple, mais il existe une force sur laquelle on peut compter, le KKE, qui peut contribuer à l’organisation de la lutte des travailleurs et du peuple, à la contre-attaque et au renversement de ce système, le lendemain et face aux difficultés qui se profilent à l’horizon.

Le rôle du KKE est toujours bien plus important que son score aux élections. Son renforcement permet donc d’organiser des luttes bien plus puissantes et plus efficaces dans le contexte actuel.

Nous pensons que le taux d’abstention élevé reflète un niveau significatif de protestation contre le gouvernement de la ND, ainsi qu’un mépris envers le système politique bourgeois et ses partis, ainsi qu’envers l’UE et ses institutions, telles que le Parlement européen.

Le débat préélectoral axé sur la dégénérescence et l’éloignement des problèmes critiques et surtout de leurs causes a renforcé l’aversion du peuple.

De ce point de vue, cette attitude, que nous n’approuvons évidemment pas, a également des caractéristiques politiques, indépendamment du fait qu’elle est exprimée d’une manière qui peut être mal interprétée, ’coincée’ ou intégrée dans le système.

L’objectif est donc désormais que cette protestation, en particulier celle des jeunes, s’exprime par leur participation active au mouvement, à la lutte organisée et aux revendications, qu’elle acquière des caractéristiques militantes, qu’elle rencontre la politique révolutionnaire du KKE dans son ensemble.

L’essentiel, maintenant, c’est le lendemain. Le KKE utilisera la force que le peuple lui a donnée pour renforcer sa voix là où des décisions anti-populaires sont prises, comme au Parlement européen, et surtout pour organiser la lutte des travailleurs et du peuple dans notre pays.

À partir de demain, les engagements envers l’UE, les excédents budgétaires ’sanglants’ , les conditions préalables au Fonds européen pour la relance, les deux guerres impérialistes dans lesquelles notre pays est profondément impliqué, seront là.

Les peuples seront également confrontés à de nouvelles épreuves, en raison de l’augmentation des dépenses de guerre, qui accableront les peuples d’Europe, en raison du plan visant à transformer l’Europe en une ’économie de guerre’, suite à une crise économique européenne imminente.

Le KKE sera là :
- Pour que le regroupement du mouvement ouvrier et populaire déjà en cours se poursuive, afin de changer le rapport des forces.
- Pour révéler et faire obstacle aux orientations et directives anti-populaires au sein du Parlement européen et au Parlement grec.
-  Pour que la coordination des luttes avec la classe ouvrière, les paysans, les intellectuels, les jeunes, les femmes se renforce dans tous les pays de l’UE, où les peuples continuent à être dans la rue, luttant contre l’UE des guerres, des monopoles, des lobbies, de la corruption, de l’exploitation.

L’UE n’est pas aussi puissante qu’elle en a l’air. Les peuples doivent être vigilants et croire en leur propre pouvoir.

Car ce qui est toujours réaliste, c’est l’intérêt des peuples. Le peuple grec, les peuples de toute l’Europe, n’ont pas encore dit leur dernier mot.

Nous vous souhaitons santé et force pour vos luttes !

 

 

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).