Qui, en réalité, « nique la France » ? Les deux Said : un procès inacceptable

, par  Georges Gastaud , popularité : 8%

Le PRCF combat le délit de blasphème sous toutes ses formes et il l’a encore montré récemment quand il s’est exprimé sur les ignobles attentats contre Charlie-Hebdo.

En France, pays de Rabelais et de Molière, de Descartes, de Diderot et de Voltaire, de Jaurès et de la loi de 1905 séparant l’Etat de toutes les Eglises, les citoyens devraient être parfaitement libres de critiquer ou de moquer les religions et toutes les formes de sacré autoproclamé pourvu qu’en sens inverse les citoyens qui adhèrent à tel ou tel type de sacré aient eux-mêmes le droit de répondre pacifiquement et démocratiquement, en utilisant eux-mêmes au besoin la polémique et la satire pour défendre publiquement leurs convictions. Tel est le vrai "sacré" républicain et laïque qui fait l’honneur de notre pays contrairement aux États dans lesquels prédomine une religion d’État ou dans ceux, comme les pays anglo-saxons, qui censurent la critique religieuse et qui, dans le même esprit, inculquent aux enfants dès la maternelle le culte drapeau et l’hymne national. Notre sacré républicain est, ou plutôt devrait être, celui qui permet le rire et la dérision ; car tous ceux qui veulent brider l’insolence et corseter le rire font penser aux ténébreux Inquisiteurs que fustige Le Nom de la Rose, ce grand roman d’Umberto Eco.

C’est donc paradoxalement parce que nous aimons la France, parce que nous ne supportons pas qu’elle soit "niquée" de mille façons par le MEDEF, par l’U.E. du capital, par les gouvernements maastrichtiens qui se succèdent pour détruire les acquis du CNR et de 1789, parce que nous haïssons toutes les formes de communautarisme, de fanatisme, de cléricalisme, de racisme, de néocolonialisme et de nationalisme – cette contrefaçon haineuse du véritable patriotisme – que nous considérons comme une atteinte à la France elle-même, le fait de traîner en justice Saïd Zep et Saïd Bouamama pour avoir édité un disque où l’insolence revendiquée du titre « nique la France ! » est aussitôt explicitée par une parenthèse qui en précise la portée : la France « raciste, colonialiste, impérialiste ». Car cette anti-France est à nos yeux le contraire de la France "belle et rebelle" que nous aimons, celle des Sans Culottes que chantait l’hymne révolutionnaire de Rouget de Lille ou la "France des travailleurs" que célébrait Jean Ferrat dans « Ma France ».

En réalité, ceux qui « niquent la France » aujourd’hui, ce sont les capitalistes "français" qui expatrient 420 milliards d’euros dans les paradis fiscaux, qui délocalisent l’emploi ouvrier, qui ferment les services publics et privatisent la protection sociale, qui sacrifient la langue française au Business-English, qui substituent l’Europe des régions chère à Merkel à la République une et indivisible, qui salissent notre pays en l’associant à des entreprises impérialistes en Afrique, au Proche-Orient ou en Ukraine.

En conséquence nous appelons les autorités judiciaires à lever les poursuites grotesques contre les deux Saïd. Il est temps que revive en France l’esprit FRONDEUR de l’humanisme et des Lumières, l’esprit révolutionnaire des Soldats de l’An II, le « Merle moqueur » des Communards, l’esprit de résistance du CNR, car là est l’âme véritable de notre pays. Là est le véritable patriotisme, et non dans la mise en place d’une nouvelle chasse aux sorcières qui insulte les traditions du pays de Gavroche et de la Liberté guidant le peuple.

Georges Gastaud, fils de Résistant, philosophe, auteur de la Lettre ouverte aux "bons Français" qui assassinent la France, Temps des cerises, 2005.

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

La dénonciation du procès contre les deux Said

(transmis par le collectif Afrique de Lille)

Suite à la plainte d’un groupe d’extrême-droite nostalgique de l’Algérie française (l’AGRIF), le sociologue Saïd Bouamama et le rappeur Saïd, dit Saïdou, de Z.E.P. (Zone d’Expression Populaire), comparaîtront le mardi 20 janvier 2015 au Tribunal de Grande Instance de Paris (4 boulevard du Palais, Métro Cité) pour « racisme anti-blanc » et « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence ». L’objet du litige est un livre-disque intitulé « Nique la France (raciste, colonialiste et impérialiste) ! Devoir d’insolence ».

Le fait même d’enregistrer cette plainte est une inquiétante atteinte liberticide à la liberté d’expression au regard des traditions démocratiques Françaises de l’humour insolent littéraire, artistique, poétique, etc. Même les partisans de "l’intégration-assimilation" colonialiste doivent en être surpris.

La France Républicaine dont la devise est "liberté, égalité, fraternité" est-elle entrain de succomber aux sirènes de l’inversion du racisme contre les victimes du racisme dont certaines expressions les plus illustratives sont : les propos de Finkielkraut, Frêche, de Villiers et Le Pen sur l’équipe de France de football qui aurait notamment "trop de noir", de l’académicienne Hélène Carrère d’Encausse en 2005 sur la "polygamie" qui serait à l’origine "des émeutes de banlieues", de Pascal Sevran, animateur de France Télévision, qui a déclaré : « La bite des noirs est responsable de la famine en Afrique... Il faudrait stériliser la moitié de la planète ! », ceux qui pullulent dans les médias et les campagnes électorales comme « les immigrés volent le travail, les femmes, le pain, les allocations des français », « l’immigration, c’est la délinquance, l’insécurité, la toxicomanie », « l’immigration, c’est la cinquième colonne en cas de guerre », « les immigrés sont des Merah », « l’islam, c’est le terrorisme », de Zemmour suggérant « la déportation des 5 millions de musulmans », etc. Même les ministres de la République n’échappent pas à cette inversion des "valeurs", c’est le cas de Mme Taubira qui a été comparé impunément à une "guenon".

Propos insultants et racistes qui n’ont jamais fait l’objet d’aucune comparution devant la justice mais qui banalisent la stigmatisation, les amalgames racistes qui ont permis à J.M. Le Pen lui-même de fanfaronner : « C’est ça la politique, peser sur son temps, sur les décisions du pouvoir, sur la pensée politique. Je pèse en m’exprimant, j’oblige toute la politique française à se droitiser et à se déterminer par rapport à moi. C’est démocratique parce que ce que je pense, c’est ce que pense le pays » (Le Monde du 21/11/84). En fait, c’est devenu coutumier en France d’insulter et d’attenter à la dignité des Français récents et des immigré(e)s parce qu’originaires des anciennes colonies ou des Roms en toute impunité.

Mais dès que les victimes dénoncent sous différentes formes artistiques ou littéraires les racisme, la romophobie, l’islamophobie d’État en pointant de surcroît le passé ou le présent colonialiste ou néo-colonialiste, la démocratie, la liberté d’expression ou d’opinion montre ses limites, voire se transforme en dictature sous couvert de procédure judiciaire.

Ce procès ne peut servir qu’à conforter les mouvements fascistes parce qu’il « est triste que souvent pour être bon patriote, on soit l’ennemi du reste des hommes. [...] Celui qui voudrait que sa patrie ne fût jamais ni plus grande, ni plus petite, ni plus riche, ni plus pauvre, serait le citoyen de l’univers » (Dictionnaire philosophique (1764), Voltaire, éd. Menard et Desenne, 1827, t. 11, article « Patrie », p. 236-237) et « Il ne peut y avoir ni vraie liberté ni justice dans une société si l’égalité n’est pas réelle » (Condorcet - 1743-1794 - Journal d’instruction sociale – 1793).

Le 17/01/2015

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).