Conseil national des 16 et 17 Janvier 2016

L’organisation communiste, sa vie, son expression publique est l’enjeu de l’heure et du congrès. La "Gauche" ne suffit pas. Intervention de Paul Barbazange

, par  Paul Barbazange , popularité : 8%

Ce CN a été marqué par une nombreuse participation, des interventions dans tous les azimuts après un rapport de Pierre Laurent que j’ai trouvé laborieux. Que chacun se fasse son opinion, il est disponible sur le net. Notre congrès à venir sera-t-il capable de poursuivre le bilan, de mettre en œuvre les ruptures nécessaires avec l’orientation mise en place depuis les années 90 ? Tout dépend des communistes et de leur participation au débat.

PNG - 72 ko
Non "la gauche" ne suffit pas...

Il s’est passé beaucoup d’évènements depuis le dernier CN. Guerres coloniales, attentats fascistes sur le sol national, détricotage accéléré de toutes les protections sociales, violences de classe sans précédents ces dernières décennies contre les exploités, progrès constants du FN exceptionnels dans certaines communes ou départements, nouveaux reculs de notre organisation aux régionales. Extrême droite, droite et socio-libéraux cherchent à accentuer encore leur avantage.

Pour combattre ce mouvement, il n’est pas besoin que de "gauche". Il est besoin de communisme, d’affirmation de ce qui fait la raison d’être de notre parti depuis le début des années 20, de rassemblement des communistes, de communistes actifs et déterminés. A défaut, pour l’instant, aucune force nationale ne porte de façon audible les intérêts des exploités.

A l’issue des régionales, le conseil départemental de l’Hérault s’est prononcé sur trois points, à l’unanimité sur deux questions : la création immédiate d’un groupe communiste et la tenue la plus rapprochée possible, compte tenu du calendrier d’une conférence régionale, permettant à tous les communistes de réinstaller dans la grande région LR/MP un Comité régional du parti, à la fois base d’appui de nos élus communistes et lieu de réflexion pour une politique régionale de notre parti. Sur ces deux questions, la décision a été prise à l’unanimité, le débat a été plus partagé sur la question de la participation à l’exécutif régional.

L’enjeu est double : rendre compréhensible l’expression de notre politique aujourd’hui occultée par le double filtre successif qu’est le Front de Gauche et la coalition électorale "Nouveau monde", redonner une vie démocratique à cette dimension géopolitique concrète de la vie du parti dans deux régions où le comité régional ne s’est pratiquement pas réuni lors de la mandature précédente.

Si j’insiste sur ces décisions du comité départemental, ce n’est pas pour faire de l’action des élus, de sa qualité l’Alpha et l’Oméga de notre politique, c’est parce qu’en face des ravages sans cesse aggravés de la crise du capitalisme, c’est l’existence d’une perspective de rupture qui sera décisive, donc l’expression communiste. Nous ne traversons plus une période où nous pouvions ambitionner de plus ou moins bien gérer "à gauche". Les désastres sont là, ils pèsent sur les épaules et les consciences. Nous agissons à un moment où il faut redonner aux militants, à la jeunesse en particulier des raisons d’espérer en un monde meilleur. Aujourd’hui des centaines de milliers de jeunes, lorsqu’ils sont inscrits et ne s’abstiennent pas, votent trop souvent Front national parce qu’ils pensent ainsi exprimer leur colère contre les injustices. Ce fait comme beaucoup d’autres, conséquence d’une extrême droite qui a pu pour partie reprendre certains de nos mots d’ordre, montre combien la reconquête de l’espace politique communiste est urgent et vital pour les exploités. Toutes les questions du rassemblement, revendicatif, électoral y compris aux présidentielles, des succès immédiats à obtenir se posent en même temps certes. Travaillons y sans faiblesse, mais la reconstruction de l’outil "Parti communiste" par ses militants reste la question décisive. Sans mettre les questions d’un nouveau fonctionnement démocratique du parti communiste en bas à un niveau bien plus démocratique, bien plus efficace, rien ne sera possible. Sans cela aucun rassemblement favorable aux exploités n’existera et ne perdurera le temps politique nécessaire à la réussite.

La question de la réanimation de la vie du PCF sera celle que nous ferons nôtre, essentielle lors du congrès de juin ou sinon, tout espoir finira de s’estomper à gauche.

Paul Barbazange

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).