Ukraine : La guerre se déchaîne entre oligarques : la faillite de l’Etat

, par  Danielle Bleitrach , popularité : 1%

Après avoir fait un temps l’union Poroshenko et Kolomoïski sont entrés dans un conflit qui sape un peu plus l’autorité du président ukrainien. Il y a eu d’abord la situation autour de la société « Ukrtransnafta » et aujourd’hui la question est posée : Est-ce que le milliardaire Igor Kolomoïeski et gouverneur de Dniepropetrovk que Poroshenko a tenté de mettre au pas va se tailler un Etat indépendant en Ukraine ?

Ce conflit entre Poroshenko et Kolomoïski témoigne de la faillite d’un Etat tel qu’il a été voulu par l’Occident. Le personnage de Kolomoïski dont on sait l’influence sur des gens comme BHL et Glucksman est à lui seul le symbole de la dégénérescence et de l’outrance du système installé l’an dernier par « le maïdan » , en fait par les Etats-Unis avec la complicité de l’Occident, de la France en particulier.

Les accords de Minsk ne peuvent pas être appliqués parce que Kolomoïski sur le terrain en empêche l’application. Aujourd’hui, l’Ukraine se retrouve avec deux fronts, celui du Donbass et celui de Dniepropetrovsky qui est le cœur de l’Ukraine, en fait, de quasiment tout ce qui manque au Donbass pour devenir la véritable Nouvelle Russie, de Karkov à Odessa, et qui s’arrête à la rive gauche du Dniepr. Donc pour que soient appliqués les accords de Minsk, il faut neutraliser Kolomoïsky, mais cela signifie aussi que tout novorossia se rebelle et conquiert son autonomie par rapport à Kiev. Soit c’est la guerre à mort entre Kolomoïsky et Kiev et c’est tout l’Etat ukrainien qui s’écroule, générant une guerre civile dans tout le pays , tel paraît le dilemme non seulement pour ce malheureux pays mais pour l’Europe entière. Il est clair que cette situation ne peut pas être réglée sans une entente avec la Russie.

Les événements et l’affrontement autour d’Ukrtransnafta

Le 19 mars, « Naftogaz », fondateur et principal de « Ukrtransnafta » a annoncé la démission, d’Alexandre Lazorko du poste de directeur général de la compagnie. Une nouvelle qui n’a pas plu au gouverneur de Dniepropetrovsk Igor Kolomoïski qui est arrivé dans les bureaux de « Ukrtransnafta » accompagné d’hommes en armes pour remettre Lazorko à son poste (voir capture de vidéo ci-dessus). Déjà il y avait eu des coups de feu tirés entre les bataillons néonazis du gouverneur de Dniepropetrovk pour le contrôle de la contrebande dans le Donbass, mais cette arrivée du milliardaire avec sa garde prétorienne a représenté un véritable défi et l’ouverture d’un nouveau front séparatiste dans le Sud-est de l’Ukraine.

Pour maintenir l’ordre public dans la région de Dniepropetrovsk, Petro Porochenko y a envoyé deux bataillons de la Garde nationale de l’Ukraine. Cette information a été annoncée par le service de presse de la Garde nationale qui dit agir « conformément à l’ordre du président ukrainien ».

Le message dit aussi que les unités de la Garde nationale d’Ukraine déployées à Dniepropetrovsk sont mises en état d’alerte renforcée. Pour protéger les possessions gouvernementales importants sur le territoire de la région de Dniepropetrovsk, des combattants ont été envoyés dans d’autres villes de la région telles que Jytomyr et Tcherkassy.Il faut bien mesurer que ces zones sont celles déjà travaillées par la rébellion contre le gouvernement pro-occidental de Kiev. « Ces mesures sont dictées par la menace de l’escalade de la situation dans la région et la nécessité d’attirer des forces supplémentaires pour assurer la sécurité des habitants, le maintien de l’ordre public, de la légitimité et des intérêts du gouvernement », rapporte la Garde nationale.

En savoir plus : unn oligarque ukrainien aide à « fortifier » le siège d’une compagnie pétrolière publique (VIDEO)

Pour le moment, l’entreprise d’Etat Naftogaz est majoritaire à une action près dans le capital de « Ukrtransnafta » mais la prise de décisions dans la compagnie est compliquée par le fait que les représentants du groupe « Privat » d’Igor Kolomoïski, qui possède de 42 % d’actions, boycottent les réunions d’actionnaires.

En fait Igor Kolomoïeski défie Poroshenko, il vient de déclarer sur une chaîne de télévision ukrainienne sa reconnaissance de fait du pouvoir des Républiques de Donets et de Lougansk qui selon lui posséderaient « le pouvoir réel ». La question qui est posée est donc comme le souligne l’article ci-dessous celle du dépeçage de l’Ukraine en baronnie féodale, le seul souverain qui aurait encore quelque pouvoir étant les Etats-Unis.

Ukraine : Kolomoïsky va-t-il proclamer une troisième République autonome ? (Expert))

23 mars (21:25) – Les enjeux de ce qu’il se passe en ce moment en Ukraine entre Kolomoïsky et Porochenko sont énormes et vont de toute façon déboucher sur la disparition à plus ou moins court terme de l’Etat ukrainien tel qu’il existe encore aujourd’hui, au moins sur le papier. Voici ce qu’en pense le chef du Centre d’études politiques et de conflictologie de Kiev, Mikhail Pogrebinsky, d’après une interview à « Kharkov Nouvelles Agence » :

Le conflit entre Porochenko et Kolomoisky pourrait enterrer l’économie ukrainienne.

Traduit du russe par Kristina Rus pour Front Russ.
Traduit de l’anglais par E. Gaillot pour €calypse.

Le conflit entre les autorités et Kolomoisky peut faire dérailler toute l’économie de l’Ukraine.

Selon l’analyste Pogrebinsky, Kolomoisky a déjà montré son pouvoir sur les autorités et il a vraiment quelque chose à sauvegarder.

« L’oligarque possède » Privat « , la plus grande banque privée en Ukraine et l’effondrement d’un tel géant peut enterrer le système bancaire du pays. Kolomoisky a aussi des atouts dans l’industrie pétrolière qui lui apporte le plus grand profit. De plus, Kolomoisky contrôle non seulement la région de Dnepropetrovsk, dont il est un gouverneur mais a aussi une influence sur la situation dans la région d’Odessa et de Zaporozhye. Donc vous ne pouvez pas vous battre avec lui, vous avez à négocier avec lui. Sinon, cette guerre pourrait enterrer l’ensemble de l’économie du pays « , – dit l’analyste.

Selon Pogrebinski, pour résoudre le conflit, beaucoup dépendra de l’ambassadeur américain. En attendant, selon l’analyste, Jeffrey Payett a échoué à influencer Kolomoisky comme on l’espérait à Kiev. Le scandale autour d’Ukrtransnafta est calmé mais n’est pas terminé.

Antérieurement, l’analyste avait suggéré que si le président décide de refuser les services de Kolomoisky, cela peut conduire à la formation d’une autre République autoproclamée en Ukraine.

« Je peux vous dire que Kolomoisky ne s’en va pas et peut créer avec ses bataillons une troisième République populaire, » a déclaré Pogrebinski lors d’une conférence de presse, commentant la création d’un état-major parallèle [par Dmitry Yarosh] à Dnepropetrovsk .

Sur la question de « Kharkov NA », si la probabilité d’un tel scénario a augmenté aujourd’hui, l’analyste a expliqué qu’il parlait d’une telle option hypothétiquement et en réalité il l’espère que cela ne arrivera pas.

« Mais beaucoup dans ce conflit dépend des actions de l’ambassadeur des États-Unis », – a-t-il souligné.

La semaine dernière, le Parlement a modifié la loi sur les sociétés par actions faisant perdre à Kolomoisky le contrôle de Ukrnafta. En outre, son protégé Aleksandr Lazorko a été démis de ses fonctions à la tête de l’entreprise. L’oligarque « a montré ses crocs » et a repris le bureau de l’entreprise avec son « armée privée ». Le Président de l’Ukraine a réprimandé le gouverneur de Dnepropetrovsk, mais pas pour la saisie armée mais pour être grossier avec la journaliste de « Radio Liberty » (Svoboda). En réponse, Kolomoisky a bloqué les comptes de Porochenko pour 50 millions de dollars dans son « Privat ».

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).