XXIIe Réunion des Partis communistes et ouvriers, La Havane (Cuba), octobre 2022
Discours du Premier Secrétaire du Parti communiste ukrainien Piotr Simonenko

, popularité : 64%

Voici le point de vue du parti communiste ukrainien. Ce parti politique a été le premier parti politique interdit par le régime nazi de Kiev. Dès le coups d’état de 2014 ses locaux ont été saccagé, les statues de Lénine renversées (dans les territoires libérés ont les remets debout), ce furent ensuite les monuments commémorant les morts de l’Armée Rouge lors de la seconde guerre mondiale et maintenant c’est le tour de tout ce qui est est russe comme des monuments à l’écrivain Pouchkine. Rendez nous l’Ukraine Soviétique !

chers camarades !

Au nom du Parti communiste d’Ukraine, je souhaite la bienvenue cordialement aux participants à la 22e Réunion internationale des Partis communistes et ouvriers. Le parti a été interdit illégalement dans mon pays, où nos camarades et des personnes partageant les mêmes idées sont confrontés à des persécutions politiques, à des arrestations et à des violences physiques de la part du régime néo-nazi-oligarchique au pouvoir, un régime qui est, par essence, réactionnaire et fasciste.

Nous sommes réunis ici sur l’île de la Liberté à un moment difficile. Les forces de l’impérialisme international, les requins de la mondialisation, dans leur lutte pour redessiner la carte politique du monde, pour les marchés des ressources et des marchandises, recourent à toutes les méthodes et, en fait, agissent comme instigateurs de la Troisième Guerre mondiale. La tragédie est que les forces réactionnaires utilisent activement le néonazisme et le néo-fascisme pour atteindre leurs objectifs.

L’analyse de la situation internationale montre une agressivité croissante de l’impérialisme et une exacerbation dramatique de ses contradictions internes dans deux domaines :

l’idéologique : entre l’Occident impérialiste dirigé par les États-Unis et la Chine communiste, qu’ils considèrent, après l’effondrement de l’URSS, comme “un empire du mal", ainsi que le Vietnam et Cuba ;

Les États-Unis cherchent à préserver leur hégémonie et l’ordre mondial dans lequel ils jouent un rôle dominant.

Les États-Unis créent de nouveaux blocs militaires en Asie du Sud-Est, attisent les tensions au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et poursuivent une politique agressive consistant à utiliser l’Ukraine contre la Russie et Taïwan contre la Chine. La visite provocatrice de Pelosi à Erevan et ses promesses de soutien à l’Arménie conduisent inévitablement à une expansion du conflit dans le Caucase entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. La situation en Asie centrale est préoccupante (le récent conflit entre le Tadjikistan et le Kirghizistan).

Après la dissolution de l’URSS, ce sont les États-Unis et la Grande-Bretagne qui ont créé un État néo-fasciste sur le territoire de l’ex-Ukraine soviétique, devenant ses principaux sponsors et bénéficiaires.

Les réformes qu’ils ont imposées à l’Ukraine ont donné au capital le contrôle de toutes les sphères de la vie sociale et ont assuré le contrôle total des multinationales sur la vie socio-économique du pays, créant ainsi la base matérielle de l’avènement et de l’affirmation, après le coup d’État armé de février 2014, du pouvoir des forces les plus réactionnaires : la bourgeoisie compradore s’est alliée aux néo-fascistes et au crime organisé.

Ce sont ces forces en Ukraine qui ont détruit toutes les conquêtes sociales, la souveraineté économique et conduit à une profonde lumpénisation de la société.

C’est à travers ces forces que les États-Unis ont formé une structure de pouvoir verticale fantoche et introduit un contrôle externe du pays.

C’est à travers ces forces que les États-Unis ont déclenché une guerre civile fratricide en Ukraine, une guerre contre les citoyens du Donbass défendant leurs droits et libertés constitutionnels. Ce sont ces forces qui, à la demande des cercles dirigeants américains, ont transformé la guerre civile dans le Donbass en guerre contre la Russie.

En fait, l’humanité a déjà été entraînée dans une nouvelle guerre mondiale. Je voudrais faire un des nombreux parallèles tragiques.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Europe a travaillé pour Hitler dans la guerre contre l’URSS. Aujourd’hui, agissant dans l’intérêt des États-Unis, l’Europe fournit des armes au régime pro-fasciste ukrainien et le renforce financièrement.

La poursuite de cette politique conduira inévitablement à l’extension du théâtre des hostilités au territoire de l’UE.

Les tentatives agressives de certains nouveaux pays européens, en particulier la Pologne, la Hongrie, la Roumanie et les États baltes, de réviser les frontières de l’après-Seconde Guerre mondiale ne feront qu’accélérer ce processus.

L’ancienne ministre roumaine des Affaires étrangères Marga a récemment déclaré sans ambages : "L’Ukraine est située à l’intérieur de frontières artificielles. Il devrait céder des territoires : la Transcarpatie à la Hongrie, la Galice à la Pologne, la Bucovine à la Roumanie. Ce sont des territoires d’autres pays."

Le sénateur américain Lindsey Graham a déclaré cyniquement qu’avec les armes américaines, l’Ukraine combattrait la Russie jusqu’au dernier homme.

En Ukraine, des civils, des innocents, des personnes âgées, des femmes et des enfants meurent. C’est une tragédie.

En soutenant le régime fasciste en Ukraine, les États-Unis et l’OTAN poursuivent une politique que l’ancien sénateur américain Richard Blake a décrite ainsi : “Nous ne nous soucions pas du nombre d’Ukrainiens qui meurent. Combien de femmes, d’enfants, de civils et de soldats mourront. On s’en fiche. C’est comme un match de football et nous voulons gagner. L’Ukraine ne peut accepter une solution pacifique. C’est à Washington de prendre la décision de paix, mais en attendant, nous voulons continuer cette guerre, nous nous battrons jusqu’au dernier ukrainien."

Ces déclarations des faucons de guerre confirment notre position et les avertissements lancés par les communistes ukrainiens à Izmir la semaine dernière : la menace d’une offensive fasciste est réelle, la guerre que les États-Unis et l’OTAN mènent avec les mains ukrainiennes sur le territoire ukrainien est une guerre dans l’intérêt exclusif des impérialistes américains.

Des milliards de dollars sont alloués à la production d’armes létales et de munitions, la nouvelle Première ministre britannique Liz Truss est prête à utiliser des armes nucléaires, un grand nombre de troupes de l’OTAN sont concentrées aux frontières de l’Ukraine et de la Biélorussie.

Les impérialistes ferment les yeux sur le fait que le régime pro-fasciste de Zelensky élimine sans pitié les opposants politiques. Toute manifestation de la libre pensée est écrasée par des unités punitives. Les crimes des hitlériens et de leurs complices pendant la Seconde Guerre mondiale, qui ont brûlé vifs des gens à Oswiecim et organisé les massacres de Gernica et de Khatyn, sont glorifiés.

Les monuments et les tombes des soldats soviétiques qui ont donné leur vie pour éteindre les flammes des fours des camps d’extermination nazis sont détruits.

Cela se produit non seulement en Ukraine, mais dans toute l’Europe. Le Moloch de la glorification des criminels nazis dévore les esprits en transformant l’homo sapiens ("le sage") en ”fou".

Le processus de recréation d’un semblant de Troisième Reich nazi est pratiquement en cours.

Ce "Reich”, comme son prototype alimenté par le capital transnational, les entreprises américaines et britanniques, fonde son idéologie sur la supériorité de la race" indigène". D’où la loi sur les peuples autochtones qui s’est transformée en parias Russes qui ont toujours vécu sur le territoire ukrainien, y compris le Donbass, Kharkov, Odessa, Nikolaïev, Kherson, en fait, tout le territoire de notre pays. Comme les Juifs de l’Allemagne nazie. Nous connaissons de l’histoire la tragédie qui a causé des millions de personnes.

Camarades !

À la lumière de ce qui se passe en Ukraine, je voudrais tout d’abord noter que, malheureusement, il n’y a pas de consensus entre les partis communiste et ouvrier sur la nature du conflit armé en Ukraine, ainsi que sur la position du Parti communiste de la Fédération de Russie, qui a soutenu l’opération spéciale.

Puisque chaque confrontation militaire a ses propres caractéristiques spécifiques, la première tâche de chaque marxiste est d’identifier sa nature de classe avec une évaluation appropriée.

À notre avis, la guerre dans le Donbass contre le régime de Kiev devrait être considérée comme une lutte de libération nationale, essentiellement une guerre pour l’indépendance du régime fasciste au pouvoir, pour le droit du peuple de parler sa langue maternelle et de ne pas suivre la route anti-russe imposée par les États-Unis.

Par conséquent, sur la base de la théorie marxiste, le conflit militaire en Ukraine ne doit pas être considéré comme une guerre impérialiste au sens littéral du terme, et de plus, du point de vue russe, il est considéré comme la lutte contre une menace extérieure à la sécurité nationale et au fascisme.

Nous sommes tous conscients que la milice populaire du Donbass ne pouvait pas résister à l’armée ukrainienne de plusieurs milliers de personnes équipées d’armes étrangères, de sorte que sa défaite entraînerait inévitablement la destruction totale de la population russophone, dont beaucoup étaient des citoyens russes.

L’armée de milliers de nationalistes ukrainiens, sous le commandement d’instructeurs américains et de l’OTAN, se concentrait aux frontières des républiques ; le plan d’invasion détaillé avait été élaboré à l’avance par les généraux à Washington. Tout le monde attendait l’ordre.

En conséquence, afin de protéger ses citoyens et d’assurer la sécurité nationale, la Russie n’avait d’autre choix que de lancer une frappe préventive.

Conformément à la Constitution de la Fédération de Russie, le président a pris les mesures prévues par la loi, car il était impossible de résister à l’agression d’une autre manière.

En outre, le processus de négociation dans le cadre des accords de Minsk a été délibérément saboté par Kiev avec le soutien des États-Unis et de l’Union européenne, car l’établissement de la paix en Ukraine n’est pas prévu par les plans de Washington et de l’OTAN.

À cet égard, la position du Parti communiste de la Fédération de Russie nous semble tout à fait raisonnable.

Le caractère de plus en plus réactionnaire de l’impérialisme moderne est le résultat de plusieurs facteurs qui ont conduit au déclin du mouvement ouvrier et à l’affaiblissement des partis communiste et ouvrier.

Les communistes ukrainiens estiment que, lors de l’élaboration de la tactique de nos actions et de la définition des principaux domaines de lutte, il est nécessaire de partir du constat que la répartition des forces actuelles dans le monde s’est inclinée en faveur de la réaction qui utilise le fascisme.

En semant la discorde au sein des classes ouvrières, en utilisant des régimes fantoches, néo-fascistes et néo-nazis, l’impérialisme intensifie l’exploitation des pays et des peuples et détruit les fondements de la démocratie populaire et d’un ordre mondial juste.

Les tendances mondiales actuelles et les crises économiques constantes, malheureusement, diminuent le potentiel révolutionnaire des principes de l’internationalisme prolétarien et sapent l’unité des classes ouvrières. Cela se produit également en Ukraine, où une classe de guerre spéciale de la "classe ouvrière" est en train de se créer, qui vit de la guerre et ne peut s’imaginer sans elle.

La politique de sanctions initiée par les États-Unis et la Grande-Bretagne et leurs satellites politiques aggrave inévitablement la vie des gens ordinaires, affaiblit le potentiel économique des états, provoque le chômage et, par conséquent, augmente le mécontentement social et, malheureusement, décourage le mouvement ouvrier. L’impérialisme mondial utilise tous ces phénomènes comme une arme dans la lutte des classes.

Que voyons-nous aujourd’hui en Europe et aux États-Unis ? Les prix et les tarifs ont augmenté plusieurs fois. Les entreprises ferment, les gens brûlent publiquement les factures de gaz, d’électricité et d’eau, organisent des actions de protestation contre leurs gouvernements pour exiger, entre autres, la fin de la folie des sanctions et de la guerre en Ukraine. Tout cela se déroule dans le contexte de la militarisation de l’économie, de la politique et de l’hystérie médiatique autour de la guerre nucléaire.

Je suis convaincu que les partis communistes et ouvriers doivent canaliser les revendications économiques et sociales du peuple dans la lutte politique. La lutte contre la menace du fascisme et un changement dans le système social qui le génère, c’est-à-dire le système capitaliste en tant que tel.

Aujourd’hui, les forces progressistes, nous devons l’admettre honnêtement, sont en train de perdre la bataille cognitive pour l’esprit des gens. C’est notre travail de nous en remettre. C’est le seul moyen si nous voulons éviter la catastrophe d’une troisième guerre mondiale.

À cet égard, je crois que, dans le contexte des objectifs et des tâches de notre réunion et compte tenu de la situation mondiale et de la nécessité de lutter pour la fin de la guerre et l’établissement d’un ordre mondial juste, nous, partis communistes et ouvriers, devrions concentrer nos efforts sur les domaines suivants :

renforcer notre solidarité, solidarité avec les autres forces progressistes dans la lutte contre le néo-fascisme et les instigateurs d’une troisième guerre mondiale ;

organiser un système d’information public véridique sur ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine, comment cela menace l’Europe et comment cela menace l’humanité ;

expliquez aux gens que la guerre civile dans le Donbass (2014-2022), comme la guerre Ukraine-Russie, a été provoquée et déclenchée par des régimes pro-fascistes en Ukraine à la demande et dans l’intérêt des États-Unis, afin de créer une tête de pont pour le démembrement et la destruction de la Russie en tant que rival géopolitique ;

intensifier la lutte contre toute tentative de glorifier l’idéologie nazie, en restaurant la véritable histoire de la Seconde Guerre mondiale ;

soutenir (sans revenir sur nos principes idéologiques) ceux qui prônent une solution pacifique et la fin de la guerre en Ukraine, quelle que soit leur affiliation politique. De tels politiciens et forces existent dans tous les pays.

Je pense également que tout doit être fait au niveau des parlements nationaux et du Parlement européen pour neutraliser les actions provocatrices des États-Unis et de leurs alliés dans la région Asie-Pacifique contre la Chine. Avec la guerre en Ukraine et la possible confrontation directe entre les puissances nucléaires, la Chine et les États-Unis, en particulier dans le contexte des déclarations sur la “menace nucléaire” russe, les pires prédictions pourraient malheureusement se réaliser.

Chers camarades !

La lutte pour mettre fin à la guerre fratricide en Ukraine déclenchée par les multinationales et leurs sbires dans les gouvernements des États européens et au-delà, la guerre dans laquelle l’OTAN dirigée par Washington est en fait partie au conflit (fourniture d’armes, de munitions et de formation des forces armées ukrainiennes, financement et contrôle de la campagne militaire) est la lutte pour empêcher une Troisième Guerre mondiale, qui est à un pas. Nous devons tout faire pour l’éviter.

Je vous remercie encore une fois de l’occasion qui m’est donnée de m’adresser aux participants à cette rencontre internationale et d’exprimer ma confiance dans notre victoire, une victoire de la “lumière” sur les “ténèbres”.

Piotr SIMONENKO

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).