Lettre de Francis Arzalier au directeur de l’Humanité

Une insulte à l’histoire de l’Ukraine soviétique

, par  Francis Arzalier , popularité : 2%

à Patrick Le Hyaric, Directeur du journal l’Humanité.

Monsieur le Directeur,

Je lis l’Humanité depuis ma jeunesse, en 1957, quand ce quotidien était le seul assez courageux pour dénoncer la guerre coloniale menée par la France contre le peuple algérien. Avec ses défauts, ses qualités, l’Humanité a depuis ce temps-là survécu heureusement pour porter la voix des communistes français pour la paix, contre l’impérialisme et l’exploitation capitaliste. Cela, je pense, me donne le droit de protester avec indignation contre une dérive inacceptable dans le numéro du 12/12/2013 à propos des évènements d’Ukraine.

Les reportages quotidiens de l’envoyé spécial à Kiev ont apporté des éléments d’analyse utiles aux lecteurs du journal, y compris la position très nuancée du Parti communiste d’Ukraine (interview du 9 décembre 2013), qui ne choisit pas entre la peste et le choléra, l’allégeance aux « oligarques » russes ou à ceux de l’Union Européenne. J’ai donc sursauté à la lecture dans le numéro du 12 décembre, dans l’encart titré « Cactus », de trois colonnes en demi-page, signées de Pierre Louis Basse, « journaliste et écrivain » (?) qui sont l’expression du plus virulent nationalisme ukrainien d’extrême droite, portées à Lviv et Kiev par le parti Svoboda, qui a récemment organisé une cérémonie commémorant « le sacrifice » des SS ukrainiens face à l’Armée rouge en 1944.

Je cite : « aimer l’Ukraine, c’est d’abord s’obliger à comprendre des décennies de souffrance et d’identité bafouée ». Suit une justification de ceux qui ont collaboré avec les nazis, excusés par les turpitudes de l’URSS dont l’Ukraine faisait partie : « pouvoir stalinien organisant des famines monstrueuses – plusieurs millions de victimes – des familles mangeant leurs propres enfants ». Mieux, après ces exagérations tirées du "Livre noir du communisme", vient le couplet sur « l’antisémitisme d’état » de Staline, en oubliant de rappeler que les massacres de Juifs en Ukraine ont été le fait de nazis et de leurs supplétifs ukrainiens, nationalistes dévoyés jusqu’au nazisme, jusque dans les camps d’extermination. Cette insulte à l’histoire de ce que fut l’Ukraine soviétique, est aussi une insulte aux millions d’ukrainiens morts dans la guerre contre le nazisme et ses alliés, les partisans de Bandera et autres antisémites et antisoviétiques.

Ce pamphlet outrancier n’a pas sa place dans le quotidien des communistes français.

Je vous demande de publier mon courrier parmi ceux des lecteurs de l’Humanité et de veiller à stopper ce genre de dérives, qui n’ont rien à voir avec un quelconque esprit d’ouverture.

Veuillez croire à mon attachement à l’Humanité, le journal de Jaurès, de Péri et de Marcel Cachin.

Francis Arzalier

Taverny, le 12 décembre 2013

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).