Pour sortir Haïti de l’impasse

Haïti//République populaire de Chine : Un choix d’avenir.

, par  Hervé Fuyet, Michaelle LAFONTANT, Peggy Cantave Fuyet , popularité : 3%

Haïti 2017 ! 213 ans d’existence d’un peuple qui s’est libéré du joug de l’esclavage pour fonder la première république noire du monde ! Glorieuse épopée qui a placé Haïti sur la scène internationale comme leader de la liberté des peuples noirs du monde, leader des luttes anticoloniales.

Si la fierté inscrite sur le front des descendants des héros de 1804 reste et demeure légitime, il convient, au 21e siècle, d’oser faire un état des lieux. Oui, Haïti s’est héroïquement libérée des chaînes de l’esclavage et des colonialismes espagnol, anglais, français au 19e siècle. Mais qu’en est-il des luttes à mener aujourd’hui, des batailles non moins héroïques à gagner aujourd’hui ? Comment s’affranchir de la main-mise néo coloniale et impérialiste américaine ?

Notre pays, appauvri et asservi par l’impérialisme international, est un Etat “indépendant” mais non souverain. Comment briser les chaînes de l’esclavage moderne ? Comment se libérer et construire un pays souverain ? Aujourd’hui, avec la mondialisation de l’économie, la révolution des nouvelles technologies, le mélange des cultures, la réductions des distances, la quasi caducité des frontières, toute échappée solitaire, ’’indépendante’’ est devenue aléatoire, voire illusoire. Certes, la volonté politique des pays est indispensable, mais tout aussi incontournable est l’alchimie des alliances. Au point qu’on pourrait affirmer : « Dis-moi qui sont tes alliés et je te dirai si tu as des chances de t’en sortir ! » Plus le pays est vulnérable, plus se vérifiera cette affirmation.

Si la stabilité politique est un facteur majeur qui ne devrait pas être absent de l’échiquier politique haïtien, il convient aussi de dresser le constat d’échec de nos alliances asphyxiantes. Nous pourrions oser regarder ailleurs en direction des pays émergents comme la République populaire de Chine. [1]
 [2]
En 2017, l’économie chinoise continuera à être un moteur pour la reprise et le développement de l’économie mondiale
 [3]

entre autres pour affaiblir le vivier qui alimente l’hégémonie des forces prônant l’existence d’un monde unipolaire. La République populaire de Chine propose plutôt une coopération internationale de type gagnant-gagnant, dont les résultats sont rapidement palpables Les retombées positives obtenues, par exemple, avec l’Ile Maurice, l’Éthiopie, le Zimbabwe, le Sénégal en sont la preuve.

Unique, incontournable et légitime préalable posé par la République populaire de Chine en amont de toute coopération bilatérale : la reconnaissance d’une Chine unique au niveau diplomatique. Les Etats Unis, le Canada, la France - entre autres pour les pays du Nord - l’Ile
Maurice, l’Ethiopie [4], la Zambie... et tout récemment Sao Tome y Principe -pour les pays du Sud – ont depuis de nombreuses années souscrit à ce principe. Pourquoi, Haïti se prive-t-elle d’une alliance qui lui serait, comme dans le cas de Cuba, mais en beaucoup plus grand, vraiment bénéfique ?

L’établissement de relations diplomatiques avec la République populaire de Chine devrait figurer au programme de tout responsable politique haïtien soucieux de sortir Haïti du bourbier économique et social dans lequel il patauge depuis plusieurs décennies. Briguer l’exercice du pouvoir, c’est s’engager à faire des choix libérateurs pour cette terre et ses habitants qui méritent bien de vivre dans un pays qui aura les moyens de garantir le droit au travail, à la santé, à l’éducation,à la justice...pour tous. Autant de droits fondamentaux qui ne pourront être atteints qu’à partir d’un vrai programme de développement durable. Un tel développement durable ne saurait être l’addition d’expériences communautaires avec financement d’ONG internationales et nationales travaillant sur les situations d’urgence dans le cadre d’un Etat vidé de sa substance régalienne. Entre les perfusions urgentistes de l’aide internationale classique d’un côté, et de l’autre un important apport de capitaux accompagné d’un transfert efficace de technologies capables de nous faire franchir le fossé de la misère dégradante et crasseuse vers une pauvreté digne avec certitude de progrès continus, le choix qui s’impose paraît évident.

Nous, Haïtiens, devons enfin nous engager dans des alliances et coopérations bénéfiques pour notre pays.

Au Conseil de Sécurité de l’ONU, le 11 octobre 2016 [5], lors d’un débat sur Haïti organisé suite au passage de l’ouragan Matthew, l’ambassadeur de Chine, LIU Jieyi, au nom de son pays, a pris position en faveur d’Haïti et émis le souhait de voir Haïti entrer dans l’ère de la stabilité politique. Nul doute, qu’il existe chez ce pays frère la volonté de développer une coopération de haut niveau avec notre pays.

Il nous semble que tous les Haïtiens de bonne volonté, et leurs vrais amis, devraient comprendre la nécessité et l’urgence pour Haïti d’établir des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine, comme vient de le faire la République de Sao Tomé et Principe [6]. Il faut aussi comprendre la nécessité et l’urgence de convaincre les acteurs politiques haïtiens de la pertinence de ce choix. Nous pourrons ainsi bénéficier des retombées positives que ce choix ne manquera pas d’entraîner en termes de coopération gagnant-gagnant entre Haïti et la Chine.

La balle est donc dans le camp haïtien [7] ! Et c’est une urgence absolue ! Il s’agit d’une condition nécessaire, un préalable à la sortie de l’impasse séculaire où Haïti est enfermée !

Malakoff (France) le 10 janv

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).