Non à l’intervention, non au pseudo-droit d’ingérence par danielle Bleitrach

, par  Danielle Bleitrach , popularité : 3%

Les peuples arabes secouent des dictatures, certes, mais les puissances occidentales n’ont aucune leçon de vertu à donner à ces peuples.

Je n’ai pas une particulière sympathie pour Khadafi, c’est une litote. Les nouvelles qui parviennent de Lybie font état de nombreux morts. Au point que ces « vertueux » (sic) de la Ligue arabe interdisent à tout représentant lybien de siéger parmi eux… L’ambassadeur lybien à l’ONU décrit des scènes horrifiques… On peut penser ce que l’on veut de l’extravagant personnage, mais regardons les choses en face, ce que les occidentaux ne supportent pas chez lui ce sont ses velleités d’indépendance.

En revanche, le fait est que les occidentaux sont prêts à oublier le soutien au terrorisme, s’il leur livre les richesses de son sous sol. C’est de là qu’il faut partir et de là seulement. L’émoi sur ce que vivent les peuples n’est que le papier cadeau à travers lequel l’occident prépare une intervention pour défendre l’intérêt de ses capitalistes. C’est triste, nous aimerions qu’il en soit autrement mais il faut rester sur la réalité.

Dans le grand mouvement qui secoue les pays arabes chacun joue sa partie, et les médias occidentaux ne sont pas les derniers à soutenir leur camp. Ces médias ne sont que la voix de leur maître. Chacun tente une recomposition du monde arabe qui convienne à ses intérêts.

Mettre la main sur la richesse du sous sol libyen n’est pas hors de leurs espérances. Les nouvelles qui circulent sur les liens privilégiés qui existeraient entre Khadafi et Chavez, voir Fidel, sont fausses. Même si je trouve que la politique anti-impérialiste de Chavez mériterait de moins considérer que les ennemis de nos ennemis sont nos amis. Mais là encore, c’est la politique des États-Unis et des puissances occidentales qui a créé des camps qui ne sont pas que vertueux. La défense des souverainetés nationales face aux pilleurs crée les alliances les plus improbables.

Non seulement Khadafi n’est pas au Venezuela, mais le système libyen des tribus et de luttes entre elles, n’a rien à voir avec l’Égypte ou la Tunisie et encore moins avec le Venezuela. Logiquement cela impose que Khadafi reste avec les siens y compris jusqu’à ce que nous appellerions une guerre civile. Et quand je vois les médias occidentaux diffuser de fausses nouvelles, je me demande ce qui est exactement recherché.

Cela tranche avec l’expectative dans laquelle sont restés les mêmes, face à la Tunisie et à l’Egypte. Il ne manquerait plus que Kouchner et son droit d’ingérence, et bientôt on va entendre BHL pleurer sur les pauvres libyens. Ce qui nous concerne nous Français est de nous opposer à toute tentative de notre gouvernement de participer à une intervention. Et je trouve que beaucoup de choses vont dans ce sens, y compris la description des hordes d’immigrés qui menaceraient le sol français par Italie interposée (tiens l’Italie fait de fructueuses affaires avec la Libye et Berlusconi est intéressé à la question).

MAM nous a déjà expliqué que c’était au nom du peuple tunisien souffrant qu’elle avait proposé le « savoir-faire » de la police française… On a vu ce qu’il en était de sa « compassion »…

S’ils nous préparaient une intervention, il faut s’y opposer en étant bien conscient, l’expérience afghane et irakienne le prouve que les peuples n’ont rien à gagner à l’entrée en guerre de l’OTAN, les seuls intéressés sont les compagnies pétrolières.

C’est comme l’annonce des deux bateaux iraniens par Israël

L’Iran est en train de tenter de s’implanter à Barhein et tente de desserrer le blocus que les États-Unis et Israël ont installé depuis pas mal de temps dans le Golfe persique. Barhein a épuisé son pétrole et reste une base étasunienne. Notons pour mémoire qu’il y a peu, Hilary Clinton au Barhein s’est félicité des progrès de ce pays en matière de droits de l’homme, aujourd’hui le New York Times s’interroge au vu de la sanglante répression… Nous aussi…

La nouvelle du franchissement du canal de Suez qui soulève l’émoi des médias occidentaux n’en est une que parce que nous sommes habitués à voir des armadas occidentales aller menacer dans le Golfe persique où elles n’ont strictement rien à faire et où elles risquent à chaque instant l’explosion guerrière. Il est par contre normal au plan international que l’Iran qui fait partie de l’ONU et est un pays reconnu internationalement, puisse faire franchir à deux de ses navires le canal de suez. Donc l’Iran manifeste son droit et à l’inverse de l’armada déployée dans le détroit d’Ormuz ne menace personne même si Liberman, en hurlant comme il le fait tente de jouer une fois de plus l’arroseur arrosé et de faire oublier les scandales de corruption dans lesquels il est impliqué.

Chacun le sait l’Iran est une dictature et je souhaite que le peuple iranien se débarrasse LUI-MEME de ses mollahs et de leur tortionnaires. Mais la menace occidentale est un facteur pire que la répression pour tenir les peuples. De surcroît il est clair que l’Occident, les États-Unis et Israël agissent en ce moment même pour utiliser les mouvements pour accroître leur main mise dans cette région. Nous devons donc nous en tenir à une ligne de non intervention et ne pas céder à ceux qui prétendent nous faire intervenir au nom de peuples dont ils se moquent parfaitement. Ce qui se passe en Irak et en Afghanistan, le malheur que cela entraîne pour les peuples de tous côtés, doit nous montrer que nous devons combattre vers quoi, une fois de plus, au nom des intérêts pétroliers des grandes compagnies, on tente de nous entraîner.

Danielle Bleitrach

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).