A l’occasion du 8 mars

Lettre aux : « Femmes sans voile d’Aubervilliers »

, par  Mireille Popelin , popularité : 3%

A l’occasion du 8 mars, c’est à vous que je m’adresse.

Je veux vous dire bravo pour votre courage, vous êtes un exemple pour toutes les femmes de culture musulmane, celles qui portent le voile et celles qui refusent de le porter. Ce voile, qui, dites-vous, est « une violence symbolique au contenu rétrograde, qui participe à la construction d’une identité inférieure dans l’espace public », participe au projet des islamistes, « un projet politique et communautariste ».
Vous avez le courage de dénoncer « les agressions de Cologne, les viols nombreux et parfois collectifs des femmes le 31 décembre 2015 ». Vous dénoncez sans excuser, sans utiliser, comme une partie de l’extrême gauche (Clémentine Autain), la colonisation et la culpabilité des colonisateurs, ou le relativisme culturel (qui est une forme de racisme). Vous dénoncez « les viols subis par les femmes dans les pays en guerre » ; j’ajouterais, "guerres dont les pays occidentaux sont en partie responsables".

Kamel Daoud a dénoncé avec le même courage les viols de Cologne (Le Monde du 31/01/2016). Il met en cause « la misère sexuelle et le rapport malade à la femme dans le monde arabo-musulman. Le sexe est la plus grande misère dans ce monde d’Allah. Fantasme des vierges pour les kamikazes, chasse aux corps (des femmes) dans les espaces publics, puritanisme des dictateurs, voiles et burkas. Alors ce désir va exploser en terre d’occident ».
Quel scandale ce discours a-t-il provoqué ! Kamel Daoud a dû regagner son pays, humilié par ces bien-pensants de "gôche" qui l’ont traité d’islamophobe (raciste, ils n’ont pas osé).

Ma lettre s’adresse à toutes les femmes sans voile de culture musulmane de mon pays.

Les laïques sont hélas divisés :

1) Il y a ceux qui défendent une même laïcité pour tous et toutes, sans accommodements, ni culpabilité post-coloniale (le PCF a lutté contre le colonialisme)

2) et d’autres laïques qui excusent tous les comportements (y compris le viol ?), tenues vestimentaires et rites dits "culturels" mais souvent plutôt cultuels (mariage forcé, excision, lapidation etc.), car refuser ces "accommodements", c’est être raciste et islamophobe.

Je fais partie, avec bien d’autres laïques du 1er camp.
Avec ces laïques-là, avec le combat politique du député du Rhône André Gerin, nous avons obtenu la loi contre les signes religieux à l’école et la loi contre la burqa. Et nous en sommes fiers !
J’ai retrouvé (quelle mémoire l’ordinateur) un compte-rendu d’une réunion en pleine bataille pour la loi contre la burqa, le 7 juin 2010 :
- Avec André Gerin, président de la mission parlementaire sur le voile intégral
- Dominique Perben, député du Rhône (droite)
- Noêl Mamère (représenté)
- Fadela Amara (excusée)
- Alain Jakubowics (président de la Licra – ligue contre le racisme et l’antisémitisme)
- Mme Najat Vallaud Belkacem, secrétaire du PS, adjointe au maire de Lyon

Qui défend la loi ?
André Gerin bien sûr : les islamistes exercent une pression sur les femmes, tenue vestimentaire, refus du sport etc. Perben est pour la loi ainsi que Jakubowics (Licra).

Qui est contre la loi ?

Mme Najat Vallaud Belkacem : « le voile est un épiphénomène (phénomène accessoire dit le dictionnaire), les musulmans seront stigmatisés ». Loi oui, mais interdiction seulement dans les services publics.
Les verts (il faut rappeler la période coloniale, les ghettos) ne veulent pas de loi. Ce soir-là, j’ai réussi à poser la question : pourquoi Noël Mamère s’affiche-t-il (télés débats) avec Tariq Ramadan, prêcheur de haine, qui conseille aux filles, aux femmes : surtout n’allez pas à la piscine ?

Ce sont toujours les mêmes "accommodeurs" de la laïcité, qui ont été complices, avec un bon nombre d’élus (la liste serait longue de ces élus et de leurs atteintes à la laïcité). Ils ont bafoué la République et ses lois laïques pour préserver la paix sociale et acheter les voix musulmanes pour se faire élire ou réélire.

Maintenant ? Mme Najat Vallaud Belkacem est ministre de l’Éducation Nationale. Elle a lancé un plan d’actions pour l’égalité garçons-filles. Mais elle avait retiré les "ABCD de l’égalité" sous la pression des manifestations "pour tous". Elle est interrogée par Viva, le magazine de la ville de Villeurbanne, prônant l’égalité garçons-filles sur tous les fronts, à la maternelle comme à l’université... en burqa, l’égalité, madame la Ministre ? Puisque vous ne vouliez pas de la loi contre le voile intégral sauf dans les services publics, et que la loi contre les signes religieux ne concerne pas l’université.

Le magazine Viva aborde bien tous les problèmes de cette égalité femmes-hommes :
- réduire les violences sexuelles,
- partager les tâches domestiques,
- égalité pour les métiers (une fille peut être mécanicienne...),
- lutter contre le "plafond de verre", à savoir les femmes qui ne peuvent atteindre les postes les plus élevés,
- contre le travail à temps partiel (surtout féminin),
- sport pour les filles,
- à travail égal, salaire égal !

Mais dans ce catalogue, pas un mot sur la religion !

Alors que les filles, sous la pression des islamistes, sont obligées d’arrêter leurs études pour se marier souvent de force, sont interdites de sport, ne peuvent pas travailler (à cause de la mixité des lieux de travail et de l’interdiction du port du voile).
Alors que ce sont cette religion et ses prêcheurs des mosquées salafistes qui incitent nos jeunes au djihad ! Quel échec de l’intégration et quel danger !
Alors que ce fondamentalisme islamique prêche la haine et appelle à la « guerre sainte », aux attentats comme ceux de Charlie et du 13 novembre. Comment lutter contre cette haine dévastatrice que l’on trouve à l’école (collèges, lycées) si l’on refuse d’en parler ?

Enfin, dans ce catalogue, je n’ai pas trouvé une revendication, essentielle,

le droit au travail

inscrit dans notre constitution, alors que nous avons 5 millions de chômeurs et de chômeuses, des temps partiels etc. Et que le code du travail est démantelé par ceux-là mêmes qui disent défendre les droits des femmes !

Alors le voile ? Oui, le voile est une violence symbolique qui produit de la violence sociale !

Il empêche l’émancipation de la femme par l’éducation, le sport, le travail.
On ne pourra pas lutter pour cette émancipation en refusant d’en parler !

Vive les femmes sans voile d’Aubervilliers !

Bonne fête à toutes les femmes, avec ou sans voile.

Liberté, Égalité, Fraternité ne peuvent exister sans la laïcité !

Mireille Popelin

Sites favoris Tous les sites

1 site référencé dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).