INTERVENTION DE CHRISTIAN PICQUET Fédération de la Haute Garonne

, par  Paul Barbazange , popularité : 11%

L’Intervention de Christian Piquet de la Haute Garonne. Un bon exemple parmi d’autres d’interventions , différentes de celles que portent le réseau sur certains points, très proches sur beaucoup d’autres. L’absence de retranscription dans l’Huma, la faiblesse des comptes rendus et le caractère ultra résumé des transcriptions sur le site du parti sont un affaiblissement des possibilités de communications entre communistes ; cette publication a pour but de montrer comment nous pouvons beaucoup gagner à bien mesurer ce qui peut bouger dans cette période.
Paul Barbazange.

Conseil national des 23 et 24 juin
INTERVENTION DE CHRISTIAN PICQUET

Je voudrais faire quatre remarques, à partir du débat qui a commencé à ce conseil national.

D’abord, je partage la proposition de tenir un congrès extraordinaire en 2018. Mais ce congrès ne pourra faire l’économie d’un bilan soigné des raisons pour lesquelles nous venons de subir l’un des plus graves échecs de notre histoire.

Dresser ce bilan est la condition pour retrouver l’unité indispensable des communistes et pour pouvoir apporter à notre vie collective les changements qui s’impose. Rien ne serait, en effet, plus désastreux que des annonces qui ne se concrétiseraient pas.

Ma deuxième remarque portera, précisément, sur le bilan.

J’entends la tentation d’expliquer nos résultats des législatives par la brisure historique qui a conclu le XX° siècle pour le projet communiste. Des camarades en concluent qu’il faudrait dépasser le PCF.

L’échec dont l’idée communiste apparaît l’héritière à une échelle de masse a joué, bien sûr. Pas davantage, cependant, aujourd’hui qu’hier. Il nous faut, à cet égard, savoir faire preuve de lucidité : le thème des « communs », que beaucoup ont ici évoqué, peut représenter une approche pédagogique utile pour redessiner notre identité. Mais il sera nécessaire que surgisse une nouvelle expérience historique, à l’échelle de la planète, pour pouvoir surmonter que ce que le siècle précédent a imprimé dans les consciences.

En attendant, il me semble que nous venons plus précisément de payer trois choses.

Sur la période politique, les retards que nous avons pris à nous poser une série de questions fondamentales : les aggiornamentos théoriques et idéologiques à même de retrouver une cohérence globale donnant sens à toutes les dimensions de notre action ; notre relation à une société française en proie à de profondes mutations ; notre rapport à un monde du travail dont le capital est parvenu à diviser profondément, ce qui nous confronte au défi stratégique de la construction du bloc politique et social pouvant porter une visée transformatrice majoritaire ; notre approche des nouvelles formes de politisation, de radicalisation et d’intervention dans la vie publique, par exemple celles qui surgissent à partir des « réseaux sociaux ».

Sur la séquence électorale, nous avons aussi payé notre absence de la bataille présidentielle. Non seulement parce que n’avons pas présenté de candidature, mais parce que nous n’aurons disposé, à la différence de 2012, d’aucun moyen de peser sur la campagne du candidat que nous avions décidé de soutenir.

Et, pour remonter cette fois au moment où le Front de gauche a commencé à s’écarter de sa démarche initiale, en 2013-2014, nous avons payé le fait d’avoir rendu illisibles nos différences avec Jean-Luc Mélenchon. Et ce, jusque dans la rhétorique et les références que nous nous sommes mis alors à utiliser. Là me semble résider la raison de la désaffection d’une partie notable des électeurs qui nous faisaient jusqu’alors confiance et qui en sont venus à ne plus percevoir l’utilité du vote en notre faveur.

Troisième remarque. Pour rebondir, il nous faut, en premier lieu, reforger une conviction commune qu’il y a plus que jamais besoin d’un parti comme le PCF. Qui porte une expérience politique accumulée au fil du temps. Qui dispose d’un capital de militants et d’élus témoignant de la richesse de son enracinement. Qui transmet la mémoire des combats du mouvement ouvrier. Et qui est animé d’une conception de classe sans laquelle l’action pour la transformation sociale n’est qu’illusion.

Si je dis cela, c’est que nous avons à relever des défis inédits. Avec un capital financier qui vient de parvenir à réorganiser, au terme d’un véritable coup de force démocratique, son mode de domination politique. Et avec une gauche qui se trouve durablement brisée, au point d’être possiblement écartée d’une perspective de pouvoir pour de très nombreuses années.

Même si elle a su occuper l’espace laissé vacant par la crise de la social-démocratie, « France insoumise » n’offre pas de réponse à la reconstruction d’une nouvelle majorité populaire dans le pays. Son projet même le lui interdit, du fait de cette logique que recouvre le « populisme de gauche » revendiqué par Mélenchon, et que nous devons caractériser comme aventuriste, présidentialiste et diviseuse.

Dernière remarque. Nous devons être maintenant identifiés par le pays comme le parti de la résistance et de la reconquête unitaires. Cela suppose, à mon sens, d’articuler une double préoccupation.

En premier lieu, il nous faut être à l’initiative de mouvements politiques à vocation majoritaire, afin de contester dans ses fondements la ligne libérale qui va dorénavant se déployer. Aux questions mises sur la table dans le rapport, j’ajouterai celle de la protection sociale. N’oublions pas que c’est l’attachement populaire à la Sécurité sociale qui a été à l’origine de la dégringolade de Fillon à la suite de la « primaire » de la droite, il pourrait donc être demain le catalyseur de l’aspiration des Français à l’égalité et de leur refus de voir toucher à ce qu’il demeure de l’héritage du CNR.

Et nous devons, dans le même temps, retrouver la cohérence de notre démarche de rassemblement, en nous « désincarcérant » du mélenchonisme et en portant une offre politique en direction de toute la gauche qui entend rester indépendante du macronisme. En y incluant, naturellement, « France insoumise » sans pour autant nous subordonner à celle-ci.

Les propositions de Pierre vont dans ce sens. À condition que nous nous fixions l’objectif d’aboutir à un espace unitaire, constitué autour d’une plate-forme pour la résistance et la reconquête, qui ne se résume pas à une alliance d’appareils aujourd’hui très affaiblis, mais s’appuie sur des assemblées populaires dans tout le pays. Ainsi sera-t-il possible de nourrir le débat et l’action de l’initiative citoyenne comme de l’apport des acteurs du mouvement social en recherche d’un répondant politique. C’est la proposition que je soumets à notre réflexion.
Conseil national des 23 et 24 juin
INTERVENTION DE CHRISTIAN PICQUET Fédération de la Haute Garonne

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).