Moscou, le gang du chou-fleur et les perdants défilent avec nos médias par Danielle Bleitrach

, par  Danielle Bleitrach , popularité : 2%

Quelques réflexions sur un temps historique au bord de l’explosion, comme on dit d’une crise de nerf… Mais quelle perspective politique pour ce moment autodestructeur où la référence à la démocratie n’est plus qu’une manière de revendiquer le droit au pillage.

JPEG - 6.1 Mo

En Crimée, au printemps dernier, un homme nous a dit : »les communistes ne reviendront plus au pouvoir, il l’ont perdu par leur faute, tant pis pour eux… » Quelques instants après, ce même homme nous disait que les Etats-Unis n’avaient pas la possibilité de vaincre une union entre la Chine et le Russie… Il protestait : la Russie est un pays immense qu’ils ne pourront pas envahir quant à la Chine, elle a une population énorme et elle est dirigée par un parti communiste. » A peine avait-il prononcé ces paroles que nous avons rit, Marianne lui et moi… il a compris la contradiction dans ses propos et s’est repris : « un vrai parti communiste pas celui qui a perdu l’Union soviétique ». Il reste dans les ex-pays socialistes des vestiges d’une formation politique de haut niveau parfois submergé dans les jeunes générations par une sorte de syncrétisme idéaliste. Attitude de confusion qui fait étrangement songer à des mouvements spontanéistes comme Podemos. Des mouvements qui ont surgi dans des pays européens du sud, des mouvements caractérisés par leur hétérogénéité, leur dominante couche moyennes, diplômés à la recherche d’un emploi, doctorants et autres.

L’analogie historique en matière de lutte des classes vue par Marx, est à rechercher en 1948, on y retrouve certains traits communs. D’abord cette base de couches moyennes en perte de vitesse, le caractère européen avec la question des nationalités et le désordre ambiant avec des aspects romantiques parfois réactionnaires.le rôle joué par un phénomène antérieur, la Révolution française et la difficulté à penser la situation présente.

Et encore et toujours la même question, celle posée par Marx dans le manifeste : « quel parti ? » et donc en filigrane qu’est-ce que être communiste dans ce contexte historique ? Le tout dans une situation où la concurrence inter-monopoliste a atteint un point de rupture comme à la veille des deux précédentes guerres mondiales.

Ce long préambule pour dire que si la Chine propose de nouvelles relations internationales centrées sur le gagnant-gagnant au lieu de l’actuelle concurrence destructrice, nous en sommes loin. Ce qui se passe en Ukraine, à savoir l’assaut des Etats-Unis et de leurs alliés, l’hégémonie issue de la deuxième guerre mondiale, contre le bloc eurasien et plus largement les rapports sud-sud, témoigne au contraire du perdant-perdant généralisé.

Il suffit de voir le dernier épisode de cette grotesque et criminelle stratégie, à savoir l’assassinat d’un homme politique devant les murs du Kremlin, comme si tel était le contrat, déposer un ancien personnage de l’assaut victorieux de la guerre froide contre l’URSS, au pieds du pouvoir actuel en disant « rien ne nous arrêtera ! » Des moeurs de gangsters, la mafia, mais pas seulement celle qui a pris ses quartiers en Russie à coup de privatisations illicites, l’accumulation primitive… Non la mafia planétaire dans laquelle on se fait la peau, quelque chose comme le trust du chou-fleur décrit par Brecht dans la risistible ascension d’Arturo UI ; Souvenez vous c’est la crise à Chicago, le chou-fleur se vend malLa situation économique à Chicago est difficile. Les fruits et légumes, et en particulier les choux-fleurs se vendent mal. Les dirigeants du trust des choux-fleurs se réunissent pour évoquer les moyens de sortir de la crise. Arturo Ui propose de relancer les affaires par l’usage de la force. Le trust refuse l’offre de Ui et espère un prêt de la ville pour la construction de quais de port, par l’intermédiaire du politicien respecté Hindsborough. Mais celui-ci refuse la demande. Sur ce, Butcher et Flake, deux membres du trust, élaborent un plan pour acheter Hindsborough. Les personnages sont Hitler, mais aussi Goering, Goebbels, le chancelier Dolfus.

Et bien il est clair que nous sommes en plein dans la mévente du trust du chou-fleur, avec ses points forts, le pétrole, la drogue, les armes. Le trust du chou-fleur est mondialisé, il agit aussi bien à travers la fondation caritative rassemblée autour de la candidature d’Hilary Clinton que dans les divers clans qui se sont affrontés autour du dépeçage de l’ex-URSS. Certains ont perdu et ils cherchent à se vendre au plus offrant pour continuer l’enrichissement. S’il faut la guerre, allons vers la guerre.

La manifestation qui s’est rassemblée à Moscou hier pour célébrer la dernière victime de ce gang du chou-fleur planétaire était une troupe de has-been. Ils dénonçaient la dictature sous le regard complaisant des caméras occidentales mais c’étaient des perdants comme le défunt… Il avait perdu parce que le gang du chou-fleur russe avait préféré jouer Poutine contre lui qui aurait pu être le dauphin, le maître des ressources naturelles du pays. Il était la proie du démon de midi avec ça ne s’invente pas un mannequin juvénil ukrainien qui a peut-être été un des élements clés du contrat passé avec ses assassins professionnels. Difficile de faire de ce personnage l’image de la vertu comme l’ont tenté avec obstination nos médias. Possible en Europe où on nous refile de storystelling à la place de toute analyse politique, difficile en Russie où tout cela est connu. bref Moscou, la ville où se concentrent tout ce qui a gagné dans les privatisations, tous les leviers médiatiques aux mains des oligarques et de Poutine, Moscou en crise a fait une manifestation de perdants. Comme celui qu’ils pleuraient. Le gang du chou-fleur avait un nouveau maître que « la famille » s’était donné en choisissant le plus neutre, le plus petit fonctionnaire immaginable et qui les avait tous eu.

Le gang du chou-fleur planétaire, celui des Etats-Unis mais avec pétro-dollars et fascisme à multiples facettes, flanqué de ses oligarques néo-nazis, des juifs bandéristes, ukrainiens, a attaqué son bureau de Moscou, dont le chargé de pouvoir avait des velleités d’indépendance… Nemstov en a fait les frais, il ne valait même plus deux kopecks, mais le message était clair « à qui le tour ? »Et tout le petit personnel corrompu, journaleux, cadres, gagne-petits de la corruption s’est demandé comment tout cela allait finir tant la partie de perdant-perdant était clairement engagée. Parce que le problème est peut-être là cette alliance entre le gang du chou-fleur et les « élites » des villes mondialisée est en train de connaître ses limites. D’où la référence à 1848, le « enrichissez vous de la restauration de Guizot est de plus en plus remis en question, la concurrence plus âpre, plus violente… Les partis ne sont plus que des sacs de chats sauvages … Et même si la « réforme », la « démocratie », valeurs qui excusent toutes les crapuleries, consistent à s’entendre pour toujours plus tondre le prolétaire, le héros déchu de la saga communiste, l’entreprise offre de moins en moins de bénéfices aux « élites » occidentalisées et à leur progéniture.

Les seuls qui dans cette mélasse tiennent un discours différents sont les communistes et le gang du chou-fleur fera tout pour qu’ils n’accèdent pas au pouvoir. Elle flattera même les mouvements sponténéistes, ceux dont le discours confus plait à tout le monde parce qu’il ne bouscule rien. Un mode de production n’est pas seulement l’exploitation,la domination d’une poignée, il est aussi la manière dont la classe dominante arrive à maintenir son pouvoir en faisant partager ses « valeurs » par le plus large spectre de la population. Si le gang du chou-fleur trouve des gens pour flatter à la fois les nostalgiques de l’Union soviétique tout en étant foncièrement anti-communiste, des gens qui attribueront à la race ce que le communisme dénonçait comme une dimension de classe, des gens individualistes forcenées qui verront dans toute organisation l’ennemi, ils pourront maintenir leur pouvoir dans les circonstances invraisemblables y compris en faisant réélire une ivrogne qui détruisait son pays comme Yelstine.

La seule question est celle de notre interlocuteur en Crimée : est-ce que les communistes qui ont perdu le pouvoir, j’ajouterai ceux qui comme en France semblent en état de comas dépassé, ont la moindre chance face au gang du chou-fleur même quand il est en train de se déchirer et de porter partout la violence et la misère ?

Voilà hier j’ai eu l’impression que nos médias, et beaucoup de nos « élites » locales pleuraient leur propre mort mais le véritable problème reste « Quel parti ? »

danielle Bleitrach

Sites favoris Tous les sites

4 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).