Comment devons-nous célébrer le 100e anniversaire d’Octobre 1917

, par  auteurs à lire , popularité : 1%

Quand le silence n’est pas de l’or, mais un crime contre notre propre histoire et l’histoire du monde

Vitaly Tretyakov

http://svpressa.ru/politic/article/165229/

Pour moi, cela ne pose aucune question de savoir s’il faut célébrer le 100e anniversaire de la Grande Révolution d’Octobre ni comment nous devons le célébrer. Mais si quelqu’un a des questions, voici quelques-unes des principales réponses.

  1. La Grande Révolution d’Octobre est l’un des plus grands événements du XXe siècle, qui a influencé le cours de l’histoire du monde, le sort de nombreux pays et peuples. Dans l’histoire de la Russie elle-même (depuis l’Empire russe jusqu’à la Fédération de Russie contemporaine) c’est l’événement le plus important du XXe siècle, d’autant plus que les deux autres événements de grandeur comparable – la victoire dans la Grande Guerre patriotique et l’effondrement de l’URSS – sont directement liés à Octobre 1917.
  2. À la suite de la Révolution d’Octobre (la venue au pouvoir des bolcheviks), la Russie sous le nom d’Union soviétique était l’une des deux superpuissances mondiales, atteignant son maximum de pouvoir et d’influence de toute son histoire.
  3. Les bolcheviks ont rassemblé effectivement le pays désagrégé après la révolution de Février. Il est possible que sans leur arrivée au pouvoir, notre pays aujourd’hui dans ses frontières actuelles, et même sous son nom actuel n’existerait tout simplement pas. Sous la direction du gouvernement bolchevique (communiste) l’URSS a obtenu la victoire dans la Grande Guerre patriotique, a préservé l’intégrité et l’indépendance de notre pays et de son peuple et éliminé le danger réel de sa destruction physique.
  4. Depuis au moins le XVIIIe siècle, il était de coutume de considérer y compris en Russie, en particulier dans sa classe politique, dans ses cercles cultivés et intellectuels, y compris bolcheviques, que la Russie accusait constamment et significativement un retard par rapport aux principaux pays de l’Ouest techniquement, scientifiquement, intellectuellement, culturellement, socialement et politiquement. À la suite de l’arrivée du gouvernement bolchevique (communiste), la Russie a non seulement réussi à surmonter cet écart, mais en seulement quelques décennies (et dans certaines secteurs, en une décennie ou deux) à dépasser les pays occidentaux pratiquement dans tous les domaines de la vie, à l’exception (et d’ailleurs comparativement à seulement quelques-uns des pays occidentaux), du niveau de vie matériel moyen de la population.
  5. Le Parti bolchevik a délibérément engagé l’une des plus grandes expériences sociales et politique dans l’histoire de l’humanité. Il est sans doute impossible de citer un autre exemple, comparable par son échelle et sa nouveauté. Cette expérience a été poursuivie avec succès pendant près de trois quarts de siècle, et même si elle aboutit à la fin à un échec, elle ne peut être rayée de l’expérience historique de l’humanité ni dans sa partie négative, ni, plus important encore, dans son incarnation positive.
  6. Les bolcheviks furent les premiers à tenter sur une telle échelle de réaliser l’une des grandes utopies de la civilisation humaine – la construction d’une société et d’un Etat sans classes et sans antagonismes de race, condition sociale, richesse et autres (en fait – « Le paradis sur terre »). Cela n’a pas pu être fait. Peut-être parce que qu’il est impossible de réaliser quelque utopie que ce soit, mais la tentative a eu lieu et son audace est sans précédent à l’échelle de l’histoire humaine, et comparable seulement à l’émergence et au développement des grands projets religieux, en particulier – le christianisme.
  7. Quoi qu’il en soit, la Révolution d’Octobre a engendré en Russie deux des plus grands hommes politiques parmi les cinq ou six qui peuvent généralement être désignés comme tels dans l’histoire mondiale du XXe siècle. Il s’agit, bien sûr, de Lénine et Staline, malgré le fait que l’évaluation de leurs actions peuvent être très diverses, et extrêmement controversées.
  8. À la suite de la Grande Révolution d’Octobre et de la venue au pouvoir des bolcheviks, dans l’ancien Empire russe a été créée sous le nom d’URSS la première Union européenne (Européenne de l’Est) dans l’histoire de l’Europe. L’Union européenne actuelle (d’Europe occidentale) est seulement la deuxième expérience de ce genre, réalisée près d’un demi-siècle plus tard.

De ce qui a été dit (mais là encore, ce n’est pas tout ce qui pourrait être dit sur la question) découlent inévitablement pour moi les conclusions suivantes.

  1. Il est honteux de faire silence sur un événement historique de cette ampleur dans son propre pays et dans l’année de son centenaire. C’est aussi contre-productif politiquement, parce que tout ce que nous ne dirons pas à propos d’Octobre 1917, ce sont les autres qui le diront, avec beaucoup de distorsion des faits et la tentative d’utiliser cette date anniversaire pour faire une fois de plus le « procès de la Russie et de l’histoire russe ». Ce n’est pas ici le cas de dire que le silence est d’or, bien au contraire.
  2. Le 100e anniversaire de la Grande Révolution d’Octobre devrait être marqué par un jour férié. Il est déraisonnable et injuste de laisser les héritiers politiques du POSDR (b) – PCUS, autrement dit, le Parti communiste de la Fédération de Russie – les communistes russes contemporains, monopoliser cet anniversaire.
  3. Il est tout aussi imprudent et injuste de laisser cet anniversaire et l’événement lui-même à la merci des historiens. Pour la plupart, aujourd’hui, comme de tout temps, les historiens sont idéologiquement engagés (soit de leur propre fait, soit sous l’influence de forces et circonstances extérieures), et d’autre part, ce ne sont pas des penseurs politiques.
  4. Par conséquent, le débat national consacré au 100e anniversaire d’Octobre 1917, qui ne se réduit pas à des conférences de toujours les mêmes historiens et talk-shows télévisés, doit être ouvert à tous les dirigeants politiques de la Russie à commencer par le président Vladimir Poutine, et tous les grands penseurs politiques de notre pays.
  5. Les institutions supérieures de l’Etat russe, à savoir le Président et le Parlement (Assemblée fédérale), devrait adopter à l’automne de cette année un document, qui remette la Grande Révolution d’Octobre dans la liste des plus grands événements de l’histoire nationale et mondiale avec la fixation officielle correspondante, en particulier, sous la forme de la restitution au 7 Novembre du statut de fête nationale.

L’importance historique de la Révolution d’Octobre ne fait aucun doute pour moi. Mais sur le plan scientifique et politique, le plus important pour moi, et je pense, pas seulement pour moi, mais pour des millions voire des dizaines de millions de personnes est une autre question : peut-il y avoir et, si oui, dans quelle mesure et sous quelles formes la réalisation dans l’avenir (plus ou moins proche) dans notre pays et dans l’humanité dans son ensemble d’une expérience positive inspirée par la révolution d’Octobre et le système social et politique soviétique qu’elle a engendré ?

Mais avant de tenter de répondre à cette question, nous devons de la manière la plus digne et conforme à l’échelle des événements célébrer au niveau de l’Etat lui-même le 100ème anniversaire de la Grande Révolution d’Octobre du peuple russe et de nombreux autres peuples.


Cet article a été rédigé sur la base de mon intervention le 26 janvier à la première réunion du Comité de préparation pour le 100e anniversaire de la Grande Révolution socialiste d’Octobre [note de Vitaly Tretyakov].

Voir en ligne : Traduit par Marianne Dunlop pour Histoire et Société

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).