Gramsci comme défi et comme élixir

Losurdo relit Gramsci : Du libéralisme au communisme critique.

, par  auteurs à lire , popularité : 1%

Domenico Losurdo sera à Lyon fin Octobre, notamment pour les rencontres internationalistes de Vénissieux le 27. Il animera plusieurs rencontres dans la semaine. Un évènement à inscrire dans les agendas...

Ci-dessous, une présentation du livre de Losurdo sur Gramsci, écrit par Odile Nguyen-Schoendorff pour la revue "ça presse" ! (Bulletin de l’Urdla).


Gramsci, avec ses Quaderni del carcere a connu une grande faveur en France dans les milieux intellectuels - notamment chez les étudiants communistes – Tous n’ont pas perdu la mémoire - dans les années 1960-1970, puis une phase de désamour et d’oubli, due à la montée de divers « communismes critiques » plus chatoyants, plus radicaux, le trotskysme et le maoïsme, voire le « badiolisme », (néologisme de François Laruelle pour caractériser le courant initié par Alain Badiou).

Or, Domenico Losurdo nous propose de relire le philosophe marxiste italien, dont l’approche anti-mécaniste peut nous intéresser aujourd’hui à plus d’un titre.
Gramsci est peut-être le premier à cerner deux théories de la révolution chez Marx :
- l’une, dans Le Capital, mécaniste, prédit la révolution socialiste comme conséquence inéluctable de l’achèvement du processus d’accumulation capitaliste : « Sonne la dernière heure de la propriété capitaliste ».
- l’autre, dans Les luttes de classe en France, esquisse au contraire « une époque de révolution sociale » épanouissant un bouquet de processus révolutionnaires originaux, issus de facteurs variés, y compris nationaux, et pas seulement strictement économiques.

La première version conduit à la prédiction d’une révolution prolétarienne en Allemagne, vaine, puisque c’est dans un pays arriéré, la Russie, qu’a eu lieu cette dernière, en l’absence de cette « maturité économique, condition pourtant nécessaire selon le Marx du Capital, « du collectivisme ».

Gramsci défend le socialisme dans un seul pays, contre Trotski et contre Lénine, soulignant le poids de la question nationale. Il y a en Union Soviétique une difficulté pour le prolétariat de s’organiser en classe, tandis qu’en Angleterre, la classe dominante piège l’aristocratie ouvrière en lui jetant les miettes des surprofits coloniaux : bref, il ne suffit pas que les classes subalternes conquièrent le pouvoir, ou tentent de le conquérir, pour se soustraire à l’hégémonie de la bourgeoisie.

Comment, grâce à la dialectique, concilier le rayonnement de la bourgeoisie, décrit de façon vibrante dans le célèbre chapitre II du Manifeste, avec la thèse de sa totale décadence idéologique ? La bourgeoisie garde entre ses mains l’hégémonie, par exemple après la révolution de 1844, tout en réchauffant en son sein des intellectuels radicaux, comme Marx lui-même.

La rupture entre l’idéologie révolutionnaire et la pensée bourgeoise se produit selon Lénine en intégrant trois « parties constituantes » du marxisme : « la philosophie allemande, l’économie politique anglaise et le socialisme français », « le marxisme étant le successeur légitime de tout ce que l’humanité a créé de meilleur au cours du XIXème siècle ». Quid alors de la « putréfaction » bourgeoise de la pensée, proclamée par Lukàcs en 1938 dans la Destruction de la raison ?

Le communisme critique de Gramsci ne fait pas table rase, mais incorpore « le meilleur » de l’héritage bourgeois.

En retour, « les classes dominantes… absorbent la critique marxienne de l’idéologie et la plient… au rôle d’arme de lutte contre le mouvement ouvrier et le socialisme ».

Devient alors urgente la « construction prolétarienne d’un groupe d’intellectuels organiques, liés à la classe ouvrière par de multiples fils : non seulement les idées, « mais aussi l’extraction sociale, les sentiments, les passions ». Les partis communistes l’ont tenté, avant ce qu’il est convenu d’appeler l’effondrement du « socialisme réel ».

S’étant toujours refusé à lire l’histoire moderne (1ère boucherie mondiale et fascisme(s) compris) comme un traité de tératologie, Gramsci nous inspire a fortiori de ne pas procéder à une diabolisation de ce « socialisme réel », mais à un bilan tourné vers l’avenir.

Par sa défense lucide de l’ordre nouveau, il efface la « ligne de continuité » tracée par Nietzsche dans la palingénésie entre le credo quia absurdum de Tertullien et la foi socialiste ».

L’anti-mécanisme de Gramsci, son refus de la « tabula rasa » et de toute forme de messianisme en font pour certains un « classique », (Benedetto Croce ose : « comme homme de pensée, il fut des nôtres ») mais il résiste par avance aux efforts répétés de la classe dominante pour intégrer comme élixir reconstituant de son hégémonie celui qui, la comprenant, définitivement, la défie.

Odile Nguyen-Schoendorff

Losurdo relit Gramsci : Du libéralisme au communisme critique.
(Gramsci comme défi et comme élixir)
(Chirat, 42540 St Just la Pendule, novembre 2006) 237 p. 22€

Voir en ligne : le site de l’URDLA

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).