Les luttes de classes en France au XXIème siècle A propos du dernier ouvrage d’Emmanuel Todd

, par  Gilbert Remond , popularité : 1%

Sommes-nous entrés dans un nouveau chapitre conflictuel de notre histoire sociale ? C’est la théorie qu’avance l’historien et démographe Emmanuel Todd dans son nouvel ouvrage « Les luttes de classes en France au XXIème siècle ».

Lors d’une de nos dernières rencontres à Lyon, Emmanuel Todd m’avait confié que « Les luttes de classes en France » et « Le 18 brumaire de Louis Bonaparte » étaient parmi ses livres de chevet. Nous disions alors que le marxisme restait une référence théorique de premier plan, moi surtout, et il m’avait rejoint dans ce jugement en me faisant cette confidence. Deux ans plus tard il sort un ouvrage qui en reprend le titre, majoré par un XXI siècle qui situe aujourd’hui l’expression de cette contradiction dans les rapports sociaux.

Les analyses qu’il y produit lui appartiennent, elles n’en disent pas moins une conflictualité qui travaille en profondeur la structure sociale, tout en cherchant une issue politique qui réclame une nouvelle conscience de soi, nous dirons de classe, qui la situe en dehors de la fausse alternative actuelle qui fige en cul de sac démocratique le débat politique et nous ligote dans un face à face Macron-Le Pen, ne laissant aucune autre possibilité entre un libéralisme débridé et fascisant et un fascisme assumé et non moins tourné vers le libéralisme économique qu’il prétend combattre.

Sa lecture de la répartition actuelle des forces politiques et sociales reprend le triptyque marxiste, légitimisme, orléanisme et bourgeoisie républicaine, proposé dans « Les luttes de classes en France ». Il réorganise cette structuration tout en dégageant de nouveaux blocs, au motif qu’il cherche à éviter l’expression de la violence qui monte. Il situe ainsi l’arc des contradictions qui est en train de se dégager tout en reprenant une idée de Marx, qu’avait déjà exprimé Jean Claude Milner, à savoir que quand la petite bourgeoisie bascule dans la contestation, l’heure est à la révolution.

Il est intéressant de voir l’évolution de la pensée de Todd qui reconnait que sa lecture des structures familiales régionales est dépassée, qu’elle ne correspond plus à la réalité de la France d’aujourd’hui, les enjeux s’étant déplacés vers une opposition entre une élite étatique financière et le reste du peuple. Intéressante aussi son appréciation de la nature du système qui se met en place, un système anti-démocratique, résultat de la mise en place de l’euro, qu’il compare sur le plan conceptuel avec le nazisme (cette approche rejoint par ailleurs le travail sur le management présenté par Johann Chapoutot dans son ouvrage paru chez Gallimard cette année « Libres d’obéir, le management du nazisme à aujourd’hui »).

Gilbert Rémond


La France au bord de l’implosion sociale ?

Depuis plus d’un an, la France connaît un regain spectaculaire de conflits sociaux, incarné notamment par les Gilets jaunes et plus récemment par les mouvements contre la réforme des retraites. Si certains parlent d’un pic de fièvre ponctuel avant un retour au calme, Emmanuel Todd se montre quant à lui bien plus alarmiste et brosse le portrait d’un pays où se préparerait « un choc frontal entre ceux d’en haut et les autres ».

Après des années d’un calme relatif, sommes-nous lentement en train de nous diriger vers une nouvelle lutte des classes ? Quel sens donner à cette expression au XXIème siècle ? Qui sont les nouveaux protagonistes des luttes sociales actuelles ? Une nouvelle ère de conflit politique est-elle en train de s’ouvrir ?

Pour en parler, Guillaume Erner de France-Culture, reçoit l’historien et démographe Emmanuel Todd qui publie « Les luttes de classes en France au XXIe siècle » aux éditions du Seuil.

« La tendance générale de la société française, c’est une vision paradoxale […] Tous les gens sont obsédés par la montée des inégalités, moi au fond, j’observe le contraire, j’énumère les éléments d’une société de plus en plus homogène. » Emmanuel Todd

« Ce que nous promet Emmanuel Macron et son gouvernement, c’est l’anxiété économique jusqu’à la mort. » Emmanuel Todd

« Si on est dans un pays qui s’appauvrit, on va devoir gérer cet appauvrissement, et les gens le savent, et ils n’en sortiront pas jusqu’à la prochaine présidentielle. » Emmanuel Todd

« La prise de conscience des enseignants avec cette histoire de retraites, c’est le début d’une nouvelle phase. » Emmanuel Todd

L’entretien qu’Emmanuel Todd a réalisé avec Frédérique Taddeï sur RT-France (Interdit d’interdire), est plus intéressant et plus apaisé, car plus respectueux :

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).