Terrorisme de Daech : la bataille de Palmyre est engagée Par Gilles Devers

, par  auteurs à lire , popularité : 2%

« La France est en guerre » et « la guerre doit être conduite au niveau européen ». Si notre excellent Président le dit, ça doit sûrement être vrai. Mais, plus nous avançons dans les enquêtes sur les affaires de terrorisme, plus nous voyons les faiblesses du système, et franchement, je ne leur fais pas plus confiance pour régler le problème du chômage que pour combattre le terrorisme. Les discours des agences de com’, c’est bon. El Blanco qui nous ressort la perpétuité réelle… Stop. Ils sont nuls, mais le problème est qu’ils nous exposent à tous les risques et ne nous protègent contre rien.

- Le chômage comme le terrorisme ?

- Oui.

Donc, la guerre contre le terrorisme… Alors, soyons précis : c’est non, quand il s’agit de réchauffer le discours de Bush avec une sauce socialiste pour imposer la culture de l’asservissement, mais c’est oui, s’il s’agit de combattre les terroristes sur le terrain, les armes à la main. Et ça, c’est la guerre.

Les médias pourtant branchés sur la lutte contre le terrorisme et entourés de tant d’« experts », l’ont bien peu évoqué, mais se joue en Syrie une bataille essentielle contre Daech. L’armée nationale syrienne a engagé il y a quinze jours la bataille de Palmyre, la cité antique tombée aux mains des terroristes en mai 2015. Hier, des informations concordantes indiquaient que les troupes de l’État syrien encerclent désormais Palmyre. Les forces gouvernementales sont au contact des faubourgs et ont pris le contrôle de la colline d’al-Hiyal, au sud-ouest, et qui surplombe Palmyre. Une grande offensive se prépare, avec l’immense courage des soldats syriens qui ne s’exposent pas au feu d’autres soldats, mais à celui de terroristes – sans foi, ni loi – de Daech. Tout soldat tombé prisonnier de Daech sait le sort qui lui serait réservé.

Si Palmyre tombe, la ville qui témoigne de 4000 ans de civilisation – dix fois plus que New York (États-Unis, Amérique du Nord, Territoire indien occupé) – ce serait une lourde défaite pour les terroristes de Daech. Leur contrôle du territoire syrien passerait de 40% à 30 %, et les troupes loyalistes parviendraient à reprendre à l’Est l’espace du désert jusqu’à la frontière avec l’Irak. Et la Syrie retrouvant une continuité territoriale avec l’Irak… ça change tout.

Guerre pour guerre, je m’attendais donc à trouver un communiqué de notre excellent Président – aux discours impitoyables contre Daech – soutenant les courageux soldats de l’armée nationale syrienne engagés dans la guerre contre ces terroristes à Palmyre. Sauf que je n’ai pas trouvé ce communiqué. Et pour cause… pour cause d’aveuglement, avec récidive.

Deux questions.

1/ S’il n’y avait eu ni l’intervention russe en Syrie, ni la combativité des soldats de l’armée nationale syrienne, Daech serait aux portes de Damas, peut-être dans Damas. Notre sécurité en Europe aurait été renforcée ou amoindrie ?

2/ Si l’armée commandée par El-Assad reprend Palmyre, notre sécurité en Europe se trouvera-t-elle renforcée ou amoindrie ?

L’aveuglement de la France sur la situation syrienne, conjugué à sa touchante adhésion saoudienne, est une consternation, qui nous coûte cher, et qui nous coûtera de plus en plus cher.

Les présidentielles s’annoncent à l’horizon. Je surveille de très près les responsables politiques qui seront capables de faire le lien entre nos choix dramatiques de politique extérieure, et la misère sanglante qui s’abat sur des innocents.http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/droit-international/

Voir en ligne : Sur le blog droit internationalparGill

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).