Les hypocrisies de « l’Union Sacrée »

, par  Francis Arzalier , popularité : 4%

Des terroristes islamistes cachés partout, jusqu’au coin de la rue et parfois sous nos lits… Des Français tous Charlie, exploiteurs, exploités, réunis dans les plis du drapeau, avec des policiers et des soldats sanctifiés par leur mission qui sont Charlie aussi… Un Président, monarque omniprésent en père protecteur et chef de guerre en charentaises…

- Depuis un an, la même pièce est ressassée jusqu’à la nausée, par nos télévisions, nos radios, et les autres média, et les politiciens "de gauche" et de droite qui nous dirigent.

- Et cela va durer encore plus d’un an, car cela a permis à notre président de multiplier sa popularité dans les sondages. Le scrutin de 2017 est en ligne de mire, et tant pis si pour le préparer il faut amplifier aussi la xénophobie ambiante : elle fait diversion au chômage massif et aux précarités.

- Il faut pourtant redire, aux murs s’il le fallait, évidence et raison : cette « Union Sacrée » qui prétendument nous unit dans un affolement commun est une escroquerie politique, un mensonge à bien des égards. Car la politique officielle française, le « nous sommes en guerre contre le terrorisme djihadiste-islamiste » est totalement schizophrène, contradictoire et vouée à l’échec humiliant.

- L’ennemi unique désigné au Moyen Orient est DAECH, cet état insurrectionnel qui se dit Califat islamique, construit sur les ruines laissées en Irak, en Syrie, en Libye, par les interventions occidentales, recrutant nos enfants perdus et essaimant ses métastases du Sahel africain aux rivages d’Asie.

Sauf que les puissances occidentales, et la France en premier, persistent tout en expédiant contre lui bombardiers et porte-avions, à soutenir que la solution politique là-bas passe d’abord par l’élimination de l’état national syrien, le plus ancien de ceux qui combattent DAECH.

- Sauf que le meilleur allié de la France au Moyen Orient est l’Arabie Saoudite, riche à milliards de son pétrole, son gaz, et de son monopole du pèlerinage à La Mecque. Un État qui repose depuis sa création sous l’égide des puissances occidentales, sur la version la plus intégriste de l’Islam, le Wahabisme, doctrine politique dans laquelle les inégalités sociales et des sexes sont sacralisées, imposées par des dizaines d’exécutions publiques chaque année. Depuis un demi-siècle, avec l’approbation des dirigeants de Washington et de Paris, les monarques saoudiens et des Émirats financent des centaines de centres de diffusion de l’idéologie wahabite du Maghreb au Sahel et jusqu’au Pakistan, alimentent en combattants et en armes des subversions armées, dont les plus influentes sont Al Qaïda en Afghanistan, en Afrique Sahélienne et au Yémen, ou Al Nosra en Syrie. La même Arabie Saoudite est devenue une puissance militaire importante au Moyen-Orient, que la France se félicite d’équiper avec ses Rafale. Ils lui permettent de combattre l’influence de son concurrent iranien, en envahissant le Yémen, et en bombardant les populations yéménites.

Certes, l’état insurrectionnel de DAECH, nourri longtemps de l’aide saoudienne, a échappé en grandissant à l’influence directe des monarques wahabites de Riyad. Mais ce monstre est en quelque sorte leur fils naturel, et leur double : selon la formule d’un analyste états-unien, « l’Arabie Saoudite est un DAECH qui a réussi ».

Et que dire de la Turquie d’Erdogan, président islamiste membre éminent de l’OTAN, qui fait tout ce qu’il peut depuis des décennies pour détruire l’état national de Syrie, qui alimente en armes, en mercenaires recrutés à l’étranger les bandes armées soulevées contre lui ; qui finance DAECH en lui achetant son pétrole ; qui organise vers l’Europe la fuite de centaines de milliers de migrants jeunes et qualifiés, pour vider la Syrie de tout avenir ; et qui enfin cherche à empêcher tout règlement négocié dans la région, en s’opposant à la participation des organisations des Kurdes, qu’il massacre...

Francis Arzalier

Tiré du site du collectif communiste Polex

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).