Point de vue

Refonder l’Europe ? Compte rendu d’une réunion départementale dans l’Hérault.

, par  Michel Capron , popularité : 3%

Constatant le grand retard pris par notre travail collectif sur les élections européennes et la nécessité d’abord de porter à connaissance des militants le contenu des propositions travaillées lors de la convention, la fédération du PCF de l’Hérault a organisé une soirée de travail à Frontignan. Notre camarade Michel Capron de la section de Clermont l’Hérault-Lodéve en a tiré le compte rendu et les réflexions personnelles ci-dessous. Pour moi la constatation essentielle est que cette proposition en 19 points n’a guère trouvé de défenseurs acharnés et qu’à minima, un consensus s’est fait sur la nécessité de modifier le titre : ce n’est pas l’Europe qui est en jeu, c’est l’union européenne et ses fondements capitalistes.

Paul Barbazange, Béziers.


Il y avait peu de camarades présents (environ 60) pour cette rencontre qui appelait à discuter sur le contenu de la revue du projet "Refonder l’Europe". Il est vrai que ce vendredi 31 janvier au bord de l’étang de Thau, à Frontignan, il ne faisait pas un temps à mettre un coquillage dehors et que nombre de militants se consacrent aux municipales.

Une autre raison peut peut-être expliquer cette démobilisation.

A quoi cela peut servir de discuter sur un sujet qui est déjà décidé, ficelé et que l’on nous demande de faire nôtre sans en être à la genèse ?

Le ressenti du malaise était palpable dés l’introduction faite par Serge Ressiguier qui n’était pas là pour "défendre" le projet, mais mettre le doigt sur des avancées "significatives", comprenne qui pourra.

Et c’est là que le bâts blesse : comment peut-on parler d’avancées significatives en étant pieds et mains liés au PGE, parti inféodé à l’Europe du capital, subventionné par celle-ci et dont le slogan de campagne en langue anglaise peut être traduit par "Bouge l’Europe".

Tous à nos dictionnaires afin de comparer le sens des verbes refonder et bouger. Rappelons que le PGE est minoritaire quant à la représentation communiste en Europe.

Il n’est donc pas lié au concept même de lutte des classes, de l’Europe des travailleurs et de la nécessaire association des citoyens.

Alors le débat en arrive parfois à tourner en rond, car les vrais questions ne se posent pas.

Refonder oui ! mais cela est-il suffisant ? D’ailleurs refonder sur quelles fondations ?

La réponse en tant que communiste est de dire notre aversion du capitalisme !

C’est ce que nous ont rappelés Paul Barbazange, membre du comité national et Clara Gimenez du conseil national du MJCF, chacun avec leurs mots pour nous dire l’exigence de "Refonder l’Union européenne capitaliste". Débat a eu lieu sur le mot d’ordre avancé par la section de Béziers "Maintenant faire péter l’Europe capitaliste".

Ils ont bien dit "Union européenne capitaliste", car refonder l’Europe n’est qu’un slogan qui laisse la place à toutes les dérives et n’affirme pas le fait que nous sommes internationalistes avant tout, au service de la paix dans le monde, ce que ne permet ni l’Europe Unie, ni le capital, parents nourriciers de toutes formes de guerres, même de celles hors communauté.

Les conditions de paix sont le fait des batailles que nous sommes susceptibles de mener face au capital et cela ne peut passer par des amendements où autres formes d’aménagements.

Alors des camarades avancent des solutions (Leurs solutions). Il faut prendre la banque centrale européenne !!!! Oui mais comment ? A cheval ? Avec des arcs et des flèches ?

Pour ceux qui me connaissent physiquement, que l’on me prête un poney, j’arrive !!!!!!

Le problème de la souveraineté nationale et monétaire n’est pas abordé !

La résistance à l’éloignement des citoyens des centres de décisions à force d’injonctions européennes (métropoles) reste lettre morte !

Que penser du fait que la droite et parfois la plus violente, occupe la rue si ce n’est que le fait que les idées de gauches sont dans le caniveau ?

Il faut avoir une convergence des luttes au niveau national et européen et d’insister sur la journée d’action du 6 février à Montpellier, rappelait Michel Passet secrétaire fédéral, où nous devons être présents en communistes pour dire notre rejet des politiques européennes et appeler à une construction citoyenne.

Notre implication doit être sans relâche face à l’adversité qui n’a qu’un seul but, nous entrainer vers le fédéralisme qui n’est autre que l’adage du repli sur soi de l’égoïsme !

Pour terminer, nous avons appris que les communistes auront à décider par un vote, du premier ou de la première parmi nous, pour occuper une place qui semble être la nôtre sur les listes électorales... soit.

Ne rêvez pas, je ne parle pas de la 1ere place cela est déjà décidé. Pour nous ce sera le même représentant. On le connaît.

Par contre, nous connaissons moins son bilan de député sortant et pour cause il n’a pas beaucoup usé ses fonds de culottes sur les bancs de l’Assemblée Européenne.

Je veux parler de l’Homo erectus, mélenchonus, socialus, stroskus. En langage animalier de nos jour "le varan". Et oui que voulez-vous, il est socialiste et trotskiste, il parait que ce n’est pas incompatible, mais cela lui fait deux raisons d’être anticommuniste. En langage humain, le racketteur de cerveau, celui qui juge qu’une guerre peut être utile.

Ne nous occupons pas de lui, le combat est ailleurs, sur le terrain des luttes, elles sont loin des salons feutrés qu’il côtoie depuis son plus jeune âge, lui qui fut le plus jeune sénateur de France en tant que socialiste, lui qui se réclame tous les jours du Mitterrandisme.

Le 6 février, camarade nous avons rendez vous à Montpellier, cela à l’appel des syndicats CGT, FSU.

En tant que communistes, nous qui dans le cadre du plus grand rassemblement possible, disons l’humain d’abord, prenons nos responsabilités, retrouvons au plus profond de nous même notre conscience et nos réflexes de classes.

C’est là que se trouve le fil conducteur qui peut nous amener vers une société que nous voulons résolument socialiste.
 
Au 6 février Camarade.

M. Capron, Section Clermont Lodève, 34 Hérault

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).