La Chine est-elle capitaliste ?

, par  Remy Herrera , popularité : 8%

Sur ce site, nous n’avions pas encore abordé l’ouvrage publié par notre camarade Rémy Herrera concernant l’analyse économique de la Chine et son évolution, notamment depuis la révolution maoïste de 1949. A l’occasion du 70ème anniversaire de cette révolution portée par un parti communiste, il est intéressant d’inciter à la lecture de cet ouvrage qui apporte sa pierre à la connaissance de l’économie de ce pays, condition nécessaire à la compréhension des enjeux planétaires. Qu’en est-il aujourd’hui du régime politique de ce pays ? Les auteurs nous posent la question et y répondent ; et cette réponse peut nous aider à revoir de fond en comble la politique internationale désastreuse du PCF depuis la mutation huiste.
PB

« La Chine est-elle capitaliste ? », Rémy Herrera et Zhiming Long, éditions Critique, 2019.

Face à une incompréhension largement partagée des mécanismes de la croissance chinoise, face à des questionnements légitimes sur la nature du système politico-économique chinois, Rémy Herrera et Zhimming Long prennent le parti du temps long. Resituant le développement économique récent dans les dynamiques séculaires de ce géant, les auteurs opèrent une véritable chasse aux lieux communs.

En s’appuyant sur de nouvelles séries temporelles de leur cru, qui constituent certainement une ressource précieuse pour l’avenir de la recherche économique sur la Chine, Rémy Herrera et Zhimming Long traquent la rupture dengiste (Deng Xiaoping). Car c’est bien à partir de ce moment que la question de la nature du régime chinois se pose. A rebours d’un satisfecit des économistes dominants qui tendent à dater le décollage économique de la Chine à sa conversion au marché au début des années 1980, il est démontré ici que la croissance chinoise, comme un certain nombre de ses déterminants (investissement en capital physique, éducation...), s’inscrit dans une continuité avec la politique entreprise sous l’ère Mao, qui permettait déjà d’observer des taux de croissance élevés. Si l’économie chinoise a pu connaître les plus forts taux de croissance au monde sur les dernières décennies, c’est qu’elle s’est appuyée sur une paysannerie et un paysage industriel largement préparés par la période maoïste.

La dite rupture de l’ouverture libérale est donc largement à contraster. La Chine actuelle continue de remplir un certain nombre de critères considérés comme caractéristiques du socialisme. Ce livre présente la complexité de la situation chinoise, et s’ils prennent position en faveur d’une qualification socialiste du régime, les auteurs ne méconnaissent pas l’ampleur du rapport de force en cours. Dans un système « avec capitalistes mais non capitaliste », l’enjeu est de savoir si les classes laborieuses auront les moyens de tenir écartés lesdits capitalistes du pouvoir politique. La lutte, y compris en interne du PCC, déterminera l’avenir du pays qui peut glisser vers un capitalisme sauvage comme poursuivre la voie engagée vers la construction du socialisme.

L’ouvrage a le mérite de dresser un tableau relativement complet de l’économie chinoise replacée dans sa dynamique historique. Les adorateurs de graphiques en apprécieront la richesse, et la qualité du travail de construction des données. Les plus insatiables regretteront l’absence d’un graphique résumant l’évolution de la part des différentes formes de propriétés du capital (étatisé, collectivisé, privé), réalisation certainement épineuse dans la construction des données, mais indubitablement éclairante sur les évolutions en cours. Le sujet des formes de propriété reste largement traité dans l’ouvrage, notamment à travers les grandes questions des banques, de la propriété foncière et des grands secteurs industriels.

Les deux auteurs ouvrent des perspectives particulièrement stimulantes en ce qui concerne l’étude de l’économie chinoise. Le rôle du secteur public comme fournisseur de biens intermédiaires et services à bas coût est analysé comme l’un des fondements de la réussite du tissu industriel y compris privé. L’efficacité de ce capital public dont l’État chinois accepte une faible valorisation est explicitement mise en contradiction avec les « critères de gestion de plus en plus explicitement marchands » (p.98) qui ont pu (ou peuvent) prévaloir dans le secteur public depuis les années 1990. Le rôle central du crédit bancaire, de la modulation administrative des taux d’intérêts, du contrôle de l’offre de crédit par la People’s Bank of China pour contrer les « oligopoles de la haute finance mondialisée » est aussi singulièrement détaillé, sans occulter la tendance engagée depuis 2005 d’ouverture au privé des capitaux des grandes banques chinoises.

Rémy Herrera et Zhiming Long nous offrent un ouvrage documenté qui aborde la République populaire, non en voulant la faire rentrer de force dans des catégories prédéfinies, mais dans la complexité de ses contradictions et la lutte de classe intense qui s’y joue. Un livre qu’on ne peut que conseiller.

Clément Chabanne, Economie et politique n°58, Janv.-fév. 2019


Dans la vidéo qui suit, Rémy Herrera nous parle de cet ouvrage réalisé en collaboration avec le chinois Zhiming Long :

Rémy Herrera a aussi présenté cette étude dans le cadre du séminaire "Marx au XXIème siècle" :
https://vimeo.com/254295775

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).