Le néo-nazisme en Ukraine, de la rue au parlement...

, par  pamillet , popularité : 1%

Comme pour celles d’Irak, d’Afghanistan, de Libye ou de Syrie, ou encore du Kosovo, les médias occidentaux sont pratiquement "intégrés" dans l’effort de guerre de l’OTAN, et construisent une histoire qui permet d’obtenir un soutien populaire à la guerre "inévitable".

Ces derniers jours, c’était le cas de la "centrale nucléaire bombardée", info reprise par tous avant que des experts finissent par dire que les russes ne pouvaient évidemment pas bombarder une centrale nucléaire dont ils seraient parmi les premières victimes, et que le département d’état US lui-même diffuse une note à ses ambassades demandant de « ne pas partager le tweet publié vendredi par la mission diplomatique américaine à Kiev, dans lequel celle-ci accusait la Russie d’avoir commis un prétendu "crime de guerre" à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijia ».

« Poutine est fou » est ainsi un des axes de bataille médiatique qui a de l’effet, beaucoup de discussions portent sur ce que pourrait décider un "dictateur fou". Pourrait-il nous balancer une bombe nucléaire ?

Un des arguments est de ridiculiser l’objectif déclaré de Poutine de "dénazifier" l’Ukraine. L’extrême-droite nazie ne serait pas un problème en Ukraine, alors même qu’en Russie...

Il y a pourtant largement de quoi vérifier la réalité de la place des mouvements néo-nazis en Ukraine notamment depuis 2014. Les communistes Vénissians sont bien placés pour en parler. Nous avions invités en 2015 des communistes ukrainiens et russes, et les "mères d’Odessa" dont les enfants avaient été victimes de l’incendie de la maison des syndicats par des groupes d’extrême-droite.

Depuis, il y a eu un film bien documenté, des articles qui commentent des évènements liant le pouvoir ukrainien à ces groupes...

La librairie des Tropiques à Paris qui avait été une des étapes en France des mères d’Odessa a organisé depuis des débats riches sur la situation politique russe et la relation des communsites russes avec Poutine.

Largement de quoi se faire une idée de la place réelle des nazis en Ukraine et de la position des communistes russes et ukrainiens sur l’urgence de faire reculer cette bête immonde.

Pour nous, cela ne justifie pas la décision de guerre de Poutine, mais cela fait de la bataille contre ces mouvements néo-nazis une étape indispensable de la paix. On ne peut faire reculer la guerre sans faire reculer ceux qui la veulent, ces "bataillons" néo-nazis intégrés dans l’armée ukrainienne.

Voici donc quelques liens et vidéos... Et les communistes en tirent une conclusion. Il est hors de question de manifester pour la paix avec ceux qui serrent la main des néo-nazis d’Ukraine. Attention si vous voyez un drapeau noir et rouge avec un trident... Ca veut dire qu’ils sont là....

Voici les différents logos des néo-nazis Ukrainiens :

PNG

Les rencontres internationalistes de Vénissieux en 2015

Trois moments du débat sur l’Ukraine avec les mères d’Odessa et des communistes Ukrainiens :
- Reportage vidéo et photos sur le crime d’Odessa. Les photos sont présentées dans la forme utilisée pour l’exposition inaugurée aux rencontres.
- Ukraine, entre nazis et résistants, le point de vue des communistes
- Deuxième débat du samedi après-midi. Que se passe-t-il dans l’espace post-soviétique ? Pourquoi revoir des drapeaux soviétiques dans des manifestations ? Pourquoi les sondages indiquent partout que la majorité des peuples regrettent ce « socialisme réel » qui a été tant vilipendé ?

Les relations Zelenski - néo-nazis

Comment le président juif ukrainien Zelensky a fait la paix avec les paramilitaires néo-nazis sur les lignes de front de la guerre avec la Russie (source thegrayzone.com), Alexander Rubinstein et Max Blumenthal, 4 mars 2022.

Après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une confrontation orageuse parce que Zelenski proposait un léger désengagement militaire dans le Donbass, il est devenu la cible d’une réaction de colère.

Andriy Biletsky, le chef du bataillon Azov fièrement fasciste qui s’était autrefois engagé à « mener les races blanches du monde dans une croisade finale… contre les Untermenschen dirigés par les sémites », a juré d’amener des milliers de combattants à Zolote si Zelensky insistait davantage. Pendant ce temps, un parlementaire du parti de l’ancien président ukrainien Petro Porochenko a ouvertement fantasmé sur le fait que Zelensky serait réduit en miettes par la grenade d’un militant.

À ce stade, Azov avait été officiellement incorporé à l’armée ukrainienne et son aile de justiciers de rue, connue sous le nom de Corps national, a été déployé à travers le pays sous la surveillance du Ministère de l’Intérieur, aux côtés de la Police Nationale. En décembre 2021, Zelensky remet un prix "Héros de l’Ukraine" à un chef du Secteur Droit fasciste lors d’une cérémonie au parlement d’Ukraine.

Qu’en disent les "néo-nazis" ukrainiens eux-mêmes ?

Lu sur le site de la librairie des Tropiques, une émission de Jimmy Dore (média indépendant de Los Angeles) qui affirme que Vladimir Poutine était tout sauf fou, quand il revendique comme impératif catégorique d’aller débarrasser l’Ukraine de ses terroristes nazis.

Ukraine, les masques de la révolution

Et enfin, un documentaire complet de Paul Moreira sur ce qui s’est passé en Ukraine depuis 2014 :
https://www.youtube.com/watch?v=iXzVZWnBsXk

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).