XVIIIe Congrès du Parti Communiste Chinois

Rapport d’activité du parti communiste chinois

, par  lepcf.fr , popularité : 1%

Camarades,

Au nom du XVIIe Comité central, j’ai l’honneur de présenter maintenant le rapport d’activité au XVIIIe Congrès du Parti communiste chinois (PCC).

Le XVIIIe Congrès du PCC est un congrès particulièrement important étant donné qu’il a lieu au moment où notre pays est entré dans une phase décisive pour mener à terme la construction in extenso de la société de moyenne aisance. Le thème de ce congrès se définit comme suit : en brandissant bien haut l’étendard du socialisme à la chinoise et en nous guidant sur la théorie de Deng Xiaoping, la pensée importante de la « Triple Représentation » et le concept de développement scientifique, libérons notre pensée, persévérons dans la réforme et l’ouverture, rassemblons toutes les forces du pays, vainquons toutes les difficultés, poursuivons résolument la voie du socialisme à la chinoise et luttons pour la réussite de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance.

À cet instant, nous partageons les mêmes sentiments : après plus de 90 ans de lutte ardue, notre Parti, en unissant et en guidant notre peuple multiethnique, a fait de l’ancienne Chine pauvre et arriérée une Chine nouvelle toujours plus prospère et plus puissante. Nous voyons déjà apparaître les brillantes perspectives du grand renouveau national. Nous sommes plus que jamais fiers des exploits historiques accomplis par notre Parti et notre peuple, plus que jamais fermes dans les idéaux et convictions qu’ils ont forgés et plus que jamais conscients de la mission historique qui incombe à notre Parti.

Étant donné qu’à l’heure actuelle, la situation mondiale comme la situation en Chine et au sein de notre Parti continuent à connaître des changements profonds, nous sommes confrontés à des opportunités de développement sans précédent de même qu’à des risques et défis inouïs. Tous les camarades du Parti sont tenus de garder présentes à l’esprit la confiance et les attentes que le peuple place en eux, et de travailler avec davantage de persévérance et de dévouement pour promouvoir un développement scientifique et l’harmonie sociale, améliorer les conditions de vie et le bien-être de la population et accomplir les tâches à la fois nobles et ardues que notre époque leur a assignées.

I. Notre activité durant les cinq dernières années et le bilan fondamental de la décennie écoulée

Durant les cinq années passées depuis le XVIIe Congrès du Parti, nous avons avancé vaillamment sur la voie du socialisme à la chinoise et remporté de nouvelles victoires dans le développement général d’une société de moyenne aisance en surmontant les difficultés et épreuves de toutes sortes.

Le XVIIe Congrès du Parti a arrêté un ensemble de dispositions visant à promouvoir la réforme, l’ouverture et la modernisation socialiste et à réaliser l’objectif ambitieux de l’édification in extenso d’une société de moyenne aisance. En vue de matérialiser les principes définis par ce congrès, le Comité central a convoqué sept plénums pour adopter des décisions et des mesures d’application au sujet d’une série de problèmes d’importance majeure dont l’approfondissement de la réforme du système de gestion administrative, la promotion de la réforme et du développement dans les régions rurales, le renforcement et l’amélioration de l’édification du Parti dans le nouveau contexte, l’élaboration du XIIe Plan quinquennal, et la promotion de la réforme et du développement du secteur culturel. Les cinq années écoulées ont été donc marquées par le succès de l’application du XIe Plan quinquennal, la mise en œuvre sans à-coups du XIIe Plan quinquennal et d’autres nouvelles et importantes réalisations dans les différents domaines.

L’économie a connu un développement régulier et relativement rapide. La puissance globale de notre pays s’est considérablement renforcée. Le PIB s’est chiffré à 47.300 milliards de yuans en 2011. Les recettes budgétaires se sont accrues de façon notable. La capacité globale de la production agricole a continué à augmenter et la production céréalière a connu un accroissement pendant des années consécutives. De nouvelles avancées ont été réalisées dans la restructuration industrielle, tandis que la construction d’infrastructures a été renforcée dans tous les domaines. Le niveau d’urbanisation a été sensiblement amélioré et le développement est devenu plus équilibré entre les villes et les campagnes comme entre les différentes régions. L’édification d’un État innovant a enregistré des résultats remarquables, des percées importantes ont été réalisées dans les domaines tels que la mise en orbite de vaisseaux spatiaux habités, l’exploration lunaire, la plongée de submersibles habités, la technologie du superordinateur et les trains à grande vitesse. De réels efforts ont été déployés en vue du développement d’une civilisation écologique, et des progrès ont été enregistrés dans les économies de ressources comme dans la protection de l’environnement.

La réforme et l’ouverture sur l’extérieur ont enregistré de grands progrès. La réforme intégrale dans les régions rurales, ainsi que celle du régime de propriété forestière collective et des entreprises publiques n’ont cessé de progresser en s’approfondissant. Le secteur non public a poursuivi son développement sain. Le système de marché moderne et celui de macrocontrôle économique se sont continuellement perfectionnés, tandis que les réformes menées dans les domaines de la fiscalité, de la finance, des prix, des sciences et technologies, de l’éducation, de la protection sociale, du secteur médical, pharmaceutique et sanitaire, et des établissements d’intérêt public ont progressé de façon régulière. L’économie ouverte a atteint un niveau plus élevé et le volume global d’import-export s’est classé déjà au deuxième rang mondial.

Le niveau de vie de la population s’est considérablement amélioré. De plus grands efforts ont été consacrés à l’amélioration du niveau de vie de notre population. Il en résulte une augmentation constante des offres d’emploi dans les villes comme dans les régions rurales, une croissance relativement rapide des revenus personnels, une augmentation régulière des biens des ménages, une amélioration nette de la qualité de vie en ce qui concerne la nourriture, l’habillement, les conditions de logement, la variété des produits de consommation et les moyens de transport, un relèvement important des minima sociaux pour les citadins et les ruraux ainsi que des normes d’aide aux déshérités ruraux, et un accroissement continu des pensions de base des retraités des entreprises.

L’édification de la démocratie et de la légalité a enregistré de nouvelles avancées. La réforme du système politique s’est poursuivie. Les députés et les représentants des assemblées populaires sont maintenant élus suivant un même quota de population dans les agglomérations urbaines et les régions rurales. La démocratie à la base s’est développée sans cesse. Le système légal socialiste à la chinoise a pris forme et de notables succès ont été obtenus dans l’édification d’un État de droit socialiste. Le front uni patriotique s’est consolidé et développé. La réforme de l’appareil administratif a été menée en profondeur, tandis que celle de l’appareil judiciaire et de son mécanisme de fonctionnement a fait de nouveaux progrès.

L’édification culturelle a accédé à un nouveau palier. L’instauration du système des valeurs essentielles socialistes s’est approfondie. La réforme de l’appareil culturel s’est poursuivie sur tous les plans ; le développement des services culturels publics a enregistré d’importantes avancées ; l’industrie culturelle a pris un essor rapide ; et les créations et productions culturelles ont connu une situation plus prospère, permettant ainsi d’enrichir et de diversifier la vie spirituelle et culturelle de la population. De nouveaux succès ont été obtenus dans la pratique d’exercices physiques parmi toute la population comme dans le domaine des sports de compétition.

De nouveaux progrès ont été réalisés dans le secteur social. Le niveau et l’homogénéisation des services publics fondamentaux se sont nettement améliorés. L’éducation a connu un vif essor ; l’enseignement obligatoire gratuit a été généralisé dans l’ensemble des villes et des campagnes. Nous avons obtenu des résultats remarquables dans la construction du système de protection sociale : le système d’assurance vieillesse de base des citadins et des ruraux a été établi dans l’ensemble du pays et un nouveau système d’assistance sociale a pris forme pour l’essentiel. L’assurance maladie couvrant toute la population a été pratiquement réalisée, en même temps que le système sanitaire et médical de base pour les citadins et les ruraux. La construction de logements sociaux s’est accélérée. L’harmonie et la stabilité règnent dans notre société grâce au renforcement et à l’innovation de la gestion sociale.

Un nouveau contexte a été créé dans l’édification de la défense nationale et des forces armées. La réforme militaire à la chinoise a enregistré des réalisations majeures. Les efforts en vue d’accentuer le caractère révolutionnaire, la modernisation et la conformité aux normes internationales de nos forces armées ont été poursuivis de façon coordonnée et renforcés sur tous les plans. La préparation des combats a été menée en profondeur. Tout cela a permis à notre armée d’élever sensiblement son aptitude à remplir sa mission historique pour la nouvelle étape du XXIe siècle et d’accomplir remarquablement une série d’opérations urgentes, difficiles et dangereuses.

Le travail concernant Hong Kong, Macao et Taiwan a été mieux accompli. Hong Kong et Macao qui ont maintenu prospérité et stabilité ont vu leurs échanges et coopérations avec la partie continentale du pays atteindre un niveau plus élevé. Les relations inter-détroit ont connu un tournant majeur avec l’établissement des liaisons directes à double sens dans les domaines des postes, du commerce et des transports, et la signature et l’application de l’Accord-cadre de coopération économique. Ainsi se sont dessinées une configuration des échanges tous azimuts et une nouvelle situation du développement pacifique des relations entre les deux rives.

Les activités diplomatiques ont enregistré de nouveaux succès. Tout a été fait pour défendre les intérêts nationaux ainsi que les droits et intérêts légitimes de nos citoyens et personnes morales à l’étranger. Nous nous sommes efforcés de promouvoir la paix et le développement dans le monde en intensifiant nos échanges et notre coopération avec les différents pays et en encourageant la réforme de la gouvernance mondiale. Nous avons maintenant davantage voix au chapitre dans les affaires internationales ainsi qu’une représentation plus importante. Tout cela a concouru à créer un environnement international favorable à la réforme et au développement de notre pays.

L’édification du Parti s’est renforcée sur tous les plans. Les initiatives ayant pour but de renforcer la capacité du Parti à exercer le pouvoir et de conserver son caractère avancé ont été poursuivies. L’édification sur les plans idéologique et théorique a donné des résultats tangibles ; les activités visant à étudier et à mettre en pratique le concept de développement scientifique ont obtenu des succès importants ; des avancées importantes ont été enregistrées dans l’innovation de l’édification du Parti. La démocratie dans les rangs de notre Parti s’est élargie. L’édification en matière de formation des cadres a enregistré d’appréciables progrès, alors que la formation de talents a donné des résultats très positifs. L’action pour la création d’organisations de base avancées et l’émergence de membres modèles du Parti, et celle destinée à faire du PCC un parti en apprentissage continu ont été menées en profondeur ; les organisations de base du Parti n’ont cessé de se renforcer. En outre, la lutte pour l’intégrité dans les rangs du Parti et la lutte anticorruption ont donné des résultats encourageants.

En toute lucidité, nous devons cependant nous rendre compte qu’il existe encore beaucoup d’insuffisances dans notre travail et que bien des difficultés et problèmes subsistent dans notre marche en avant. Il s’agit notamment des phénomènes suivants : nous sommes confrontés aux problèmes saillants de déséquilibre, de manque d’harmonie et de non-durabilité dans notre développement ; la capacité d’innovation scientifique laisse à désirer ; la structure industrielle reste incohérente ; les fondements de l’agriculture demeurent faibles ; les contraintes que nous imposent les ressources naturelles et l’environnement écologique se font de plus en plus fortes ; les obstacles institutionnels qui entravent le développement scientifique du pays restent nombreux ; et les tâches qui visent à approfondir la réforme et l’ouverture, et à accélérer le changement du mode de développement économique s’avèrent lourdes et difficiles. Les disparités de développement persistent entre villes et campagnes comme entre les diverses régions, et les écarts de revenus se creusent encore. Les contradictions sociales se sont sensiblement multipliées ; restent nombreux les problèmes liés aux intérêts vitaux de la population dans les domaines les plus divers tels que l’éducation, l’emploi, la protection sociale, les soins médicaux, le logement, l’environnement écologique, la sécurité des aliments et des médicaments, la sécurité dans la production, le maintien de l’ordre public, la justice et l’application de la loi ; une partie de la population vit dans des conditions précaires. On constate dans certains secteurs un manque de morale et de crédibilité ; certains cadres dirigeants sont inaptes à appliquer le concept de développement scientifique ; certaines organisations de base du Parti sont taxées de faiblesse et de laisser-aller ; certains cadres membres du Parti, quoique peu nombreux, vacillent quant à la poursuite de leurs idéaux et convictions et oublient presque notre objectif fondamental de servir le peuple ; le formalisme et la bureaucratie se manifestent de manière préoccupante, et le goût du luxe et le gaspillage sévissent de manière alarmante. Certains secteurs demeurent plus vulnérables à la corruption et aux autres tendances négatives, et la lutte anticorruption demeure une tâche ardue. Ces difficultés et problèmes appellent toute notre vigilance et il nous faut faire preuve d’une grande détermination pour les résoudre.

Le travail que nous avons accompli durant les cinq ans écoulés est une composante importante de l’œuvre que nous avons entamée depuis le XVIe Congrès il y a dix ans pour le développement général d’une société de moyenne aisance.

Au cours de ces dix dernières années, nous avons su saisir l’importante période stratégique favorable à notre développement pour tirer avantage des opportunités offertes, et surmonté une série de graves défis, faisant ainsi accéder la cause du socialisme à la chinoise à une nouvelle phase de développement. À partir du début du nouveau siècle qui marque un nouveau stade, en dépit des aléas de la situation internationale et d’une concurrence acharnée jamais connue pour le renforcement de la puissance globale, nous avons approfondi la réforme et l’ouverture sur l’extérieur, redoublé d’efforts pour accélérer notre développement ; et, profitant de l’occasion de l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du Commerce, nous avons œuvré à transformer les pressions en force motrice et les défis en opportunités pour promouvoir avec détermination le développement général d’une société de moyenne aisance. Dans notre marche en avant, nous avons triomphé de l’épidémie du SRAS qui a brusquement éclaté, fait le bilan de nos expériences du développement, bien compris les particularités du développement de notre pays à l’étape actuelle, formulé à temps et mis en application d’importantes pensées stratégiques dont le concept de développement scientifique, ouvrant ainsi de larges horizons au développement économique et social en Chine. Depuis 2008, dans un contexte très difficile en raison de la crise financière mondiale, nous avons adopté avec détermination, en nous basant sur une évaluation scientifique de la situation, une série de mesures importantes, ce qui a permis à notre pays de réaliser en premier la reprise de son économie et d’accumuler des expériences précieuses dans ses efforts pour résister au choc des risques économiques extérieurs et maintenir un développement stable et relativement rapide de son économie. Par ailleurs, nous avons organisé avec succès les jeux Olympiques et les jeux Paralympiques de Beijing ainsi que l’Exposition universelle de Shanghai, remporté des victoires éclatantes tant dans la lutte contre des calamités naturelles gravissimes comme le séisme à Wenchuan que dans la reconstruction des régions touchées par ces calamités, et apporté des solutions judicieuses aux incidents inattendus d’une gravité extrême. Dans une situation complexe en Chine comme sur le plan international, notre Parti et notre peuple ont résisté aux rudes épreuves, consolidé et développé une heureuse conjoncture pour la réforme, l’ouverture sur l’extérieur et la modernisation socialiste, élevé le statut de notre pays sur la scène internationale et fait ressortir la grande supériorité et la puissante vitalité du socialisme à la chinoise, renforçant par là la fierté et la force de cohésion de la nation chinoise.

Les nouvelles réalisations historiques que nous avons obtenues ces dix dernières années ont permis de consolider les assises de la réussite de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance. C’est ainsi que notre pays est passé de la sixième à la deuxième place du monde en termes d’agrégats économiques, que ses forces productives sociales, sa puissance économique et son niveau scientifique et technique ont franchi un nouveau palier, que les conditions de vie de sa population, le niveau des revenus de ses habitants et la couverture de la protection sociale ont atteint un degré supérieur, et que la puissance globale du pays, sa compétitivité et son influence à l’échelle internationale ont marqué un nouveau grand progrès. Il s’en est suivi que la physionomie de la Chine a connu de nouveaux changements historiques. Il est connu de tous que pour notre pays, il s’agit d’une période de développement soutenu de l’économie, d’amélioration continue de la démocratie, d’épanouissement progressif de la culture et de consolidation de la stabilité sociale ; c’est aussi une période où la Chine s’est attelée à la garantie et à l’amélioration du bien-être de sa population et où celle-ci a pu bénéficier de plus d’avantages réels. Toutes ces victoires, nous les devons tant à la théorie qu’à la ligne, au programme et à l’expérience fondamentaux du Parti, qui nous ont indiqué la bonne direction ; nous les devons aussi aux bases solides jetées depuis la fondation de la Chine nouvelle, en particulier depuis la mise en œuvre de la politique de réforme et d’ouverture ; nous les devons encore à la lutte solidaire menée par tout le Parti et notre peuple multiethnique.

À cette occasion, au nom du Comité central du PCC, je voudrais exprimer du fond du cœur mes sincères remerciements à toutes les communautés ethniques qui forment la nation chinoise, à tous les partis et groupements démocratiques, à toutes les organisations populaires et aux patriotes de tous horizons, à nos compatriotes des Régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao, à nos compatriotes de Taiwan, ainsi qu’à ceux résidant à l’étranger, de même qu’à nos amis partout dans le monde qui marquent leur intérêt et apportent leur soutien à la modernisation en Chine.

Le point le plus important qui se dégage du bilan de ces dix ans de lutte est le suivant : nous nous sommes toujours guidés sur le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong, la théorie de Deng Xiaoping et la pensée importante de la « Triple Représentation » ; nous avons pris l’initiative de promouvoir l’innovation théorique basée sur la pratique, et avancé une série d’idées, thèses et points de vue nouveaux qui ont pour thème le maintien et le développement du socialisme à la chinoise et qui sont liés et cohérents entre eux ; et tout cela peut se résumer par la naissance et l’application du concept de développement scientifique. Né de la combinaison du marxisme avec les réalités de la Chine contemporaine et les caractéristiques de notre époque, et en tant qu’expression concentrée de la conception du monde et de la méthodologie marxistes en matière de développement, le concept de développement scientifique a donné de nouvelles réponses scientifiques aux questions d’importance majeure telles que « Pour quel type de développement faut-il opter dans la nouvelle situation ? » et « De quelle manière faut-il se développer ? », portant ainsi nos connaissances sur la loi du développement du socialisme à la chinoise à un niveau inédit et ouvrant de nouvelles perspectives au progrès du marxisme de la Chine contemporaine. Le concept de développement scientifique représente les derniers acquis du système théorique du socialisme à la chinoise, la cristallisation de la sagesse collective du PCC et la puissante arme idéologique guidant toutes les activités du Parti et de l’État. De même que le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong, la théorie de Deng Xiaoping et la pensée importante de la « Triple Représentation », le concept de développement scientifique fait partie des pensées directrices à suivre fidèlement et durant une très longue période par notre Parti.

Du fait que l’application approfondie du concept de développement scientifique en ayant en vue l’avenir revêt une grande signification actuelle et historique pour maintenir et développer le socialisme à la chinoise, il est impératif de suivre ce concept tout au long du processus de la modernisation du pays et de le traduire dans tous les aspects de l’édification du Parti. D’abord, tout le Parti doit prendre, plus consciencieusement, le développement économique et social comme le premier impératif de l’application du concept de développement scientifique. Dans ce sens, il faut, en axant nos activités sur la construction économique, concentrer tous nos efforts sur l’édification et le développement du pays et nous atteler à maîtriser les lois du développement, à innover nos idées dans ce domaine et à résoudre les problèmes surgis au cours du développement. Il faut veiller à une application approfondie de la stratégie de renouveau de la nation grâce aux sciences, à l’éducation et à l’émergence de talents, ainsi que de celle de développement durable ; il est important d’accélérer la mise en place du mode, du système et des mécanismes répondant aux exigences du développement scientifique, de libérer et développer sans cesse les forces productives sociales, et de tout faire pour réaliser un développement scientifique, harmonieux et pacifique, afin de jeter une base solide pour la poursuite et l’essor du socialisme à la chinoise. Ensuite, tout le Parti doit, de façon plus consciente, considérer la primauté de l’homme comme élément essentiel de l’application du concept de développement scientifique. Pour ce faire, il faut considérer la matérialisation, la préservation et l’extension des intérêts fondamentaux de la grande majorité de la population comme point de départ et aboutissement de toutes les activités du Parti et de l’État, faire valoir l’esprit d’initiative de la population et protéger tous ses droits et intérêts, de manière à obtenir de nouveaux progrès dans le partage des fruits du développement par tout le peuple et l’épanouissement général de l’homme. Et puis, tout le Parti doit considérer plus consciencieusement la réalisation d’un développement général, coordonné et durable comme exigence fondamentale de l’application du concept de développement scientifique. Dans ce but, il faut mettre en place des dispositions d’ensemble pour favoriser l’édification sur les plans politique, économique, culturel, social et écologique, coordonner tous les secteurs de la modernisation, harmoniser les rapports de production avec les forces productives, adapter la superstructure à l’infrastructure économique, et élargir sans cesse la voie de développement sain qui associe l’essor de la production, le bien-être de la population et la protection des écosystèmes. Enfin, tout le Parti doit prendre plus consciencieusement la planification d’ensemble tenant compte de chaque secteur particulier comme moyen fondamental de l’application du concept de développement scientifique. Pour ce faire, il faut partir en toute chose de la réalité, comprendre et traiter de façon judicieuse les importants rapports existant dans l’entreprise du socialisme à la chinoise, et travailler à harmoniser les rapports entre la réforme, le développement et la stabilité, ceux entre les affaires intérieures, la diplomatie et la défense nationale, ainsi que les diverses activités dont la consolidation du Parti, la gouvernance de l’État et l’administration de l’armée, à synchroniser le développement des villes et des régions rurales, celui des différentes régions et celui de l’économie et de la société, et aussi à coordonner les rapports entre l’homme et la nature, et ceux entre le développement intérieur et l’ouverture sur l’extérieur. En un mot, il est nécessaire de concilier les intérêts des divers secteurs, tout en mettant pleinement en valeur l’esprit d’initiative de chacun d’entre eux, de façon à créer une situation harmonieuse dans laquelle chacun est dans son élément et travaille selon ses capacités.

Se doter d’un esprit nouveau, faire preuve d’objectivité, avancer avec son temps et rechercher la vérité et l’efficacité, telle est l’essence la plus distincte du concept de développement scientifique. Il n’existe pas de limite pour la pratique, tout comme pour la connaissance de la vérité et l’innovation théorique. C’est pourquoi tout le Parti est tenu de se lancer courageusement dans la pratique, la réforme et l’innovation, de se conformer aux exigences du développement de notre époque, de répondre aux aspirations communes du peuple, et d’explorer inlassablement et d’essayer de maîtriser les lois régissant le développement du socialisme à la chinoise. Tout cela a pour objectif de garantir la vitalité à notre Parti, de doter notre pays d’une force motrice éternelle, et d’ouvrir ainsi au cours de la pratique novatrice du Parti et du peuple des perspectives plus larges au socialisme à la chinoise.

II.Remporter de nouvelles victoires dans la construction du socialisme à la chinoise

En jetant un regard rétrospectif sur l’histoire de la Chine moderne, pareille à un déferlement de vagues impétueuses, et en portant nos regards vers l’avenir plein d’espoirs de la nation chinoise, nous pouvons arriver à cette conclusion inébranlable : si l’on veut parachever la construction in extenso de la société de moyenne aisance, accélérer la modernisation socialiste et réaliser le grand renouveau de la nation chinoise, il faut poursuivre fermement la voie du socialisme à la chinoise.

Du choix de la voie dépendent tant la vie du Parti que l’avenir de l’État, le destin de la nation et le bonheur du peuple. Dans un pays très en retard sur les plans économique et culturel comme la Chine, il s’avère extrêmement ardu de trouver la bonne voie du renouveau national. Depuis plus de 90 ans, notre Parti, en s’appuyant étroitement sur le peuple et en combinant les principes fondamentaux du marxisme avec les réalités chinoises et les caractéristiques de l’époque, a poursuivi de façon indépendante une voie qui lui est propre. Après avoir surmonté d’innombrables difficultés et épreuves et consenti de lourds sacrifices, il a remporté la victoire de la révolution, de l’édification et de la réforme en Chine, et inauguré et développé le socialisme à la chinoise, transformant ainsi de façon radicale l’avenir et le destin de la Chine et de son peuple.

Le groupe dirigeant central de la première génération rassemblé autour du camarade Mao Zedong a conduit notre Parti et notre peuple multiethnique à la victoire de la révolution de démocratie nouvelle, réussi la transformation socialiste et établi enfin le régime fondamental du socialisme, ce qui représente la transformation sociale la plus profonde et la plus vaste que la Chine ait jamais connue dans son histoire et a jeté sur les plans tant politique qu’institutionnel des bases solides sur lesquelles reposent le développement et le progrès de la Chine contemporaine. Au cours de la construction du socialisme, bien qu’il ait essuyé de graves revers dans ses tâtonnements, notre Parti a obtenu des acquis théoriques tout à fait originaux et des réalisations importantes, qui devaient servir d’expériences précieuses, d’appui théorique et de base matérielle pour l’inauguration du socialisme à la chinoise dans la nouvelle période historique.

Le groupe dirigeant central de la deuxième génération uni autour du camarade Deng Xiaoping a guidé notre Parti et notre peuple multiethnique pour faire un bilan approfondi de l’expérience tant positive que négative obtenue dans la construction du socialisme, et en s’inspirant de celle du développement du socialisme acquise dans d’autres pays, a adopté une décision historique de déplacer l’axe des activités du Parti et de l’État sur l’édification économique, et d’appliquer la politique de réforme et d’ouverture sur l’extérieur. Il a mis en lumière la nature du socialisme, établi la ligne fondamentale pour la phase primaire du socialisme, indiqué clairement qu’il fallait suivre notre propre voie pour édifier un socialisme à la chinoise, et donné des réponses scientifiques aux questions fondamentales concernant la construction du socialisme à la chinoise. Grâce à tout cela, l’ère de la construction d’un socialisme à la chinoise s’est ouverte devant nous.

Sous la direction du groupe dirigeant central de la troisième génération rassemblé autour du camarade Jiang Zemin, notre Parti et notre peuple multiethnique ont continué à suivre fermement la théorie et la ligne fondamentales du Parti, et, face à une situation complexe tant intérieure qu’extérieure et aux dures épreuves suite aux graves revers subis par le socialisme dans le monde entier, ont réussi à défendre le socialisme à la chinoise. Notre Parti a défini, dans les conditions de la nouvelle pratique, son programme fondamental, dégagé l’expérience fondamentale, précisé clairement l’objectif de la réforme qu’est la mise en place du système d’économie de marché socialiste et le cadre général de celui-ci, ainsi que le système économique et le système de distribution fondamentaux durant la phase primaire du socialisme. Sur cette base, il a inauguré une nouvelle ère de réforme et d’ouverture tous azimuts, fait avancer la nouvelle et vaste entreprise d’édification du Parti et permis à la construction du socialisme à la chinoise de se poursuivre au XXIe siècle.

Dans la nouvelle étape du nouveau siècle, en saisissant l’importante période riche d’opportunités stratégiques, le Comité central du Parti s’est lancé, au cours du processus de l’édification in extenso d’une société de moyenne aisance, dans l’innovation sur les plans pratique, théorique et institutionnel. Fidèle aux principes de la primauté de l’homme et du développement complet, coordonné et durable, il a insisté sur la nécessité d’édifier une société socialiste harmonieuse et de faire progresser plus rapidement la civilisation écologique, dessinant ainsi les dispositions générales du développement du socialisme à la chinoise. Il s’est appliqué à garantir et à améliorer les conditions de vie de la population, à promouvoir l’équité et la justice sociales, à travailler à la construction d’un monde harmonieux, ainsi qu’à renforcer les capacités d’action du Parti dans l’exercice du pouvoir et à préserver son caractère avancé. C’est ainsi que nous avons réussi à maintenir et à développer, sur un nouveau point de départ historique, le socialisme à la chinoise.

Au cours de plus de trois décennies d’exploration sans interruption en vue de la réforme et de l’ouverture sur l’extérieur, en portant haut levé le drapeau du socialisme à la chinoise, nous n’avons pas voulu suivre ni l’ancienne voie du repli sur soi et de l’immobilisme, ni la voie erronée pouvant nous conduire à l’abandon de notre drapeau. La voie du socialisme à la chinoise ainsi que son système théorique et son régime sont les réalisations fondamentales que le Parti et le peuple ont accomplies pendant plus de 90 ans de lutte, de création et d’accumulation d’expériences. Il faut les préserver soigneusement, y rester fidèle et les développer sans cesse.

La voie du socialisme à la chinoise consiste à ce que, sous la direction du PCC et conformément aux conditions fondamentales du pays, on centre toutes les activités sur le développement économique, suit fidèlement les quatre principes fondamentaux, et applique la politique de réforme et d’ouverture. Elle insiste également sur la libération et le développement des forces productives sociales, la mise en place d’une économie de marché socialiste, l’édification de la démocratie politique socialiste, la promotion d’une culture socialiste avancée, la construction d’une société socialiste harmonieuse, le développement d’une civilisation écologique socialiste, l’épanouissement général de l’homme, et la réalisation graduelle de l’enrichissement commun de toute la population, afin de faire de la Chine un pays socialiste moderne, prospère, puissant, démocratique, harmonieux et hautement civilisé. La théorie du socialisme à la chinoise est en fait un système théorique scientifique composé de la théorie de Deng Xiaoping, de la pensée importante de la « Triple Représentation » et du concept de développement scientifique. Elle incarne le prolongement et le développement du marxisme-léninisme et de la pensée de Mao Zedong. Le régime du socialisme à la chinoise est composé du système politique fondamental de l’assemblée populaire – complété par les éléments essentiels que sont le système de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du PCC, le système d’autonomie dans les régions peuplées d’ethnies minoritaires et le système d’autogestion des masses populaires à la base –, du système légal socialiste à la chinoise, du système économique de base caractérisé par un développement commun de divers types de propriétés prédominées par le secteur public, et de tous leurs sous-systèmes concrets dans les domaines économique, politique, culturel et social. Dans la grande pratique pour la construction du socialisme à la chinoise, la voie nous conduit à sa réalisation, la théorie régit notre action et le régime offre la garantie fondamentale. Voilà les caractéristiques les plus distinctes de la longue pratique du peuple chinois pour l’édification du socialisme sous la direction du Parti.

Dans l’œuvre d’édification du socialisme à la chinoise, le fait fondamental à respecter est que notre pays se trouve toujours au stade primaire du socialisme, les dispositions d’ensemble à suivre sont le développement coordonné des domaines économique, politique, culturel, social et écologique, et la tâche finale à accomplir est la réalisation de la modernisation socialiste et du grand renouveau de la nation chinoise. Le socialisme à la chinoise maintient fermement les principes fondamentaux du socialisme scientifique, tout en empreignant celui-ci des couleurs chinoises très marquées selon les conditions de notre époque. Il a permis, avec une vision tout à fait nouvelle, d’approfondir nos connaissances sur les lois régissant l’exercice du pouvoir par le Parti communiste, l’édification socialiste et l’évolution de la société humaine. En associant la théorie avec la pratique, il a donné de manière systématique une réponse à la question fondamentale, à savoir : quel type de socialisme doit-on construire en Chine, dans ce grand pays oriental ayant une très grande population et une base économique très faible, et comment l’édifier, de manière à lui permettre de se développer rapidement et d’élever au plus vite le niveau de vie de sa population. Les faits prouvent pleinement que le socialisme à la chinoise incarne l’orientation fondamentale de la progression de la Chine contemporaine et que seul le socialisme à la chinoise permet à la Chine de se développer.

Étant donné que le développement du socialisme à la chinoise représente une tâche historique ardue et de longue haleine, nous devons être prêts à mener une lutte d’envergure qui se distingue par des caractéristiques historiques tout à fait inédites. Il nous faut maintenir inébranlablement le socialisme à la chinoise, le développer en l’adaptant à la marche du temps, en l’enrichissant sans cesse, tant sur les plans pratique que théorique, des couleurs nationales chinoises et des caractéristiques de notre époque.

Pour que le socialisme à la chinoise triomphe dans ce nouveau contexte historique, il nous faut répondre impérativement aux exigences fondamentales suivantes, celles-ci devant devenir la volonté commune de tout le Parti et de tout notre peuple multiethnique.

—  Il faut maintenir la position primordiale du peuple. Le socialisme à la chinoise est une cause commune de plus d’un milliard de Chinois. Il faut encourager la population à mieux jouer son rôle en tant que maître du pays, suivre fermement le principe fondamental de la gouvernance du pays en vertu de la loi, principe observé par notre Parti dans la direction des affaires de l’État, mobiliser et organiser le peuple le plus largement possible pour qu’il gère selon la loi les affaires du pays et de la société, les activités économiques et les œuvres culturelles, et se lance activement dans la modernisation socialiste. Il faut veiller également à mieux garantir les droits et intérêts de la population et à défendre son statut comme maître du pays.

—  Il faut libérer et développer les forces productives sociales. Cela constitue la tâche essentielle du socialisme à la chinoise. En plaçant le développement économique au centre de toutes nos activités et en prenant pour thème central le développement scientifique, nous faisons progresser sur toute la ligne l’édification économique, politique, culturelle et sociale et promouvons la civilisation écologique, afin de réaliser un développement scientifique complet, coordonné et durable à finalité humaine.

—  Il faut poursuivre la réforme et l’ouverture sur l’extérieur. C’est une voie incontournable pour maintenir et développer le socialisme à la chinoise. L’esprit de réforme et d’innovation doit se traduire dans toutes nos activités administratives. Il importe de maintenir l’orientation de la réforme en faveur de l’économie de marché socialiste, de persévérer dans notre politique fondamentale d’ouverture sur l’extérieur, de promouvoir sans cesse les innovations dans les domaines théorique, institutionnel, culturel, scientifique et technique ainsi que dans beaucoup d’autres domaines, et de faire avancer continuellement l’autoperfectionnement et le développement de notre régime socialiste.

—  Il faut préserver l’équité et la justice sociales. C’est une nécessité inhérente au socialisme à la chinoise. Il nous faut, grâce aux efforts conjugués de toute la population et sur la base du développement économique et social, accélérer l’institution de mécanismes devant jouer un rôle très important pour assurer l’équité et la justice sociales, et constituer progressivement un système de garantie de l’équité sociale fondé principalement sur l’équité en matière de droits, de chances et de règles, afin de créer un environnement social équitable garantissant à toute la population les droits égaux de participation et de développement.

—  Il faut suivre fermement la voie de l’enrichissement commun. Il s’agit là d’un principe fondamental du socialisme à la chinoise. Nous devons préserver le système économique fondamental et celui de distribution du socialisme, en réajustant la structure de la répartition du revenu national, en renforçant la régulation de la redistribution et en réduisant efficacement les écarts de revenus, pour que les fruits du développement profitent davantage et de façon plus équitable à la population entière et qu’on avance à pas assurés sur la voie de l’enrichissement commun.

—  Il faut promouvoir l’harmonie sociale. L’harmonie sociale est l’essence même du socialisme à la chinoise. Nous devons accorder une importance exceptionnelle à la garantie et à l’amélioration des conditions de vie de la population. Dans ce sens, il importe de renforcer et d’innover la gestion sociale, de traiter judicieusement les rapports entre réforme, développement et stabilité, d’unir toutes les forces susceptibles d’être ralliées à notre cause, de faire tout notre possible pour accroître les facteurs d’harmonie, et de stimuler la vitalité créatrice de la société, et ce, tant pour permettre à la population de vivre et de travailler en paix que pour sauvegarder l’ordre social et la stabilité durable de l’État.

—  Il faut assurer un développement pacifique. Il s’agit d’un choix logique du socialisme à la chinoise. Nous devons persévérer dans un développement ouvert, fondé sur la coopération et conforme au principe du gagnant-gagnant. Nous travaillons à la création d’un environnement international pacifique favorable à notre développement, qui doit contribuer à son tour à la sauvegarde et à la promotion de la paix mondiale. Nous voulons favoriser l’élargissement des points de convergence des intérêts de toutes les parties, dans l’intérêt de la construction d’un monde harmonieux où règnent une paix durable et une prospérité commune.

—  Il faut maintenir la direction du Parti. Le PCC est le noyau dirigeant de la cause du socialisme à la chinoise. Il travaille avec abnégation pour de nobles objectifs et exerce le pouvoir pour le peuple. Il faut renforcer et améliorer la direction du Parti, continuer à faire valoir le rôle central du Parti dans la maîtrise de l’ensemble de la situation et la coordination des actions de toutes les parties, préserver la pureté et le caractère avancé du Parti, améliorer sa créativité, sa cohésion et sa combativité, et élever son aptitude à exercer le pouvoir conformément à la loi et dans un esprit scientifique et démocratique.

Nous devons nous rendre parfaitement compte des données suivantes inchangées : notre pays se trouve toujours et se trouvera pendant longtemps encore au stade primaire du socialisme, la contradiction entre les besoins matériels et culturels croissants de la population et le retard de la production sociale reste la principale contradiction de notre société, et la Chine demeure le plus grand pays en développement du monde. Nous devons agir en toutes circonstances en tenant compte du fait le plus marquant que notre pays se trouve toujours au stade primaire du socialisme ; et c’est à partir de cette même réalité que l’on doit entreprendre toute action en faveur du développement ou de la réforme dans tel ou tel domaine. Étant donné que la ligne fondamentale du Parti est vitale tant pour lui-même que pour notre pays, nous devons, dans tout le processus de la construction du socialisme à la chinoise, suivre fermement cette ligne dite « un centre, deux points fondamentaux » (prendre pour centre de nos activités le développement économique et pour points fondamentaux les quatre principes fondamentaux et la politique de réforme et d’ouverture). Nous devons travailler avec un esprit réaliste, sans nous sous-estimer ni nous surestimer, en vue de remporter de nouveaux succès dans la construction du socialisme à la chinoise.

Pourvu que nous nous armions de nobles idéaux, raffermissions notre conviction, travaillions avec fermeté, sans relâche et sans nous livrer à des manœuvres stériles, et luttions dur, opiniâtrement et avec persévérance, nous parviendrons à construire en Chine une société de moyenne aisance au moment de la célébration du centenaire de la fondation du PCC, et ferons de la Chine un pays socialiste moderne, prospère, puissant, démocratique, harmonieux et hautement civilisé au moment où la République populaire de Chine fêtera son centenaire. Tout le Parti doit avoir une ferme confiance dans la voie qu’il a choisie, la théorie qu’il a élaborée et le régime qu’il a instauré.

III. Nos objectifs de parachever la construction in extenso de la société de moyenne aisance et d’approfondir la réforme et l’ouverture sur l’extérieur

En faisant un tour d’horizon de la situation tant intérieure qu’extérieure, nous constatons que notre pays se trouve encore dans une période importante pleine d’opportunités stratégiques propices à son développement. Nous devons savoir bien apprécier tout ce que représente cette période ainsi que l’évolution de ses conditions, saisir toutes les opportunités, relever avec sang-froid les défis, et nous assurer l’initiative, l’avantage et des promesses d’avenir, pour être sûrs d’atteindre en 2020 notre objectif grandiose de parachever la construction in extenso de la société de moyenne aisance.

Compte tenu des réalités du développement économique et social de notre pays, il faut déployer tous nos efforts pour répondre aux nouvelles exigences à partir de l’objectif de développement général d’une société de moyenne aisance, objectif défini par les XVIe et XVIIe Congrès du Parti.

—  Assurer un développement sain et soutenu de l’économie. Le changement du mode de développement économique devra enregistrer des résultats substantiels. Grâce à un développement plus équilibré, plus harmonieux et plus durable, le PIB et le revenu moyen par tête d’habitant dans les villes comme dans les campagnes devront doubler par rapport à ceux de 2010. La contribution des progrès technico-scientifiques à la croissance économique sera plus importante pour permettre à la Chine de rejoindre les rangs des pays innovants. L’industrialisation sera réalisée pour l’essentiel. Le niveau de l’informatisation s’élèvera sensiblement, la qualité de l’urbanisation s’améliorera nettement, la modernisation de l’agriculture et l’édification d’une nouvelle ruralité socialiste obtiendront des résultats notables. Un mécanisme de développement régional harmonieux sera pratiquement établi. Le niveau de l’ouverture sur l’extérieur atteindra un nouveau palier, tandis que notre compétitivité internationale se renforcera sensiblement.

—  Garantir au peuple une démocratie sans cesse élargie. Le système démocratique se perfectionnera davantage, la démocratie se traduira sous des formes plus variées, alors que le sens de l’initiative, la motivation et la créativité de la population seront mieux mis en valeur. La stratégie fondamentale d’édification d’un État de droit sera appliquée sur toute la ligne, une administration ne fonctionnant que dans le respect de la loi sera pratiquement mise en place, la crédibilité de la justice auprès du public sera améliorée sans cesse et les droits de l’homme seront effectivement respectés et garantis.

—  Renforcer nettement le soft power culturel. Les valeurs essentielles du socialisme pénétreront profondément dans les esprits, la formation culturelle et morale des citoyens et la civilisation sociale enregistreront des succès notables. Les produits culturels seront plus variés, un système des services culturels publics sera établi pour l’essentiel, l’industrie culturelle deviendra un pilier de l’économie nationale, tandis que la culture chinoise franchira de plus grands pas à l’extérieur. Tout cela contribuera à rendre plus solides les assises du développement d’un puissant pays culturel socialiste.

—  Réaliser une élévation générale du niveau de vie de la population. L’égalité d’accès aux services publics fondamentaux sera réalisée dans l’ensemble. Le niveau d’instruction de toute notre population et celui de formation des talents novateurs seront sensiblement relevés, ce qui fera de la Chine un puissant pays en matière de réserve de grandes compétences et de ressources humaines. La modernisation de l’éducation sera pratiquement réalisée. Le plein emploi sera mieux assuré. Les écarts de revenus seront réduits, le nombre des habitants aux revenus moyens s’élèvera continuellement, et l’importance de la population démunie diminuera fortement. Toute notre population sera couverte par la protection sociale et tout le monde bénéficiera des services médicaux et sanitaires fondamentaux. Le système de garantie en matière de logement sera pratiquement établi et toute notre société connaîtra harmonie et stabilité.

—  Faire avancer considérablement la construction d’une société économe de ressources et respectueuse de l’environnement. La disposition des régions à fonctions spécifiques sera accomplie dans l’ensemble et le système de recyclage des ressources sera mis en place pour l’essentiel. L’intensité énergétique [consommation d’énergie par unité de PIB] et les émissions de CO2 connaîtront une très forte baisse, et le volume global de l’évacuation des principaux déchets et matières fort polluants devra sensiblement diminuer. Le taux de couverture des forêts augmentera, les écosystèmes deviendront de plus en plus stables et la qualité de l’habitat sera nettement améliorée.

Pour que la société de moyenne aisance devienne une réalité, il nous faut, en faisant preuve d’un plus grand courage politique et d’une plus grande sagesse, saisir l’occasion favorable pour approfondir les réformes dans les domaines clés, en finir résolument avec toutes les idées et conceptions ainsi que les tares de système qui font obstacle à notre développement scientifique, et mettre en place un cadre institutionnel complet, scientifique et efficace, pour rendre nos diverses institutions plus performantes et régulières. Il faut accélérer le perfectionnement du système d’économie de marché socialiste, parfaire notre système économique de base fondé sur le régime de propriété publique avec le développement en commun des diverses formes de propriété, améliorer le système de distribution basé sur la répartition selon le travail avec la coexistence de multiples formes de distribution, faire jouer davantage et sur une plus large mesure le rôle fondamental du marché dans la répartition des ressources, perfectionner le système de régulation macroéconomique, et continuer à améliorer le système d’économie ouverte pour assurer un développement économique plus efficace, plus équitable et plus durable. Il faut accélérer la démarche visant à institutionnaliser et à régulariser la démocratie politique socialiste en la pratiquant conformément à la procédure établie en la matière, élargir la participation ordonnée des citoyens aux affaires politiques à tous les niveaux et dans tous les domaines, et mener toutes les activités du pays en vertu de la loi. Il faut améliorer au plus vite le système de gestion de la culture et le mécanisme de production et d’exploitation culturelles, constituer un marché culturel moderne dans ses grandes lignes, parfaire la gestion des avoirs culturels nationaux, afin de créer un environnement favorable à l’innovation et à la création culturelles. Il importera d’accélérer la mise en place d’un système de gestion sociale scientifique et efficace, d’améliorer la protection sociale, d’installer un réseau complet de services publics et de gestion sociale aux échelons de base, en vue de mettre sur pied un système institutionnel garantissant la vitalité, l’ordre et l’harmonie de notre société. Il conviendra également d’instaurer au plus tôt un régime en faveur d’une civilisation écologique et de perfectionner les mécanismes d’exploitation de l’espace territorial et ceux destinés à économiser les ressources et à protéger l’environnement et les écosystèmes pour créer une nouvelle situation de la modernisation où l’homme et la nature vivront et se développeront en symbiose.

La tâche qui s’impose pour réaliser comme prévu l’objectif de l’édification intégrale d’une société de moyenne aisance s’annonce très ardue. Tous les camarades du Parti doivent travailler dur et avec la plus grande opiniâtreté. L’État accordera un plus grand soutien aux régions rurales ainsi qu’à celles du Centre et de l’Ouest pour accélérer leurs réforme et ouverture, accroître leurs capacités d’autodéveloppement et améliorer les conditions de vie de leurs populations. L’État encouragera les régions qui disposent des conditions requises à continuer de jouer leur rôle leader dans le processus de modernisation pour apporter une plus grande contribution à la réforme et au développement de tout le pays.

IV. Accélérer le perfectionnement du systéme d’économie de marché socialiste et le changement du mode de développement économique

Axer tous nos efforts sur l’édification économique est de toute première importance pour réaliser la prospérité de la Chine, et le développement donne la clé pour résoudre tous nos problèmes. Seul un développement sain et soutenu de l’économie permettra de consolider les assises matérielles de la prospérité nationale, du bonheur du peuple, de l’harmonie et de la stabilité sociales. Nous devons rester fidèles, sans jamais nous en départir, à l’idée stratégique selon laquelle le développement est un impératif absolu.

Dans la Chine contemporaine, rester fidèle à l’idée susmentionnée exige, de par son essence, qu’on s’applique à développer le pays selon le concept de développement scientifique. Prendre ce concept pour thème central et le changement du mode de développement économique pour fil conducteur, tel est le choix stratégique dont dépend le développement de notre pays dans tous les domaines. Il importe de nous adapter aux nouveaux changements de la conjoncture économique en Chine comme à l’étranger, pour trouver au plus tôt un nouveau mode de développement économique, en basant le développement sur l’amélioration de la qualité et de la rentabilité. Il convient d’agir par tous les moyens pour donner une nouvelle vitalité de développement aux divers acteurs du marché, stimuler une nouvelle force motrice de développement ayant l’innovation comme moteur, établir un nouveau système de développement des industries modernes, favoriser l’émergence de nouveaux atouts de développement de l’économie ouverte sur l’extérieur et faire en sorte que le développement économique soit davantage entraîné par la demande intérieure, en particulier par la consommation, ainsi que par les industries des services modernes et les industries émergentes d’importance stratégique, et qu’il s’appuie davantage sur les progrès technico-scientifiques, sur une meilleure formation des travailleurs, sur l’innovation en matière de gestion, sur les économies de ressources et l’économie circulaire, et sur le développement interactif et coordonné des villes-campagnes et des différentes régions. Tout cela contribuera à accroître continuellement les forces de réserve de développement à long terme.

Nous suivrons fermement une voie propre à la Chine nous conduisant à une industrialisation de type nouveau, à l’informatisation, à l’urbanisation et à la modernisation agricole. Pour qu’elles se développent de façon parallèle, nous veillerons à pousser l’intégration de l’informatisation et de l’industrialisation, à favoriser l’interaction vertueuse entre l’industrialisation et l’urbanisation et à coordonner l’urbanisation et la modernisation agricole.

1) Approfondir sur tous les plans la réforme du système économique. L’approfondissement de la réforme représente un enjeu essentiel pour le changement du mode de développement économique. La question centrale de la réforme du système économique consiste à résoudre correctement les rapports entre le gouvernement et le marché. Il convient de respecter davantage la loi du marché et de mieux faire jouer son rôle au gouvernement. Il nous faut consolider et développer sans défaillance l’économie publique, et celle-ci doit fonctionner sous multiples formes. Nous poursuivrons de façon approfondie la réforme des entreprises publiques, améliorerons le système de gestion de toutes les catégories de biens publics, orienterons les capitaux d’État davantage vers les secteurs et domaines clés dont dépendent la sécurité de l’État et les branches vitales de l’économie nationale, afin de rendre l’économie publique plus dynamique, de renforcer son pouvoir de contrôle et d’augmenter son poids. Nous continuerons avec détermination à favoriser, soutenir et conduire le développement de l’économie non publique. Nous garantirons aux divers régimes de propriété l’accès égal aux facteurs de production conformément à la loi, la participation sur un pied d’égalité à la concurrence sur le marché, et la même protection par la loi. Nous veillerons à raffermir le système de marché moderne et à améliorer les mécanismes régissant les objectifs de la régulation macroéconomique et les mesures politiques concernées. Nous accélérerons la réforme des systèmes budgétaire et fiscal, et améliorerons le système d’équilibrage des moyens financiers et des pouvoirs accordés aux finances centrales et locales. Nous travaillerons à parfaire le fonctionnement des finances publiques en faveur de la répartition équilibrée des services publics fondamentaux et de la construction des régions à fonctions spécifiques, et mettrons en place un système fiscal local pour pratiquer une fiscalité favorable à l’optimisation de la structure économique et à l’équité sociale. Nous établirons un mécanisme de partage rationnel par tous des profits provenant de la cession des ressources publiques. Nous approfondirons la réforme financière, de manière à perfectionner le système financier moderne favorable à la stabilité de la macroéconomie et au développement de l’économie réelle. Il faudra accélérer le développement du marché des capitaux aux différents niveaux et faire progresser méthodiquement la réforme visant à soumettre le taux d’intérêt et celui de change aux règles du marché, de manière à parvenir progressivement à la convertibilité du renminbi pour les opérations en capital. On accélérera le développement des établissements financiers privés. Nous veillerons à améliorer la régulation de la finance, à promouvoir l’innovation et à élever la compétitivité de nos banques et des secteurs des titres et des assurances, tout en maintenant la stabilité financière.

2) Mettre en œuvre la stratégie du développement grâce à l’innovation. L’innovation scientifique et technique, qui offre un appui stratégique à l’accroissement des forces productives sociales et de la puissance globale, doit se trouver au centre des dispositions du développement de notre pays. Il faut suivre résolument une voie d’innovation, propre à la Chine, adopter une vision globale pour concevoir et promouvoir l’innovation, et élever nos capacités d’innovation primaire, d’innovation intégrée et d’innovation basée sur l’assimilation de technologies étrangères, en accordant une plus grande attention à l’innovation concertée. Il faut approfondir la réforme du système scientifique, promouvoir la combinaison des sciences, de la technologie et de l’économie, accélérer la mise en place d’un système national d’innovation et s’attacher à créer un système d’innovation technique alimenté principalement par les entreprises, orienté vers le marché et basé sur l’association des entreprises, des établissements d’enseignement et des institutions de recherches. Il importe de perfectionner le système d’innovation intellectuelle, de renforcer la recherche fondamentale ainsi que les recherches sur des technologies de pointe et des techniques d’intérêt public, et d’élever le niveau des recherches scientifiques et nos capacités de conversion des acquis scientifiques et technologiques en forces productives réelles pour être en bonne position dans la compétition internationale. Nous mettrons en œuvre le plan national des grands projets scientifiques pour briser les importants goulots d’étranglement techniques. Nous nous efforcerons d’accélérer la mise au point et l’application de nouvelles technologies, de nouveaux produits et de nouveaux procédés technologiques, tout en renforçant l’intégration des techniques et l’innovation des modèles commerciaux. On perfectionnera les critères d’évaluation des innovations scientifiques, ainsi que les mécanismes de stimulation et de conversion. Une stratégie relative à la propriété intellectuelle sera mise en œuvre et la protection de celle-ci sera renforcée. Nous travaillerons à promouvoir une meilleure répartition et l’intégration globale des ressources d’innovation afin de mettre toute la sagesse et toutes les forces de la société au service du développement grâce à l’innovation.

3) Faire avancer le réajustement stratégique de la structure économique. C’est là surtout que doivent être orientés les efforts pour accélérer le changement du mode de développement. Il faut continuer à s’attaquer aux grands problèmes structurels qui entravent le développement sain et soutenu de notre économie, en mettant l’accent sur l’amélioration des structures de la demande, sur l’optimisation des structures industrielles, sur la promotion d’un développement coordonné entre les régions et sur la stimulation de l’urbanisation. Sans jamais nous départir de cette tâche stratégique qu’est l’élargissement de la demande intérieure, nous devons accélérer la mise en place d’un mécanisme permanent d’élargissement de la consommation, stimuler les potentialités de consommation des ménages, maintenir un accroissement rationnel des investissements et étendre l’ampleur du marché intérieur. Nous mettrons en application des mesures politiques qui favoriseront davantage le développement de l’économie réelle, puisque cela constitue le socle du développement de la Chine. Il faut bien orienter la demande, promouvoir le développement sain des industries émergentes d’importance stratégique et des industries manufacturières avancées, accélérer la reconversion et la montée en gamme des industries traditionnelles, promouvoir le développement des industries des services, en particulier, des services modernes, et veiller à une répartition rationnelle des infrastructures et des industries de base. Il faut mettre en place les infrastructures informatiques de la nouvelle génération, développer tout un système d’industries informatiques modernes, améliorer le système de garantie de la sécurité informatique et promouvoir une plus large application des techniques de l’information et de l’Internet. Nous veillerons à élever les compétences de base de nos moyennes et grandes entreprises et à soutenir le développement des petites entreprises et microentreprises, notamment de celles du domaine scientifique et technologique. Il faut continuer à appliquer la stratégie globale de développement régional et faire pleinement valoir les avantages comparatifs des différentes régions. Pour ce faire, il faut, en priorité, promouvoir la mise en valeur de l’Ouest, redresser les anciennes bases industrielles du Nord-Est et d’autres régions, favoriser le décollage du Centre et soutenir activement les régions de l’Est pour qu’elles se développent en premier. Nous devrons intensifier, par l’aide sectorielle et d’autres moyens, notre soutien au développement des anciennes bases révolutionnaires, des régions peuplées de minorités ethniques, des régions frontalières et des régions démunies. Il faut établir un plan scientifique pour déterminer l’ampleur et la répartition géographique des conurbations, renforcer les fonctions des villes moyennes et petites ainsi que des petits bourgs en matière de développement industriel, d’offre de services publics, de création d’emplois et de regroupement de la population. Il faut enfin promouvoir la réforme du registre d’état civil, faire progresser méthodiquement l’intégration des habitants ruraux transférés dans la vie urbaine et réaliser la couverture totale des habitants permanents des villes et bourgs par les services publics de base.

4) Promouvoir un développement cohérent des régions urbaines et rurales. Bien résoudre les problèmes touchant à l’agriculture, au développement des régions rurales et à l’intérêt des paysans doit être la priorité des priorités du travail de notre Parti, et assurer un développement cohérent des régions urbaines et rurales constitue un moyen fondamental permettant de les résoudre définitivement. Il importera de multiplier nos efforts visant à développer de façon coordonnée les villes et les campagnes et à dynamiser davantage le développement des régions rurales, en vue de réduire graduellement l’écart entre villes et campagnes et de leur permettre de parvenir à une prospérité commune. Nous continuerons d’observer le principe d’aide en retour de l’industrie à l’agriculture et des villes aux régions rurales, tout en accordant plus d’avantages aux paysans, en diminuant leurs charges et en assouplissant le marché des produits agricoles. Nous appliquerons plus énergiquement la politique visant à fortifier l’agriculture, à développer les régions rurales et à apporter des avantages aux paysans. Les larges masses des paysans auront ainsi la possibilité de participer sur un pied d’égalité au processus de modernisation et de partager les fruits de celle-ci. Il faudra accélérer le développement de l’agriculture moderne et renforcer la capacité globale de la production agricole, afin d’assurer la sécurité alimentaire et l’offre effective des principaux produits agricoles. Nous devrons entreprendre prioritairement la construction d’infrastructures et le développement des œuvres sociales dans les régions rurales, en poursuivant efficacement l’édification d’une nouvelle ruralité et la lutte contre la pauvreté grâce au développement, afin d’y améliorer l’ensemble des conditions de vie et de production. Nous ferons un plus grand effort pour accroître les revenus des paysans, qui doivent augmenter de façon continue et assez rapide. Nous veillerons à parachever le système fondamental d’exploitation rurale, à protéger en vertu de la loi les droits d’exploitation forfaitaire des terres des paysans, ainsi que leurs droits d’usage du terrain rural réservé à la construction de logements et leurs droits de partage des revenus collectifs. Il faudra accroître la puissance de l’économie collective, développer les coopératives spécialisées et celles par actions, former de nouvelles entités d’activités, multiplier les formes d’exploitation à grande échelle, et constituer de nouveaux systèmes d’exploitation agricole qui combinent les formes d’activités intensives, spécialisées, organisées et socialisées. Nous procéderons à la réforme du système de réquisition de terres et augmenterons la part du revenu que les paysans doivent percevoir sur la revalorisation des terres. Il faudra parfaire sans tarder les mécanismes de développement intégré des zones urbaines et rurales, en concentrant nos efforts sur un développement coordonné dans les domaines tels que l’aménagement des zones urbaines et rurales, la construction d’infrastructures et l’organisation des services publics, en favorisant l’échange égal des facteurs de production urbains et ruraux et la répartition équilibrée des ressources publiques, en vue de créer un nouveau type de rapports entre industrie et agriculture ainsi qu’entre villes et campagnes, rapports caractérisés par le soutien de l’industrie à l’agriculture, le développement des régions rurales grâce à celui des villes, les avantages réciproques entre ouvriers et paysans, et l’intégration villes-campagnes.

5 Élever sur toute la ligne le niveau de l’économie ouverte. Dans le nouveau contexte de la mondialisation économique, nous aurons absolument à appliquer une stratégie d’ouverture encore plus active et à parachever notre système économique de type ouvert basé sur les avantages mutuels, le gagnant-gagnant, l’équilibre pluriel, la sûreté et l’efficacité. Il importe d’accélérer le changement du mode de développement de nos relations économiques avec l’étranger, en orientant l’ouverture vers l’optimisation des structures, l’approfondissement des relations et l’augmentation de l’efficience. Il faudra innover le mode d’ouverture, et à cette fin, les zones côtières, les régions de l’intérieur et les régions frontalières devront se compléter mutuellement en faisant valoir leurs points forts, de manière à créer des zones ouvertes leaders dans la coopération et la concurrence économiques internationales, et à établir des pôles de croissance qui devront entraîner le développement régional. On continuera d’accorder la même importance à l’exportation et à l’importation, et insistera sur la coordination des politiques commerciales et industrielles, afin de constituer nos nouveaux avantages en matière d’exportation, avantages axés sur nos excellentes techniques, nos grandes marques, la bonne qualité de nos produits et nos meilleurs services. On devra stimuler la transformation et la mise à niveau de notre commerce de sous-traitance, développer le commerce des services et favoriser un développement équilibré du commerce extérieur. Il faudra veiller à une meilleure utilisation polyvalente et plus efficace des capitaux étrangers et à une synergie entre les introductions de capitaux, technologies et talents. On poursuivra à un rythme plus rapide la stratégie dite « sortir des frontières », en élevant la capacité de nos entreprises à se développer à l’international et en formant un nombre important d’entreprises transnationales de niveau mondial. Il conviendra de coordonner l’ouverture et la coopération sur les plans bilatéral, multilatéral, régional et sous-régional, d’accélérer la mise en œuvre de la stratégie des zones de libre-échange et de favoriser les connexions et les liens directs des infrastructures de la Chine avec les pays voisins. Nous aurons surtout à élever notre capacité à nous prémunir contre les risques économiques internationaux.

Nous devons raffermir notre détermination à gagner la bataille de la réforme du système économique et de la transformation du mode de développement, bataille qui s’annonce particulièrement difficile, pour faire accéder le dynamisme et la compétitivité de notre économie à un nouveau palier.

V. Persévérer dans la voie du développement politique socialiste à la chinoise et poursuivre la réforme du système politique

La démocratie populaire représente un étendard brillant que notre Parti porte haut levé en tout temps. Depuis le lancement de la réforme et de l’ouverture sur l’extérieur, ayant fait le bilan de l’expérience tant positive que négative acquise dans le processus du développement de la démocratie socialiste, nous avons souligné que la démocratie populaire est vitale pour notre socialisme. Convaincus que tout le pouvoir appartient au peuple, nous avons fait progresser sans cesse la réforme politique, si bien que l’édification de la démocratie socialiste a enregistré d’immenses progrès, que nous avons trouvé et suivi fermement la voie du développement politique socialiste à la chinoise, et que nous avons déterminé la bonne direction pour le développement de la démocratie populaire la plus large.

La réforme du système politique constitue un élément essentiel de la réforme générale de notre pays. Il faut la poursuivre activement et méthodiquement, et s’efforcer de mettre en place une démocratie populaire qui soit plus large, plus complète et plus développée. On veillera à réaliser une parfaite association de la direction du Parti, du maintien du statut du peuple en tant que maître du pays et de la gouvernance de l’État en vertu de la loi. Nous étendrons la démocratie socialiste afin de garantir le statut du peuple en tant que maître du pays, de renforcer la vitalité de notre Parti et de notre État, et de mobiliser l’initiative de notre population. C’est ainsi que nous construirons un État de droit socialiste et que nous développerons une civilisation politique socialiste. Notre Parti devra s’attacher à améliorer sa méthode de direction et d’exercice du pouvoir, pour garantir une gouvernance efficace de l’État par le peuple sous sa direction. Il importera surtout de perfectionner le système démocratique, d’en enrichir les formes et les moyens d’expression, en garantissant au peuple l’exercice des droits démocratiques prévus par la loi en matière d’élection, de prise de décisions, d’administration et de supervision. Il faudra faire davantage valoir le rôle de la législation dans l’administration de l’État et la gestion sociale, en respectant rigoureusement l’unité, l’inviolabilité et l’autorité du droit, afin que le peuple puisse jouir pleinement des droits et libertés accordés par la loi. Nous devrons réserver une place plus importante à l’édification institutionnelle et faire pleinement valoir la supériorité de notre régime politique socialiste, en nous référant aux fruits des civilisations politiques de l’humanité, sans transposer mécaniquement le modèle politique occidental.

1) Assurer au peuple l’exercice du pouvoir de l’État par le canal de l’assemblée populaire. L’assemblée populaire est notre système politique fondamental permettant au peuple d’agir en tant que maître du pays. Nous devons être parfaitement capables de traduire les directives du Parti en volonté d’État dans le respect de la procédure légale. Il faut veiller à ce que l’assemblée populaire et son comité permanent remplissent pleinement leur rôle d’organe du pouvoir d’État en matière de législation, de contrôle, de prise de décisions, de nomination et de destitution. Il faudra renforcer l’organisation et la coordination des travaux d’élaboration des lois, intensifier la supervision sur le travail du gouvernement, de la cour de justice et du parquet, et rendre plus rigoureux l’examen et le contrôle sur les budgets et l’exercice budgétaire du gouvernement. Il faudra augmenter la proportion des députés en provenance des échelons de base, en particulier, celle des ouvriers, paysans et intellectuels travaillant en première ligne de production, en réduisant le nombre des députés cadres dirigeants de l’administration et du Parti. Il sera créé, au sein de l’assemblée populaire, un service de liaison pour faciliter les contacts entre les représentants et les citoyens. Nous procéderons à un raffermissement du système organisationnel dans les organes du pouvoir d’État, rendrons plus rationnelle la composition des membres du comité permanent et des commissions spéciales de l’assemblée populaire sur les plans du savoir et de l’âge, augmenterons le nombre de leurs membres travaillant à plein temps, et élèverons leur capacité à remplir leurs fonctions en vertu de la loi.

2) Parfaire le système de démocratie consultative socialiste. Ce système est une forme essentielle d’expression de la démocratie populaire en Chine. Nous devrons le raffermir et parfaire les mécanismes de son fonctionnement, de façon à ce que la démocratie consultative s’élargisse à plusieurs niveaux en suivant la voie de l’institutionnalisation. Quand il s’agit des problèmes d’importance majeure touchant au développement économique et social et des problèmes concrets concernant l’intérêt vital des masses, nous devrons procéder à de vastes consultations pour recueillir les divers avis et propositions, nous inspirer de la sagesse populaire et parvenir à des consensus et à une synergie d’action ; nous ferons tout cela en nous appuyant sur les organes du pouvoir d’État, les conférences consultatives politiques, les partis démocratiques et les organisations populaires. Nous pratiquons comme toujours le système de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du PCC tout en le perfectionnant. Les conférences consultatives politiques sont appelées à jouer pleinement leur rôle primordial dans la promotion de la démocratie consultative. Autour des deux thèmes que sont l’unité et la démocratie, nous nous efforcerons d’améliorer le système de consultation politique, de supervision démocratique, de délibération des affaires de l’État et de participation à la vie politique, pour que les différents rapports s’harmonisent, les efforts convergent et les conseils et propositions puissent s’exprimer dans l’intérêt général. Les consultations politiques avec les partis démocratiques seront renforcées. Elles seront intégrées dans le processus de prise de décisions, et pour qu’elles soient vraiment utiles, elles devront intervenir avant ou en cours d’une prise de décisions. On procédera également à des consultations thématiques, intersectorielles et entre les représentants d’un même milieu social. Elles sont aussi nécessaires quand il s’agit du traitement des projets de résolution déposés. Les consultations démocratiques seront aussi menées aux échelons de base.

3) Perfectionner le régime démocratique aux échelons de base. La pratique de l’autogestion, de l’auto-service, de l’auto-éducation et de l’auto-surveillance des habitants dans la gestion des quartiers d’habitation en ville comme à la campagne, les affaires publiques de base et les œuvres d’intérêt public, est la forme principale de l’exercice direct des droits démocratiques par le peuple en vertu de la loi. Il conviendra de développer, aux échelons de base, un mécanisme dynamique d’autonomie des masses populaires sous la direction des organisations de base du Parti. Pour garantir au peuple la jouissance effective de davantage de droits démocratiques, il conviendra d’élargir le champ et les canaux de réalisation, et d’enrichir les contenus et les formes d’expression, en mettant l’accent sur l’élargissement de la participation ordonnée, la promotion de la transparence des affaires administratives, la multiplication des consultations et des délibérations ainsi que le renforcement du contrôle sur l’exercice du pouvoir. Nous devrons nous appuyer de tout cœur sur la classe ouvrière, perfectionner le système de gestion démocratique des entreprises et des établissements d’intérêt public par l’assemblée des travailleurs et garantir à ceux-ci les droits démocratiques à la gestion et à la surveillance. Il faudra compter sur les efforts interactifs de diverses organisations aux échelons de base pour que l’administration gouvernementale et la démocratie à la base fonctionnent en synergie.

4) Faire progresser sur toute la ligne la construction d’un État de droit. La gouvernance en vertu de la loi s’affirme comme un principe fondamental pour administrer un pays. Il faut continuer à légiférer dans un esprit scientifique, à assurer l’application rigoureuse de la loi, à garantir l’équité judiciaire et à faire respecter la loi par toute notre population. Il faut appliquer fermement le principe d’égalité des citoyens devant la loi et faire en sorte que chaque loi soit respectée, que la loi soit strictement exécutée et que tous ceux qui la violent soient poursuivis. Nous continuerons à perfectionner le système légal socialiste à la chinoise, en établissant des lois dans des secteurs et domaines prioritaires et en diversifiant les moyens permettant à la population de participer de façon ordonnée à l’élaboration des lois. Il faudra renforcer la conduite des affaires publiques en vertu de la loi, en veillant à ce que les lois soient appliquées de façon stricte, équitable et policée. On approfondira la réforme du système judiciaire pour préserver et perfectionner notre régime judiciaire socialiste à la chinoise et permettre aux tribunaux et aux parquets d’exercer respectivement leur pouvoir judiciaire et de contrôle conformément à la loi, en toute indépendance et de façon équitable. Il faudra mener en profondeur les campagnes de sensibilisation aux connaissances juridiques, mettre à l’honneur l’esprit de droit socialiste et sensibiliser toute la population à cet esprit, de façon à inciter tous les citoyens à connaître et à respecter scrupuleusement la loi et à y recourir si besoin est. Nos cadres dirigeants devront, en faisant preuve d’un sens de la légalité et en recourant à la méthode légale, élever leur capacité à approfondir la réforme, à promouvoir le développement, à résorber les contradictions et à préserver la stabilité. Notre Parti qui a dirigé le peuple pour élaborer la Constitution et les lois ne peut exercer ses activités que dans la limite que celles-là lui imposent. Aucune organisation, aucun individu ne peut posséder les prérogatives d’agir à l’encontre de la Constitution et des lois. Tout ordre personnel et tout abus de pouvoir au mépris de la loi et toute violation de la loi pour la satisfaction des intérêts égoïstes sont absolument interdits.

5) Approfondir la réforme du système administratif. Cette réforme répond parfaitement à l’impératif d’adapter la superstructure à l’infrastructure économique. Il faudra, conformément à notre objectif d’établir un système administratif socialiste à la chinoise, continuer à appliquer le principe de séparation de l’administration d’avec la gestion des entreprises, des biens publics, des établissements d’intérêt public et des organisations sociales, en vue d’édifier une administration de service public qui se distingue par une meilleure disposition fonctionnelle, une structure optimale, une intégrité parfaite et une grande efficacité, et qui réponde à l’attente du peuple. Nous intensifierons la réforme du système d’approbation administrative et continuerons à simplifier l’appareil administratif et à décentraliser le pouvoir, pour orienter les fonctions gouvernementales vers la création de conditions favorables au développement, l’offre de bons services publics et le maintien de l’équité et de la justice sociales. La mise en place d’un système des superministères se poursuivra méthodiquement, et les attributions des services gouvernementaux aux différents échelons seront davantage précisées. Nous procéderons à une optimisation de la hiérarchie et de la division administratives. Les provinces remplissant les conditions requises pourront lancer à titre d’essai la réforme concernant l’administration directe du district (ou de la municipalité au même échelon) par les autorités provinciales. La réforme administrative au niveau du canton et du bourg devra se poursuivre en profondeur. Il importera d’innover les méthodes d’administration des gouvernements, d’élever leur crédibilité et leurs capacités et de promouvoir la gestion de la performance dans leur sein. Il faudra restreindre rigoureusement les effectifs des organes administratifs, réduire le nombre de postes de direction et baisser le coût de fonctionnement. Nous ferons avancer la réforme par catégorie des établissements d’intérêt public. Nous perfectionnerons les mécanismes de coordination de la réforme institutionnelle pour planifier et coordonner les grandes réformes.

6) Raffermir un système de conditionnement et de surveillance du fonctionnement des pouvoirs. Nous devons persévérer à recourir aux moyens institutionnels pour gérer les pouvoirs, les affaires et les personnels, et à assurer au peuple ses droits à l’information, de participation, d’expression et de surveillance, puisqu’il s’agit là d’une garantie majeure pour un exercice correct des pouvoirs. Il faut faire en sorte que les pouvoirs de décision, d’exécution et de contrôle se conditionnent mutuellement tout en maintenant des liens de coordination entre eux, et que les organismes d’État exercent leurs pouvoirs dans les limites de leurs attributions légales et conformément à la procédure définie par la loi. Les prises de décisions doivent être scientifiques, démocratiques et conformes à la loi. Il faut pour cela raffermir les mécanismes et la procédure de prises de décisions, faire valoir le rôle du laboratoire d’idées et raffermir un système de poursuite de responsabilités et de redressement en cas de décision erronée. Il faut prêter une oreille attentive à l’opinion des masses quand il s’agit de décisions touchant à leurs intérêts immédiats, prévenir et corriger résolument toute pratique qui y porte préjudice. Il faut promouvoir la transparence et la normalisation du fonctionnement des pouvoirs, veiller à la transparence parfaite des affaires du Parti et à celle de l’activité du gouvernement, des organes judiciaires et de l’administration des affaires dans divers domaines et raffermir les systèmes concernant l’interpellation, le recours en responsabilité, l’audit pour l’établissement de responsabilités économiques, la démission donnée par le responsable fautif ainsi que la destitution. Il faut renforcer le contrôle interne du Parti, le contrôle démocratique et ceux exercés par la loi et l’opinion publique, de sorte que le peuple surveille le pouvoir et que ce dernier fonctionne au grand soleil.

7) Consolider et développer le front uni patriotique le plus large. Le front uni est un moyen efficace permettant de rassembler les forces des différents secteurs, et de promouvoir le resserrement des relations entre les partis politiques, les ethnies, les religions et les couches sociales ainsi qu’entre les Chinois de l’intérieur et de l’extérieur pour remporter de nouvelles victoires du socialisme à la chinoise. Il faut brandir haut le drapeau du patriotisme et du socialisme, consolider la base idéologique et politique du front uni, et traiter correctement les rapports entre l’unanimité et la diversité. Nous devons maintenir le principe de coexistence à long terme, de surveillance mutuelle, de sincérité réciproque et de communauté du destin pour le meilleur et pour le pire, renforcer notre union et notre collaboration avec les partis et groupements démocratiques et les personnalités sans-parti, et faire en sorte qu’au sein du front uni on partage les mêmes convictions, poursuive les mêmes buts et agisse d’un même cœur. Nous devons intensifier la formation d’un contingent de personnalités représentatives en dehors du Parti, sélectionner un plus grand nombre de personnes de qualité hors Parti et les recommander à des fonctions dirigeantes dans les organismes d’État aux différents échelons. Pour appliquer intégralement et correctement la politique du Parti à l’égard des ethnies minoritaires, nous devons maintenir et perfectionner le système d’autonomie dans les régions peuplées par des ethnies minoritaires et inciter avec instance nos différentes ethnies à lutter ensemble afin de réaliser la prospérité et le développement communs. À cette fin, nous devons mener en profondeur des campagnes d’éducation sur le thème de l’union et du progrès des ethnies, accélérer le développement des régions peuplées d’ethnies minoritaires, garantir à ces dernières leurs droits et intérêts légitimes, consolider et développer des relations interethniques socialistes basées sur l’égalité, l’unité, la solidarité et l’harmonie, de manière à promouvoir la coexistence en bonne entente, la collaboration parfaite et le développement harmonieux de nos différentes ethnies. Nous devons appliquer intégralement le principe fondamental du Parti en matière de religion, faire jouer pleinement leur rôle aux personnalités religieuses et aux masses des croyants dans la promotion du développement économique et du progrès social. Nous avons aussi à encourager et à amener les personnalités issues des nouvelles couches sociales à apporter des contributions plus importantes à la cause du socialisme à la chinoise. Nous devons également matérialiser la politique du Parti à l’égard des ressortissants chinois, encourager ces derniers, ceux parmi eux qui sont de retour dans la patrie ainsi que les membres de leurs familles résidant en Chine à se préoccuper de la grande cause de la modernisation et de la réunification pacifique de la patrie et à y participer.

La voie du développement politique du socialisme à la chinoise étant une voie juste permettant de rassembler plus d’un milliard de Chinois et de conjuguer leurs efforts, nous devons la poursuivre inlassablement dans notre marche en avant, de manière à doter d’une plus grande vitalité la démocratie politique socialiste de notre pays.

VI. Promouvoir fermement l’Édification d’une puissance socialiste sur le plan culturel

La culture est comme le sang coulant dans les veines d’une nation et le foyer spirituel d’un peuple. Pour parachever la construction in extenso de la société de moyenne aisance et réaliser le grand renouveau de la nation chinoise, il est nécessaire de promouvoir un grand développement et une grande prospérité de la culture socialiste, d’imprimer un nouvel essor à l’édification culturelle socialiste, de rehausser le soft power culturel de l’État, et de mettre en valeur le rôle de la culture dans l’évolution des mœurs, l’éducation du peuple, le service de la société et le développement économique.

Pour construire une puissance culturelle socialiste, il faut suivre la voie de développement de la culture socialiste à la chinoise, persister dans le service du peuple et du socialisme, maintenir les principes recommandant « l’épanouissement de cent fleurs et la compétition de cent écoles » et de « se rapprocher de la réalité, de la vie et des masses populaires », promouvoir un développement général des civilisations socialistes matérielle et spirituelle, de manière à créer une culture socialiste nationale, scientifique et populaire, qui soit orientée vers la modernisation, le monde et l’avenir.

La clé, pour édifier une puissance culturelle socialiste, consiste à augmenter la vitalité de la nation entière en matière de création culturelle. Il faut, pour parvenir à ce but, approfondir la réforme des institutions culturelles, libérer et développer les forces productives culturelles, encourager les pratiques démocratiques dans les milieux académique et artistique, offrir à la population une vaste scène culturelle, et encourager le jaillissement de toutes les sources de création culturelle, de manière à favoriser l’avènement d’une situation nouvelle caractérisée par des éruptions continues de forces culturelles de la nation tout entière, une vie culturelle toujours plus riche et plus diversifiée dans la société, une meilleure garantie des droits et intérêts culturels de base de la population, une amélioration intégrale de la qualité de celle-ci sur les plans idéologique, moral, scientifique et culturel, et un renforcement incessant du prestige de la culture chinoise sur la scène internationale.

1) Intensifier l’édification du système de valeurs essentielles socialistes. En tant qu’âme du renouveau de la nation, le système de valeurs essentielles socialistes décide de l’orientation du développement du socialisme à la chinoise. Nous devons mener en profondeur les études sur ces valeurs essentielles et l’éducation en la matière, de manière à orienter le courant idéologique de la société et à établir le consensus social autour de ces valeurs. Nous devons également promouvoir la sinisation et la popularisation du marxisme tout en l’adaptant à notre temps, persévérer à armer le Parti entier et à éduquer le peuple au moyen de la théorie du socialisme à la chinoise. Nous devons appliquer en profondeur le projet de recherche et d’édification de la théorie marxiste, mettre en place un système d’innovation en matière de philosophie et de sciences sociales, et faire en sorte que le système théorique du socialisme à la chinoise pénètre dans les manuels, les salles de classe et les esprits. Nous devons mener sur une large échelle l’éducation au sujet des idéaux et des convictions, de manière à rassembler la population entière sous le grand drapeau du socialisme à la chinoise. Nous devons exalter l’esprit national et l’esprit de l’époque, entreprendre sur une large envergure l’éducation en matière de patriotisme, de collectivisme et de socialisme, enrichir le monde spirituel de la population et augmenter ses forces spirituelles. Nous mettrons à l’honneur les actes qui contribuent à la prospérité, à la démocratie, à la civilisation et à l’harmonie, encouragerons la valorisation des concepts de liberté, d’égalité, d’impartialité et des pratiques de la gouvernance en vertu de la loi, recommanderons le patriotisme, le dévouement au travail, la loyauté et la bienveillance, et cultiverons et appliquerons activement les valeurs essentielles socialistes. Nous devons prendre fermement en main la direction et l’initiative du travail idéologique, maintenir la juste orientation dans ce domaine tout en améliorant nos capacités à le faire, et renforcer la prédominance du courant idéologique et de l’opinion publique majeurs.

2) Améliorer intégralement la qualité morale du citoyen. C’est là la tâche fondamentale de l’édification socialiste sur le plan moral. Il faut continuer à combiner la gouvernance en vertu de la loi et celle à la lumière des principes moraux, renforcer l’éducation en matière de morale publique, d’éthique professionnelle, de vertus familiales et de morale individuelle, faire rayonner les vertus traditionnelles chinoises et mettre à l’honneur les mœurs nouvelles de l’époque. Nous ferons progresser le projet d’éducation morale des citoyens en exaltant le bien, le vrai et le beau et en réprouvant le mal, le faux et le laid. Nous inciterons les citoyens à s’acquitter consciencieusement de leurs devoirs légaux, de leurs responsabilités sociales et familiales, et travaillerons à créer une ambiance sociale honorant le travail et la création, et à former de bonnes mœurs en aidant les gens à distinguer l’honneur du déshonneur, à observer la droiture, à se dévouer au travail et à concourir à l’harmonie. Nous entreprendrons en profondeur des campagnes spéciales pour sensibiliser les gens aux problèmes saillants rencontrés dans le domaine moral et les régler comme il faut. Nous veillerons à l’instauration de la bonne foi dans l’activité gouvernementale, les transactions commerciales et les relations sociales et à la crédibilité judiciaire. Nous intensifierons et améliorerons le travail politico-idéologique en mettant l’accent sur la solidarité humaine et l’assistance psychologique, de manière à cultiver dans la société un état mental caractérisé par le respect de soi, la confiance en soi, la raison, la placidité et l’esprit d’entreprise. Nous poursuivrons en profondeur l’activité de création d’une civilisation spirituelle de masse, encouragerons le service volontaire, ferons progresser l’activité visant à suivre l’exemple de Lei Feng et déploierons des efforts permanents pour porter à la connaissance publique de nouveaux exemples moraux et appeler à s’en inspirer.

3) Enrichir la vie spirituelle et culturelle du peuple. Faire bénéficier le peuple d’une vie spirituelle et culturelle riche et saine fait partie intégrante de l’édification de la société de moyenne aisance dans tous les domaines. Nous devrons persister dans nos efforts pour exhorter les travailleurs culturels à centrer leur production sur les besoins du peuple et à améliorer la qualité de celle-ci, de manière à offrir au peuple des nourritures spirituelles de plus haut niveau et en plus grande quantité. En persévérant à faire en sorte que la culture s’oriente vers les échelons de base et serve les masses, nous accélérerons l’exécution de projets culturels prioritaires au profit du peuple, renforcerons notre aide aux régions rurales et aux zones peu développées dans leurs efforts d’édification culturelle, et continuerons à encourager l’accès gratuit aux installations culturelles publiques. Nous mettrons en place un système de transmission de nos belles traditions culturelles et ferons rayonner ce qu’il y a de meilleur dans la culture traditionnelle chinoise. Nous populariserons la langue et l’écriture communes de l’État et réglementerons leur usage. Nous ferons prospérer l’œuvre culturelle des ethnies minoritaires. En déployant des activités culturelles parmi les masses, nous les inviterons, dans le cadre de l’édification culturelle, à exprimer leur penchant, à approfondir leurs connaissances et à rendre service à soi-même. Nous ferons démarrer des activités pour encourager le peuple entier à prendre goût à la lecture. En enrichissant et en améliorant le contenu des informations diffusées sur l’Internet, nous ferons résonner plus fort les idées-forces de notre époque. En intensifiant la gestion de l’Internet dans l’ensemble de la société, nous ferons en sorte que le monde virtuel fonctionne conformément à la loi, dans l’ordre et de manière réglementée. Nous lutterons contre la pornographie et les autres publications illégales et enrayerons tout acte vulgaire ou de mauvais goût. Nous populariserons les connaissances scientifiques, ferons rayonner l’esprit scientifique et travaillerons à améliorer la formation scientifique du peuple entier. Nous encouragerons la pratique d’activités sportives et stimulerons le développement parallèle des sports de masse et de compétition.

4) Renforcer la puissance globale et la compétitivité de notre culture. La puissance et la compétitivité culturelles sont des indices majeurs de la prospérité d’un pays et de son renouveau. Nous persévérerons à placer les effets sociaux bénéfiques en première place et à combiner ceux-ci avec une bonne rentabilité, de manière à promouvoir la prospérité générale de notre culture et à accélérer le développement des industries culturelles. La philosophie, les sciences sociales, la presse et l’édition, la radiodiffusion, le cinéma et la télévision, ainsi que la littérature et les arts seront développés. Les travaux seront intensifiés pour réaliser les projets culturels publics d’importance prioritaire, les réseaux de services culturels publics seront perfectionnés et leur performance améliorée. Nous encouragerons la fusion des sciences et des techniques avec la culture, développerons de nouvelles formes des industries culturelles, élargirons leurs dimensions et élèverons leur degré d’intensification comme leur niveau de spécialisation. Nous mettrons en place et développerons un système moderne de diffusion culturelle et étendrons sa couverture. Nous accroîtrons la vitalité des établissements culturels publics, améliorerons le système de la personne morale des établissements culturels à but lucratif, et ferons prospérer le marché culturel. Nous élargirons l’ouverture du domaine culturel et assimilerons sans réticence les acquis culturels étrangers de qualité afin de les utiliser comme référence ou source d’inspiration. Nous créerons un environnement favorable à l’apparition massive de talents culturels de haut niveau et les aiderons à s’épanouir dans de saines conditions. Nous veillerons à favoriser l’émergence d’un contingent de célébrités et de maîtres dans le domaine culturel et d’une légion de personnalités représentatives de la culture nationale. Nous rendrons hommage aux travailleurs culturels qui auront apporté des contributions remarquables.

Nous maintiendrons fermement l’orientation à suivre par la culture socialiste avancée, et ferons prendre à la population une haute conscience et une grande confiance en soi sur le plan culturel, appelant ainsi la nation à marcher à pas de géant vers l’objectif grandiose que nous nous sommes fixé : édification d’une puissance culturelle socialiste.

VII. Renforcer l’édification sociale tout en améliorant le bien-être de la population et en introduisant des innovations dans la gestion de la société

Renforcer l’édification sociale est une garantie majeure de l’harmonie et de la stabilité de notre société. Il faut, en attachant la plus grande importance à la sauvegarde des intérêts fondamentaux de l’immense majorité de la population, accélérer le raffermissement du système de services publics de base, renforcer et innover la gestion sociale, de manière à promouvoir l’édification d’une société harmonieuse socialiste.

Pour renforcer l’édification sociale, il faut accorder la priorité à la protection et à l’amélioration du bien-être de la population. Étant donné que l’amélioration du niveau de vie matérielle et culturelle de la population est un objectif fondamental de la réforme, de l’ouverture sur l’extérieur et de la modernisation socialiste, nous devons nous efforcer de procurer des avantages à la population, de dissiper ses soucis et de résoudre au mieux les questions concernant ses intérêts directs et immédiats et qui la préoccupent au plus haut point. Pour faire accéder notre peuple à une vie meilleure, nous tâcherons de réaliser continuellement de nouveaux progrès dans l’édification sociale, en sorte qu’un enseignement approprié soit dispensé à tous ceux qui désirent s’instruire, que les travailleurs soient rémunérés selon leur contribution, que des soins médicaux soient prodigués à tous les malades, que toutes les personnes âgées bénéficient d’une vie heureuse, et que tous les Chinois aient un toit pour s’abriter.

Pour renforcer l’édification sociale, il faut accélérer la réforme du système social. Nous devons, dans le cadre de la mise en place d’un système de gestion sociale marquée aux couleurs du socialisme à la chinoise, accélérer la formation d’un système combinant la direction par les comités du Parti, les responsabilités des gouvernements, la collaboration sociale, la participation du public et la garantie de la loi. Dans ce sens, nous devons accélérer la mise sur pied d’un système durable de services publics fondamentaux, placé sous la direction du gouvernement et couvrant tant les régions urbaines que rurales. Nous avons aussi à accélérer la création d’un système d’organisation sociale moderne qui fonctionnera de manière autonome en vertu de la loi, et où les rôles du gouvernement et des organisations sociales seront dissociés, les droits et responsabilités respectifs de chaque partie seront clairement définis. Par ailleurs, nous avons à accélérer la mise en place d’un mécanisme de gestion sociale combinant le traitement de litiges à la source, une gestion dynamique et des capacités d’intervention rapide en cas d’accidents.

1) Nous efforcer de donner toute satisfaction au peuple en matière d’éducation. L’éducation constitue le socle du renouveau de la nation chinoise et de son progrès social. Nous devons accorder toujours la priorité au développement de l’éducation, appliquer intégralement la politique du Parti dans ce domaine, continuer à mettre l’éducation au service du peuple et de la modernisation socialiste, et prendre pour tâche fondamentale de cultiver le sens moral au cours même de la formation de compétences. C’est ainsi que nous serons en mesure de former des bâtisseurs et des continuateurs du socialisme pleinement épanouis sur les plans moral, intellectuel, physique et esthétique. Il nous faut par conséquent développer sur toute la ligne une éducation orientée vers l’épanouissement général de l’individu et approfondir la réforme intégrale menée dans le domaine éducatif. Nous nous efforcerons d’améliorer la qualité de l’enseignement en veillant à cultiver le sens des responsabilités sociales, l’esprit d’innovation et les capacités pratiques chez les élèves. Nous avons à renforcer l’enseignement préscolaire, à favoriser un développement équilibré de l’enseignement obligatoire de neuf ans, à généraliser l’enseignement secondaire du second cycle, à accélérer le développement de l’enseignement professionnel moderne, à encourager un développement intensif de l’enseignement supérieur, à développer activement la formation continue ainsi qu’à perfectionner le système d’enseignement permanent, tout cela afin de mettre en place une société orientée vers l’étude à vie. En même temps, nous nous attacherons à promouvoir l’équité dans l’éducation, à répartir judicieusement les ressources éducatives tout en privilégiant les régions rurales, reculées et pauvres ainsi que celles peuplées d’ethnies minoritaires. L’enseignement spécial sera soutenu. Il faut accroître l’aide financière aux élèves issus de familles démunies, aider les enfants des migrants ruraux à bénéficier d’un égal accès à l’enseignement dans les villes où travaillent leurs parents, de manière à ce que tous nos enfants acquièrent des compétences au service de la société. Par ailleurs, il faut encourager et guider les investissements non publics dans le secteur éducatif. Nous nous attacherons enfin à renforcer la formation de contingents d’enseignants en veillant à élever leur niveau de conscience et leurs aptitudes professionnelles, et à exalter leur sens de l’honneur et des responsabilités dans leur métier de transmission du savoir et de formation morale.

2) Promouvoir l’accès à des emplois de meilleure qualité. L’emploi est à la base du bien-être du peuple. Nous devons appliquer le principe dit « la recherche personnelle d’un emploi, la régulation par le marché, la promotion par le gouvernement et l’incitation à la création d’entreprises », et suivre fidèlement la stratégie donnant la priorité à l’emploi et une politique plus dynamique dans ce domaine. À cet effet, il faut aider les gens à se débarrasser de leurs préjugés concernant le choix d’un emploi, encourager la création d’emplois par divers canaux et moyens, et stimuler l’emploi par la création d’entreprises. Il faut également favoriser l’embauche des jeunes gens, notamment des nouveaux diplômés universitaires, des travailleurs migrants ayant quitté leur terre, des urbains ayant des difficultés d’accès au marché de l’emploi, ainsi que des militaires démobilisés. Afin d’augmenter la stabilité de l’emploi, nous devons renforcer la formation professionnelle, améliorer les aptitudes à l’emploi des travailleurs et leur capacité à fonder leurs propres entreprises. Il faut améliorer le marché des ressources humaines, perfectionner le système de services liés à l’emploi et conforter le rôle de l’assurance chômage dans la promotion de l’emploi. Pour développer des relations de travail harmonieuses, nous devons parachever le système des normes de travail et les mécanismes de coordination des rapports de travail, intensifier l’inspection du travail et renforcer les services de conciliation et d’arbitrage des litiges.

3) Chercher par tous les moyens à augmenter les revenus des habitants. Pour que le peuple puisse bénéficier des fruits du développement, il est indispensable d’approfondir la réforme du système de répartition des revenus. Pour ce faire, nous nous efforcerons de synchroniser le développement économique avec la croissance des revenus de la population et l’amélioration de la productivité avec l’augmentation de la rémunération du travail ; nous accroîtrons la part des revenus des ménages dans la répartition du revenu national et le poids que représente la rémunération du travail dans la répartition primaire. Nous devons assurer à la fois le rendement et l’équité dans la distribution primaire comme dans la redistribution des revenus en veillant à une parfaite équité en ce qui concerne cette dernière. Il faut perfectionner le mécanisme de distribution primaire selon l’importance de l’apport en travail, en capital, en technique, en gestion et en d’autres facteurs de production ; il importera d’accélérer l’amélioration du régime de régulation de la redistribution des revenus en recourant principalement aux moyens de la fiscalité, de la protection sociale et des transferts de paiements. Nous devons poursuivre en profondeur la réforme du système salarial dans les entreprises, les organismes d’État et les institutions publiques, et encourager les entreprises à introduire le système de consultations salariales, de manière à protéger les revenus du travail. Il faut aussi, par de multiples canaux, augmenter les revenus provenant de la propriété des habitants. En remettant de l’ordre dans la distribution des revenus, nous veillerons à protéger les revenus légitimes, à augmenter les revenus bas, à réajuster les revenus excessivement élevés et à interdire les revenus illicites.

4) Poursuivre de façon planifiée la mise en place d’un système de protection sociale couvrant aussi bien les citadins que les ruraux. La protection sociale constitue un système fondamental destiné à garantir les conditions de vie de la population et à réguler la redistribution sociale. Fidèles au principe dit « couverture entière, minimum vital garanti, protection à multiples niveaux et durabilité assurée », nous mettrons l’accent sur l’amélioration de l’équité, l’adaptation optimale à la mobilité de la population et le renforcement du caractère durable de la politique en la matière, de manière à mettre en place un système de protection sociale au bénéfice des habitants urbains et ruraux. Il faut réformer et parfaire le régime d’assurances sociales couvrant les entreprises, les organismes d’État et les institutions publiques. Nous regrouperons le régime d’assurance vieillesse de base et celui d’assurance maladie de base pour les habitants des villes et des campagnes ; nous créerons progressivement des comptes individuels d’assurance vieillesse régulièrement alimentés ; nous avons à réaliser la planification à l’échelle nationale des pensions de vieillesse de base ; et nous établirons un mécanisme de fixation des normes de la protection sociale et un mécanisme permettant de réajuster régulièrement les pensions en tenant compte des personnes de toutes les catégories. Tout en cherchant à multiplier les sources de financement des caisses de protection sociale, nous veillerons à mettre en place un système d’investissement et de fonctionnement concernant ces fonds, afin d’en assurer la sécurité, la préservation et la revalorisation. Nous devons améliorer le système d’assistance sociale, perfectionner le système de bien-être social, soutenir le développement des œuvres caritatives, accorder des traitements de faveur aux militaires invalides et des pensions spéciales aux familles de militaires morts en service commandé, et assurer la réinsertion sociale des combattants démobilisés. Un système de logement ayant recours à la fois au marché et à la garantie du gouvernement sera mis en place. Il faut renforcer la construction et la gestion des logements sociaux, afin de satisfaire aux besoins fondamentaux des familles démunies sur le plan du logement. Il faut maintenir l’égalité des sexes en tant que politique fondamentale de l’État et protéger les droits et intérêts légitimes des femmes et des enfants. Pour faire face au vieillissement de la population, nous développerons énergiquement l’œuvre et l’industrie des services au profit des personnes âgées. Nous améliorerons le système de protection sociale et de services destinés aux personnes handicapées, de manière à protéger effectivement leurs droits et intérêts. Nous devons enfin perfectionner le système de gestion des organes chargés des services de protection sociale et mettre en place un réseau de services plus rapides et plus commodes.

5) Améliorer la constitution physique de la population. La bonne santé est une nécessité absolue pour favoriser l’épanouissement intégral de la personne. En persévérant dans nos efforts visant à servir la santé du peuple, nous continuerons à mettre l’accent sur la prévention, à accorder la priorité aux régions rurales et à donner une importance égale à la médecine traditionnelle chinoise et à la médecine occidentale. Conformément aux exigences de garantir les services médicaux et sanitaires fondamentaux, de renforcer les établissements à la base et de mettre en place des mécanismes nécessaires, nous poursuivrons en priorité la réforme générale concernant la protection médicale, les services médicaux, la santé publique, l’approvisionnement en produits pharmaceutiques ainsi que le système de supervision et de gestion dans ces domaines. Il faut améliorer la politique en matière de santé publique en offrant aux habitants urbains et ruraux des services médicaux fondamentaux et des soins d’hygiène fiables, efficaces, commodes et peu onéreux. Il importera de perfectionner le système d’assurance maladie censé couvrir toute la population, de mettre en place un programme de protection et d’assistance aux démunis en cas de maladies graves, et d’améliorer le mécanisme d’intervention rapide en cas d’incidents ayant un impact sur la santé publique et celui de prévention et de contrôle des maladies graves. Le système d’emploi prioritaire des médicaments de base sera consolidé. Il faut améliorer le réseau rural de services médicaux et sanitaires sur trois échelons [district, canton et village] et le système de services sanitaires urbains de proximité. Il faut approfondir la réforme des hôpitaux publics et encourager les capitaux non publics à participer à la création d’établissements médicaux. Il faut aider au développement de la médecine et de la pharmacologie traditionnelles chinoises ainsi que de celles propres à nos ethnies minoritaires. Il importera aussi d’améliorer les compétences du personnel médical et sanitaire tout en renforçant sa formation sur le plan éthique. Nous nous efforcerons de réformer et de parfaire le système et les mécanismes de contrôle sur la fiabilité des produits alimentaires et pharmaceutiques. Soucieux de renforcer la santé physique et morale de la population, nous déploierons des campagnes patriotiques en faveur de l’hygiène. Nous maintiendrons la planification familiale en tant que politique fondamentale de l’État ; nous améliorerons la santé des nouveau-nés ; et en affinant notre politique démographique, nous nous attacherons à équilibrer la croissance démographique sur une longue durée.

6) Renforcer et innover la gestion sociale. Afin d’accentuer le caractère scientifique de la gestion sociale, nous devons intensifier, dans ce domaine, les travaux de législation, les créations d’institutions et de mécanismes, l’amélioration de l’efficacité, la formation de compétences et les applications de l’informatique. Aussi devons-nous améliorer les modes de prestation de services publics par les gouvernements, renforcer la mise en place d’un système de gestion sociale et de services publics aux échelons de base et accroître les services de proximité dans les villes comme dans les campagnes. Nous devons intensifier les attributions des entreprises, des établissements d’intérêt public et des organisations populaires dans la gestion sociale et les services publics, inciter les organisations sociales à se développer de manière saine et ordonnée, et mettre pleinement en valeur le rôle fondamental que les masses populaires ont à jouer dans la gestion sociale. Il faut améliorer et innover la gestion et les services concernant la population flottante et les communautés spécifiques. Nous devons régler correctement les incohérences au sein de la population et parachever les mécanismes de sauvegarde des droits et intérêts de celle-ci sous la direction du Parti et du gouvernement. Nous devons également perfectionner le système de présentation de plaintes orales ou écrites, améliorer le système de coordination étroite entre les médiations populaire, administrative et judiciaire, élargir et régulariser les voies permettant aux masses d’exprimer plus facilement leurs postulations, de concilier les intérêts divergents et de protéger plus efficacement les droits et les intérêts de tous. Par ailleurs, il faut perfectionner les mécanismes d’évaluation des risques que des décisions importantes pourraient entraîner sur la stabilité sociale. Pour freiner la multiplication des accidents graves, nous veillerons à intensifier le système de sécurité publique et la construction d’infrastructures en faveur de la sécurité au travail dans les entreprises. Il faut affermir et améliorer l’autorité du Parti sur la police et les organes judiciaires, et renforcer la formation dans ces domaines d’un corps compétent, capable d’assumer pleinement ses obligations et ses responsabilités dans la construction et la défense du socialisme à la chinoise. Afin d’assurer la sécurité des personnes et des biens de la population, nous devons établir de manière approfondie une situation de paix dans la société, améliorer notre système multidimensionnel de prévention et de contrôle concernant la sécurité publique, renforcer la garantie fondamentale en matière d’équipement du corps judiciaire, prévenir et sanctionner, conformément à la loi, les délits et crimes. Enfin, pour préserver la sûreté de l’État, obligation nous est faite de perfectionner la stratégie et les mécanismes de travail dans ce domaine, de rester particulièrement vigilants et de nous prémunir contre tout acte de division, d’infiltration et de subversion perpétré par les forces hostiles.

Dès lors que tout le Parti et tout le peuple se mobilisent, nous parviendrons à créer une situation dynamique où chacun contribuera à la construction d’une société harmonieuse profitable à tous.

VIII.Promouvoir Énergiquement le développement d’une civilisation écologique

Le développement d’une civilisation écologique constitue un projet à long terme dont dépendent le bonheur de la population et l’avenir de la nation chinoise. Face à une situation difficile – où les contraintes des ressources naturelles se durcissent, la pollution de l’environnement s’aggrave et l’écosystème se détériore –, nous devons inculquer au peuple entier les notions d’une civilisation écologique préconisant de respecter la nature, de s’adapter à ses exigences et de la préserver. En accordant une attention particulière au développement d’une civilisation écologique, nous ferons en sorte que celui-ci fasse partie intégrante des programmes de l’édification du pays sur les plans économique, politique, culturel et social. Nous nous efforcerons ainsi de construire une Chine magnifique et de réaliser un développement perpétuel de la nation chinoise.

En maintenant la politique fondamentale nationale relative aux économies de ressources et à la protection de l’environnement, et le principe recommandant d’accorder, dans l’application de cette politique, la priorité à la régénération des écosystèmes, nous nous attacherons à promouvoir un développement « vert », de recyclage et à bas carbone. Nous verrons se former alors une configuration de l’espace, une structure industrielle, un mode de production et de vie favorables aux économies de ressources et à la protection de l’environnement, ce qui nous permettra de renverser à la source la tendance à la dégradation des écosystèmes ; c’est ainsi que nous serons en mesure de créer de meilleures conditions de production et de vie à l’ensemble de notre population, et d’apporter une contribution à la préservation de la sécurité écologique planétaire.

1) Optimiser l’aménagement du territoire. Le territoire national étant le cadre du développement de la civilisation écologique, nous devons attacher un grand prix à chaque pouce de terrain. Conformément au principe recommandant d’équilibrer la croissance démographique, les ressources naturelles et l’environnement, ainsi que de coordonner la rentabilité économique, la recherche d’effets sociaux positifs et l’efficience écologique, nous veillerons au contrôle de l’intensité de l’aménagement du territoire et au réajustement de ses structures. Nous travaillerons à ce que le domaine de la production soit à la fois intensif et hautement rentable, que l’habitat soit agréable et adéquat, et que l’on trouve partout dans la nature des paysages pittoresques. C’est ainsi que nous parviendrons à offrir plus de possibilités de rétablir la nature, à réserver pour l’agriculture plus de terres cultivables et à laisser aux générations futures un foyer idéal où régneront un ciel pur, de la verdure et des eaux limpides. Par ailleurs, nous devons accélérer l’application de la stratégie des régions à fonctions spécifiques et encourager ces régions à se développer en se conformant strictement à leurs fonctions, de manière à établir une configuration rationnelle et scientifique en ce qui concerne l’urbanisation, le développement agricole et la sécurité écologique. Nous veillerons aussi, dans le domaine maritime, à élever notre capacité d’exploitation des ressources, à développer l’économie et à protéger l’environnement écologique tout en sauvegardant fermement les droits et intérêts de notre État, tout cela afin d’accroître la puissance nationale en la matière.

2) Promouvoir sur tous les plans les économies de ressources. Les économies de ressources constituent le moyen fondamental pour la protection de l’environnement. Ainsi, nous devons utiliser les ressources de façon à la fois économe et intensive, encourager un changement radical du mode d’utilisation, renforcer la gestion des économies de ressources durant tout le processus en veillant à réduire dans de fortes proportions la consommation de ressources telles que l’énergie, l’eau et la terre, et à élever le rendement et l’efficience de leur utilisation. Tout en donnant une impulsion à la révolution sur le plan de la production et de la consommation d’énergie, nous nous efforcerons de contrôler le volume global de la consommation énergétique, de renforcer les économies d’énergie et d’autres ressources, de soutenir le développement de l’industrie économe d’énergie et à bas carbone ainsi que celui des énergies nouvelles et renouvelables, de manière à assurer la sécurité énergétique de l’État. Afin d’édifier une société à faible consommation d’eau, nous devons renforcer la protection des sources d’eau potable et le contrôle du volume global de la consommation d’eau, et favoriser le recyclage des eaux usées. En outre, il faut préserver les terres arables de base – c’est là une limite à ne pas franchir – et restreindre sévèrement l’usage des terres mises en exploitation. Il faut renforcer la prospection, la protection et l’exploitation rationnelle des ressources minières. Il faut enfin développer l’économie circulaire tout en réduisant la consommation de ressources naturelles et l’accumulation des déchets et en favorisant la réutilisation et le recyclage dans les maillons de la production, de la circulation et de la consommation.

3) Renforcer la préservation des écosystèmes et la protection de l’environnement. Un bon état écologique constitue le fondement même du développement durable de l’homme et de la société. C’est la raison pour laquelle il importe d’appliquer les projets importants de restauration des écosystèmes, d’améliorer notre capacité de production de produits verts, de lutter contre la désertification, l’extension des déserts de pierres et la perte des eaux et du sol, d’augmenter la superficie des forêts, des lacs et des terres humides, et de sauvegarder la biodiversité. En accélérant la construction d’ouvrages hydrauliques, nous veillerons à accroître la capacité de nos villes et campagnes à prévenir les inondations, à lutter contre la sécheresse et à évacuer les eaux stagnantes. En renforçant la mise en place d’un système de prévention et de réduction des calamités naturelles, nous tâcherons d’améliorer nos capacités de prévention des catastrophes climatiques, géologiques et sismiques. Fidèles au principe selon lequel la prévention est primordiale et l’aménagement intégral indispensable, nous chercherons à intensifier la lutte contre la pollution de l’eau, de l’air et du sol en mettant l’accent sur la résolution des problèmes criants et nuisibles à la santé de la population. Suivant le principe de responsabilité commune mais différenciée, d’équité et de contribution selon la capacité respective, nous unirons nos efforts à ceux de la communauté internationale pour répondre activement aux changements climatiques planétaires.

4) Renforcer l’édification institutionnelle pour développer une civilisation écologique. La protection de l’environnement doit recourir à des moyens institutionnels. Il est nécessaire d’incorporer dans le système d’évaluation du développement socioéconomique les indices tels que la consommation de ressources, les dommages causés à l’environnement et l’efficience écologique, et de définir des objectifs à atteindre, des méthodes d’évaluation ainsi que des mécanismes de récompenses et de sanctions qui traduisent les exigences de la civilisation écologique. Nous devrons mettre en place un système d’exploitation et de protection du territoire, perfectionner et appliquer de la façon la plus stricte les mesures concernant la protection des terres arables, la gestion des ressources en eau et la préservation de l’environnement. Il nous faudra, en approfondissant la réforme de la tarification et de l’imposition des produits à base de ressources naturelles, mettre en place un système d’utilisation payante des ressources qui reflète le rapport de l’offre et de la demande, le degré de rareté des ressources utilisées et les valeurs écologiques, et créer un mécanisme de compensation au profit des générations futures sur le plan écologique. Il faudra mener activement des essais sur l’échange de quotas d’économies d’énergie, de droits d’émission de CO2 et de matières polluantes ainsi que de droits d’utilisation de l’eau. Nous nous appliquerons à renforcer la surveillance de l’environnement et à perfectionner le système de recours en responsabilité en matière de protection de l’environnement de même que le système d’indemnisation pour les dommages à l’environnement. Nous devrons promouvoir la sensibilisation de toute la population à la civilisation écologique, de manière à rendre celle-là plus consciente de la nécessité d’économiser l’énergie et d’autres ressources, de protéger l’environnement et de préserver l’équilibre écologique, et à instaurer au sein de la société des mœurs qui incitent à une consommation raisonnable et à la protection de l’environnement.

En veillant à chérir la nature en toute connaissance de cause et à prendre une part plus active à la protection des écosystèmes, nous nous efforcerons de passer à une nouvelle ère de développement d’une civilisation écologique socialiste.

IX. Accélérer la modernisation de la défense nationale et des forces armées

Bâtir une défense nationale solide et une puissante armée qui correspondent à la position de la Chine sur le plan international et qui soient conformes aux intérêts liés à la sécurité et au développement de l’État constitue une tâche d’importance stratégique dans le contexte de notre œuvre de modernisation. Notre pays doit faire face à une combinaison de problèmes de sécurité en matière d’existence et de développement, et à un entrecroisement de menaces pour sa sécurité, qu’elles soient de type traditionnel ou non, ce qui exige de notre défense nationale et de nos forces armées qu’elles accomplissent un énorme progrès dans le domaine de la modernisation. Nous devrons, en nous guidant sur les besoins de la sûreté vitale de l’État, en coordonnant le développement de l’économie et de la défense nationale et en nous conformant au concept stratégique visant à réaliser en trois étapes la modernisation de celle-ci et de l’armée, tâcher de réaliser au plus tôt la double mission historique de la mécanisation et de l’informatisation. Concrètement, nous chercherons à accomplir pour l’essentiel la mécanisation et à enregistrer un développement vigoureux dans l’informatisation vers 2020.

La modernisation de la défense nationale et des forces armées devra être guidée par la pensée militaire de Mao Zedong, les conceptions de Deng Xiaoping en matière de développement de l’armée pour la nouvelle période, les idées de Jiang Zemin concernant l’édification de la défense nationale et de l’armée, ainsi que les autres idées élaborées par le Parti sur le même thème et adaptées à une nouvelle conjoncture. Pour que nos forces armées puissent répondre aux nouvelles exigences de la stratégie de développement du pays et de celle de sécurité de l’État et remplir toutes les missions historiques qui leur sont dévolues dans cette nouvelle étape du XXIe siècle, nous veillerons à appliquer les principes de la stratégie militaire de défense active conçue pour la nouvelle période historique. Dans cette optique, nous veillerons à faire en sorte que nos orientations stratégiques militaires s’adaptent à la marche du temps, tout en prêtant une attention particulière aux sécurités maritime, spatiale et cyberspatiale ; nous élaborerons de nouveaux plans stratégiques d’utilisation de nos forces militaires en temps de paix ; nous étendrons et intensifierons sans cesse les préparatifs de combat ; et nous élèverons la capacité de nos forces armées à diversifier leurs compétences en développant prioritairement leur faculté de gagner des guerres locales où l’informatique joue un rôle important.

Nous continuerons à renforcer globalement la modernisation et la conformité aux normes internationales de nos forces armées tout en mettant l’accent sur leur caractère révolutionnaire, en prenant pour thème central le développement scientifique de la défense nationale et de l’armée et en nous donnant comme fil conducteur l’accélération du changement du mode de formation de la force de combat. Il importera de maintenir avec détermination le contrôle absolu du Parti sur l’armée, de faire en sorte que celle-ci s’inspire toujours du système théorique du socialisme à la chinoise, de persévérer dans le développement des valeurs essentielles auxquelles les militaires révolutionnaires de notre époque doivent adhérer, et de promouvoir activement une culture militaire avancée, de manière à préserver pour toujours la nature, l’essence et le style de travail de l’armée populaire. Nous favoriserons l’accélération de l’informatisation en la considérant comme orientation immuable de la modernisation de nos forces armées. Afin de renforcer la capacité des systèmes de combat de nos troupes sur la base du système informatique, il nous faudra promouvoir le développement des armements de hautes et nouvelles technologies, accélérer la modernisation des services logistiques, former un grand nombre de militaires de type nouveau et hautement qualifiés, et intensifier les entraînements militaires en les adaptant à l’ère de l’informatique. Nous nous attacherons à gérer l’armée en vertu de la loi et avec la plus grande rigueur, et à réaliser des progrès dans sa mise en conformité avec les normes internationales.

En suivant de près le progrès accéléré de la nouvelle révolution militaire dans le monde, nous mènerons avec un zèle avisé la réforme de la défense nationale et de l’armée, et favoriserons ainsi l’approfondissement de la transformation militaire à la chinoise. Tout en continuant à faire valoir le rôle de guide joué par l’innovation et le développement de la théorie militaire, nous nous efforcerons d’améliorer notre capacité d’innovation dans le domaine des sciences, technologies et industries liées à la défense nationale, de poursuivre en profondeur la modernisation des formes d’organisation de l’armée, et de mettre en place un système des forces militaires modernes à la chinoise.

En suivant la voie d’un développement militaire à la chinoise qui tient compte des besoins civils et en veillant à réaliser une parfaite unité entre la prospérité de l’État et la puissance de l’armée, nous nous emploierons à parachever les programmes stratégiques, les institutions, les structures et les règlements en faveur d’un développement militaire tenant compte des besoins civils. Nous accélérerons la modernisation de la police armée. Nous veillerons à sensibiliser davantage le peuple entier à l’importance de la défense nationale, améliorerons les moyens de mobilisation dans ce domaine et les performances de nos forces de réserve, et contribuerons à la consolidation et au développement de l’unité de l’armée avec le gouvernement et la population.

Fidèle à une politique défensive dans le domaine de la défense nationale, la Chine renforce celle-ci dans le seul but de sauvegarder sa souveraineté, sa sécurité et son intégrité territoriale, et d’assurer la paix et le développement du pays. Étant toujours une force sûre pour la sauvegarde de la paix mondiale, l’armée chinoise continuera à développer la coopération avec les armées des autres pays, à renforcer la confiance militaire mutuelle et à jouer un rôle positif dans les domaines de la politique et de la sécurité internationales en prenant part aux affaires relatives aux sécurités régionale et internationale.

X. ENRICHIR La pratique du principe d’« un pays, deux SYSTÈMES » et FAIRE PROGRESSER la RÉUNIFICATION de la patrie

Depuis leur retour dans le giron de la patrie, Hong Kong et Macao se sont engagés sur une large voie vers la complémentarité et le développement commun avec la partie continentale, si bien que la pratique d’« un pays, deux systèmes » a inscrit à son actif des réalisations dont l’importance est reconnue dans le monde entier. Les principes et mesures politiques appliqués par le gouvernement central à Hong Kong et à Macao ont pour but fondamental non seulement de sauvegarder la souveraineté, la sécurité et les intérêts du développement du pays, mais aussi de maintenir la prospérité et la stabilité à long terme de ces deux régions. Nous devrons appliquer intégralement et correctement les principes dits « un pays, deux systèmes », « administration de Hong Kong par les Hongkongais », « administration de Macao par les Macanais » et faire bénéficier les populations des deux régions d’un haut degré d’autonomie. Il faudra combiner de façon cohérente le maintien du principe d’un seul pays avec le respect des différences entre les deux systèmes, associer étroitement la préservation du pouvoir central à la protection d’une très large autonomie des régions administratives spéciales, et allier harmonieusement le renforcement du rôle d’appui solide joué par la partie continentale à l’amélioration de la compétitivité propre de Hong Kong et de Macao. Les deux éléments de chacune de ces combinaisons devront être considérés comme un tout indissociable et aucun d’eux ne saurait être négligé à aucun moment.

Le gouvernement central respectera scrupuleusement les lois fondamentales qui régissent les régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao tout en améliorant les systèmes et mécanismes liés à l’application de ces lois. Il soutiendra fermement les exécutifs de ces régions ainsi que leurs chefs dans leurs obligations d’exercer le pouvoir en vertu de leur loi fondamentale respective ; il conduira les personnalités de tous les milieux de Hong Kong et de Macao dans leurs efforts en vue d’assurer prioritairement le développement économique, d’améliorer effectivement la vie des habitants, de faire progresser par étapes la démocratie et de favoriser l’harmonie dans un esprit de tolérance et d’entière solidarité ; il œuvrera pour l’approfondissement des relations économiques et commerciales ainsi que la promotion des échanges et de la coopération dans tous les domaines entre la partie continentale et ces deux régions ; il incitera nos compatriotes de Hong Kong et de Macao à s’unir sous la bannière de l’attachement à la patrie et à leur région ; et il préviendra et endiguera l’immixtion de forces étrangères dans les affaires de ces deux régions.

Nous sommes convaincus que nos compatriotes de Hong Kong et de Macao ont non seulement la sagesse, la compétence et les moyens nécessaires pour administrer et édifier leur région de façon satisfaisante, mais pourront aussi jouer un rôle actif dans la gestion des affaires de l’État et partager, au sein de notre peuple multiethnique, la dignité et l’honneur d’être citoyen chinois.

Le règlement de la question de Taiwan et la réunification complète de la patrie constituent un processus historique irrésistible. La réunification pacifique répond le mieux aux intérêts fondamentaux de la nation chinoise, dont nos compatriotes de Taiwan. Pour y arriver, il faudra avant tout assurer le développement pacifique des relations entre les deux rives du détroit de Taiwan. Nous devrons rester fidèles au principe de « réunification pacifique ; un pays, deux systèmes » et à la Proposition en huit points visant à développer les relations entre les deux rives et à favoriser la réunification pacifique de la patrie, et appliquer sur toute la ligne la pensée importante du développement pacifique des relations entre les deux rives. À cet effet, il faudra consolider et approfondir les bases politique, économique, culturelle et sociale en faveur de la réalisation de cette pensée, de manière à créer des conditions plus mûres pour la réunification pacifique de la patrie.

Nous resterons attachés au principe d’une seule Chine. Le fait que les deux rives du détroit fassent partie d’une Chine unique n’a jamais été modifié, bien que les deux parties ne soient pas encore réunifiées. Le territoire et la souveraineté de la Chine n’ont jamais été divisés et ne toléreront pas la division. Les deux parties devront se conformer strictement à leurs positions communes, en s’opposant aux activités de sécession visant à l’« indépendance de Taiwan » et en respectant toujours le « Consensus de 1992 », et approfondir la compréhension commune de la nécessité de préserver le cadre d’une seule Chine. C’est sur ces bases-là qu’elles parviendront à trouver des terrains d’entente en laissant de côté les divergences. Nous sommes disposés à dialoguer avec tout parti politique de Taiwan, et à procéder à des échanges et à la coopération pourvu qu’il ne soit pas partisan de l’« indépendance de Taiwan » et qu’il reconnaisse l’unicité de la Chine.

Nous continuerons à favoriser les échanges et la coopération entre les deux rives. Dans cette optique, nous intensifierons la coopération économique pour développer pleinement les intérêts communs ; nous élargirons les échanges culturels en vue de renforcer l’identification nationale ; nous multiplierons les contacts personnels afin de promouvoir une entente parfaite entre nos compatriotes ; et nous contribuerons à des consultations d’égal à égal en renforçant l’édification institutionnelle dans ce domaine. Nous espérons que les deux parties pourront explorer, grâce à leurs efforts conjugués et dans le contexte où le pays n’est pas encore réunifié, de nouveaux modes de relation politique entre les deux rives pour prendre des dispositions justes et raisonnables, qu’elles sauront engager des négociations sur la mise en place de mécanismes de confiance mutuelle en matière de sécurité militaire afin de stabiliser la situation dans le détroit de Taiwan, et qu’elles parviendront à conclure un accord de paix à travers des consultations et à ouvrir ainsi de nouvelles perspectives pour le développement pacifique de leurs relations.

Nous tâcherons d’inciter les populations des deux côtés à s’unir dans la même lutte. Faisant partie d’une même nation chinoise, elles constituent une communauté unie par des liens de chair et de sang et partageant un destin commun. Il va de soi qu’elles se doivent de s’entraider, de se faire confiance, de promouvoir ensemble les relations entre les deux rives et de partager les fruits du développement. Nous ne ménagerons aucun effort pour réaliser tout ce qui est profitable au bien-être commun des compatriotes des deux côtés. Nous veillerons à défendre effectivement les droits et intérêts de nos compatriotes de Taiwan, et à nous unir avec eux pour sauvegarder et rendre plus prospère le foyer commun de la nation chinoise.

Nous nous opposons résolument à toutes les tentatives séparatistes visant à l’« indépendance de Taiwan ». Le peuple chinois ne permettra à personne ni à aucune force de soustraire Taiwan à la Chine, sous quelque forme que ce soit. Portant préjudice aux intérêts communs des compatriotes des deux rives, les agissements sécessionnistes des partisans de l’« indépendance de Taiwan » sont voués à un échec total.

Pourvu que tous les descendants de la nation chinoise conjuguent leurs efforts, ils arriveront à réaliser la réunification complète de la patrie en avançant la main dans la main vers le grand renouveau de la nation.

XI. Continuer À promouvoir la noble cause de la paix et du développement de l’humanité

Dans le contexte où le monde poursuit sans cesse ses changements profonds et subtils, la paix et le développement restent les thèmes majeurs de notre époque. De nombreux facteurs, dont le développement en profondeur de la multipolarité et de la mondialisation économique, la progression continue de la diversité culturelle et de l’informatisation de la société, les nouvelles percées en cours de préparation grâce à la révolution scientifique et technique, l’extension sur tous les plans et à différents niveaux de la coopération planétaire et le renforcement de la puissance générale des pays en développement et de ceux des marchés émergents, montrent tous que le rapport des forces à l’échelle internationale évolue toujours dans un sens qui favorise la préservation de la paix mondiale, et que nous disposons de davantage de conditions propices au maintien de la stabilité globale de la conjoncture internationale.

Dans le même temps, il nous faut être conscients que la paix est loin de régner sur le monde, cela parce que la crise financière internationale ne semble pas prête à stopper ses répercussions prolongées, que les facteurs incertains et instables de la croissance de l’économie mondiale se multiplient, que le déséquilibre du développement mondial s’accentue, que l’hégémonisme, la politique du plus fort et le néo-interventionnisme se font de plus en plus sentir par leur présence, que des agitations locales se succèdent, et que des problèmes d’ordre international en matière de sécurité alimentaire, de sûreté des ressources énergétiques et naturelles, et de l’Internet deviennent plus patents.

L’humanité ne dispose que d’une planète et les différents pays doivent vivre dans le même monde. L’histoire nous enseigne que la politique du plus fort ne favorise pas la coexistence de l’humanité, et que le bellicisme n’est bon qu’à apporter malheur dans notre monde. Les différents peuples du monde n’ont qu’un seul et même souhait, celui d’opter pour la paix mais non pour la guerre, de favoriser le développement mais non la pauvreté, de promouvoir la coopération mais non l’affrontement, et de construire un monde harmonieux où règnent une paix durable et une prospérité commune.

En ce qui concerne les relations internationales, nous préconisons de faire valoir l’esprit qui favorise l’égalité et la confiance mutuelle, qui encourage l’inclusivité et la complémentarité, et qui concourt à une coopération procurant des bénéfices réciproques, et de faire en sorte que tous participent au maintien de l’équité et de la justice internationales. Par l’égalité et la confiance mutuelle, nous entendons l’attachement aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations unies, le maintien de l’égalité entre tous les pays, qu’ils soient grands ou petits, puissants ou faibles, riches ou pauvres, la promotion de la démocratie dans les relations internationales, le respect de la souveraineté, le partage de la sécurité et le maintien de la paix et de la stabilité mondiales. Par l’inclusivité et la complémentarité, nous voulons dire le respect de la diversité culturelle et de celle des voies de développement, le respect et la préservation du droit des différents peuples de choisir leur régime social et leur chemin de développement, l’encouragement à la complémentarité mutuelle et la promotion du progrès de la civilisation humaine. Par la coopération procurant des bénéfices réciproques, nous préconisons l’adoption d’une conscience de communauté en ce qui concerne le sort humain – à savoir qu’il faut tenir compte des intérêts rationnels des autres pays dans la recherche des intérêts nationaux et veiller au développement commun de l’ensemble des nations tout en œuvrant au développement national –, la mise en place d’un nouveau type de relations internationales de partenariat de développement qui soient plus équitables et harmonieuses, la valorisation de l’esprit de solidarité et de partage des droits et responsabilités et, enfin, le renforcement des intérêts communs de l’humanité.

La Chine continuera à lever haut l’étendard de la paix, du développement, de la coopération et des bénéfices réciproques et à œuvrer avec fermeté au maintien de la paix mondiale et à la promotion du développement commun.

La Chine sera toujours animée par la détermination inébranlable de poursuivre la voie du développement pacifique et d’appliquer la politique extérieure d’indépendance et de paix. Pour ce faire, nous sauvegarderons fermement la souveraineté et la sécurité de notre pays, ainsi que les intérêts de son développement, et nous ne céderons à aucune pression extérieure. Nous continuerons à déterminer notre position et nos politiques en faisant la distinction dans le cours des événements entre ce qui est juste et ce qui est erroné, ainsi qu’à défendre le principe d’équité et de justice dans les affaires internationales. Se prononçant pour un règlement pacifique des litiges et des problèmes aigus qui se posent à l’échelle mondiale, la Chine s’opposera à la pratique consistant à recourir à la force sous le moindre prétexte ou à menacer de le faire, à toute tentative de renverser un régime légal par la subversion, et au terrorisme de tout genre. Étant incompatible avec l’hégémonisme et la politique du plus fort sous toutes leurs formes, la Chine ne s’ingérera pas dans les affaires intérieures des autres pays, ne prétendra jamais à l’hégémonie ni ne se livrera jamais à l’expansion extérieure. En persévérant à associer les intérêts du peuple chinois aux intérêts communs des autres peuples du monde, la Chine est prête à prendre davantage d’initiatives dans la participation aux affaires internationales, à faire valoir son rôle de grand pays responsable et à faire face aux défis mondiaux conjointement avec les autres nations.

Comme par le passé, la Chine optera pour une stratégie d’ouverture procurant des bénéfices réciproques et cherchera à promouvoir une croissance à la fois énergique, durable et équilibrée de l’économie mondiale grâce au développement en profondeur de la coopération. Elle œuvrera à la réduction de l’écart entre le Nord et le Sud et soutiendra les pays en développement dans leurs efforts pour augmenter leur capacité de développement autonome. Elle cherchera à résoudre de manière adéquate et par voie de consultation les frictions commerciales tout en renforçant la coordination des politiques macroéconomiques avec les principales entités économiques du monde. Tout en insistant sur le maintien d’un équilibre entre ses droits et obligations, la Chine prendra part activement aux à la gouvernance de l’économie mondiale, promouvra la libéralisation et la facilitation des échanges commerciaux et des investissements, et s’opposera au protectionnisme sous toutes ses formes.

Sur la base des cinq principes de coexistence pacifique, la Chine développera ses relations d’amitié et de coopération sur tous les plans avec les autres pays du monde. Concrètement, nous améliorerons et développerons nos relations avec les pays développés en élargissant les créneaux de coopération et en réglant de façon appropriée les différends, de manière à mettre en place un nouveau type de relations à la fois durables, stables et saines entre les grands pays d’influence. Fidèles au principe de bon voisinage et de partenariat avec nos voisins, nous nous attacherons à la consolidation de nos relations d’amitié et au développement en profondeur de notre coopération mutuellement bénéfique, et nous ferons en sorte que notre développement profite également à nos voisins. Nous renforcerons notre solidarité et notre coopération avec la large masse des pays en voie de développement, les aiderons à préserver leurs droits et intérêts légitimes, favoriserons l’élargissement de leur représentation et de leur droit à la parole sur la scène internationale et resterons pour toujours leurs amis et partenaires dignes de foi. Nous prendrons une part active aux affaires multilatérales, encouragerons l’ONU, le G20, l’Organisation de coopération de Shanghai et les pays des Brics à jouer un rôle actif dans les affaires internationales, et ferons en sorte que l’ordre et le système internationaux évoluent vers un sens qui soit juste et rationnel. Nous travaillerons d’arrache-pied pour promouvoir la diplomatie publique et les échanges culturels et non gouvernementaux et mieux protéger les droits et intérêts légitimes de notre pays à l’étranger. Nous développerons nos relations d’amitié avec les partis ou organisations politiques des autres pays, renforcerons les échanges des assemblées populaires, des organisations de la Conférence consultative politique du peuple chinois et des collectivités locales avec leurs homologues étrangers ainsi que les échanges populaires, de manière à consolider les bases sociales du développement des relations entre États.

Épris de paix et aspirant au développement, le peuple chinois est prêt à consentir d’inlassables efforts pour promouvoir, de concert avec les autres peuples du monde, la noble cause de la paix et du développement de l’humanité.

XII. Améliorer intégralement le niveau scientifique de l’édification du Parti

Notre Parti assume les tâches ardues d’unir autour de lui le peuple chinois et de le conduire à parachever la construction in extenso de la société de moyenne aisance, à faire progresser la modernisation socialiste et à réaliser le grand renouveau de la nation chinoise. Tant que le Parti reste ferme et solide, et qu’il maintient ses liens de chair et de sang avec la population, notre État demeurera prospère et stable, notre peuple sera assuré de vivre dans le bonheur et l’aisance. Le développement de la situation, le progrès de notre cause et l’attente de notre peuple exigent de nous tous que nous fassions progresser de façon générale l’édification du Parti avec un esprit à la fois innovateur et réformateur, et que nous améliorions globalement le niveau scientifique de ce grand projet.

Tous les communistes chinois sont tenus de garder présent à l’esprit que notre Parti ne peut demeurer invincible que lorsqu’il prend racine au sein du peuple et œuvre pour le bien-être de celui-ci, et qu’il ne peut se tenir à la pointe de notre temps qu’en faisant preuve de vigilance même en temps de paix et en ayant le courage d’aller toujours de l’avant. Dans la nouvelle conjoncture qui est la nôtre, notre Parti fait face aux épreuves à la fois de l’exercice du pouvoir, de l’expérimentation de réforme et d’ouverture sur l’extérieur, de l’économie de marché et des aléas de l’environnement extérieur. Étant donné la complexité, la rudesse et la longue durée de ces épreuves, tous les membres du Parti se voient constamment exposés au danger de relâcher la vigilance, d’accuser l’insuffisance de compétence, de se couper des masses populaires, et de se laisser aller à la passivité ou à la corruption. Pour consolider son statut de parti au pouvoir et bien remplir la mission d’exercice du pouvoir qui lui est confiée, notre Parti doit impérativement résoudre au mieux les questions d’importance majeure que sont l’amélioration sans discontinuer de son niveau de direction et d’exercice du pouvoir, et l’augmentation de sa capacité de résistance face à la corruption, à la dégénérescence et aux situations dangereuses. Dans cette optique, tous les membres du Parti sont tenus de se rendre compte de l’urgence de la situation et de renforcer leurs sens des responsabilités. Ils doivent, en prenant pour fil conducteur l’augmentation de l’aptitude du Parti à exercer le pouvoir et le maintien de son caractère avancé et de la pureté de son corps, continuer à émanciper la pensée, à se lancer dans la réforme et l’innovation tout en veillant à faire en sorte que le Parti contrôle étroitement le comportement de ses membres et fasse régner une stricte discipline dans ses rangs. Bref, notre Parti doit renforcer globalement sa propre édification sur les plans idéologique, organisationnel et institutionnel, améliorer son style de travail et son aptitude à résister à la corruption, et accroître sa capacité de purification, de perfectionnement et de rénovation par soi-même, de manière à se transformer en un parti marxiste au pouvoir attaché à l’étude, au service public et à l’innovation, et à faire en sorte que le Parti demeure pour toujours le ferme noyau dirigeant de la cause du socialisme à la chinoise.

1) Affermir les idéaux et les convictions et ne jamais relâcher nos efforts pour la réalisation des aspirations spirituelles du communiste. La foi dans le marxisme et la conviction dans l’issue victorieuse du socialisme et du communisme constituent l’âme politique des communistes et un ressort spirituel permettant à ceux-ci de sortir vainqueurs des épreuves de tout genre. C’est pourquoi il importe pour notre Parti de s’attacher à sa propre formation idéologique et théorique. Concrètement, il lui faut étudier le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong et le système théorique du socialisme à la chinoise ; il lui faut aussi étudier et appliquer en profondeur le concept de développement scientifique, faire progresser l’entreprise destinée à mettre en place des organisations du Parti attachées à l’étude, et conduire les cadres et membres du Parti à affermir leur détermination d’œuvrer à la réalisation de l’idéal commun qu’est le socialisme à la chinoise. Parallèlement, nous devons, en prenant pour axe l’éducation dans l’esprit de Parti, nous consacrer à l’étude de l’histoire du Parti, de manière à mieux appréhender les expériences et leçons dont son Comité central a tiré le bilan dans ses deux résolutions sur quelques problèmes historiques du Parti, à faire valoir les remarquables tradition et style de travail du Parti, à inciter les cadres et membres du Parti à adopter une juste conception du monde, du pouvoir et de la carrière, à affermir leur position politique et à distinguer le vrai du faux devant les questions politiques majeures. Par ailleurs, nous devons mener à bien l’éducation fondamentale sur le thème de la morale civique. Il s’agit concrètement de conduire les cadres et membres du Parti à donner l’exemple dans la mise en pratique du concept socialiste de l’honneur et du déshonneur, dans le respect de l’esprit de Parti et dans leur conduite de tous les jours, à devenir des modèles de respect de la morale socialiste, des parangons de loyauté et des défenseurs de l’équité et de la justice et, enfin, à faire montre de la force de leur noble caractère par des actions réelles.

2) Continuer à tout faire pour le bien de l’homme et à exercer le pouvoir au bénéfice du peuple, et veiller constamment à maintenir des liens de chair et de sang avec les masses populaires. Ayant pour objectif fondamental de servir le peuple, notre Parti considère le fait de placer l’homme au centre de ses préoccupations et d’exercer le pouvoir au bénéfice du peuple comme la norme suprême de toutes ses activités dans l’exercice du pouvoir. Nous devrons accorder à tout moment la priorité aux intérêts du peuple, veiller constamment à rester solidaires avec lui, à partager ses aspirations et son sort, et être toujours conscients que le peuple reste la force motrice de l’histoire. Nous devrons, en fonction de l’exigence de préserver le caractère avancé du Parti et la pureté de son corps, mener en profondeur dans ses rangs une campagne d’éducation et de pratique de la ligne de masse du Parti ayant pour essence la mise en valeur de l’esprit pragmatique et de l’intégrité au profit du peuple, nous efforcer de résoudre les problèmes qui font l’objet des plus vives critiques de la part de la population, et améliorer notre aptitude à mener à bien notre action parmi les masses dans la nouvelle conjoncture. Nous perfectionnerons les réglementations incitant les cadres et membres du Parti à nouer des contacts directs avec la population. Nous continuerons à consulter la population sur la conduite des affaires publiques, à nous enquérir de ses besoins et à trouver des idées parmi elle. En un mot, nous ferons tout notre possible pour puiser dans sa grandiose pratique nos sagesse et force. Nous continuerons à favoriser par des actions concrètes l’enrichissement de la population, à œuvrer au redressement du pays grâce à un travail solide, à faire preuve d’esprit d’entreprise et de sens des responsabilités et à accomplir des tâches utiles au peuple et propres à satisfaire ses souhaits. Nous continuerons à travailler d’arrache-pied et à persévérer dans la diligence et la sobriété. Nous sommes déterminés à améliorer l’efficacité des réunions et le style des écrits. Nous adopterons des mesures énergiques pour combattre les mauvais penchants tels que la médiocrité, la paresse, le laisser-aller et le goût de luxe, et prendrons la ferme détermination de surmonter le formalisme et le bureaucratisme. Nous nous appliquerons, grâce au perfectionnement de la manière d’agir du Parti, à gagner davantage le soutien de ses membres et de la population tout entière, et à entraîner ainsi l’amélioration du style de travail des pouvoirs publics et des mœurs sociales. Nous encouragerons les organisations populaires comme le syndicat, la Ligue de la jeunesse communiste et la Fédération des femmes à jouer pleinement leur rôle de trait d’union entre le Parti et les masses populaires, à mieux se faire les interprètes des revendications de ces dernières, et à prendre l’initiative dans la défense de leurs droits et intérêts légitimes.

3) Développer énergiquement la démocratie au sein du Parti afin d’accroître la vitalité créatrice de celui-ci. La démocratie dans ses rangs, c’est la vie même du Parti. Nous devrons persister dans le centralisme démocratique, perfectionner le système démocratique au sein du Parti et contribuer à l’amélioration de la démocratie populaire grâce à la mise en place d’une véritable démocratie dans ses rangs. Nous prendrons les mesures nécessaires pour assurer le statut primordial attribué aux membres du Parti dans leurs organisations et améliorer le système permettant de garantir leurs droits démocratiques. Nous encouragerons la pratique des critiques et des autocritiques dans nos rangs et y créerons une atmosphère politique favorable à la délibération et à l’aménagement d’une excellente camaraderie basée sur l’égalité, et un cadre institutionnel propice à l’exercice des droits démocratiques en matière de contrôle. Nous garantirons aux membres du Parti l’exercice de leurs droits démocratiques à l’information, de participation, d’élection et de surveillance. Nous perfectionnerons le système des congrès du Parti en veillant particulièrement à augmenter la proportion des représentants issus des ouvriers et des paysans, et à nous assurer que les délégués aux congrès sont élus pour une durée déterminée. Des essais seront menés pour institutionnaliser la tenue annuelle de la conférence des délégués du Parti à l’échelon des cantons et des bourgs, et sera poursuivie en profondeur l’expérience pilote relative à la tenue régulière de conférences des représentants du Parti entre deux congrès au niveau des districts (ou circonscriptions administratives du même échelon). Sera appliqué le système de déposition de motion par les délégués lors de la tenue des congrès du Parti. Nous perfectionnerons le système d’élection dans le Parti en normalisant le mode sélectif tant dans l’élection que dans la présentation de candidats, de manière à former une procédure et un environnement permettant de mieux traduire la volonté des électeurs. Nous intensifierons le rôle essentiel de la session plénière du comité du Parti dans le contrôle et les prises de décisions, améliorerons la règle des délibérations et la procédure des prises de décisions au sein des comités permanents, et perfectionnerons le système de vote à bulletins lorsqu’il s’agit de décisions à prendre par les comités locaux du Parti concernant les problèmes majeurs et la nomination de dirigeants importants. Par ailleurs, des mesures seront prises pour élargir la démocratie à la base au sein du Parti, améliorer le système permettant aux membres du Parti d’évaluer régulièrement le travail des équipes dirigeantes de leurs organisations aux échelons de base, promouvoir la pratique visant à permettre aux simples membres du Parti d’assister à des réunions de leur comité de base, ainsi qu’aux délégués aux congrès du Parti d’assister à des réunions de leur comité de l’échelon correspondant. Enfin, concernant la vie interne du Parti, le respect des principes et la transparence des activités seront renforcés.

4) Approfondir la réforme du système d’administration des cadres et des personnels, afin de former un contingent de cadres hautement qualifiés pour l’exercice du pouvoir. Pour maintenir et développer le socialisme à la chinoise, il est d’une importance particulière de former un contingent de cadres chargés de la conduite des affaires publiques qui soient entreprenants, performants, politiquement sûrs, et possédant de bonnes méthodes de travail. Pour ce faire, nous nous attacherons au principe selon lequel il revient au Parti de gérer les cadres, et continuerons à nous conformer aux exigences selon lesquelles les cadres doivent être sélectionnés grâce à leurs mérites parmi des éléments venus de tous les horizons et doués d’une haute moralité et de compétences professionnelles – la priorité étant accordée à la première. Par ailleurs, nous n’oublierons pas de tenir compte des résultats qu’ils ont accomplis dans leur travail et de leur prestige auprès du public. Par l’approfondissement de la réforme de l’administration des cadres et des personnels, nous viserons à favoriser l’émergence d’éléments d’élite dans tous les secteurs et à permettre à nos cadres de faire valoir pleinement leurs compétences. En appliquant de façon générale et exacte les principes de démocratie, de transparence, de concurrence et de choix selon le mérite, nous veillerons à doter la gestion des cadres d’une démocratie plus large et d’une meilleure qualité et à perfectionner le mode de concurrence dans la sélection des cadres. Nous ferons en sorte que la crédibilité dans la sélection et l’affectation des personnels soit renforcée, que les honnêtes gens ne se trouvent pas dans une situation désavantageuse face à la concurrence, et que les arrivistes n’en tirent pas parti. Nous perfectionnerons le mécanisme d’évaluation de cadres et inciterons ainsi les cadres dirigeants à adopter une idée plus équilibrée sur leurs performances politiques. Nous perfectionnerons aussi le système d’administration des cadres tout en veillant à les contrôler avec une plus grande rigueur, à renforcer la sélection et la formation des premiers responsables des équipes de direction du Parti et du gouvernement et des cadres désignés aux postes clés. Nous améliorerons le système des fonctionnaires. Nous optimiserons la constitution des équipes dirigeantes et du corps des cadres tout en veillant à former et sélectionner des personnes travaillant aux échelons de base et aux premières lignes pour les nommer à des postes plus importants, et à élargir l’accès aux fonctions du Parti et du gouvernement pour les talents de tous les milieux. En même temps, nous ferons progresser la réforme de l’administration des personnels dans les entreprises d’État et les établissements d’intérêt public, renforcerons l’éducation et la formation des cadres en vue d’une amélioration de leurs qualité et compétence. Par ailleurs, nous accorderons une plus grande importance à la sélection et à la formation de cadres parmi les femmes, les éléments issus d’ethnies minoritaires et les jeunes de talent, encouragerons ces derniers à s’aguerrir dans les échelons de base et les régions démunies, et mènerons à bien l’ensemble du travail lié aux cadres retraités.

5) Maintenir le principe selon lequel il revient au Parti de gérer les talents et rassembler les talents de tous les milieux pour les engager dans la cause du Parti et de l’État. Créer plus de conditions favorables pour rallier le plus grand nombre possible de compétences à nos rangs est un enjeu fondamental permettant de garantir le développement de la cause à laquelle œuvrent notre Parti et notre population. De ce fait, nous devrons, sur la base du respect du travail, du savoir, des talents et de la créativité, établir sans délai un plan stratégique donnant la priorité au développement des talents, de manière à constituer un vaste contingent de compétences hautement qualifiées, et à contribuer à la transformation de notre pays, connu actuellement pour le grand nombre de talents qu’il recèle, en un État marqué par les mérites éclatants accomplis par ceux-ci. Nous promouvrons la formation des équipes compétentes dans tous les secteurs, mettrons en œuvre les projets prioritaires de formation de compétences, renforcerons notre soutien à la formation des cerveaux créateurs et novateurs, attacherons de l’importance à la formation des talents opérationnels tout en les incitant à aller aux premiers rangs des recherches scientifiques et de la production. Nous ferons tout notre possible pour mieux exploiter et utiliser les compétences existant à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, et nous prendrons les mesures nécessaires pour faciliter l’introduction d’hommes qualifiés parmi nos ressortissants et la mise en valeur de leur talent. Nous accélérerons la réforme du système et des mécanismes de développement des talents, promouvrons l’innovation des politiques dans ce domaine et établirons un système national d’attribution de titres d’honneur. Tout cela a pour objectif de créer un cadre institutionnel encourageant l’émergence de talents doués d’une forte compétitivité internationale et favorisant l’exaltation de leur créativité, et d’aménager une situation dynamique permettant à chacun de se rendre utile et de donner toute sa mesure.

6) Innover dans l’édification du Parti aux échelons de base afin de raffermir le fondement organisationnel de son exercice du pouvoir. Comme autant de bastions, les cellules du Parti servent à unir les masses et à les diriger dans l’application des théories, ligne, principes et politiques du Parti, ainsi que dans l’accomplissement des tâches attribuées par ce dernier. C’est la raison pour laquelle nous devrons appliquer effectivement le système de responsabilité dans l’édification du Parti et renforcer la construction de ses organisations dans les régions rurales, les quartiers des villes, les unités économiques non publiques et les organisations sociales. Par ce renforcement global de l’édification du Parti à la base, nous viserons à étendre la couverture de ses activités et organisations, à faire jouer pleinement à celles-ci leur rôle dans la stimulation du développement, l’offre de services au peuple, le rassemblement des volontés et l’aménagement d’un contexte harmonieux, et à entraîner l’édification des autres organisations au même échelon. Toujours dans le cadre de la construction des organisations de base du Parti dans les villes et en régions rurales, nous veillerons à optimiser l’intégration des ressources affectées à cet effet, à intensifier la formation de leurs équipes dirigeantes et à créer un système de garantie de fonds dont ces mêmes organisations ont besoin pour assurer leurs activités régulières. Nous intensifierons la construction des organisations de base du Parti orientées vers le service public ; autrement dit, celles-ci auront pour tâches principales de servir et mobiliser les masses. Par ailleurs, en donnant la priorité au raffermissement de l’esprit de Parti de nos membres et au développement de leur compétence, nous nous attacherons au renforcement de leur éducation et de leur gestion, à la mise en place d’un mécanisme permanent les incitant à se faire distinguer à leur poste par mérite et à jouer leur rôle d’avant-garde et de modèle. Nous devrons gérer plus strictement les activités organisationnelles au sein du Parti et perfectionner les systèmes réglementant entre autres l’évaluation régulière de l’esprit de Parti chez ses membres et la délibération démocratique. Nous améliorerons l’éducation et la gestion des membres flottants du Parti et veillerons à leur rendre un meilleur service. Nous nous attacherons à élever la qualité des nouveaux membres du Parti, et à recruter de jeunes éléments parmi les ouvriers, les paysans et les intellectuels. Nous perfectionnerons le système réglementant l’admission et l’exclusion de membres du Parti, et optimiserons ainsi la composition de son corps.

7) Résister résolument à la corruption pour préserver l’intégrité, qualité propre aux communistes. Notre Parti affiche depuis toujours une ferme persévérance dans la lutte anticorruption et la préservation de l’intégrité, qui font partie des questions politiques d’importance majeure auxquelles les masses populaires prêtent une haute attention. À défaut d’un règlement correct de cette question, le Parti risquerait d’essuyer un coup fatal, voire d’aller vers sa propre perte avec l’État qu’il dirige. C’est la raison pour laquelle nous devrons faire des efforts inlassables pour préserver l’intégrité et être constamment vigilants vis-à-vis de toute forme de corruption et de dégénérescence. Nous persisterons dans la voie de lutte anticorruption à la chinoise, continuerons d’appliquer le principe recommandant de remédier tant à la cause qu’aux symptômes du mal pour parvenir à la résolution globale du problème, et de recourir simultanément au châtiment et à la prévention en privilégiant cette dernière. Nous ferons progresser la mise en place dans tous les domaines d’un système de prévention et de sanction contre la corruption, de manière à maintenir la droiture de nos cadres, l’intégrité de notre gouvernement et l’honnêteté dans la conduite des affaires politiques. Nous renforcerons l’éducation en matière d’anticorruption parmi les cadres et le développement d’une culture préconisant l’administration intègre. Nos cadres dirigeants à tous les échelons, en particulier de ceux d’un rang élevé, sont obligés de respecter consciencieusement les disciplines d’intégrité, d’appliquer strictement le règlement selon lequel ils doivent faire un compte-rendu sur toute affaire importante les concernant ainsi que leur famille, et de rester sévères envers eux-mêmes en matière d’intégrité tout en renforçant l’éducation et les contraintes à l’égard des membres de leur famille, de leurs proches et de leurs assistants – il leur est absolument interdit de rechercher des prérogatives en abusant de leurs pouvoirs. Nous réglementerons avec rigueur l’exercice du pouvoir et intensifierons le contrôle sur les cadres dirigeants, surtout sur ceux qui occupent une place primordiale. Par ailleurs, nous approfondirons la réforme des secteurs prioritaires et des maillons clés, perfectionnerons la législation sur la lutte anticorruption, préviendrons et contrôlerons les risques susceptibles de compromettre l’intégrité, éviterons les conflits d’intérêts, préviendrons et sanctionnerons les cas de corruption de manière plus scientifique et plus efficace. Nous renforcerons la coopération internationale contre la corruption. Le système de responsabilité en matière d’intégrité et de style de travail du Parti sera appliqué de façon rigoureuse. Nous parachèverons notre régime de contrôle de la discipline, améliorerons la gestion centralisée des institutions compétentes accréditées en province, et renforcerons le rôle de supervision joué par les tournées d’inspection. Nous devrons conduire la lutte anticorruption toujours d’une main de fer, châtier rigoureusement les délits graves et résoudre avec plus de rigueur les cas de corruption qui suscitent de fortes réactions parmi les masses populaires. Tous ceux qui transgressent les disciplines du Parti et qui violent la loi, quels que soient l’importance de leur pouvoir, leur rang dans la hiérarchie et quels qu’ils soient, doivent être sanctionnés avec sévérité et sans exception.

8) Resserrer les boulons au sein du Parti et préserver consciencieusement le centralisme et l’unité du Parti. Le centralisme et l’unité constituent la source de la force du Parti et la garantie fondamentale du développement économique et social, de la solidarité interethnique, du progrès en commun et de la stabilité permanente du pays. C’est pourquoi, plus la situation à laquelle le Parti fait face est complexe et plus la tâche qu’il assume est dure, plus il a besoin de renforcer la discipline dans ses rangs et de préserver son centralisme et son unité. Les organisations à tous les échelons du Parti, l’ensemble de ses membres et de ses cadres – surtout ses cadres dirigeants occupant des postes importants –, sont tenus de respecter consciencieusement les statuts du Parti et d’agir conformément à ses principes d’organisation et les règles régissant sa vie politique interne. Personne ne peut se placer au-dessus des organisations. Nous devrons défendre résolument l’autorité du Comité central, rester unanimes avec lui sur les plans idéologique et politique comme dans l’action concrète, appliquer sans faillir ses théories, sa ligne et ses principes politiques, et faire en sorte que toutes ses décisions et directives soient exécutées à la lettre. Nous ne tolérerons aucun subterfuge visant à contourner les principes et politiques définis par l’autorité centrale ni aucune infraction aux ordres et aux interdits. Nous renforcerons la surveillance et l’examen pour faire appliquer avec plus de rigueur les disciplines, surtout la discipline politique du Parti. Nous traiterons avec le plus grand sérieux tout acte de transgression de sa discipline, ce pour créer une ambiance où tous les membres du Parti soient égaux devant elle, où personne ne puisse la transgresser sans être sanctionné, et où aucune exception ne soit autorisée dans son application. Tout cela a pour but de former une force prodigieuse qui pousse tout le Parti à aller de l’avant vaillamment et d’un même pas vers l’avenir.

Camarades ! Réaliser le grand renouveau de la nation chinoise est l’idéal et le vœu d’innombrables personnalités de bonne volonté et martyrs révolutionnaires, le socialisme à la chinoise à n’en pas douter une voie royale conduisant à son aboutissement. Durant la longue lutte opiniâtre, notre Parti a su, en s’appuyant étroitement sur le peuple et en faisant d’énormes sacrifices, composer une épopée magnifique et pathétique et permettre ainsi à la Chine de se débarrasser définitivement de ses troubles intérieurs, de mettre fin à l’invasion étrangère et de sortir enfin de la pauvreté et de la faiblesse auxquelles elle était en proie depuis l’époque moderne. C’est ainsi que la nation chinoise a pu s’engager, de façon irréversible, dans une marche triomphale de développement et de grand renouveau. Forte d’une civilisation de plus de cinq mille ans, elle se dresse aujourd’hui, avec un profil tout nouveau, au rang des nations du monde. Étant donné que dans le nouveau chemin à suivre, les responsabilités que nous assumerons seront plus grandes et les charges qui nous incomberont plus lourdes, nous devrons poursuivre, avec une plus ferme conviction et des efforts redoublés, nos trois tâches historiques que sont la modernisation du pays, la réunification complète de la patrie et la contribution à la sauvegarde de la paix mondiale et au développement commun.

Vu la grande confiance que le peuple place en nous et face aux nouvelles épreuves et conditions historiques, tous les camarades du Parti devront rester modestes et prudents, conserver toujours leur lucidité, renforcer leur vigilance face aux menaces éventuelles et se garder de toute présomption et de toute précipitation ; ils devront développer leur conscience de créativité, persévérer dans la vérité, corriger leurs erreurs et garder toujours leur esprit d’entreprise ; ils devront, fidèles à l’objectif fondamental de servir le peuple, faire confiance aux masses populaires, s’appuyer sur elles et les placer toujours au centre de leurs préoccupations ; ils devront être plus conscients que jamais de leurs missions à accomplir, travailler dur dans la quête de la vérité, et rester toujours dignes du nom de communiste.

La réalisation du socialisme à la chinoise est une cause orientée vers l’avenir, elle appelle une lutte des générations successives de jeunes animés de nobles aspirations. C’est pourquoi le Parti devra prêter une vive attention aux jeunes, se soucier d’eux, témoigner à leur égard une grande sollicitude, prêter une oreille attentive à leurs aspirations, les encourager dans leur propre développement et les soutenir dans leurs efforts créatifs. De leur côté, les jeunes devront répondre activement aux appels lancés par le Parti, se forger une juste conception de la vie, du monde et des valeurs, faire preuve d’un amour constant pour notre grande patrie, notre grand peuple et notre grande nation, et faire valoir leur dynamisme juvénile en s’engageant dans la noble cause du socialisme à la chinoise.

La réalisation du socialisme à la chinoise exige l’union et les efforts conjoints de l’ensemble des enfants de la nation chinoise. Étant donné que l’union fait la force, et qu’elle est un impératif de notre temps, tous les camarades devront contribuer à sa consolidation grâce au raffermissement de l’esprit de Parti et la promouvoir dans leurs efforts conjoints pour l’aboutissement de la cause commune. Ils devront maintenir consciencieusement la solidarité de l’ensemble du Parti, cimenter celle de notre peuple multiethnique, renforcer celle de tous les descendants de la nation chinoise résidant en Chine comme à l’étranger, et favoriser la grande union entre le peuple chinois et les autres peuples du monde.

Puissions-nous brandir bien haut l’étendard du socialisme à la chinoise, nous unir plus étroitement autour du Comité central du Parti et nous efforcer de parachever la construction in extenso de la société de moyenne aisance, de réaliser de nouveaux succès dans l’édification du socialisme à la chinoise et de créer un meilleur avenir pour le peuple chinois et la nation chinoise !

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).