La renaissance du Parti communiste d’Indonésie

, par  Danielle Bleitrach , popularité : 30%

L’essai qui suit traite de la reprise de l’activité légale du Parti communiste d’Indonésie après 50 ans d’interdiction. L’article offre des informations intéressantes sur l’histoire héroïque et tragique du plus grand parti communiste non-dirigeant du monde et exprime l’optimisme que les nouvelles générations de communistes indonésiens continueront le chemin de la lutte, rejoignant le mouvement marxiste-léniniste pour le matérialisation de l’idéal communiste. Je ne sais ce qu’il en est exactement de cette « renaissance » mais l’article offre également une référence intéressante à la manière dont la politique de Krouchtchev, ici comme en Chine a affaibli et divisé le camp socialiste, prétendant imposer un modèle et des orientations alors même qu’il avait affaibli l’autorité morale de la direction russe sur le mouvement communiste, alors que l’on découvre ici au contraire sur la question agraire un Staline beaucoup plus proche sur la question agraire des réflexions de Marx sur l’originalité de la Révolution russe et du rôle de la paysannerie.. (note et [traduction de danielle Bleitrach->https://communismgr.blogspot.fr/2017/11/the-rebirth-of-communist-party-of.html)}

Par Srećko Vojvodić . (https://communismgr.blogspot.fr)

Prologue

Ce sujet a une grande importance morale pour nous, communistes. Ici nous parlons du Parti communiste d’Indonésie. Riche est son histoire d’explosions, de tragédies et de bravoure des communistes, et de crimes contre eux, commis par la réaction bourgeoise. Maintenant, après une longue interdiction de 50 ans, le Parti communiste d’Indonésie a tenu sa Convention et a repris son activité légale dans son propre pays.

Contexte

L’un des plus grands partis communistes du monde, l’un des plus grands partis communistes d’Asie, le Parti communiste d’Indonésie avait, au moment de son interdiction en 1965, environ trois millions de membres et de partisans, dont deux millions de membres. C’était le troisième parti communiste le plus nombreux du monde, juste après le Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS) et le Parti communiste chinois (PCC).

L’histoire de ce parti a commencé en mai 1920. L’Indonésie est un pays qui s’étend sur un vaste archipel de l’Asie du Sud-Est, qui était à cette époque une colonie hollandaise.
Le social-démocrate hollandais Henk Sneevliet a commencé à rassembler ses camarades, a quitté les sociaux-démocrates – Hollandais et locaux – et a organisé un congrès fondateur d’un parti qui est entré dans l’histoire par la suite en tant que Parti communiste indonésien. Il porte ce nom depuis 1924.

Qui était Henk Sneevliet ? Déjà très jeune, à l’âge de 40 ans, il avait accumulé une grande expérience du travail syndical aux Pays-Bas et, à ce titre, a été nommé représentant de la section orientale du Komintern. Après avoir fondé le Parti communiste d’Indonésie, il s’est rendu en Chine, où il a assisté à la fondation du Parti communiste chinois.C’est lui qui organisa, en juillet 1921, le Congrès fondateur du Parti communiste chinois à Shanghai. C’était aussi nul autre que lui, qui a invité à ce Congrès, entre autres, un jeune étudiant de l’Université de Pékin, Mao Tse-tung, voyant en lui les traits d’un futur dirigeant communiste.

Après avoir travaillé dans la section orientale du Komintern, Henk Sneevliet est retourné aux Pays-Bas, puis sa rupture dramatique avec la direction communiste hollandaise, son passage aux positions du trotskisme, puis sa rupture avec Trotsky. Plus tard, dans les années de la Seconde Guerre mondiale, député indépendant de Hollande, le représentant des travailleurs Sneevliet est à la tête de la Résistance souterraine néerlandaise et a organisé la plus grande grève de l’occupation nazie de l’Europe occidentale contre l’hitlérisme, en novembre 1941. Il a été appréhendé et exécuté par le GeStaPo d’Hitler en avril 1942. Il n’avait alors pas encore 60 ans.

Le Parti, fondé par Sneevliet, s’est développé comme beaucoup d’autres partis orientaux du Komintern – Partis communistes asiatiques : il a traversé la Terreur blanche en 1926, à travers la lutte contre les colonisateurs, à travers l’occupation japonaise et la résistance armée aux alliés japonais d’Hitler.

Après la débâcle du militarisme japonais en 1945, les nationalistes indonésiens, dirigés par le président Sukarno, entamèrent leur lutte d’indépendance contre les Hollandais et leur domination coloniale. Le CPI a soutenu Sukarno – comme toute force patriotique devrait le faire – celui-ci a manifesté à leur égard une sombre ingratitude. Ce fut Sukarno qui, avec des nationalistes indonésiens et des généraux islamiques, a organisé une provocation armée en 1948, impliquant l’armée et les formations armées du Parti, qui a abouti à un massacre sanglant de communistes indonésiens,à l’assassinat du secrétaire général de l’époque. Le Comité central du Parti communiste d’Indonésie, Munawar Musso et le membre du Politburo, Amir Sjarifuddin, qui était ministre de la Défense dans le gouvernement de coalition des communistes et des nationalistes – le gouvernement anticolonialiste de Sukarno.

Cependant, comprenant qu’il pourrait encore avoir besoin de communistes dans la lutte contre les généraux islamiques et les colonisateurs hollandais, Sukarno suspendit l’interdiction du PC, espérant que ses nouveaux dirigeants lui seraient plus fidèles que Munawar Musso et Amir Sjarifuddin, qu’il exécuta.

Et, en fait, à la tête du Parti est venu Dipa Nusantara Aidit, Njoto, MH Lukman et quelques autres, orientés vers le Parti communiste chinois victorieux et une collaboration du Parti communiste de l’Indonésie avec le PCCn.

En 1951, l’activité légale complète du CPI a été rétablie et cette année, les communistes indonésiens ont adopté leur programme du Parti, contenant – comme il est apparu plus tard – beaucoup de points erronés et de confusion, qui ont obligé le secrétaire principal du CC de l’Union. Parti communiste (bolchevik), I Staline, d’exprimer sa critique du projet de programme du CPI. Malheureusement, dans les conditions de semi-légalité et de terreur menées par les généraux islamistes sur le CPI, en l’absence de lien direct entre le CPI et l’AUCP (B), les remarques de Staline ne parvinrent à la nouvelle direction du CPI seulement après l’adoption du nouveau programme.

Au lieu de prendre en compte ces critiques tout en développant leurs activités, les dirigeants du CPI ont répondu à Staline en réfutant pratiquement toutes ses considérations et en montrant l’aplomb des néophytes : leur chef Aidit n’avait pas alors 30 ans ! Un seul parmi les membres du Politburo, Rinto, qui était en fait le professeur Iskandar Subekti, marxiste averti qui parlait couramment le néerlandais, l’anglais et plusieurs autres langues étrangères, éduqué en Europe, connaissant parfaitement les œuvres des classiques du marxisme, a exprimé sa dissidence et a écrit une lettre séparée à Staline, lui demandant d’esquisser quelques idées sur les perspectives de la révolution indonésienne. Au grand étonnement d’Aidit et de Njoto, Staline répondit à la lettre de camarade Subekti, l’invitant ainsi que d’autres communistes indonésiens à être invités au 19ème Congrès du PCUS en octobre 1952.

Subekti est arrivé à Moscou et plus tard, en décembre 1952, Dipa Nusantara Aidit avec Njoto est également venu à la capitale de l’Union Soviétique, après avoir assisté au Congrès du Parti Communiste des Pays-Bas. Ainsi, dans la première décennie de janvier 1953 ont commencé les conversations de Staline avec la direction du CPI : sur les forces en mouvement, les perspectives et le caractère de la révolution indonésienne.
Les conversations étaient assez intéressantes et significatives, le camarades. Staline a essayé de convaincre les communistes indonésiens que ses conclusions étaient correctes. Dans l’ensemble, il a réussi à le faire.

Sur la base de ces entretiens, Staline rédigea un important document adressé à Aidit le 16 février 1953 : « Sur le caractère et les forces motrices de la révolution indonésienne, sur les perspectives du mouvement communiste en Asie de l’Est, sur la stratégie et la tactique des communistes. Sur la Question agraire « . De fait, c’était le dernier travail théorique de Staline, malheureusement non diffusé en URSS pendant longtemps. Pour la toute première fois, il a été publié en langue russe en 2009, imprimé directement à partir de son manuscrit. Cet original manuscrit est conservé dans les archives présidentielles de la Fédération de Russie, le fonds de Staline.

Ce dernier ouvrage théorique de Staline du 16 février 1953, seulement deux semaines avant sa mort, est d’abord très intéressant, car il y a formulé le point clé de la révolution indonésienne : la question agraire. Il critiquait les communistes indonésiens quand ils écrivaient : « Nous lutterons contre la féodalité », sans préciser les vestiges de la féodalité dans la société indonésienne dont ils parlaient et il insistait clairement sur le fait que le CPI devait concrétiser le slogan sur la livraison des terres aux paysans indonésiens en faire leur propriété privée, sans compensation – fournissant une explication théorique solide sur la manière dont il fallait exactement gérer la situation agraire en Indonésie qui à cette époque était différente de la situation agraire dans la Russie pré-révolutionnaire, de la situation agraire en Europe de l’Est et pourquoi , donc, par conséquent, en Indonésie, c’était le slogan de la livraison de la terre aux paysans indonésiens dans leur propriété privée, sans compensation qui était nécessaire, tout en expliquant pourquoi un slogan sur la nationalisation de la terre ne fonctionnerait pas dans la situation donnée.

C’est précisément dans ce travail que Staline a soulevé la question du Front national, mettant en garde les dirigeants du Parti communiste indonésien sur l’absorption éventuelle du Parti communiste par la bourgeoisie nationale, sur la conversion du Parti en une annexe du président Sukarno et sa clique, pour que les communistes indonésiens ne deviennent pas une monnaie d’échange dans un combat de clans entre nationalistes et islamistes, entre colonisateurs directs et leurs complices, pour qu’ils mènent une ligne autonome d’alliance de la classe ouvrière et de la paysannerie et soulignent que l’alliance serait d’autant plus forte, que les positions du Parti dans le Front National seraient fermes.

Le travail est intéressant en soi à cause de son approche totalement non-dogmatique. Par exemple, en analysant la situation agraire en Russie à la veille de la révolution d’Octobre, Staline évalue positivement non seulement le programme agraire des bolcheviks mais aussi celui des socialistes-révolutionnaires (SR), les qualifiant tous les deux de « partis socialistes ». Il déclare en outre que l’Octobre a été victorieux en raison de l’alliance de la classe ouvrière avec la paysannerie, qui s’est matérialisée politiquement dans les actions communes des deux partis socialistes, bolcheviks et socialistes révolutionnaires – ce qui était une vision absolument non traditionnelle des sciences sociales soviétiques de ce temps !

Dans cette situation, le PC indonésien s’est naturellement enrichi de toutes ces clarifications. Les formulations de Staline ont trouvé leur place, également, dans une nouvelle version du programme CPI, adoptée en 1954, et dans un grand ouvrage théorique d’Aidit, publié un an plus tard. Bien sûr, étant donné les circonstances de la campagne de Khrouchtchev pour discréditer la lutte révolutionnaire pour le socialisme et le communisme, sous le couvert absurde de « l’antistalinisme », le nom de Staline n’a été mentionné nulle part dans ces documents. en russe en 2009.

Pratiquement, le simple fait que les suggestions de Staline pour déplacer le centre du travail politique du CPI vers les villages aient été mises en œuvre a résulté en une telle augmentation du nombre et de la force du PCI qu’il est devenu le troisième parti communiste le plus puissant du monde ! Les afflux massifs de paysans, la création d’associations paysannes, dirigées par les communistes, le renforcement des positions du Parti dans le mouvement ouvrier, provoquèrent des victoires électorales, ainsi qu’un renforcement de la réputation des communistes dans la société indonésienne. Trois millions de membres et de partisans, dont deux millions étaient membres du Parti et un million : membres de la jeunesse, des syndicats, des paysans, des femmes et d’autres organisations dirigées par des communistes. Ces chiffres parlent d’eux-mêmes. Et ces chiffres ne sont pas mythiques, ils sont bien documentés.

La croissance des contradictions sociales en Indonésie, le manque de solution à la question agraire, l’aggravation de la situation des travailleurs, couverts par des slogans nationalistes et la rhétorique anti-impérialiste du président Sukarno et son amitié avec Khrouchtchev ; La transition du PCI vers l’opposition au régime de Sukarno a été progressive, bien que deux de ses membres soient restés ministres dans le cabinet de Sukarno – l’un d’eux étant le membre du Politburo Njoto, et dans un nouveau mouvement vers les positions du maoïsme. Mao dit que le fusil porte le pouvoir une solution simple à tous les problèmes de la société indonésienne.

Les actions de Khrouchtchev y ont beaucoup contribué. Il avait rencontré Sukarno tout le temps, lui présentant des cadeaux exclusifs du Trésor de l’URSS – sans consulter personne à ce sujet, le qualifiant de « figure progressiste distinguée de notre temps », tout en traitant les communistes indonésiens comme ses serviteurs. Contrairement à Staline, qui n’épargnait ni le temps ni l’effort pour les convaincre de la validité de ses arguments, Khrouchtchev les traitait comme un propriétaire à la marche hautaine qui traite ses serfs : « Le chef a parlé, point ! Ceux qui ne sont pas d’accord : sortez ! »Tout cela a contribué à l’atmosphère et au contexte psychologique de la transition de la direction du PCI vers le vecteur maoïste du développement du Parti. Et c’est devenu l’une des causes les plus importantes de la tragédie survenue le 30 septembre 1965 et de la débâcle ultérieure du CPI,

Explosion menaçante

En surface, et dans le cœur d’une mer de paysans analphabètes mais pieux, l’Indonésie était dirigée par la phraséologie pseudo-révolutionnaire de Sukarno sur le « socialisme indonésien » – qui convenait à tout le monde – des villageois sans terre aux propriétaires héréditaires, à la bourgeoisie compradore et la bureaucratie gonflante entre les deux. En vérité, il y a eu des réalisations importantes, surtout dans le domaine de la santé et de l’éducation, mais l’économie a généralement décliné : au début des années soixante, sa production était inférieure aux niveaux de 1940. L’industrie a travaillé au quart de sa capacité, principalement à cause d’un manque chronique de matières premières, et le budget n’a reçu en 1961 que 1/8 des revenus prévus du secteur public ! Même le coûteux équipement importé restait inutilisé en l’absence de toute planification systématique, était souvent laissé à l’abandon, ou était simplement volé.

Dans de telles circonstances, le financement régulier de l’armée s’est asséché et les commandants se sont tournés vers l’entreprise, jusqu’au pillage des biens de l’État, à la contrebande et même au trafic de drogue. Beaucoup de jeunes officiers, nés dans la pénurie, ont rapidement fusionné avec les compradors et les propriétaires terriens et tout cela a inévitablement favorisé un développement des sentiments et de la vision du monde militaristes, défavorables aux politiciens en général, mais particulièrement aux communistes.

Préparant les conditions pour l’établissement de leur dictature et la suppression de toutes les tentatives de résistance, les militaristes indonésiens ont concentré leurs principaux efforts sur les villages. Depuis l’instauration de l’état d’urgence en 1957, les commandants de l’armée dirigent toutes les affaires du village : ils nomment et remplacent les anciens du village, les administrateurs formés, etc. En effet, l l’armée a décidé, comme l’a exprimé un journaliste américain, « d’entrer en concurrence avec le CPI dans le domaine du travail avec les masses ».Puis le ministre de la Défense, le général Nasution, assigna aux troupes, relevées après le conflit d’Irian avec les Pays-Bas entre 1961 et 1963, une « mission civique », le nommant « Opération Travail ». Ces soldats ont retourné du sol vierge avec des villageois, construit et réparé des logements, des écoles, des centres de santé, des routes, des canaux et des barrages ; ils distribuaient de la nourriture et des semences aux villageois, qu’ils enseignaient à devenir alphabètes et à purifier l’eau. À la lumière d’une prolongation constante de la réforme agraire, cette « mission civique » de l’armée attira de nombreux paysans. Cependant, un travail utile s’accompagnait toujours d’un lavage de cerveau propagandiste des soldats et des paysans dans un esprit anticommuniste.

Selon la doctrine de Nasution, l’activité « civique » de l’armée était entrecoupée de la préparation de l’armée à la « défense du pays » avec les paysans, comme à l’époque de la guerre contre les Hollandais. Cependant, cette fois « l’ennemi » n’était pas externe, mais interne. Les villages n’étaient pas préparés à la guerre, mais à la terreur de masse. Les escortes armées des propriétaires, les détachements de fanatiques religieux et les bandes criminelles ont tous été fusionnés dans un système de formations pogrom-terroristes. Comme en Amérique latine, ils allaient être connus, plusieurs années après, comme des « escadrons de la mort » – selon le nom de l’un d’entre eux.

Le renversement du régime entre des blocs sociaux et de classe antagonistes s’épuisait peu à peu, se rapprochant de la transition de tout pouvoir entre les mains de l’un d’entre eux. Cette crise nationale générale n’aurait pu être résolue que de l’une des deux façons suivantes : soit par
· Dictature révolutionnaire-démocratique des travailleurs, avec l’hégémonie du prolétariat, qui ouvrirait une perspective socialiste au pays, ou par une
· Dictature réactionnaire des classes exploiteuses, avec l’hégémonie de la bureaucratie corrompue (seulement 100 ministres !) Fusionnés avec des entrepreneurs en uniforme.

Les communistes les appelaient ensemble « cabirs » (capitalistes-bureaucrates).
L’affrontement s’approchait inexorablement. En août 1965, le président se joignit publiquement à l’appel du CC du PCI pour « renforcer l’offensive révolutionnaire ». Le procureur général a déclaré que le pouvoir judiciaire était prêt pour la liquidation des « cabirs ». En septembre, les forces de gauche sont allées plusieurs fois dans les rues de Jakarta sous le slogan « Mort aux cabires ! ». Les 8 et 9 septembre, des manifestants-communistes ont assiégé le consulat américain à Surabaya. Le 14 septembre, Aidit a appelé le Parti à la vigilance. Enfin, le 30 septembre, l’Union populaire de la jeunesse et des femmes a organisé à Jakarta une manifestation de masse contre l’inflation et la crise économique. A la veille, lors d’un rassemblement d’étudiants, le président a appelé ouvertement à « écraser les généraux qui sont devenus les protecteurs des éléments contre-révolutionnaires ».

Si ce n’était pas là une situation révolutionnaire, qu’est-ce que c’était ?

Cependant, comme Lénine dans « L’effondrement de la Deuxième Internationale » avait mis en garde : « … ce ne sont pas toutes les situations révolutionnaires qui mènent à la révolution ; la révolution naît seulement d’une situation où les changements objectifs mentionnés ailleurs sont accompagnés d’un changement subjectif, à savoir la capacité de la classe révolutionnaire à prendre des mesures de masse révolutionnaires assez fortes pour briser (ou disloquer) l’ancien gouvernement qui même en période de crise, ne « tombe » pas , s’il n’est pas renversé. « Plus précisément, il a souligné : » Vous ne pouvez pas gagner avec l’avant-garde seulement. La victoire exige que non seulement le prolétariat, mais aussi les masses vraiment larges du peuple ouvrier, opprimé par le capital, arrivent par leur propre expérience à la position soit de soutien direct de l’avant-garde, ou, au moins, une neutralité bienveillante à son égard et une incapacité totale à soutenir son ennemi ?

Par conséquent, le caractère objectif de la base de masse de la contre-révolution indonésienne montre que, dans cette situation, elle était devenue inutile et, pire encore, il était mortellement dangereux d’en attendre un rapport de forces plus favorable. Il n’y avait qu’un moyen d’éviter la catastrophe : utiliser toutes les chances d’élever la révolution à un nouveau stade démocratique du peuple, ouvrir non seulement au prolétariat mais aussi aux masses petites-bourgeoises une perspective visible d’une vie meilleure.

La bataille perdue

Le 30 septembre 1965, un groupe de jeunes officiers militaires, appartenant pour la plupart à la Garde présidentielle et à l’armée de l’air, tentèrent de capturer et de détruire les plus hauts gradés de l’armée au sol, sur des positions islamistes. Cinq généraux et leur entourage ont été tués mais la principale figure parmi les commandants capturés par les officiers de gauche, le chef d’état-major de l’armée de terre, Nasution, s’est caché et a lancé, avec le commandant Suharto, une contre-attaque contre le Conseil révolutionnaire, constitués par ces jeunes officiers orientés vers la gauche. L’armée au sol avait une supériorité numérique et un soutien assuré des troupes aéroportées et de la marine. Leur supériorité numérique commune sur la Garde Présidentielle et l’Armée de l’Air était si grande qu’à la fin du jour suivant, le 1er octobre, le Conseil Révolutionnaire fut écrasé. qui s’est pratiquement effondré sous une attaque féroce des troupes de Suharto et de Nasution. Les dirigeants du Conseil révolutionnaire se sont cachés dans la base aérienne de Halim et l’armée a lancé une attaque sur elle.

Exactement à ce moment-là, ni la veille ni le lendemain, les dirigeants du CPI ont déclaré leur soutien au Conseil révolutionnaire et au Mouvement du 30 septembre ! Au moment où il s’est déjà effondré, alors qu’ il était clair que ses adversaires gagnaient. Il est entendu qu’il n’était pas facile de convoquer un congrès, une conférence ou le plénum du Comité central. Mais le président du Comité central, Aidit, n’a même pas convoqué une session du Politburo. Cinq d’entre eux, Aidit, Njoto, le premier vice-président d’Aidit, son deuxième adjoint Lukman et le membre du Politburo Sudisman ont pris la décision de soutenir le Conseil révolutionnaire. Puis, dans la matinée du 2 octobre,

Catastrophe

Il va sans dire que tout cela a été pris comme prétexte pour un massacre massif de communistes par des forces de fanatiques islamistes. Ils ont brûlé le bâtiment du Comité central, la rédaction de l’organe central du CPI et son imprimerie. Tout au long du pays, des fanatiques furieux ont commencé à tuer les communistes, de la manière la plus bestiale. Sur les communistes capturés et des membres de leurs familles, ils découpaient des marteaux, des faucilles et des étoiles à cinq branches ; alors ils ont fait la même chose sur leurs dos et leurs fronts ;ils coupaient leurs organes génitaux ; leur ouvrir l’estomac ; les empalaient sur des pieux, les décapitaient dans les villages pour mettre des palissades autour de ces villages, la tête en haut … La terreur anticommuniste en octobre 1965 a coûté la vie à environ 500 000 membres du CPI tandis que ses dirigeants espéraient que Sukarno les protégerait. Hélas, rien de ce genre n’est arrivé ! Le 6 octobre, Sukarno a remis à l’armée son ministre et membre du Politburo Njoto du CPI, qui l’a exécuté le lendemain ; Le 7 octobre, le premier adjoint du président du CC du CPI, Sakirman, et le deuxième adjoint du président du CC du CPI, Lukman, ont été exécutés. Aidit lui-même s’enfuit dans un village, essayant d’organiser une résistance, mais fut capturé le 22 novembre 1965 par des parachutistes et fusillé. Sudisman, qui a dirigé le Parti après le meurtre d’Aidit, Lukman. Sakirman et Njoto, ont survécu jusqu’en 1967, tout en organisant la résistance clandestine dans les villes, mais ont été capturés par des unités de contre-espionnage de l’amiral Sudomo et ont également été tués, après avoir été torturés bestialement. qui l’a exécuté le jour suivant ; Le 7 octobre, le premier adjoint du président du CC du CPI, Sakirman, et le deuxième adjoint du président du CC du CPI, Lukman, ont été exécutés. Aidit lui-même s’est enfui dans un village, essayant d’organiser une résistance, mais fut capturé le 22 novembre 1965 par des parachutistes et fusillé. Sudisman, qui a dirigé le Parti après le meurtre d’Aidit, Lukman. Sakirman et Njoto, ont survécu jusqu’en 1967, tout en organisant la résistance clandestine dans les villes, mais ont été capturés par des unités de contre-espionnage de l’amiral Sudomo et ont également été tués, après avoir été torturés bestialement, qui l’a exécuté le jour suivant ; Le 7 octobre, le premier adjoint du président du CC du CPI, Sakirman, et le deuxième adjoint du président du CC du CPI, Lukman, ont été exécutés.

Le 12 mars 1966, sous la pression de Suharto et de Nasution, le président Sukarno, ami et ami de Khrouchtchev, a pris la décision d’interdire le Parti communiste indonésien. Le mois prochain, les syndicats ont été interdits, ainsi que d’autres organisations de masse dirigées par des communistes.

Les fanatiques islamistes ont été remplacés par les troupes de contre-espionnage et les forces spéciales militaires de l’amiral Sudomo, qui ont lancé une terreur anti-communiste de masse. Des homicides dans les rues, la détention de communistes et de leurs familles dans des camps de concentration et leurs exécutions, des meurtres aux mains de soldats, des forces spéciales, des troupes de contre-espionnage, des escadrons de la mort islamistes …

Il semblait qu’une ombre noire couvrait l’Indonésie. Cependant, un facteur humain joué, comme toujours, son rôle et les agents de contre-espionnage de l’amiral Sudomo ont fait une erreur de calcul. Iskandar Subekti, membre du Politburo du CPI CC, repoussé par Aidit et Njoto comme un élément pro-soviétique – théoricien, intellectuel et orateur mais pas organisateur, l’homme qui ne tenait jamais entre ses mains quelque chose de plus lourd qu’un stylo ou un crayon fut estimé par des contre-espions de l’amiral Sudomo, qui conclurent qu’il émigrerait en Union Soviétique, pour écrire des mémoires dans une banlieue de Moscou, ou pour donner des conférences sur le marxisme dans les universités européennes.

Cependant, Iskandar Subekti n’a pas émigré mais est allé plutôt dans la campagne Java orientale, où les communistes ont eu la plus forte influence dans les associations de paysans, et a lancé une insurrection paysanne !Avec ses camarades d’armes : le leader indonésien YCL Sukatno et le vice-président syndical Ruslan Wijayasastra.

L’armée des paysans a commencé à mettre en œuvre la réforme agraire – celle dont Staline avait parlé en 1953 ! La distribution des terres des propriétaires aux paysans sans compensation en a fait une force vraiment massive. Les détachements armés de communistes non seulement ont combattu les fanatiques islamistes, mais ont écrasé leurs gangs, les ont expulsés de leur territoire et ont commencé à attaquer les forces militaires et policières du régime de Sukarno. En même temps, les préparatifs étaient en cours pour la constitution d’un front commun des détachements de tous les insurgés sur toutes les îles de l’archipel indonésien, pour la mise en place d’un commandement conjoint et de l’Armée rouge indonésienne. Après leurs premières victoires, ils ont acquis des armes lourdes.

Les premiers à avoir mené le combat anticommuniste étaient les diplomates américains, les espions américains – ils avaient peur que l’Indonésie ne devienne un autre Vietnam. Ils ont exercé de fortes pressions sur Sukarno et sur Suharto ; fourni un soutien financier et technique à l’armée indonésienne, ainsi qu’à l’armement et aux instructeurs. Ils ont fait taire les contradictions existantes entre les régimes malaisien et indonésien, permettant à Suharto de retirer ses troupes de la frontière malaisienne et organisé, de facto, une opération de représailles contre les territoires rouges libérés.

Ayant eu à la fois une supériorité numérique et technique, ainsi qu’une meilleure formation des soldats, l’armée indonésienne a détruit les derniers foyers de résistance en 1968.

Le professeur Iskandar Subekti lui-même, celui qui rencontrait Staline, est tombé, et ses camarades Ruslan et Sukatno sont tombés, eux aussi, avec des milliers de communistes indonésiens …

Épilogue

L’ombre de la réaction bourgeoise est finalement tombée sur le pays et Sukarno, ayant vendu tout le monde et tout, n’était plus nécessaire aux généraux islamistes et a été jeté dans le néant politique. Suharto est devenu le président du pays et Nasution – son vice-président.

Pendant plus de trente ans, le pays a été aux prises avec la terreur anticommuniste. Des communistes ont été tués ou envoyés dans des camps de concentration et des prisons. Les dernières condamnations à mort pour participation aux événements du 30 septembre 1965 ont eu lieu lors du déclin même du régime de Suharto, en 1996. Pendant trente ans, les gens étaient en prison, attendant dans les couloirs de la mort. Cependant, la crise financière asiatique a éclaté. Puisque le régime de Suharto et de Nasution n’a pas résolu aucun des problèmes économiques brûlants, non seulement n’a pas amélioré la situation des travailleurs mais, en fait, l’a aggravée, les manifestations populaires massives ont emporté ce régime à la poubelle politique.

Abdurrahman Wahid, premier président élu de l’Indonésie après la démission de Suharto en 1998, a déclaré une amnistie générale et les personnes qui siégeaient trente ans et plus dans les prisons et les camps de concentration ont commencé à sortir. En 2000, il a essayé de légaliser l’activité du Parti communiste en invoquant la Constitution indonésienne. Les généraux, cependant, s’y sont opposés.

Également infructueuse fut la deuxième tentative de légaliser le CPI, en 2009 – les islamistes locaux s’y sont opposés en faisant valoir qu’il n’est pas admissible d’avoir en Indonésie un parti politique qui déclare ouvertement son athéisme.

Bourgeons tenaces

Néanmoins, en 2004 et après quarante ans, toutes les limitations concernant les droits civiques des communistes ont été supprimées. En plus de cela, le Comité externe du PC d’Indonésie travaillait pendant toutes les 50 années parmi les nombreuses émigrations indonésiennes, en Europe et en Chine, principaux activistes de gauche indonésiens – bien que sans lien direct avec la patrie.

Finalement, la croissance des contradictions sociales, le développement de la lutte des classes, le développement du capitalisme en Indonésie, ainsi que le courage et la ténacité des communistes indonésiens ont forcé le régime à se retirer.

Nous voici : en juin 2016, le PC d’Indonésie reprend son activité légale.

Cependant, les autorités n’ont pas levé l’interdiction existante. Par conséquent, le prochain congrès du PC d’Indonésie sera compté comme premier, et non huitième – après le précédent, septième, en 1962, comme si le Parti était constitué à partir de zéro. Néanmoins, le Parti conservera son nom : le Parti communiste d’Indonésie, et ses symboles fondamentaux : le drapeau rouge avec marteau et faucille et l’étoile à cinq branches. Il tient à l’idéologie du marxisme-léninisme et de la direction collective.
Le Parti réunira tous ceux qui sont restés fidèles aux idées communistes, pendant de longues décennies sous terre, dans les cachots de Suharto, ou dans l’émigration, tous ceux qui étaient et sont restés communistes.

Conclusions

La reprise de l’activité légale des communistes indonésiens est en soi un événement moral important, quel que soit le développement du PCI, quel rôle il jouera dans la vie politique et sociale de son pays et combien les communistes parviendront à remporter confiance des masses, des travailleurs.

Cela montre que les idées du communisme ne peuvent pas être divisées, abattues ou brûlées vives. Ils ne peuvent pas être tués ou interdits. Même après une longue interdiction de cinquante ans, comme ce fut le cas en Indonésie, ils vont se frayer un chemin, sous le même drapeau rouge avec la faucille et le marteau et l’étoile à cinq branches.C’est l’idéologie, fondée par nos grands maîtres : Marx, Engels et Lénine !

Nous sommes certains que la nouvelle génération de communistes indonésiens poursuivra les traditions de leurs enseignants : Munawar Musso, Iskandar Subekti et bien d’autres, qui sont tombés aux mains des islamistes, de la réaction militaire et bourgeoise.
Nous sommes sûrs que le Parti communiste d’Indonésie rejoindra le mouvement communiste international, l’armée des combattants du socialisme-communisme.

Par conséquent, nous souhaitons de tout coeur aux communistes indonésiens, au nom de tant de camarades, des victoires dans la lutte pour notre cause commune, pour la matérialisation de notre idéal communiste !

En résumé : le communisme ne peut pas être tué, ne peut pas être interdit. Idée rouge, idée de justice sociale et fraternité des travailleurs de tous les pays, de l’égalité sociale va gagner, quels que soient les obstacles !

Alors il sera !

Juin 2016.

Sources principales :
· La présentation de Vladimir M. Soloveichik sur la télévision Internet de Leningrad, le 27 juin 2016 (https://www.youtube.com/watch?v=lMA1akb535g)
· Le livre ТЯЖКИЙ УРОК ИСТОРИИ : К 50-летию антикоммунистического геноцида в Индонезии автора А.В.©арламенко © Рабочий Университет им. И.Б. Хлебникова 2007 – 2016 https://prometej.info/blog/istoriya/tyazhkij-urok-istorii/
· Le livre Le prétexte du meurtre de masse : Le mouvement du 30 septembre et le coup d’État de Suharto en Indonésie, par John Roosa, Univ. de Wisconsin Press, 2006.

Voir en ligne : traduction danielle bleitrach pour histoire et société

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).