Pétition unitaire contre la Charte des langues régionales

, par  auteurs à lire , popularité : 2%

Le 28 janvier 2014, l’Assemblée nationale a voté la proposition de loi visant à ratifier la charte des langues régionales et minoritaires.

Attachés à la préservation de la diversité culturelle et linguistique, les signataires de la présente pétition exigent des parlementaires qu’ils renoncent à ratifier cette charte.

Celle-ci aurait pour effet de désétablir le français, et loin de protéger les langues régionales, elle contribuerait à accroître l’emprise de l’anglo-américain en affaiblissant les protections juridiques qui endiguent la destruction de la langue commune de tous les Français.

Cette « charte » ne crée pas un droit aux langues régionales, qui existe déjà de fait : elle crée un droit à ne pas parler français en France.

Tout en brisant l’indivisibilité constitutionnelle et historique de la République, tout en reniant l’égalité des citoyens devant la loi, cette charte fédéraliste ne dit qu’une chose : il ne doit plus être nécessaire de connaître la langue française pour vivre en France. Administrations, justice, scolarité, études, commerce : le citoyen « français » ne doit plus se voir contraint au français, et l’identité « territoriale », devient opposable à la citoyenneté nationale.

Les signataires demandent aux sénateurs de voter contre la ratification de la charte lors de sa présentation prochaine au Sénat, et exigent, si ce texte devait être malgré tout adopté, qu’il soit soumis à référendum.

Primo-signataires de la pétition contre la Charte des langues régionales :

- Georges Gastaud, président de l’association CO.U.R.R.I.E.L, Le site du CO.U.R.R.I.E.L - Le site du Manifeste progressiste pour la défense de la langue française
- Albert Salon, ancien ambassadeur, président d’Avenir de la langue française (ALF) et du Forum francophone international-France (FFI-France) Le site d’ALF
- Philippe de Saint Robert, Ancien Commissaire général de la langue française, Président de l’Asselaf (l’Association pour la sauvegarde et l’expansion de la langue française)
- Philippe Loubière, Rédacteur en chef de la revue Lettre(s), Le site de l’Asselaf
- Denys Ferrando-Durfort, Président de l’association : Le Français en Partage, Le site de l’association : Le Français en Partage
- Marc Favre d’Échallens, Président de Droit de Comprendre (DDC), Le site de l’association DDC
- Anna Maria Campogrande, Présidente d’Athena (Association pour la défense des langues officielles de la Commission européenne.)

Voir en ligne : Signez cette pétition sur Change.org

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).