L’UE veut la guerre en Ukraine

La junte de Kiev intensifie les bombardements contre le Donbass et masse des troupes sur la ligne de front

, par  communistes , popularité : 1%

Alors qu’une rencontre est annoncée ce lundi 24 août à Berlin entre Angela Merkel, François Hollande et le dirigeant de la junte de Kiev Petro Poroshenko installé à la faveur du coup d’état d’euromaidan, les signes d’une intensification de grande ampleur de la guerre que mène l’axe euro-atlantique contre le Donbass se multiplient de façon très inquiétante.

Tout au long de l’été, les forces armées de Kiev ont intensifié leurs bombardements contre les agglomérations du Donbass, sans doute en application de cette déclaration de Poroshenko indiquant que pendant que les enfants de l’ouest de l’Ukraine iraient à l’école, ceux du Donbass devraient « pourrir dans des caves ». Les violations des accords de Minsk – pourtant paraphés et donc garantis par Berlin et Paris – ne peuvent être cachées. L’OSCE dont les rapports quotidiens ne sont qu’une longue liste de ces violations démontrent chaque jour un peu plus l’hypocrisie et le double discours des diplomaties françaises et allemandes.

L’union européenne finance les bombes d’une Ukraine en faillite, tuant des dizaines d’enfants.

La mairie de Gorlovka, en République Populaire de Donetsk (DNR), indique que rien que pour cette localité, 164 civils ont été tués entre janvier et juillet dans les bombardements d’artillerie de l’armée ukrainienne et plus de 500 civils blessés. Parmi eux 16 enfants ont été tué par les obus tirés par cette junte de Kiev. Des obus sans aucun doute financés par l’Union Européenne qui vient d’accorder sans ciller un nouveau plan d’aide de plusieurs milliards d’euros aux autorités de Kiev alors que l’Ukraine est incapable de faire face à ses dettes. Dans cette ville, 2200 bâtiments ont été détruits par les bombardements, dont 1978 maisons, 198 immeubles d’appartements, 80 écoles et hôpitaux et 11 centres culturel, cela sans compter les entreprises.

Pas un euro pour la Grèce, des milliards pour les milices fascistes et la guerre en Ukraine : c’est cela l’Union Européenne du Capital. Ça suffit !

On ne manquera pas d’observer que la Commission Européenne sait parfaitement trouver des milliards pour financer la guerre en Ukraine, quand elle organise au contraire le pillage et l’étranglement par la dette de la Grèce, pays où l’austérité européenne se traduit par l’augmentation de 50% de la mortalité infantile.

Là où l’UE du capital étrangle financièrement la Grèce pour la contraindre à détruire ses salaires, les conquêtes sociales et démocratiques des travailleurs, elle finance à hauteur de plusieurs milliards d’euros les dépenses de Kiev, dont les bombes antipersonnelles ont tués en quelques mois plus de 150 enfants.

Citoyens, c’est notamment à cela que Hollande et la Commission Européenne utilisent vos impôts, tout en diminuant les salaires et les pensions, en cassant la sécu et en privatisant sous prétexte d’austérité budgétaire. L’argent des travailleurs ne peut pas servir à financer les guerres impérialistes. Ça suffit ! Stop !

D’après les chiffres officiels des agences de l’ONU, la guerre lancée en Ukraine par l’Axe euro atlantique a déjà causée la mort de plus de 6.500 personnes, plus de 16.000 blessés et plus de 1,3 millions de réfugiés tout en rendant dépendant de l’aide humanitaire plus de 5 millions de personnes. Tout cela à moins de quelques heures d’avions de Paris.

Des milliers de morts, des dizaines de milliers de blessés, des millions de déplacés, ces bataillons au sein des forces armées de la junte de Kiev portant les insignes fascistes et des nazis, ces lois interdisant et réprimant les communistes votées par la junte installée par les USA et l’Union Européenne… l’eurofascisme de l’Union Européenne est en marche.

Kiev prépare une grande offensive : tous ensemble, levons-nous pour défendre la paix !

Au moment ou Angela Merkel et François Hollande reçoivent Petro Poroschenko à Berlin, ce dernier a fait masser plus de 90.000 soldats et officiers sur la ligne de front, appuyés par plus de 450 tanks et 200 canons ainsi que cinq unités stratégique de missiles balistiques Tochka-U, autour de Marioupol, Donetsk, Debaltsevo et Lougansk. Pourtant les accords de Minsk ordonnent le retrait de ces armes lourdes et le respect d’un cessez le feu.

Le ministère de la défense de la République de Donetsk alerte contre tous les signes de la préparation d’une grande offensive contre le Donbass. Notamment des sources au sein de l’État Major de l’armée ukrainienne – où nombreux sont ceux qui ne veulent pas attaquer leur propre peuple, rappelons que de l’aveu même de Kiev, plus d’un milliers d’officiers de l’armée sont accusés de désertions et Kiev parle officiellement de 10.000 déserteurs – ont fait part de la mise en œuvre de ce plan reposant sur une offensive dans les secteurs de Marioupol et Debaltsevo précédée d’une intensification des bombardements des positions de la DPR, offensive ayant pour but d’atteindre la frontière russe, et s’accompagnant également d’attaques contre la LPR et dans la direction de Donetsk.

Plan d’offensive ukrainienne contre le Donbass, été 2015

De fait, tout au long de ce mois d’août, les bombardements à l’arme lourde contre le Donbass se sont intensifiés. Des bombardements très intenses utilisant des canons, des mortiers et des systèmes lance rockets multiples ont eu lieu chacun de ces jours derniers, notamment contre l’agglomération de Donetsk, conduisant les autorités de la DPR à devoir évacuer le 22 août de nombreuses populations civiles.

Les forces armées de Kiev, en préparation de leur offensive ont commencé le 23 août à déminer les champs de mines qu’ils ont installés devant leurs positions afin de permettre le passage de leur infanterie pour attaquer la République Populaire de Donetsk (DPR), comme le confirme Eduard Basurin porte parole du ministère de la défense de la DNR, citant l’exemple de Golmovsky, et indiquant observer une concentration croissante d’armes lourdes (en parfaite violation du protocole de Minsk) sur la ligne de front par les armées pro UE de Kiev. Par exemple, plus de 40 pièces d’artilleries ont été installées à Konstantinovka dont des systèmes lance rocket multiples.

Kiev, soutenu par l’Axe euro-atlantique Washington Bruxelles Berlin viole le cessez le feu et les accords de Minsk

Rien que le 22 août, les forces armées de Kiev ont violé 7 fois le cessez le feu sur la ligne de front de Donetsk, tirant sur les quartiers résidentielles 59 obus de calibres 82 et 120 mm, et dix obus de tanks.

Gorlovka, l’aéroport de Donetsk, Ozeryanovka, Zhelezhnaya Balka, Staraya Laspa, Belaya, Kamenka, Spartak… la liste est interminable des villes sous le feu de l’armée ukrainienne dont les positions de tirs ont notamment été enregistrées à Novgorodskoye, Avdeyevka, Novogrigorovka et Starognatovka.

Le 19 août, malgré la présence du directeur de la mission de surveillance de l’OSCE à Donetsk, les forces ukrainiennes ont violé 22 fois le cessez le feu, bombardant les quartiers de Petrovsky et Kuybyshevsky ainsi que l’aéroport de Donetsk, les villes de Makeevka et Dojuchaevsk ainsi que les villages de Yasnoye, Zhabichevo, Belaya Kamenko, Sakhanka, Spartak… Une douzaine de munitions d’artilleries de calibres 152mm et 122 mm, 23 obus de tanks, 55 obus de mortiers de 82 mm et 120 mm ainsi que des sous munitions de lances grenades ont été retrouvés. Ces bombardements ont blessés 7 civils. 17 civils ont été tués la semaine dernière dans ces bombardement et 45 blessés. Plus de 1300 personnes ont été tuées dans les bombardements ukrainiens rien que sur le territoire de la république de Donetsk.

Les accords de Minsk prévoient pourtant le retrait des armes lourdes d’un calibre supérieurs à 100 mm à une distance supérieure à 50 km de la ligne de front, de 70 km pour les lances rockets multiples, et une zone d’exclusion de 140 kilomètres de profondeurs pour les systèmes de lance rocket multiples de type Tornado Z, Uragan et Smerch ainsi que les missiles balistiques Tochka-U.

Les rapports quotidiens de l’OSCE égrènent jour après jour les refus par l’armée ukrainienne de laisser les représentants de l’OSCE effectuer leurs contrôles, qui au vu des rapports concernent pourtant très prioritairement la LPR et la DPR. Le 20 août par exemple, les représentants officiels de l’armée ukrainienne auprès de la mission de l’OSCE ont indiqué qu’ils refusaient que soient relevés les numéros de séries des armes lourdes, empêchant de fait tout contrôle réel…

Afin de pousser à la reprise des combats, les forces de l’Axe Euro-atlantique multiplient les provocations. A l’image des bombardements contre l’agglomération de Marioupol dont les USA ont accusé lundi dernier les forces d’autodéfense du Donbass. Ces dernières indiquent qu’elles détiennent les preuves que c’est l’armée ukrainienne située à l’est de la zone habitée de la ville de Primorskoye (20 km au nord est de Marioupol sur la ligne de front) qui ont bombardé le nord et l’est de Marioupol, alors que les armes de la DPR sont incapables d’atteindre ces zones. Pour conduire ses provocations, le régime de Poroshenko tue des civils non seulement dans le Donbass, mais également dans le territoire qu’il contrôle.

Le blocus contre le Donbass se poursuit

Toutes ces opérations militaires s’accompagnent de mesures de répressions contre les millions de civils habitant le Donbass, soumis à un blocus renforcé, d’autant plus insupportable que les bombardements menés par la junte de Kiev visent notamment les infrastructures civiles, telles que les centrales de traitement d’eau potables, les centrales électriques ou les installations industrielles. Des centaines de milliers de personnes, retraités, handicapés etc… sont privés de versement des prestations sociales interrompues par Kiev, tout en isolant le système bancaire. De fait, c’est le pouvoir de Kiev qui a fait sécession du Donbass. La République Populaire de Lougansk a annoncé qu’elle utiliserait le rouble russe à partir du 1er septembre.

L’Union Européenne et Kiev refusent d’apporter la moindre aide humanitaire au Donbass. Pendant ce temps, depuis la Russie – et notamment à l’initiative des communistes russes – ce sont des dizaines de convois humanitaires qui mois après mois apportent les secours de premières nécessités auprès des travailleurs du Donbass. Dans une Ukraine en faillite, l’Union Européenne et les USA, le Canada livrent eux des équipements militaires à la junte, organisent des exercices militaires et déploient par centaines des "conseillers militaires", seuls militaires étrangers sur le sol ukrainien.

Plus que jamais, tous ensemble, mobilisons-nous pour défendre la paix, faisons front contre le fascisme ! Contre cette Union Européenne dictatoriale, fascisante et belliqueuse, contre les guerres impérialistes, pour la paix et pour la démocratie, rejoignez les militants du PRCF dans l’action.

No Pasaran ! Solidarité avec le Donbass, solidarité avec nos camarades d’Ukraine !

Voir en ligne : Sur le site de la revue initiative communiste (PRCF)

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).