A bas les fauteurs de guerre : USA, UE et OTAN ! Stoppons l’aventurisme impérialiste de Hollande ! Déclarations communes des organisations composant les Assises du communisme

, par  communistes , popularité : 8%

Alors que notre pays est dévasté par le chômage de masse, la précarité, la casse des acquis sociaux et des services publics, le gouvernement Hollande poursuit et aggrave la politique impérialiste et néocoloniale d’ingérence et d’intervention de Sarkozy.

En Ukraine, le gouvernement "socialiste" soutient un régime ouvertement pro-nazi qui provoque la Russie, interdit et per-sécute le Parti communiste ukrainien, discrimine les russophones et bombarde le Donbass ouvrier en quête d’autonomie. Au Sommet de l’OTAN, Hollande a poussé à la roue pour que l’OTAN, étroitement associé à l’UE, aggrave sa dangereuse pression sur la Russie, seconde puissance nucléaire mondiale et poursuive sa politique d’encerclement stratégique de ce pays : c’est littéralement jouer avec la guerre mondiale.

En Syrie et en Irak, le gouvernement Hollande s’associe - sans le moindre débat parlementaire - à la coalition montée par Washington, soi-disant pour en finir avec l’État Islamique. En réalité, cet "État" de bouchers et de tortionnaires est une créature monstrueuse des politiques impérialistes qui ont poussé à la guerre civile en Syrie en prenant appui sur les pétromonarchies féodales et intégristes du Golfe persique. Le but réel des impérialistes n’est pas de restaurer, mais de liquider totalement les États irakien et syrien comme on l’a déjà vu en Libye, où sous prétexte de protéger les populations civiles, la coalition franco-anglo-américaine a détruit l’État existant en laissant le terrain aux mafieux et aux intégristes. Et c’est maintenant Le Drian qui, mettant ses pas dans ceux de Sarkozy, pousse à une seconde intervention en Libye avec un résultat prévisible : l’aggravation de l’instabilité dans toute la région, y compris en s’attaquant à l’Iran.

En Afrique, non seulement l’intervention française n’a "pacifié" ni le Mali, ni le Centrafrique, mais la situation y est plus grave que jamais.

Quant à la situation en Palestine, malgré quelques propos hypocrites sur la situation humanitaire à Gaza, jamais on n’aura vu un gouvernement aller aussi loin dans le blanc-seing à la politique grossièrement colonialiste, raciste et criminelle de Tel-Aviv ! Face au véritable massacre des populations civiles palestiniennes par Israël, l’exécutif français a honteusement renvoyé dos à dos les agresseurs et leurs victimes, les occupant et les résistants. La déstabilisation des États du Moyen-Orient permet à l’État d’Israël de poursuivre ses crimes de guerre comme à Gaza et àde refuser un État au peuple palestinien. Cette nouvelle offensive à Gaza n’a pu se concrétiser qu’avec le soutien des USA et notamment du gouvernement français.

La réalité est que le gouvernement Hollande, totalement inféodé à l’OTAN, à l’UE atlantiste et à la stratégie visant à intégrer la République française dans l’Union transatlantique hégémonique (ce qui répond à l’exigence du MEDEF qui proclame ouvertement son "besoin d’aire") piétine à la fois la souveraineté des peuples étrangers et celle du peuple français. Celui-ci ne veut pas la guerre tous azimuts à l’étranger, il veut le règlement des problèmes sociaux, la restauration de sa souveraineté nationale et la coopération pacifique avec tous les peuples.

Plus que jamais, il faut imposer le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à coopérer à égalité, refuser les aventures impérialistes en Afrique, au Proche-Orient et en Europe orientale, s’opposer à la mise en place d’un Empire euro-atlantique menaçant la paix mondiale, exiger que les sommes énormes dilapidées dans les guerres impérialistes soient utilisées pour l’emploi, le pouvoir d’achat populaire, le logement social, les services publics, la Sécu, les retraites, etc.

Plus que jamais le mouvement ouvrier et populaire, à l’instar des cheminots et des pilotes d’Air France, doit relever la tête pour stopper l’offensive prédatrice libérale du Medef et du pouvoir socialiste et reconquérir sa souveraineté pour décider de son destin.

Plus que jamais, sans la moindre illusion sur la prétendue "Europe sociale, démocratique et pacifique", les organisations participant aux Assises du communisme appellent les communistes et les progressistes à militer pour que la France sorte de l’euro, de l’UE, du GMT et de l’OTAN, antisociale, supranationale, antidémocratique et belliciste, à se battre contre l’impérialisme et donc pour la paix !

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).