Solidarité avec les prisonniers politiques en Corée du Sud

, par  lepcf.fr , popularité : 2%

Pendant qu’on apprend des médias les affaires de la présidente, toujours le silence sur les militants pourchassés et emprisonnés en Corée du Sud. Le camarade coréen qui avait pris la parole pour exprimer la solidarité internationale devant l’usine Bosch de Vénissieux a été arrêté à son retour en Corée. Nous dénonçons son arrestation et appelons à soutenir le mouvement de protestation.

pam

En mai 2016, on compte 57 prisonniers politiques en Corée du Sud, et en 2015 plus de 10 millions de communications (sous forme de méls, d’appels téléphoniques ou de SMS) ont été interceptées par les services de renseignement (NIS). M. Jin Yongha a lui-même fait l’objet d’une surveillance au titre de ses communications à 22 reprises.

Mme Yang Goeun a apporté des détails sur la répression spécifique qui s’abat contre l’Alliance coréenne, dont l’autre co-président est actuellement sous mandat d’arrêt. 9 militants de l’Alliance coréenne sont actuellement en prison ou en détention provisoire. Un militant a été libéré après sa condamnation. 32 autres sont dans l’attente d’un jugement. Dès qu’ils sont arrêtés (la détention provisoire est limitée à 48 heures en Corée du Sud), les militants de l’Alliance coréenne engagent une grève de la faim et refusent de parler – car tout ce qu’ils disent pourrait être retenu contre eux. Ils ont engagé des manifestations à une personne, qu’autorise la réglementation en Corée du Sud sans déclaration préalable, mais celles-ci donnent désormais lieu à des arrestations et des placements en détention provisoire par les forces de l’ordre. Des actions similaires sont conduites à
l’étranger, avec une manifestation de l’Alliance coréenne devant la Maison blanche américaine depuis 180 jours. Enfin, les médias liés à l’Alliance coréenne – notamment le journal en ligne Minjok Ilbo – sont frappés par la répression."

https://solidaritecoree.wordpress.com/2016/05/22/repression-politique-et-antisyndicale-temoignage-a-paris/

Il y a depuis le cas de Han Sang Gyun Baek Nam Gi en plus de cas de Kim Hye-young.

Kim Hye-young

"Kim Hye-young, une militante sud-coréenne souffrant d’un cancer de la thyroïde, a été condamnée le 29 janvier 2016 à deux ans d’emprisonnement pour avoir participé à une manifestation pacifique. Elle a interjeté appel et, le 26 mai, la haute cour de Séoul a confirmé la peine qui lui avait été infligée en vertu de la Loi relative à la sécurité nationale.
Kim Hye-young était déjà atteinte du cancer avant son arrestation mais elle a développé des troubles mentaux pendant sa détention. Le ministère de la Justice continue de refuser que Kim Hye-young reçoive des soins à l’extérieur, comme l’a recommandé un psychiatre.
Celui-ci a notamment conseillé qu’elle bénéficie d’une prise en charge psychologique sans supervision directe du personnel pénitentiaire."
https://solidaritecoree.wordpress.com/2016/05/31/histoire-dune-militante-pour-les-droits-de-lhomme/

Baek Nam-gi :

"Le militant paysan Baek Nam-gi, qui était dans le coma depuis qu’il avait été grièvement blessé par les forces de l’ordre lors de la manifestation du 14 novembre 2015, est décédé le samedi 24 septembre 2016 à deux heures de l’après-midi à l’hôpital national universitaire de Séoul. Agé de 69 ans, il n’avait pas repris connaissance depuis son hospitalisation. Son sort était devenu un symbole de la violence de la répression policière et des manifestations de soutien avaient été organisées en Corée et en Europe, y compris à Paris. Dès l’annonce de sa disparition, des centaines de personnes se sont réunies devant l’hôpital national universitaire de Séoul, avec un déploiement encore plus important de forces de l’ordre – des milliers de policiers ayant été dépêchés par un gouvernement aux abois, craignant une nouvelle vague de protestations. L’usage disproportionné du canon à eau par les forces de l’ordre, à l’origine de la mort de Baek Nam-gi, avait été mis en cause par Maina Kiai, rapporteur spécial de l’ONU pour les libertés d’association et de réunion, et par la fille du militant disparu, Baek Minjuhwa, qui avait témoigné devant le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies."
https://solidaritecoree.wordpress.com/2016/09/25/baek-nam-gi-est-mort/

Han Sang-gyun :

La CGT condamne la criminalisation des syndicalistes en Corée du sud "Le 4 juillet 2016, la Cour de Séoul a condamné Han Sang-gyun, Président de la Confédération coréenne des syndicats, KCTU, à 5 ans de prison et 500.000 won d’amende. Comme premier dirigeant de la KCTU, il
assume la responsabilité des actions syndicales organisées à l’automne 2015.
La sentence a obéi aux requêtes du gouvernement suite aux rassemblements syndicaux et manifestations de protestation en 2015. En particulier, le 14 novembre 2015 à Séoul, les plus de 100.000 manifestants ont été accueillis par des gaz lacrymogènes, des canons à eaux et 20.000 policiers."

https://solidaritecoree.wordpress.com/2016/07/17/libertes-syndicales-la-cgt-solidaire-de-la-kctu/

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).