Rapport sur la situation actuelle en Irak

, par  communistes , popularité : 1%

Déclaration du Parti communiste irakien.

Les communistes et démocrates irakiens continuent leur lutte acharnée dans les conditions les plus difficiles et complexes. Ils sont également confrontés à l’énorme héritage de l’occupation américaine, ainsi que l’héritage de décennies de dictature fasciste, laissant derrière eux une société fracturée.

La fin de la présence militaire américaine, il y a près de deux ans, était une victoire pour la volonté du peuple irakien, suite d’une position populaire unifiée et d’un consensus national. C’était une étape importante sur la voie de la pleine indépendance et de la souveraineté nationale. Notre Parti communiste avait rejeté toutes les tentatives pour maintenir la présence militaire étrangère sur le territoire irakien. L’une des conditions préalables à la pleine souveraineté était de mettre fin au chapitre 7 de la Charte des Nations Unies (soumission de l’Irak), et à tenir une position ferme contre les desseins cupides de certains des pays voisins qui exploitent la situation chaotique en Irak.

Depuis les élections législatives en mars 2010, l’Irak a été en proie à une profonde crise politique qui se poursuit aujourd’hui. Ses racines se trouvent dans le système de partage du pouvoir sectaire - ethnique qui existe depuis 2003. La crise a ouvert la porte à une ingérence accrue de forces extérieures, en particulier les États-Unis ainsi que certaines forces régionales. Elle a également dévoilé les objectifs des forces politiques au pouvoir et leur combat pour maintenir des positions de pouvoir ainsi que leurs super-privilèges, tandis que la souffrance et la colère de la population s’intensifient à la suite d’un chômage endémique, de la corruption, et de la destruction des services publics, systèmes de santé et d’éducation, en plus de la détérioration de la sécurité.

Il est important ici de souligner brièvement la nature socio-éçonomique du régime actuel. L’Irak a une économie fortement dépendante des recettes pétrolières, avec des secteurs productifs marginalisés, et est très consumériste, en s’appuyant fortement sur les importations. En conséquence, il y a eu une croissance des classes "compradores" et parasitaires accumulant d’énormes richesses prises sur l’argent public au moyen de la corruption, de gros contrats avec l’Etat, en collusion
avec des fonctionnaires influents, ainsi que du fait de la spéculation, de la contrebande de fonds et autres activités parasitaires. Il y a une tendance, qui est de plus en plus évidente, à l’enchevêtrement des intérêts entre les forces politiques influentes au pouvoir et les classes parasitaires et "compradores". Ces forces, avec l’appui des institutions internationales telles que le FMI, la Banque mondiale, les organisations de l’ONU et d’autres, se permettent de transformer l’économie irakienne en une économie de marché totale et de briser ce qui reste du secteur public par la privatisation et d’autres mesures qui sont inspirées par l’arsenal idéologique du néo-libéralisme. Le Parti communiste irakien se tient fermement contre ces politiques, et met en avant ses solutions et travaille à développer des rapprochements réunissant les groupes ayant intérêt à résister à cette orientation néo-libérale.

Notre parti a été activement impliqué dans l’organisation et le soutien des mouvements de
protestation populaires de masse qui ont appelé à des réformes radicales et ont été caractérisées par
la participation active des jeunes. Ces mouvements ont éclairé les politiques anti- démocratiques des
dirigeants et la faillite du système de partage du pouvoir sectaire - ethnique. Ils ont également
demandé des mesures énergiques contre la corruption. Notre parti a fermement condamné
l’ingérence du gouvernement dans les affaires des syndicats de travailleurs, les associations
professionnelles et les organisations de la société civile. Des milliers de travailleurs ont participé à
des élections syndicales libres à la fin de 2012, malgré les provocations et les menaces de groupes dirigeants influents qui ont tenté de falsifier la volonté des travailleurs et imposer leur hégémonie sur
les syndicats. Ces élections ont culminé par la tenue d’une conférence nationale de la Fédération générale des travailleurs irakiens.

Ces derniers jours, le PC irakien a également mis en garde contre le danger de glissement du pays
une fois de plus dans un conflit sectaire, et a appelé à une action urgente de la part des forces
démocratiques, et pour des initiatives populaires pour sauvegarder l’unité nationale de l’Irak.

L’Irak a connu un nouvel épisode de la crise politique, qui pose un grave danger menaçant la paix civile
et le tissu national de l’Irak. Notre Parti a appel le gouvernement à répondre, d’une manière rapide
et sérieuse, aux revendications justes et légitimes du peuple, et mis en garde contre le recours à la
violence contre les manifestations pacifiques. Les conflits entre les groupes dirigeants autour du pouvoir et des privilèges, a fourni un terrain fertile pour les groupes islamistes extrémistes pour
intensifier les actes de terrorisme, commettre des atrocités abominables, dans le but de pousser l’Irak
dans la guerre sectaire et la guerre civile. Plus de 7000 personnes ont été tuées jusqu’à présent cette
année, par des vagues d’attentats à la voiture et de suicide. Les victimes sont principalement des
civils innocents, y compris les travailleurs et les chômeurs dans les quartiers pauvres. Ces crimes
barbares et les coupables doivent être condamnés sans équivoque par toutes les forces
progressistes, avec un soutien efficace et une solidarité élargie au peuple irakien .

Le PC irakien, qui représente la principale force de la gauche en Irak, a déployé des efforts inlassables
pour parvenir à l’unité dans l’action des forces démocratiques. Il a joué un rôle de premier plan dans
la création d’une vaste coalition appelée "courant démocratique", qui a été lancé à Bagdad en
octobre 2011. Le parti cherche à le transformer en une force principale efficace dans la lutte
intensifie en cours sur l’avenir de l’Irak. Cette vision nécessite davantage d’efforts pour impliquer le
mouvement syndical et les organisations démocratiques, en particulier ceux des femmes, des
jeunes, des étudiants et d’autres organisations de la société civile, en masse luttes pour défendre les
droits de l’homme et les droits démocratiques des travailleurs et des personnes.

Le Parti communiste irakien, avec le Courant démocratique, a été activement impliqué plus tôt cette
année dans la mise en place de larges coalitions électorales civiles et démocratiques à Bagdad et dans
d’autres provinces. En Avril 2013, ces coalitions ont obtenu un succès modeste mais politiquement
important qui fournit une bonne base pour le développement d’une large coalition civile
démocratique pour compter aux prochaines élections législatives en Avril 2014.

Nous croyons que surmonter la crise du système de partage du pouvoir sectaire - ethnique en Irak ne peut être atteint qu’en modifiant l’équilibre politique des forces dans la société en faveur des partisans d’un régime démocratique national qui appelle l’établissement d’un Etat civil démocratique sur la base du principe de la citoyenneté, des libertés et dela justice sociale.

(*) Cette traduction est basée sur le rapport préparé pour la 15e Rencontre Internationale des partis communistes et ouvriers, qui s’est tenue à Lisbonne au Portugal, les 8-10 Novembre 2013.

Voir en ligne : en anglais sur le blog lettre Irakienne

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).