Introduction à l’Ag de section de Béziers le 03 04 2017

Dans l’échiquier politique, ce qui bouge les limites et comment pousser dans le bon sens. Présidentielle et législative, contenus.

, par  Paul Barbazange , popularité : 2%

Qu’est ce qui bouge ? et donc qu’est ce qui reste immobile ?
Plus important comment agir dans cette phase électorale ? Tous les communistes se posent beaucoup de questions. Une fois de plus lier les réflexions, les échanges ; tenir compte de la situation nationale et des conditions de chaque circonscription.

Dans l’échiquier politique, ce qui bouge les limites et comment pousser dans le bon sens.

Chers camarades ce soir, deux très brèves introductions, Nicolas me succédera, puis un débat que nous souhaitons très politique et tourné vers l’action. Nous avons à disposition un tract à 30.000 ex.pour la circo appelant au double vote Mélenchon-Cossange/Mateu. Consacrons du temps à l’organisation de sa diffusion.
Depuis notre dernière AG beaucoup de choses se sont passées ... Les questions biterroises reviendront peut-être : Manif antifasciste contre "la désislamisation de l’Europe pronnée par le FN et Ménard", meeting de soutien la semaine dernière à la candidature Mélenchon où Nicolas a tenu toute sa place de candidat, conférences de presse sur le dépôt en particulier, manif des retraités... en dehors des partis il y a des initiatives de lutte. Avec la campagne électorale nous ne chômons pas !Nous avons fait plusieurs adhésions, pas assez !
Au niveau national cela va aussi vite, je résume :
Fillon englué dans ses affaires ; multiplications des ralliements PS, centristes, droite à Macron ; Pour Mélenchon succès de la manif pour la VIeme République à la Bastille, grande écoute lors du débat télévisé ; montée en puissance de la campagne ; effondrement de Hamon dans les sondages. Sur les marchés, dans les conversations familiales nous ressentons tous l’inversion que mesurent les sondages. De nombreux votes peuvent encore changer. Des idées sont en mouvement, c’est rapide.
Il y a très longtemps que nous n’avions pas participé à un tel phénomène, peut- être depuis la campagne de J Duclos en 1969 cela fait 48 ans ! Du moins certains camarades le pensent.
En effet si l’extrême droite, peut être à la porte du pouvoir dans le maelstrom actuel, conforte sa position en grosse partie par l’effondrement de la droite, comme à Béziers au moment de l’arrivée de Ménard, rien n’est joué. Les forces du capital font converger tous leurs moyens pour réussir l’opération Macron. Ils sont en passe d’y arriver ! Là où Giscard avait échoué, là où Bayrou en a rêvé toute sa vie, Macron est en passe de réussir. Cette fois -ci : un président de droite élu par la droite, le centre et une forte partie des électeurs et militants PS est bien possible. Le PS est un parti en pleine décomposition idéologique. Le fameux vote utile instrumentalisé contre la classe ouvrière depuis les années Mitterrand est en train de se retourner contre le parti socialiste né à Epinay. Valls ne fait que suivre en amplifiant ; le PS biterrois dérive sur son erre, incapable à ce jour de choisir entre Macron et Hamon.
La candidature Mélenchon que notre parti a initié en 2012, que nous soutenons par le dernier vote national majoritaire des militants connaît une vraie embellie sur cette situation. Il est fort possible qu’il reste devant Hamon. En tout les cas cette candidature et son programme apparaissent à de plus en plus d’ électeurs PS une candidature possible et je dis avec fermeté que les communistes attentifs aux contenus constatent que ce programme a le contenu le plus proche de ce que nous souhaitons. Ce constat ne s’oppose en rien à ce que nous avions souligné ces derniers mois : le programme Mélenchon de 2017 est plus faible que celui de 2012 et en l’état très loin du nécessaire pour rompre avec le capitalisme. Autre question : ce mouvement ne veut pas dire que le différentiel droite gauche évolue en faveur de la gauche, il parait plutôt stable, en particulier la question de l’abstention massive reste en suspend, cette fois ci souvent abstention de "politisés" que feront les abstentionnistes en puissance ? Confrontés à la situation de leur parti de nombreux électeurs socialistes hésitent : abstention, Macron, Mélenchon très certainement, ce mouvement peut s’accentuer. Le contenu reste le même forces et faiblesses ; il y a mouvement par le nombre d’électeurs impliqués. Ce mouvement est d’importance, en politique Marx et Lénine, d’autres révolutionnaires ont sans cesse rappelé que l’essentiel est le mouvement et notre capacité à l’infléchir dans le sens des perspectives révolutionnaires.
Nul ne sait jusqu’où ça ira, mais sa seule existence peut modifier radicalement la donne. Nous sommes partie prenante dans ce mouvement de révolte électorale. Il peut se renforcer d’ici le premier tour. Allons nous être capable d’en fortifier le sens en faveur des classes laborieuses ? De renforcer leur participation ? De donner ainsi un meilleur contenu. Comment être pleinement efficaces ?
Nous avons des atouts : L’existence maintenue de structures communistes, la candidature Cossange qui trouve sa place, 7 candidatures communistes déclarées pour les 9 circonscriptions de l’Hérault, plus de 482 en France.
Nous ne sommes pas en retard dans le mouvement. Ici nous n’avons pas un train à prendre, nous sommes dans le train en marche,(sans mauvais jeu de mots) tout le problème est d’y accroître notre efficacité pour qu’il ne s’essoufle pas ou qu’un aiguillage possible ne le conduise vers la poursuite de l’ aventure social-libérale. Aimé a commencé sa rapide et percutante intervention mardi au Centro en rappelant "Qu’il n’y a pas de sauveur suprême". Il n’y en a pas, réellement, mais il y a un peuple qui peut reprendre conscience de sa force en agissant. Pas de pieds sur le frein, accélérateur au plancher tant que nous le pouvons, contribuons à ce que la conscience des conditions de la rupture avec la situation actuelle son caractère insupportable et ses risques mûrissent !

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).