« L’affaire Dieudonné » : à qui profite le crime ?

, par  Pascal Acot , popularité : 3%

En laissant prise à l’assimilation de l’antisionisme à l’antisémitisme, l’humoriste Dieudonné dessert la cause qu’il a longtemps prétendu défendre. Cet amalgame ne peut que réjouir l’UMP et le PS, objectivement unis par une tactique commune à la fois naïve et suicidaire dans la préparation des prochaines élections municipales et européennes.

Dieudonné salit la cause palestinienne

Et voilà que Manuel Valls, dont on ne peut pas dire que le combat anti-raciste soit la qualité principale, nous fait le coup de l’indignation humaniste à propos de l’antisémitisme de Dieudonné. Nous ne le lui reprocherons pas : les obscénités de l’humoriste sont inexcusables. Naguère, l’ethnologue Claude Lévi-Strauss avait déclaré lors d’un entretien avec le journaliste de France-Culture Georges Charbonnier que « le barbare, c’est celui qui croit à la barbarie ». Un être humain qui déplore (« dommage » dit Dieudonné...) l’absence de chambre à gaz à propos d’un journaliste juif incarne littéralement la barbarie. C’est une faute que nous ne saurions pardonner car Dieudonné salit du même coup deux causes que nous tenons pour justes : l’antisionisme et, corrélativement, la cause palestinienne. Après cela, que reste-t-il de la fin des Réflexions sur la question juive, lorsque Sartre concluait en substance que tant qu’un juif dans le monde craindra pour sa vie parce qu’il est juif, nous ne serons pas libres ? Dieudonné est en train de faire le jeu immoral de ceux qui identifient antisémitisme et antisionisme. Et c’est peut-être bien une première raison pour laquelle il lui est fait tant d’écho.

Un jeu dangereux

Une seconde raison est que, faire de Dieudonné une victime en interdisant ses spectacles, pourrait contribuer à la montée électorale du Front national. En effet, celui-ci n’est plus avare de déclarations condamnant l’antisémitisme et la colonisation dans les territoires occupés. Que cette tactique soit ou non sincère n’est pas ici le sujet. En revanche, la promotion des idées du FN est un jeu dangereux. Les politiciens qui s’y adonnent ont la naïveté de croire que rien n’a changé depuis le temps où Pierre Bérégovoy croyait que la montée du FN rendrait la droite « inéligible ». Les socialistes et leurs alliés feraient bien de se demander si, lors des prochains scrutins, les électeurs voudront « barrer la route au FN » en reportant leurs voix sur le PS, qui fait bon an mal an la promotion du parti lepéniste depuis 1984. Quant aux électeurs de droite, pourquoi diable barreraient-ils la route au FN au profit de l’UMP qui s’exténue à tenter de lui ressembler ?

Stigmatiser l’euroscepticisme, c’est mépriser les peuples

Ni le PS ni l’UMP ni le centre n’ont compris que l’exaspération des électeurs a atteint un degré où le pire est possible, et qu’en conséquence, les insultes de préau d’école ne trompent plus grand’monde. C’est ainsi de l’expression « National populisme » censée stigmatiser la puissante montée de l’euroscepticisme non seulement en France mais aussi dans le reste de l’Europe. Les politiciens minuscules qui l’utilisent, comme récemment Jean-Christophe Cambadélis, risquent de s’en apercevoir à leur dépens, mais il sera vraisemblablement trop tard pour réparer les dégâts causés par leur sale besogne.

Pascal Acot

Sur le site Action communiste

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).