« Si la direction du PCF veut Mélenchon comme candidat, il faut qu’elle le dise »

Le député communiste André Chassaigne, candidat à l’investiture du PCF pour la présidentielle et ne supportant plus « les paroles hypocrites », a appelé mardi la direction de son parti à dire « clairement » son souhait que Jean-Luc Mélenchon (PG) soit le candidat du Front de gauche.

Interrogé par l’AFP avant le Conseil national (CN) du PCF qui se réunit vendredi et samedi sur le sujet, M. Chassaigne a déclaré : « si la direction du Parti considère que pour des raisons diverses le candidat qui conviendrait le mieux est Mélenchon, il faut qu’elle le dise avec des arguments » sur « ce qu’apporte une telle candidature » mais aussi sur ses « effets négatifs ».

« Il faut mettre cartes sur table » et « ne pas infantiliser les communistes », a-t-il fait valoir, notant un « mécontentement au sein du Parti » par ce non-dit.

« On valorise Mélenchon par des artifices » mais « ce qu’il faut c’est de la transparence et du courage politique ». « Je ne peux plus supporter les paroles hypocrites qui cherchent à valoriser un candidat sans le dire clairement », a-t-il dit.

Lors du CN, la direction PCF devrait bien proposer le nom de M. Mélenchon pour 2012 à condition qu’un accord favorable sur les législatives entre partenaires du Front de gauche soit trouvé, selon certaines sources.

Puis les communistes discuteront jusqu’au vote de la conférence nationale réunissant les délégués PCF (4-5 juin), avant la décision finale des militants communistes (16-18 juin). Le député « orthodoxe » du Rhône André Gerin (PCF) est également candidat.

Si M. Mélenchon, déjà soutenu par Gauche unitaire (composante du Front de gauche), est choisi par la conférence nationale dans un « processus démocratique » et sans « délégation monolithique des fédérations », M. Chassaigne a répété qu’il ne se présenterait pas devant les militants.

Pour le député du Puy-de-Dôme qui a parcouru plus de 40 départements en cinq mois, « les communistes ne partagent pas certaines prises de positions excessives portées par Jean-Luc Mélenchon ».

« Ce n’est pas dans notre culture qui est une culture de réflexion », a-t-il ajouté, prenant l’exemple du nucléaire : « il faut s’interroger sur le devenir du nucléaire mais on ne règle pas ça par un coup de gueule ».

(Source AFP)

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).

Commentaires récents